Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 3366 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Le balisage de la rivière de Tréguier
    Le balisage de la rivière de Tréguier
    Historique :
    /Gallica). Le texte en encarté de la carte nous explique comment embouquer la Rivière avec les par la mairie de Tréguier, d’un marché à Pierre le Goïc, négociant à Bréhat, pour l’établissement du balisage sur cinq rochers : la pierre à Corbeau, le Pen ar Guezec, le petit Taureau, la pierre à Chenal et le Goaziguelou. "On fournira à l’entrepreneur le plomb, le soufre, les balises et ferrailles prêtes à être mises en place. L’entrepreneur est chargé de prendre sur le quai de Tréguier les balises ; il sommes en période de blocus des côtes par les anglais. Bien que le Goïc demande au préfet 6 militaires pour protéger ses ouvriers, il est lui-même capturé par un péniche anglaise le 19 juillet 1803 dans son emportées par les tempêtes. Au cours du 19e siècle, des travaux complèteront le balisage de la rivière de plaisance en 1981, le balisage a été prolongé jusqu’au premier ponton, l’espar bâbord de la pointe de Porsmeur, établi en 2009 sera le dernier.
    Contributeur :
    Contributeur Le Hénaff Michel
    Référence documentaire :
    A S 90 : marchés balises le Goïc A S 90 : marchés balises le Goïc.
    Titre courant :
    Le balisage de la rivière de Tréguier
    Texte libre :
    tourelle blanche, par le clocher de l’ancienne chapelle Saint-Michel. Le chenal secondaire de la Gaine et se faufiler dans le chenal, les alignements sont donné dans un premier temps par les feux de Port -la-Chaîne et Saint-Antoine mis en route le 25 décembre 1863 ; puis le phare à secteur de la Corne permet à marée suffisante, aux bateaux de petit tonnage d’approcher par l’est le phare de la Corne blanche à l’est de l’ile d’Er) par le pignon d’une maison à Kerglazic en Plougrescant (actuellement seul existe le pignon, rehaussé tardivement). Un autre chenal secondaire, balisé par 4 perches, permet au départ de la tourelle cardinale nord des trois Pierres d’atteindre le petit havre de Port Béni.
    Illustration :
    Tourelles de Pen ar Guezec (photographie : Michel Le Hénaff) IVR53_20182207427NUCA de la Gaîne (photographie : Michel Le Hénaff) IVR53_20182207416NUCA Phare à secteur de la Corne, allumé en 1876 (photographie : Michel Le Hénaff) IVR53_20182207426NUCA entre la Corne et le Taureau (photographie : Michel Le Hénaff) IVR53_20182207417NUCA , naviguer au sud (photographie : Michel Le Hénaff) IVR53_20182207420NUCA tribord de la Pierre à Chenal, pour entretien au sec (photographie : Michel Le Hénaff cône en fer aujourd’hui très oxydé (photographie : Michel Le Hénaff) IVR53_20182207424NUCA Bouée bâbord du Gorrejou, devant un banc rocheux (photographie : Michel Le Hénaff de Kestellic (photographie : Michel Le Hénaff) IVR53_20182207418NUCA face des quais du port de commerce (photographie : Michel Le Hénaff) IVR53_20182207425NUCA
  • Remise à machines et voitures de Sainte-Catherine aujourd'hui brasserie Philomenn (Tréguier)
    Remise à machines et voitures de Sainte-Catherine aujourd'hui brasserie Philomenn (Tréguier) Tréguier - Parc Sainte-Catherine - en ville
    Contributeur :
    Contributeur Le Hénaff Michel
    Référence documentaire :
    Témoignages recueillis par Michel Le Hénaff Témoignages recueillis par Michel Le Hénaff. "Le petit train dans la tourmente 1939-1945" d'après Alain Lozac’h, extrait de Wiki-Armor "Le
    Texte libre :
    est le dernier témoin du passé ferroviaire de Tréguier. Après l’arrivée du train en 1905, la gare est avec plaque tournante est construit sur le terre plein en aval du pont Canada, puis vers 1920 cet voitures, le bâtiment reçoit dans la nef principale, sur rails, les locomotives. Pour permettre , deux voitures mixtes avec fourgon et six voitures sans fourgon sont en service. En 1907, sur le groupe tonnes dont une calée à 930 mm, plus onze voitures dont trois calées à 930 mm. Le "calage" des roues lourds et plus larges, et la largeur disponible entre rails est moindre que le réseau des Côtes du Nord . Ainsi une locomotive calée à 930 mm peut emprunter le réseau Breton, mais non celle à 940 mm ! Si en habitations. Le 13 août 1944, Louis Le Guillou, forgeron, reçoit trois éclats au bras gauche, un à l'épaule ces temps difficiles, les enfants venaient sur le site glaner les morceaux de charbon qui tombaient ouvrier leur avait demandé de s'abriter dans le bâtiment. Un second bombardement le 14 octobre 1942
