Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Tous les départements
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 293 - triés par pertinence
  • Chapelle, le Haut Tréveleuc (Le Quiou)
    Chapelle, le Haut Tréveleuc (Le Quiou) Quiou (Le) - le Haut Treveleuc - isolé - Cadastre : 1983 B1 248
    titreCourant :
    Chapelle, le Haut Tréveleuc (Le Quiou)
    historique :
    dès le 15e siècle à une branche cadette de la famille des seigneurs de Plumaugat. Sécularisée à la
    localisation :
    Quiou (Le) - le Haut Treveleuc - isolé - Cadastre : 1983 B1 248
  • Manoir, Le Plessis (Langoëlan)
    Manoir, Le Plessis (Langoëlan) Langoëlan - le Plessis - isolé - Cadastre : 1937 G4 533
    titreCourant :
    Manoir, Le Plessis (Langoëlan)
    description :
    L'édifice se développe selon un plan en U autour d'une cour ouverte au nord dont le côté sud est occupé par le logis dont la façade principale, à travées non ordonnancée, s'ouvre au nord. Construit en sud, le logis est édifié sur un plan allongé divisé par quatre mur de refends, aucun ne montant de piédroits largement chanfreinés et consoles en quart de rond chanfreiné ; le chœur est creusé de deux niches consoles en pyramide incurvée renversée ; elle communique avec le cellier ( ?) par une porte en plein aujourd’hui dissimulé. Sur les poutres chanfreinées des deux chambres repose le plancher du comble. Le grenier n’est pas divisé : seuls les conduits de cheminées le traversent. Fermes à entrait retroussé et poinçon
    annexe :
    Le Plessis, manoir. Dossier inventaire 1967 Lien Pdf
    illustration :
    Coupe transversale sur le logis et coupe longitudinale partielle sur charpente IVR53_19785600031P
    profession :
    [commanditaire] Le Goff Julien
    contenu :
    Entre remplois et restructuration, le manoir du Plessis suggère plusieurs interprétations quant à ? Le remaniement important intervient probablement après la vente de la sieurie en 1677 à Julien Le non d’une reconstruction. Le plan masse correspond aux plans en usage au 17e siècle, quoique la façade soit au nord, avec le logis encadré de dépendance non contemporaines : u 16e siècle, le logis se contentait de l'aile est des communs. Le plan du logis bien que régulier parait être celui d’origine, mais surface identique de la cuisine à l’est et de la salle à l’ouest, bien que rare n’est impossible. Le
    historique :
    Manoir 17e siècle ; puits porte la date 1709. (1975) Le manoir du Plessis est signalé dès 1427 Kermerrien. Le manoir n'est pas mentionné dans la réformation de 1666, mais la vente de la sieurie le 21 juillet 1677 par Hyacinthe de Cosnoal, seigneur de Saint-Georges (en Nostang), à Julien Le Goff recteur oeuvre des Rouxel. Le manoir est "rhabillé" dans la 2e moitié du 17e siècle pour Julien Le Goff : les les niveaux sur la façade nord, le toit est doté de croupes. Un doute subsiste quant à la datation de composition datent du 17e siècle et du 19e siècle. Le puits dans la cour porte la date de 1709. (C. Toscer)
    localisation :
    Langoëlan - le Plessis - isolé - Cadastre : 1937 G4 533
    referenceDocumentaire :
    p. 395 Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes. LE MENÉ p. 419 Le patrimoine des communes du Morbihan. Le patrimoine des communes du Morbihan. Paris : Flohic éditions, 2000. (Le patrimoine des communes de France).