    Illustration :
    Michel Le Hénaff) IVR53_20182207489NUCA , mécanicien de 1910 à 1932 (photographie de sa petite-fille, madame le Trocquer) IVR53_20182207486NUCA voitures où était stocké le sel de voirie, le portique 1T 000 pour palan n’est pas d’origine, juin 2013 oxydés ont éclaté le béton, juin 2013 IVR53_20182207494NUCA générale depuis le sud-ouest IVR53_20182200653NUCA générale depuis le sud-ouest IVR53_20182200658NUCA depuis le sud-ouest IVR53_20182200656NUCA depuis le sud-ouest IVR53_20182200654NUCA générale depuis le sud-ouest, détail de l'enseigne IVR53_20182200655NUCA
  • Moulin à marée de Traou Meur (Trédarzec)
    Moulin à marée de Traou Meur (Trédarzec) Trédarzec - Traou Meur - en écart - Cadastre : 1954 AC 177
    Historique :
    en contrebas de ce dernier moulin. Le niveau est donc imposé à 20 cm sous la roue. (Michel Le Hénaff immémoriaux des seigneurs (moulin à marée de Bili Gwenn à Troguéry au seigneur du Cosquer, le Carpont au seigneur du même nom), le moulin de Traou Meur est relativement récent. En 1856, l’Empereur Napoléon III , rétrocède à Le Goaster, négociant à Tréguier, le domaine maritime de l’anse du ruisseau de Traou Meur qui descend de Trédarzec. Légalement (article L 3111-2 du Code de la propriété des personnes publiques), le domaine public maritime et le domaine public fluvial sont inaliénables sous réserve des droits et des délimitée le 8 mai 1857 par l’ingénieur des Ponts et Chaussées, en présence du pétitionnaire Le Goaster et de messieurs Yves Le Quellec, riverain et François Le Barzic, propriétaire du moulin de l’Évêque à contrarie pas le fonctionnement de la roue de son moulin et que l’eau ne recouvre pas la route de Pouldouran
    Contributeur :
    Contributeur Le Hénaff Michel
    Description :
    : concours de boules, brocante... (Michel Le Hénaff, association Océanide, 2019). l’eau... Le canal d’entrée à ciel ouvert a 1.90 de large ; dans sa partie basse un clapet de bois oscillant de 1.90 mètre de haut surmonté d’une obturation en madriers, se ferme lorsque la mer redescend. Le ponceau en pierre de taille appareillé sous le bâtiment a 3.60 mètres de haut pour 2.10 de large et alimente la roue. Il n’est pas question de vanne de fermeture, le meunier travaille en fonction de l‘heure en béton dont les débris sont encore visibles au fond de la retenue. Le bâtiment du moulin mesure 27 impressionnante surtout côté rivière, il a 5 niveaux plus un comble. Le nombre important de fenêtres, une sablier, l’acquiert en 1972, pour y établir le magasin que nous connaissons actuellement, toujours quasiment dans son jus, excepté une petite extension et le bardage de l’aile Est. La retenue est remblayé en 1992 et le terre-plein enherbé ne sert que quelques jours par an, aux festivités du bar du Pont
    Texte libre :
    bâtisse avait un tout autre usage : un moulin à marée. (Michel Le Hénaff, association Océanide, 2019). "CO. PER MER" : dans le milieu maritime et autre, cette enseigne, par sa notoriété est précaution sur un plancher fatigué, rafistolé de rustines de tôles, portant les repères pour le métrage des cordages à l’ancienne exhalent encore le brai et la poix de calfatage entreposée dans un carton, embaume l’habillement ciblé mer mais pour accédez aux planchers du même acabit que le rez-de-chaussée, nous empruntons
    Illustration :
    Plan général de la concession au sieur Le Goaster pour une usine, cartouche et moulin Lescop, au Plan général de la concession au sieur Le Goaster pour une usine, surface globale de l’emprise et Vue d’ensemble de la minoterie et de la retenue, à gauche le viaduc de chemin de fer sur le Jaudy couverture Le Foll, bâtis sur un terre-plein bordé d’un mur de soutènement IVR53_20182207801NUCA Le canal d’alimentation en eau de la première retenue et le canal de jonction de la deuxième La première retenue remblayée, le passage du ruisseau de Traou Meur est conservé Intérieur du magasin, le plancher rafistolé avec les repères pour la découpe des cordages
  • Tréguier, grand nœud ferroviaire
    Tréguier, grand nœud ferroviaire
    Historique :
    le long des quais de Tréguier : voies de lignes, de garage, de manœuvre, de quai et de desserte des magasins. Les bâtiments de la gare de marchandises, des voyageurs, le château d'eau, les vespasiennes ont 1930 venant de Guingamp via Plouëc et arrivant à Tréguier. Sous le bourg de Minihy-Tréguier, il franchit le viaduc de Loguellou qui surplombe le Jaudy. Le territoire de Tréguier est atteint par le droite, il aperçoit déjà l’interminable viaduc sur le Jaudy, portant un bel autorail De Dion-Bouton venant de Paimpol. Il s’inquiète : qui passera le premier à la jonction, un peu plus loin, à la hauteur , la traversée du chemin de Grande Communication est toujours délicate : il faut croiser le flux des charrettes et piétons qui affluent de Trédarzec vers Tréguier surtout le mercredi, jour de marché, et le jour du pardon de Saint Yves. Le train évolue ensuite sur le remblai nouvellement gagné sur l’estran pour héberger la gare et ses installations. En premier, l’ancienne remise et sa plaque tournante, puis le
    Contributeur :
    Contributeur Le Hénaff Michel
    Référence documentaire :
    "Le Petit Train des Côtes-du-Nord (1939-1945 ) Une entreprise dans la tourmente de la seconde guerre mondiale" "Le Petit Train des Côtes-du-Nord (1939-1945 ) Une entreprise dans la tourmente de la le centenaire du train des Côtes du Nord à Boutdeville, Langueux sur wikiarmor.net
    Illustration :
    1905, détruit en 1944 (collection réunie par Michel Le Hénaff) IVR53_20182207461NUCA -Tréguier (collection réunie par Michel Le Hénaff) IVR53_20182207462NUCA l’écoulement des marées (collection réunie par Michel Le Hénaff) IVR53_20182207463NUCA voiliers (collection réunie par Michel Le Hénaff) IVR53_20182207464NUCA la voie (collection réunie par Michel Le Hénaff) IVR53_20182207465NUCA (collection réunie par Michel Le Hénaff) IVR53_20182207466NUCA , lors du coulage du béton, ce cintre en bois s’effondrera (collection réunie par Michel Le Hénaff Michel Le Hénaff) IVR53_20182207469NUCA réunie par Michel Le Hénaff) IVR53_20182207470NUCA Guézénec, carte postale (collection réunie par Michel Le Hénaff) IVR53_20182207471NUCA
  • Port de Pouldouran (Pouldouran fusionnée en La Roche-Jaudy en 2019)
    Port de Pouldouran (Pouldouran fusionnée en La Roche-Jaudy en 2019) Roche-Jaudy (La) - Pouldouran - en village
    Contributeur :
    Contributeur Le Hénaff Michel
    Référence documentaire :
    Faudacq, œuvres marines PRIGENT, Guy. LEVASSEUR, Olivier, BOELL, Denis-Michel. Faudacq, œuvres
    Précision localisation :
    commune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Pouldouran
    Annexe :
    Le port de Pouldouran Pouldouran, situé au bord du Bizien, l’un des affluents du Jaudy, est un Pouldouran le Yvon Guillou marchand de Roscof dix huit tonneaux six jutes et demi de froment..." "Pour faire rendre le dit grand portail de la métairie à Lantréguier auront payé à un passager que le dit vint quérir pays. Au 20e siècle, ce sont les engrais de mer, le maërl et surtout le goémon qui ont fait la réputation de Pouldouran. Les bateaux vont ramasser le goémon à l'île d’Er et à l'île Loaven, seuls endroits récents : - Marcel FORTUNE possédait le plus grand bateau de la rivière de Tréguier. Construit en 1931 par le chantier Bernard de Plougrescant, il mesurait 8 mètres et avait pour nom le "Vénus" - Yves Marie matelot. - Yves PERRON avait un bateau entre 1942 et 1946 puis est reparti dans la marine marchande. Le goémoniers de Plougrescant, La Roche Jaune, Kerbors et Pont Rod venaient aussi livrer leur récolte dans le travailler dans le froid et sous la pluie. La profession est aussi pleine de risques : trop chargés, les