  • Maison, le Boulay (Mellé)
    Maison, le Boulay (Mellé) Mellé - le Boulay - isolé
    titreCourant :
    Maison, le Boulay (Mellé)
    description :
    dispositions d'origine, elle est équipée d'une cheminée sur le mur pignon ouest et d'une fenêtre à coussièges sur le mur gouttereau sud. La cheminée possède un décor particulier et très riche, notamment en ce qui en outre ornée de fleurs de lys. Un vaisselier est percé sur le mur gouttereau nord de cette pièce l'extérieur, sur le mur nord du bâtiment. Des latrines de ce type existent encore également sur une maison du
    illustration :
    Détail du décor de fleur de lys porté sur le piédroit de la cheminée IVR53_20103504322NUCA
    historique :
    fin du 16e siècle. Bien que le bâtiment ait été assez fortement remanié (façade remontée avec les des angles du bâtiment. Le fait qu'il n'y ait pas eu, à priori, de cheminée au rez-de-chaussée permet activité nécessite en effet un taux d'humidité assez élevé afin d'éviter que le fil, trop sec, ne devienne cassant. Nous savons par ailleurs grâce à la toponymie (le Teilleul) que le tissage du chanvre et du lin était une activité présente dans la commune au cours des siècles passés. Le soin apporté à la pièce de mentionne également le fief de la Vienné en la paroisse de Mellé. Ce document atteste l'existence de ce lieu dès le début du 15e siècle. Il mentionne également un changement de nom de ce lieu : le "Boulloy " portait autrefois le nom de "Doillet".
    localisation :
    Mellé - le Boulay - isolé
    referenceDocumentaire :
    Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le département Le manoir en Bretagne. 1380-1600. CHATENET Monique, MIGNOT, Claude (dir.). Le manoir en Bretagne Le guide de l'Ille-et-Vilaine FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine dans Rennes et le Département ORAIN, Adolphe. Petite géographie pittoresque du département d'Ille-et -Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris  : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).
  • Eglise paroissiale Saint-Pérec (Lopérec)
    Eglise paroissiale Saint-Pérec (Lopérec) Lopérec - Bourg - en village - Cadastre : 1844 E4 1015 1986 AB 117
    description :
    sacristies nord et sud couvertes de croupes polygonales. Les élévations latérales à pignons doubles et le
    cadresEtude :
    inventaire topographique Le Faou
    profession :
    [entrepreneur] Le Naour
    canton :
    Faou (Le)
    contenu :
    par l'entrepreneur Le Naour de Quimper. L'exiguïté du cimetière et la vétusté du presbytère Châteaulin et adjugés à l'entrepreneur Le Naour de Quimper pour 14 875 Francs. La reprise des piliers du fin 14e siècle  : mention de la paroisse. 1552  : Date portée sur le calvaire. La famille de [les paroissiens] sont sont obligés de le dessandre [sic] pour le réediffier de neuf " . Le pignon laquelle on utilise le granite extrait de la perrière de Locronan . Doublement probable du bras sud D'après le cadastre, l'église s'élève au milieu d'un enclos composé d'un cimetière et d'un ossuaire situé dans l'angle sud-ouest. Elle forme, avec le presbytère entouré d'un jardin et de communs, le centre du partie supérieure de la flèche d'après le projet de l'architecte Joseph Bigot ; les travaux sont exécutés entraîneront le transfert du premier et à la destruction du second ; l'espace ainsi libéré permettra d'élargir les voies de communication et d'agrandir l'église vers le nord. 1883 Transfert du cimetière. 1894
    historique :
    en 1860 de la partie supérieure de la flèche par l' entrepreneur Le Naour d'après le projet de cimetière en 1883. Les travaux achevés en 1894 par l'entrepreneur Le Naour d'après les plans de l ' architecte Armand Gassis concernent la reprise des piliers du transept, le rajout du bras nord du transept à double pignon, la reprise du double pignon sud et réfection de la charpente. Calvaire classé MH le 15 mai
  • Ferme, le Couralay (Gahard)
    Ferme, le Couralay (Gahard) Gahard - le Couralay - en écart - Cadastre : 1983 C2
    titreCourant :
    Ferme, le Couralay (Gahard)
    description :
    Le logis de cette ferme est construit en moellon de grès et couvert d'ardoise ; les baies de la
    illustration :
    Le fournil IVR53_20053506678NUCA
    historique :
    En 1828, le premier cadastre de la commune semble indiquer l'existence de deux logis alignés à cet siècle. Le bâtiment a été quelque peu modifié, certaines baies ont ainsi été créées et il semble que le bâtiment ait été surélevé comme l'indique la différence de maçonnerie de la partie supérieure des murs. Le l'origine, il s'agissait d'autres logis ; le cadastre de 1828 le montre.