    Texte libre :
    souvent en mauvais état, le commerce se faisait donc en priorité par les voies d’eau. Pouldouran, situé au fait livraison au havre de Pouldouran le Yvon Guillou marchand de Roscof dix huit tonneaux six jutes et demi de froment…" - "Pour faire rendre le dit grand portail de la métairie à Lantréguier auront payé à un passager que le dit vint quérir au havre de Pouldouran" - "deux bussards (2x268 litres) de vin fin) rendus près le bourg de Pouldouran de Saint François Lantréguier…" - "Item aurait acheté vingt neuf futs de pipe (tige, perche, pieu) pour faire cheviller de lattes et réparer en divers endroits le une journée que le comptable aurait été occupé pour faire rendre la chaux vive au bourg de Pouldouran Pouldouran transitaient des marchandises nombreuses et variées, les matériaux pour la construction, le indispensable à la vie du pays était acheminé par voie maritime. Bien sûr le trafic servait aux seigneurs du faisait depuis La Roche-Derrien, Pont-Rod, Kerscarbot, le moulin de la Flèche (Langoat) et Pouldouran. Les
    Illustration :
    Le bourg de Pouldouran en 1835. Extrait du cadastre ancien (A.D. 22, sous-série 3P Sloop borneur dans le port de Pouldouran par Louis-Marie Faudacq, vers 1880-1890 (collection
  • Les sabliers modernes de la rivière de Tréguier
    Les sabliers modernes de la rivière de Tréguier
    Contributeur :
    Contributeur Le Hénaff Michel
    Référence documentaire :
    "Contribution à l'étude du port de Tréguier" LE CAM, Michel. "Contribution à l'étude du port de Témoignages : Yvon Le Jolu, Roger Perrot Témoignages : Yvon Le Jolu, Roger Perrot.
    Texte libre :
    livre Victor Le Guen, du moulin de L’Enfer, puis les frères Perrot. Il possède une bonne connaissance du construction. Ainsi, le pont Canada inauguré en 1954 a nécessité 4000 m3 de sable de rivière et de gravillon de Le Jolu achète l’Azalée en 1957 à la veuve de l’armateur Louis Provost de Lampaul Plouarzel lampaulaise motorisée à la construction. Reconditionnée au chantier Keraudren, elle arrive à Tréguier le 23 sous le pont Canada. Le mât, déposé par la grue de chez Guézenec, est remplacé par un portique tripode rabattable en fer, par les soins des établissements Le Meur de Plouguiel. Le banc de sable exploitable pour à marée montante. Les saletés du haut du banc tombant dans le bas de l’entonnoir, il faut ensuite poser la benne dans la pente pour avoir du beau sable. On n’utilise pas le tamis, le sable se nettoie dans le courant et est propre. Le filon s’épuise au début des années 1970, au grand dam des patrons septembre 1965 à Lopez de Toul an Héry, qui la perdit le 2 février de l’année suivante sur le banc du
    Illustration :
    , reproduction de Michel Le Hénaff) IVR53_20182207519NUCA Tréguier : les quais, carte postale Le Flem (collection particulière). Tas de sable sur le quai L'Azalée de l’armement Le Jolu, à son arrivée à Tréguier, le 23 septembre 1957. Le mat de charge Tronçons du mât en "pitchpin" de l’Azalée. Remarquons le diamètre de 55 cm et les gorges évidées pour le passage des câbles d’éclairage de tête de mât IVR53_20182207521NUCA Jean Crech’riou, l’armateur Maurice Le Jolu et le soudeur Le Meur de Plouguiel (photographie du fonds Le Jolu) IVR53_20182207523NUCA le pont Canada (photographie du fonds Le Jolu) IVR53_20182207524NUCA Fleur de Trégor, armement Le Jolu, avec pleine charge de sable, voir plus si nous regardons les Fleur du Trégor au carénage sur tins, toujours en place à la grève de Traou Durand sur le Trieux en
  • La rivière de Tréguier en fêtes
    La rivière de Tréguier en fêtes
    Contributeur :
    Contributeur Le Hénaff Michel
    Référence documentaire :
    "Le Journal de Tréguier" Archives Départementales des Côtes-d’Armor, cote JP 54, presse ancienne : Le Journal de Tréguier.