    localisation :
    Gahard - le Couralay - en écart - Cadastre : 1983 C2
  • Manoir, le Fresne (Caro)
    Manoir, le Fresne (Caro) Caro - le Fresne - isolé - Cadastre : 1978 YA 35
    titreCourant :
    Manoir, le Fresne (Caro)
    illustration :
    Le Fresne sur le cadastre de 1829 (A. D. du Morbihan, 3 P 75/5) IVR53_20135619690NUCA
    contenu :
    " Le lieu, maison et manoir noble du Fresne, en la paroisse de Caro, consistant en un grand corps écuries, une réserve à carrosses, le pressoir et la boulangerie flanquée d'une demi-tourelle ronde. En royal de Ploërmel, le 5 décembre 1676, par Laurent-François de Saint-Malon, seigneur du Fresne. (Extrait 16e siècle ; cette aile est construite en pierre de taille de schiste ; l'aile en retour vers le sud
    localisation :
    Caro - le Fresne - isolé - Cadastre : 1978 YA 35
    referenceDocumentaire :
    p. 151 Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes. LE MENÉ
  • Ferme, le Pront (Vignoc)
    Ferme, le Pront (Vignoc) Vignoc - le Pront - en écart - Cadastre : 1996 ZB
    titreCourant :
    Ferme, le Pront (Vignoc)
    historique :
    , le cadastre de 1835 mentionne à cet emplacement un alignement de bâtiments indépendants, dont les
    localisation :
    Vignoc - le Pront - en écart - Cadastre : 1996 ZB
  • Manoir, le Grand Gardisseul (Plestan)
    Manoir, le Grand Gardisseul (Plestan) Plestan - le Grand Gardisseul - isolé - Cadastre : 1983 ZB 14, 20
    titreCourant :
    Manoir, le Grand Gardisseul (Plestan)
    description :
    Manoir à cour fermée, conservant des dépendances et un grand enclos à l'arrière du logis. Le logis
    annexe :
    Extraits de : La Motte Rouge. Châtellenie de Lamballe, p. 535. "... Un du Breil serait le premier de son mari le 14 mars 1423, à savoir : l´hôtel et hébergement de Gardisseul contenant avec ses sera héritière. Catherine paiera le rachat de son père Jean Hingant le 14 décembre 1472. L´union, le 30 ." L´auteur suggère que Gaillard de Forsanz pourrait être le constructeur du manoir. Cette hypothèse s ´accorde mal avec le style de l´oeuvre qui situe la construction vers 1500 ; en revanche, des aménagements
    historique :
    James, propriétaire vers 1500. Le manoir porte la marque de plusieurs étapes de construction (changement agricoles datent du 17e siècle. Déclassé en ferme, le manoir est délaissé au début du 18e siècle et passe et colombier notés sur le cadastre ancien sont détruits. Réhabilitation en cours en 1998 (partie
    localisation :
    Plestan - le Grand Gardisseul - isolé - Cadastre : 1983 ZB 14, 20
    referenceDocumentaire :
    p. 186 FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le pays de Lamballe, de Saint-Brieuc à Saint-Cast et de p. 499 LA MOTTE ROUGE, Daniel de. Vieux logis, vieux écrits du duché de Penthièvre. Le Mans : 1986.
  • Manoir dit le Moulinet (Romazy)
    Manoir dit le Moulinet (Romazy) Romazy - le Moulinet - isolé - Cadastre : 1983 C 203 à 210
    titreCourant :
    Manoir dit le Moulinet (Romazy)
    description :
    L'ensemble des bâtiments composant le manoir du Moulinet est disposé autour d'une cour rectangulaire. L'entrée, avec un passage charretier et porte cintrée, se trouve au nord. Le corps de logis , orienté est-ouest, est placé sur le côté ouest de la cour ; celle-ci est fermée au sud par des remises, à . A l'ouest du corps de logis s'étend un jardin d'agrément se prolongeant dans le bois. La ferme du
    illustration :
    Vue de situation depuis le nord IVR53_20053502371NUCA Vue de situation depuis le sud-ouest IVR53_20053502373NUCA Vue générale depuis la cour vers le nord IVR53_20053502365NUCA Croix de pierre située dans le bois IVR53_20053517436NUCA
    historique :
    Le manoir du Moulinet appartint depuis le début du 17e siècle jusqu'au milieu du 18e siècle à la famille le Bel ; il passa ensuite à la famille Chauvin des Orières dont l'un des membres, maire de Romazy date du 18e siècle, tandis qu'au nord, les pavillons et le corps de bâtiment en retour d'équerre sur la
    localisation :
    Romazy - le Moulinet - isolé - Cadastre : 1983 C 203 à 210
    referenceDocumentaire :
    p. 1378 Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Collection : Le patrimoine des communes de t. 3, p. 288 Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le
  • Manoir de Le Lennic (Trégrom)
    Manoir de Le Lennic (Trégrom) Trégrom - le Lennic - en écart
    titreCourant :
    Manoir de Le Lennic (Trégrom)
    illustration :
    Extrait de la feuille D2 du cadastre ancien de la commune de Trégrom, 1834 : Le Lennic et Ker an Extrait de la feuille D2 du cadastre ancien de la commune de Trégrom, 1834 : le manoir du Lennic Trégrom, Le Lennic : manoir, élévation antérieure orientée vers l'est, détail, photographie de 1972 Trégrom, Le Lennic : manoir, élévation antérieure orientée vers l'est, détail, photographie de 1972 Trégrom, Le Lennic : manoir, élévation antérieure orientée vers l'est IVR53_20102210867NUCA Trégrom, Le Lennic : élévation antérieure orientée vers l'est, détail de la porte surmontée de 3 Trégrom, Le Lennic : manoir, élévation antérieure orientée vers l'est, détail d'une baie à traverse Trégrom, Le Lennic : élévation postérieure orientée vers l'ouest, baie à traverse horizontale Trégrom, le Lennic : manoir, élévation postérieure orientée vers l'ouest. La tour d'escalier domine le logis IVR53_20102210865NUCA
    contenu :
    manorial par une courte avenue venant du sud ("Placen Le Lennic") jusqu'à la cour située à l'est du manoir . L'avenue s'interrompt très rapidement au nord (zone très humide). Le toponyme est orthographié "Le Lennic " sur le cadastre de 1834. En Breton, il semble faire référence à "Lenn" qui signifie "la pièce d'eau ". Le cadastre ancien révèle également la présence d'une ancienne carrière (?) à l'ouest du manoir (connu par le cadastre et attesté par de récents travaux qui ont permis de mettre à jour les fondations ) : - orienté vers l'est se dresse le logis. La façade orientale est percée d'une porte moulurée en arc plein postérieure), le logis est flanqué d'une tour abritant l'escalier en vis desservant l'étage et les combles. La tour est également percée d'un petit jour et de deux fenêtres. Le palier de l'étage est doté de deux donne dans le grenier de l'appentis latéral construit au 20e siècle. Au niveau supérieur, une porte Trégrom), le logis semble avoir été amputé au sud (présence de pierres d'angle, de portes haute et basse
    localisation :
    Trégrom - le Lennic - en écart
  • Manoir, le Bois Guillaume (Caro)
    Manoir, le Bois Guillaume (Caro) Caro - le Bois Guillaume - isolé - Cadastre : 1978 ZK 30
    titreCourant :
    Manoir, le Bois Guillaume (Caro)
    illustration :
    Le manoir de Bois-Guillaume sur le cadastre de 1829 (A. D. du Morbihan, 3 P 75/14 Manoir : le portail (état en 1969) IVR53_20115601350Z Manoir : le portail (état en 1984) IVR53_19845600103X
    localisation :
    Caro - le Bois Guillaume - isolé - Cadastre : 1978 ZK 30
  • Manoir de Guernaham (Le Vieux-Marché)
    Manoir de Guernaham (Le Vieux-Marché) Vieux-Marché (Le) - Guernaham - en écart
    titreCourant :
    Manoir de Guernaham (Le Vieux-Marché)
    description :