    Texte libre :
    La rivière de Tréguier et ses affluents le Jaudy et le Guindy, sont depuis des temps immémoriaux le fin du 19e siècle sont organisées les régates de Tréguier comme le relate Le journal de Tréguier dans aux flambeaux des Pompiers avec lanternes vénitiennes et le tir aux pigeons, hors d’œuvre de dimanche matin, le départ des régates est donné à 13h00. Pendant la course de nombreuses activités sont proposées et la soirée se termine par le bal habituel. Mais revenons aux régates ; y participent tous les qui concourent pour une grande course le lundi, aller-retour Port Blanc, ont tous comme propriétaires anglais très étroit, Illico à M. Laboureur sorti du chantier du même nom fait sa première course et le , seules quelques minutes après temps compensé de presque 6 heures, séparent les concurrents. Monsieur le yachts qui superbement toilés, ont belle allure. Le Journal de Tréguier va ainsi relater pendant sont présents et ils reviendront par la suite. Leurs canots à avirons appelés "berthons" concourent. Le
    Illustration :
    2 septembre 1888, page de l’hebdomadaire "Le journal de Tréguier" relatant les résultats des Jour de régates, les bateaux-pilotes en régates fin 19e siècle devant Pors Bian, le pilote Jour de régates, toujours devant Pors Bian, les yachts avec toute leur toile, y compris le flèche 7 juillet 1912, Le journal de Tréguier annonce en première page des régates (Archives 30 juillet 1933, Le journal de Tréguier annonce la braderie (Archives Départementales des Côtes 1955, congrès départemental des Pompiers sur le vieux quai de Tréguier (collection particulière
  • Négociants en vin et cidreries à Tréguier
    Négociants en vin et cidreries à Tréguier
    Contributeur :
    Contributeur Le Hénaff Michel
    Référence documentaire :
    Le vin des Bretons ALE, Gérard. POULIQUEN, Gilles. Le vin des Bretons. Éditions Le Télégramme
    Texte libre :
    Le goût immodéré des Celtes pour le vin et autres breuvages a toujours étonné les auteurs grecs et latins. A la cour des seigneurs le vin importé coulait à flot tant en Gaule qu'en Irlande ou au Pays de amphores vinaires. À Paule sur le site de Saint Symphorien, ferme-forteresse dont l’histoire commence 600 l’invention du tonneau par les Gaulois a amélioré le transport des breuvages, il faudra attendre le 19e siècle la Katherine pour neuf tonneaux de vin" ou "Marc le Goareguer, pour douze tonneaux de vin de sa pinasse." S’il n’est pas évident de trouver des amphores romaines dans le Trégor, ces témoignages qui arrivent du pays de Dinan, Saint-Cast le Guildo, Pleurtuit et du Finistère. Les navires sont rapidement concurrencés par le train dès l’ouverture de la ligne Plouëc - Tréguier en 1905. Dans les années sa production : pour exemple chez Stanislas Nicol, rue Renan, le cidre se nomme Gwad Avalou (Sang de la Pomme) et le lambig Kazadenn Tad Koz (Cuvée du Grand Père). Les pressoirs, au départ mécaniques
    Illustration :
    visualisons bien le sloop, échoué au vieux quai. La photographie témoigne de la cohabitation entre le port et le chemin de fer IVR53_20182207508NUCA Le Sloughi à l’accostage au quai Guézénec (collection particulière) IVR53_20182207509NUCA Le bâtiment qui abritait les cuves des Chaix du Trégor, actuellement siège de la manutention
  • La défense de la rivière de Tréguier
    La défense de la rivière de Tréguier
    Historique :
    apercevons le corps de garde de Roch Saint Helen, sous la chapelle de Saint Votrom. Puis vers 1800, une autre carte "Entrée de la Rivière de Tréguier", identifie le corps de garde de Pen Palud et celui de Port Béni deuxième partie du 19e siècle puis vendu aux enchères publiques en mairie de Lézardrieux le 12 septembre
    Contributeur :
    Contributeur Le Hénaff Michel
    Texte libre :