    Le site manorial de Guernaham comprend, outre le logis seigneurial, une chapelle (dédiée à Saint ayant conservée ses deux piliers (bâtiment probablement reconstruit puisque apparaissant ruiné sur le , verger, "liors" ou courtil. La cour était autrefois fermée par un portail. Le manoir adopte un plan ; une autre a également conservé sa traverse dans le pignon sud). Certains linteaux de fenêtres portent , un oculus de forme ovoïde aménagé au rez-de-chaussée de l’élévation nord du logis. Le manoir se surmontée d’un linteau en accolade. Le logis semble avoir été agrandi vers le nord comme le montre la . Un arc de décharge est présent dans le bas du pignon sud (masqué par une remise en appentis). Le
    observation :
    Visite du site manorial réalisée par Gwenaël Fauchille le 13 octobre 2010. Dossier d'Inventaire
    illustration :
    Extrait de la feuille F3 du cadastre ancien de la commune de Le Vieux-Marché, 1835 : Gernaham Le Vieux-Marché, Guernaham : manoir, croquis par Henri Frotier de la Messelière, 1929 Le Vieux-Marché : manoir de Guernaham, carte postale, vers 1904-1908 (source : Archives Le Vieux-Marché, Guernaham : manoir, cour et puits, vue générale IVR53_20112205144NUCA Le Vieux-Marché, Guernaham : manoir, détail de l'élévation est IVR53_20112205145NUCA Le Vieux-Marché, Guernaham : manoir, détail de l'élévation nord et de la tour d'escalier Le Vieux-Marché, Guernaham : manoir, détail de la tour d'escalier encadrée des deux portes Le Vieux-Marché, Guernaham : manoir, élécation est, détail de la porte principale (arc brisé à Le Vieux-Marché, Guernaham : manoir, détail de l'ouverture de tir flanquant la porte principale Le Vieux-Marché, Guernaham : manoir, détail de l'ouverture de tir flanquant la porte principale
    contenu :
    La seigneurie de Guernaham disposait d’un droit de basse et moyenne justice, exercé, le mercredi, à d'azur avec le franc-canton de même à fond d'argent ; lequel enfeu est mitoyen entre le seigneur avouant et celui de La Haye avec le droit respectif d'y faire inhumer". Le seigneur de Guernancham possède le célébrant de la grande messe de minuit à chaque veille de Noël après avoir chanté la première la chapelle de La Trinité (aujourd’hui située sur le territoire de la commune de Le Vieux-Marché ce lieu, le jour du pardon". La seigneurie de Guernaham a appartenu à Jean de La Haye (cité en 1481 propriétaire de la seigneurie de Guernaham" en 1753. Le couple s’était marié dans la chapelle de Penanrun en Carhaix puis guillotinés à Paris le 19 juillet 1794 pour avoir caché cache des prêtres réfractaires.
    historique :
    kilomètres au sud-sud-ouest du bourg de Le Vieux Marché. Il était autrefois situé dans la paroisse de Plouaret auquel le territoire de Le Vieux-Marché était rattaché. Le toponyme "Guernanham bras", est mentionné sur le cadastre de 1835. Dans les archives, on retrouve "Guernancham", "Guernarc’han" (Nobiliaire seconde moitié du 16e siècle ou au début du 17e siècle. Les manoirs de Guernaham (Le Vieux-Marché) et de du lutin de Guernaham", "Les lutins de Guernaham", "Le pataugeur de Guernaham"... Anatole Le Braz (1859-1926) a également écrit sur le manoir de Guernaham en 1901 dans "Les noces Noires de Guernaham ". Le manoir a été dessiné en 1929 par Henri Frotier de La Messelière. En 2010, le manoir de Guernaham a fait l’objet d’une étude dans le cadre de l’Inventaire du patrimoine de la commune de Le Vieux
    localisation :
    Vieux-Marché (Le) - Guernaham - en écart
    referenceDocumentaire :
    Pierre de La Haye et par Amaury de La Haye, pour le lieu noble de Guernancham et ses dépendances ; procédures relatives au rachat dû à la seigneurie de Grandbois par le décès d'Amaury et de Jean de La Haye François-René Gouin et d'Anne-Charlotte Toutenoutre, ledit aveu mentionnant le droit de basse et moyenne justice, exercé, le mercredi, à l'issue de celle du Vieux-Marché, dans l'auditoire de cette seigneurie Plouaret et payable au seigneur parle célébrant de la grand-messe de minuit, la veille de Noël ; le patronage de la chapelle de La Trinité, en Plouaret, avec le droit de coutume sur les marchandises étalées dans ce lieu, le jour du pardon. (La seigneurie de Guernancham, en Plouaret, relevait des seigneuries , le manoir et la métairie de Guernancham , les convenants Guezennec, Runfaoues et Slang-Menou. - Fief convenant Coëtivy, Kersalé, Le Goff, Le Guennec, Olivier, Rivoal ; une maison dépendante de la chapelle de Saint-Maudez ; les pièces de terre dites Le Luorzou, Parc-Nevez, etc.
  • Ferme, actuellement maison, le Buet (Combourg)
    Ferme, actuellement maison, le Buet (Combourg) Combourg - le Buet - en écart - Cadastre : 1982 K4
    titreCourant :
    Ferme, actuellement maison, le Buet (Combourg)
    illustration :
    Couverture en tuiles plates sur le fournil au dernier plan IVR53_20013519626NUCA
    localisation :
    Combourg - le Buet - en écart - Cadastre : 1982 K4
  • Maison, 2 rue de Rosnoën (Le Faou)
    Maison, 2 rue de Rosnoën (Le Faou) Faou (Le) - 2 rue de Rosnoën - en ville - Cadastre : 1845 A2 415 1995 AE 67
    titreCourant :
    Maison, 2 rue de Rosnoën (Le Faou)
    description :
    Le rez-de-chaussée de l'aile sur cour servait à l'origine d'écurie. Maison à double accès donnant à
    cadresEtude :
    inventaire topographique Le Faou
    canton :
    Faou (Le)
    localisation :
    Faou (Le) - 2 rue de Rosnoën - en ville - Cadastre : 1845 A2 415 1995 AE 67
  • Manoir, la Bretonnière au renard (Le Ferré)
    Manoir, la Bretonnière au renard (Le Ferré) Ferré (Le) - la Bretonnière au renard - en écart
    titreCourant :
    Manoir, la Bretonnière au renard (Le Ferré)
    description :
    Le logis occupe la partie occidentale de l´alignement, la maçonnerie est en pierre de taille et la la souche de cheminée, massive, est située sur le faîte du toit. On peut également noter la présence
    illustration :
    La Bretonnière au Renard sur le cadastre de 1834. IVR53_20093505616NUCA
    contribution :
    Le Bohec Régis
    localisation :
    Ferré (Le) - la Bretonnière au renard - en écart
  • Ferme, le Fresne (Saint-Germain-sur-Ille)
    Ferme, le Fresne (Saint-Germain-sur-Ille) Saint-Germain-sur-Ille - le Fresne - isolé - Cadastre : 1983 A2
    titreCourant :
    Ferme, le Fresne (Saint-Germain-sur-Ille)
    description :
    taille de granite. Certains de ces encadrements sont décorés d'accolades sur le linteau par exemple ; la porte d'entrée est une porte en plein cintre. Le toit à croupes est couvert d'ardoise, il est surmonté rez-de-chaussée. Le corbeau possède un double ressaut et la partie supérieure du linteau possède une
    illustration :
    Les bâtiments sur le cadastre de 1828 IVR53_20053508427NUC Le logis IVR53_20053508430NUCA Le fournil IVR53_20053508431NUCA Le fournil IVR53_20053508432NUCA
    historique :
    effet, certains élément tels que le décor des baies (porte en plein cintre, linteau décoré d'accolades d'avancer cette datation. La visite des combles de la construction a permis de découvrir que le bâtiment avait probablement été rallongé, ainsi, originellement, le bâtiment s'arrêtait à la souche de cheminée -t-il des remplois. Le fournil situé au sud de la cour est également ancien, peut-être du 18e siècle car il est déjà représenté sur le cadastre de 1828. Les bâtiments situés à l'ouest du logis, abritant un cellier et une grange, sont également représentés sur le premier cadastre. Seules la grange située
    localisation :
    Saint-Germain-sur-Ille - le Fresne - isolé - Cadastre : 1983 A2
  • Manoir, le Champ Mauny (La Chapelle-Chaussée)
    Manoir, le Champ Mauny (La Chapelle-Chaussée) Chapelle-Chaussée (La) - le Champ Mauny - isolé - Cadastre : 1983 A2 738
    titreCourant :
    Manoir, le Champ Mauny (La Chapelle-Chaussée)
    illustration :
    Le Champ Mauny sur le cadastre napoléonien IVR53_20163505450NUCA
    contenu :
    Manoir construit dans la seconde moitié du 16e siècle. Le logis est construit entièrement en décors : un appui de fenêtre saillant mouluré, une accolade sculptée sur le linteau de la porte, des