    plus compliqué. Mais passé le banc sableux du Taureau, la rivière s’annonce propice aux mouillages et au repos des navires jusqu’au "beau havre de Tréguier" comme l’écrit en 1582 le marquis Bertrand l’Amiral Laisné, expliquant comment aborder la rivière de Tréguier, nous apercevons le corps de garde de Rivière de Tréguier", identifie le corps de garde de Pen Palud et celui de Port Béni (Saint Laurent) qui 19e siècle puis vendu aux enchères publiques en mairie de Lézardrieux le 12 septembre 1891. Quant à accolée une tourelle à la couverture de ciment, dépassant le faitage, accessible par un escalier extérieur 3300 mètres du précèdent, le corps de garde en pierre est incorporé comme un penty dans l’habitation fin 19e siècle une substructure en pierre avec balcon de style balnéaire, abritant le surveillant des parcs à huitres. Le dernier ouvrage se trouve en amont du pont Canada, sous Crec’h Yann, à 2 kilomètres du Barzic. Le soubassement de pierre complètement ruiné, laisse juste voir quelques pans de murs. Cet
    Illustration :
    de Lézardrieux) et à Pleubian (Côtes-d'Armor), fait aux Sept-îles le 30 juin 1744 par le chevalier de Défenses de la Rivière de Tréguier, maison de Pen Palud dite de Calder qui a absorbé le corps de
  • Établissements Guézénec, marchands de bois et matériaux actuellement chantier naval du Jaudy (Tréguier)
    Établissements Guézénec, marchands de bois et matériaux actuellement chantier naval du Jaudy (Tréguier) Tréguier - 14 rue du Port - en ville
    Contributeur :
    Contributeur Le Hénaff Michel
    Texte libre :
    En 1884, le docteur Guézénec, exerçant à Tréguier, marié à Caroline le Goaster, fils d’un capitaine brouette !), établie sur le port à l'emplacement de l'actuel hôtel Aigue Marine. L’entreprise de négoce de bois s'agrandit et demande le 9 mars 1909 à être raccordée par rails à la gare des Chemin de Fer des Côtes-du-Nord, construite en 1904 sur le terre-plein d’en face. La même année, elle demande un deuxième embranchement pour le chantier de bois qu’elle possède au nord du grand quai ; elle l’obtiendra en 1910 après bien des discussions. A cette occasion le maire, Gustave de Kerguézec, se plaint des abus de Guézénec ... L'entreprise déménage en 1920 sur un grand terrain d’un hectare acheté aux Villeneufve, le long de la promenade Guézénec y construira au fur à mesure des bâtiments pour le travail du bois, bâtiments qui vont couvrir presque la totalité du fonds. Le nouveau bâtiment est raccordé dès 1920 aux rails des quais, rails qui se prolongent sous un étonnant pont roulant en anneau pour desservir les différents stockages. Le rail du pont
    Illustration :
    Tréguier : établissements Guézénec, le transporteur électrique, carte postale (collection Tréguier : établissements Guézénec, le quai planté avec cargo et les grues électriques de la fabrique d’agglomérés. Au milieu, la scierie, le stockage et l’étonnant portique couvert en ovale
  • Pors Hir : Pors an heol (Plougrescant)
    Pors Hir : Pors an heol (Plougrescant) Plougrescant - Pors Hir - en écart - Cadastre : Domaine Public Maritime
    Historique :
    Pors Hir, encore appelé 'Pors an heol', le 'Port du Soleil' est avec Pors Scaff et le Castel, le est très riche. Elle a été inventoriée dans les années 1960 par le chercheur universitaire de Brest , Alain Le Berre, associé à Abel Omnès. Les informateurs de cette enquête étaient les marins pêcheurs Hyacinthe Lanthoën, Yves Gauter, René Le Calvez et Louis Rannou. Françoise-Marie Le Gonidec et Maï Cloarec ('Maï Kastell Meur') s'étaient jointes à cette recherche. Yves Le Coadou a été notre informateur Nord-Ouest, le long de la digue actuelle, est appelée 'Karreg an heol'. Elle constitue la rive Ouest du passage du 'Priol'. 'Karreg Kreis Pors-Hir' est le rocher du milieu du port, face à la digue écroulée 'Roc'h istr'. On peut aussi citer le 'rocher des nains'. Les ouvrages portuaires de Pors Hir : la cale et le mur-digue ont été construits vers 1975-80. Le mur-digue a été reconstruit en 2007, suite aux habitations du site portuaire sont datées entre le 4e quart du 19e siècle et le 1er quart du 20e siècle, les
    Contributeur :
    Contributeur Le Hénaff Michel
    Référence documentaire :