    localisation :
    Chapelle-Chaussée (La) - le Champ Mauny - isolé - Cadastre : 1983 A2 738
    referenceDocumentaire :
    Le département d'Ille-et-Vilaine. Histoire, Archéologie, Monuments. BANÉAT, Paul. Le département
  • Le bourg de Trébeurden et sa périphérie
    Le bourg de Trébeurden et sa périphérie Trébeurden - le Bourg Lan-ar-Cleis - Cadastre : 1819 C2 2004
    titreCourant :
    Le bourg de Trébeurden et sa périphérie
    description :
    Situé dans la partie haute et à l'est du secteur aggloméré, le chef-lieu de la commune est
    profession :
    [géomètre] Le Bescont Yves
    localisation :
    Trébeurden - le Bourg Lan-ar-Cleis - Cadastre : 1819 C2 2004
  • Maison, le Rocher Colas (Saint-Ouen-des-Alleux)
    Maison, le Rocher Colas (Saint-Ouen-des-Alleux) Saint-Ouen-des-Alleux - le Rocher Colas - en écart
    titreCourant :
    Maison, le Rocher Colas (Saint-Ouen-des-Alleux)
    description :
    chambre. La salle occidentale possède une cheminée monumentale en granite, engagée dans le mur pignon et à bois implanté dans le couloir central. Les poutres des combles sont également chanfreinées et moulurées
    annexe :
    maison avisagé à midy consistant en une salle par le bas à l'orient et une cave à l'occident avec coridor entre, deux chambres au dessus du tout et un grenier en superficie le tout en plancher de terre, une et murs autour sont sur le jardin de Jean Bourdin et celui de la ferme du Rocher Colas, un terrein en Châteignerais au nord de la première cour et jardin y joignant du midy une pièce de terre en laboures nommée le jeannier au nord et partie orient de la ditte châtaignerais avec partie de la haie au côté orient le bout pré sans haie si ce n'est vers nord sur le pré fermé seulement dépendant de la retenue de la Bélinaye
    illustration :
    Le manoir du Rocher Colas sur le cadastre de 1833 IVR53_20113506251NUCA
    historique :
    Cette maison, ancienne possession des seigneurs de la Bélinaye dont le château n'est qu'à quelques remontant à la deuxième moitié du 16e siècle. Le contrat de vente de Biens Nationaux concernant les biens de un escalier en pierre et bois", encore en place en 1833 sur le cadastre, mais qui a disparu depuis
    contribution :
    Le Bohec Régis
    localisation :
    Saint-Ouen-des-Alleux - le Rocher Colas - en écart
    referenceDocumentaire :
    Saint-Aubin-du-Cormier, Arrondissement de Fougères, Département d'Ille-et-Vilaine. Terminé sur le terrain le 26 août 1833, sous l'administration de Mr. Cahouet, Préfet, Mr Derennes, Maire, et sous la
  • Maison de prêtre, l'Esconerie (Saint-Marc-le-Blanc)
    Maison de prêtre, l'Esconerie (Saint-Marc-le-Blanc) Saint-Marc-le-Blanc - l' Esconerie - en écart
    titreCourant :
    Maison de prêtre, l'Esconerie (Saint-Marc-le-Blanc)
    description :
    retrouve régulièrement dans le Coglais, la maison avec logis à l'étage distribué par un escalier droit hors -oeuvre en façade principale. Ce type d'élévation nous indique immédiatement le mode d'organisation du
    illustration :
    L'Esconnerie sur le cadastre de 1833. IVR53_20113505022NUCA La maison sur le cadastre de 1833. IVR53_20113505024NUCA
    historique :
    soit dans le traitement de la façade, comme des décors portés, tout laisse envisager une datation
    contribution :
    Le Bohec Régis
    localisation :
    Saint-Marc-le-Blanc - l' Esconerie - en écart
    referenceDocumentaire :
    p. Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine . Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).
1 2 3 4 15 Suivant