    Toponymie nautique de la côte nord de Bretagne entre le plateau de la Méloine et les Héaux de Bréhat LEBERRE, Alain, OMNES, Abel. Toponymie nautique de la côte nord de Bretagne entre le plateau de la Les usages de la mer dans le Trégor au 18e siècle LEVASSEUR, Olivier. Les usages de la mer dans le Témoignage oral Témoignage oral sur la toponymie nautique de la côte de Plougrescant LE COADOU
    Statut :
    propriété de la commune le site inclut du bâti privé
    Description :
    derniers 30 mètres et 4 mètres de largeur. Les murs de parement sont construits en moellons de granite. Le mur digue, situé perpendiculairement à la cale, suit le linéaire côtier le long de la route communale limoneuse est très érodée. On remarque les vestiges d'un mur de défense et le recul de la falaise par , la falaise a reculé de plusieurs dizaines de mètres le sentier douanier a été déplacé. Le site
    Annexe :
    Toponymie nautique de la côte de Plougrescant, 1969 Alain Le Berre, attaché de recherche CNRS Enquête de Abel Omnès, diplômé d'études celtiques, sur la côte située entre la pointe du Château et le . Informateurs complémentaires : François-Marie Le Gonidec, marin-pêcheur au Roudour en Plougrescant, Yves Gauter Chanoine François Falc'hun et de Yann An Du (Yves Le Dû), professeurs de Celtique (UER des Lettres et Mer, Brest, des professeurs Michel Glémarec et de Jean-Yves Monnat (UER Brest), de Louis Chauris portion de côte située entre le plateau de la Méloine et Plougrescant fait partie de l'ancien évêché de Tréguier qui a été supprimé par le concordat de 1801, et dont le siège aurait été primitivement 'ar Geoded , le Coz Gueaudet, d'après la 'Vie des Saints de la Bretagne-Armorique' d'Albert Le Grand. Cette région Anko' (bepred-palez) 'Entre les Triagoz et le Château du Taureau La Mort est toujours présente '. Cependant, comme le signale la carte marine de 1837, levée par Beautemps-Beaupré, on y trouve 'l'excellent
    Illustration :
    Vue de Pors Hir, début 20e siècle : deux petites cales enrochées permettaient le débarquement Vue de la digue-mur qui prolonge la cale à angle droit : remarquer le revers du mur Yves Le Coadou, dit 'Lili Coadou', notre informateur sur la toponymie maritime Karreg Ch'rec'h Pors Hir et le Rocher habité par des nains, selon la légende IVR53_20082210040NUCA 'Roc'h la neige' et Pors Anton', le 'port d'Antoine', au Nord-Ouest de Pors Hir, en direction du
  • Pont dit
    Pont dit "passerelle Saint-François" (Plouguiel - Tréguier) Tréguier - Saint-François - en village - Cadastre : 2004 AD non cadastré domaine public
    Historique :
    du Raz à Venise. (Michel Le Hénaff, association Océanide, 2019). passerelle suspendue sur le rivière le Guindy : Article 2 : Il sera pourvu aux frais de construction et publique Article 4 : Il sera perçu un droit de péage d’après le tarif suivant : - Pour chaque personne , négociant à Guingamp, concessionnaires, lancent les travaux. Qui en est le constructeur ? Peut-être le fondateur de nombreuses entreprises avec ses frères. En 1849, les concessions des ponts de Tréguier (avec le d'accès, font l’objet de procédures en particulier avec le sieur de La Baronnais. Côté Tréguier, où l’accès longe le Guindy par un chemin étroit et scabreux, décision est prise de transiter par les propriétés en amont, tracé devenu l’actuelle impasse Saint François. Dès 1867, le Conseil Municipal de Tréguier réclame au Conseil Général la suppression du péage, qui sera effective le 1er février 1873 par le rachat des deux ponts pour 195 000 francs par le Conseil Général. Un premier pont en bois est construit
    Contributeur :
    Contributeur Le Hénaff Michel
    Hydrographies :
    le Guindy
    Description :
    de câbles inox. L’ouvrage, peint de couleur noire, s’intègre dans le paysage. (Michel Le Hénaff porteurs ou de retenue ancrés sur chaque culée par le biais de deux piles en maçonnerie. Les gardes-corps mètres par 3,40 mètres qui s’avancent vers le lit de la rivière. A l’aplomb du front de chaque culée sont m. Le passage entre ces pylônes est de 1,60 m, largeur de passage d’une charrette. L’ouverture entre côté rive, barre inclinée arrimée à un tirant passif ancré dans le sous-sol rocheux des berges . Auparavant les tirants originels étaient ancrés à une grosse pierre enfouie sous le massif des culées, mais et le vieillissement des bois en faisaient un ouvrage ni pérenne ni sécurisant : les trégorrois l'appelaient « le pont balançant ». Les normes contemporaines des ouvrages piétons ont imposé un passage au rails. Ces rails sont aussi le roulement d’une nacelle de visite suspendue sous le tablier. Sous chaque suspente, les entretoises métalliques supportent le solivage et le platelage en chêne de 2 mètres de large
    Texte libre :
    Conçue sur le principe des ponts suspendus à fil de fer imaginé par l’ingénieur Marc Seguin, la installé sur la rive opposée à Plouguiel. La passerelle permet de franchir le Guindy et de relier les tablier, il s’agit d’un pont piéton. Comme le pont Canada qui permet de franchir le Jaudy, la passerelle 54 ans et 11 mois. En 1873, la passerelle est rachetée par le Conseil général des Côtes-du-Nord qui sanitaire, la passerelle a été reconstruite par l'entreprise Freyssinet entre 2012 et 2013 avec le soutien
    Illustration :
    du chemin de fer construite en 1906, carte postale (collection Michel Le Hénaff Le pont Saint-François en 1834 d'après extrait du cadastre de la commune de Tréguier (AD 22 la passerelle, effet de gelée blanche sur le platelage IVR53_20182207458NUCA reconstruction par Pierre Simunek, sous-préfet, Rollande Clochet, maire de Plouguiel et Michel Sohier, maire de
  • Le balisage de la rivière de Tréguier
    Le balisage de la rivière de Tréguier
    Dossier :
    Tourelles de Pen ar Guezec (photographie : Michel Le Hénaff) Le balisage de la rivière de Tréguier
    Auteur :
    AuteurIllustration Le Hénaff Michel
  • Le balisage de la rivière de Tréguier
    Le balisage de la rivière de Tréguier
    Dossier :
    Bouée bâbord du Gorrejou, devant un banc rocheux (photographie : Michel Le Hénaff) Le balisage de
    Auteur :
    AuteurIllustration Le Hénaff Michel
  • Le balisage de la rivière de Tréguier
    Le balisage de la rivière de Tréguier
    Dossier :
    Phare à secteur de la Corne, allumé en 1876 (photographie : Michel Le Hénaff) Le balisage de la
    Auteur :
    AuteurIllustration Le Hénaff Michel
  • Le balisage de la rivière de Tréguier
    Le balisage de la rivière de Tréguier
    Dossier :
    , naviguer au sud (photographie : Michel Le Hénaff) Le balisage de la rivière de Tréguier
    Auteur :
    AuteurIllustration Le Hénaff Michel
  • Le balisage de la rivière de Tréguier
    Le balisage de la rivière de Tréguier
    Dossier :
    Bouée tribord de la Roche Gorrec, en amont du môle de la Roche Jaune (photographie : Michel Le Hénaff) Le balisage de la rivière de Tréguier
    Auteur :
    AuteurIllustration Le Hénaff Michel
  • Poste de défense contre les sous-marins, pointe du Château (Plougrescant)
    Poste de défense contre les sous-marins, pointe du Château (Plougrescant) Plougrescant - Pointe du Château - isolé
    Dossier :
    La maison de madame Nina d’Asti avant sa destruction (photographie : Michel Le Hénaff) Poste de
    Auteur :
    AuteurIllustration Le Hénaff Michel
  • Le balisage de la rivière de Tréguier
    Le balisage de la rivière de Tréguier
    Dossier :
    entre la Corne et le Taureau (photographie : Michel Le Hénaff) Le balisage de la rivière de Tréguier Amer de la Roche Skéviec, face Port Béni, alignement avec le clocher de Saint Michel pour passer
    Auteur :
    AuteurIllustration Le Hénaff Michel
  • Le balisage de la rivière de Tréguier
    Le balisage de la rivière de Tréguier
    Dossier :
    tribord de la Pierre à Chenal, pour entretien au sec (photographie : Michel Le Hénaff) Le balisage de la Le Beg ar Vor, bateau de service des Phares er Balises de Lézardrieux vient de relever la balise
    Auteur :
    AuteurIllustration Le Hénaff Michel