Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 2732 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Manoir, dit château du Cleyo (Caro)
    Manoir, dit château du Cleyo (Caro) Caro - le Cleyo - isolé
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Communauté de Communes du Val d'Oust et de Lanvaux
    Historique :
    années 1860, Charles de la Monneraye fait rebâtir le château : le manoir reste en place et est plus que métairie sont à Jehan du Bois Guehenneuc, fils de François. Au début du 19e siècle, le manoir datant de la Le Cleyo figure dans les textes de réformation (recensement des nobles). En 1427, l'hostel du Cleyo 2e moitié du 16e siècle et composé d'un logis principal et de bâtiments agricoles tombe en ruine
    Référence documentaire :
    Caro. Cadastre napoléonien, section B2 de la Gajal. Caro. Cadastre napoléonien, section B2 de la p. 150 Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes. LE MENÉ , Jean-Marie. Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes. Vannes Environs de Malestroit. - CARO. - Le Château du Cléyo. Environs de Malestroit. - CARO. - Le p. 3, fig. Canton de Malestroit, Morbihan. MENANT, Marie-Dominique, RIOULT, Jean-Jacques. Canton de Malestroit, Morbihan. Rennes : Institut culturel de Bretagne, 1989. (Images du Patrimoine ; n° 60). p. 39 Dictionnaire des châteaux et manoirs du Morbihan. FLOQUET, Charles. Dictionnaire des châteaux
    Murs :
    schiste pierre de taille enduit partiel granite pierre de taille
    Annexe :
    endommagées sont détruites pour construire un bâtiment à l'arrière. À partir des années 1860, Charles de la  ; chapelle désaffectée. (J.P. Ducouret) Au début du 19e siècle, le manoir datant de la 2e moitié du 16e siècle et composé d'un logis principal et de bâtiments agricoles tombe en ruine ; vers 1821 les parties Monneraye fait rebâtir le château : le manoir reste en place et est plus que doublé. L'intérieur est métairie sont à Jehan du Bois Guehenneuc, fils de François. (M. -D. Menant)
    Texte libre :
    de symétrie, alors précoce en milieu rural de même que la situation des cuisines en sous-sol La partie gauche du château du Cleyo manifeste, dès la deuxième moitié du 16e siècle, une recherche . L'ancienne entrée, dans l'axe, murée, est encore bien visible. La tourelle d'angle en surplomb, décorative et
    Représentations :
    Armoiries des famille de la Monneraye et la Grandière.
    Escaliers :
    escalier de distribution escalier en fer-à-cheval
    Typologies :
    ouverture de tir
    Description :
    Ensemble construit en pierre de taille, la façade arrière étant simplement enduite. Intérieur  : murs couverts de boiseries ; grande salle avec cheminée monumentale de style Renaissance. (E
    Auteur :
    [commanditaire] La Monneraye Charles de
    Aires d'études :
    Communes riveraines du canal de Nantes à Brest
    Illustration :
    Le manoir du Cleyo sur le cadastre de 1829 (A. D. du Morbihan, 3 P 75/5) IVR53_20135619689NUCA Le moulin à vent du Cléyo sur le cadastre de 1829 (A. D. du Morbihan, 3 P 75/2 Environs de Malestroit. - CARO. - Le Château du Cléyo. Carte postale, limite 19e-20e siècles (A. D Manoir : vue de situation prise du sud-est (état en 2012) IVR53_20125601928NUCA
  • Écart, la Monneraye (Pleumeleuc)
    Écart, la Monneraye (Pleumeleuc) Pleumeleuc - la Monneraye - Cadastre : 1993 ZC
    Référence documentaire :
    Extrait : la Monneraye Pleumeleuc. Section D dite de la Daviais, 1ère feuille. Dessin, Demay
    Localisation :
    Pleumeleuc - la Monneraye - Cadastre : 1993 ZC
    Titre courant :
    Écart, la Monneraye (Pleumeleuc)
    Illustration :
    Extrait du cadastre de 1845 IVR53_20033512901NUC
  • Ferme, la Monneraye (Pacé)
    Ferme, la Monneraye (Pacé) Pacé - la Monneraye - isolé
    Localisation :
    Pacé - la Monneraye - isolé
    Titre courant :
    Ferme, la Monneraye (Pacé)
    Illustration :
    Vue de situation sud ouest IVR53_20043504351NUCA
  • Ferme, la Monneraye (Pleumeleuc)
    Ferme, la Monneraye (Pleumeleuc) Pleumeleuc - la Monneraye - en écart - Cadastre : 1993 ZC
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Localisation :
    Pleumeleuc - la Monneraye - en écart - Cadastre : 1993 ZC
    Titre courant :
    Ferme, la Monneraye (Pleumeleuc)
    Dates :
    1691 porte la date daté par tradition orale
    Illustration :
    Section de la voûte en terre IVR53_20033512688NUCA Remise, à l'ouest de la cour IVR53_20033512692NUCA Pierre datée dans la façade IVR53_20033512689NUCA Cheminée de l'ancien logis, devenu étable IVR53_20033512690NUCA
  • Ferme, la Monneraye (Pleumeleuc)
    Ferme, la Monneraye (Pleumeleuc) Pleumeleuc - la Monneraye - en écart - Cadastre : 1993 ZC
    Localisation :
    Pleumeleuc - la Monneraye - en écart - Cadastre : 1993 ZC
    Titre courant :
    Ferme, la Monneraye (Pleumeleuc)
    Illustration :
    Le fournil, au sud de la cour IVR53_20033512696NUCA La remise, à l'ouest de la cour IVR53_20033512697NUCA
  • Ferme, actuellement maison, la Monneraye (Pacé)
    Ferme, actuellement maison, la Monneraye (Pacé) Pacé - la Monneraye - isolé
    Murs :
    pan de bois
    Description :
    Maçonnerie en terre et usage partiel de pans de bois en parties agricoles.
    Localisation :
    Pacé - la Monneraye - isolé
    Titre courant :
    Ferme, actuellement maison, la Monneraye (Pacé)
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_6 :
    terre ; pan de bois
  • Buste de Charles Cotard
    Buste de Charles Cotard Pléneuf-Val-André - avenue du Général-Leclerc - en ville
    Historique :
    déplacée par la municipalité et déposée dans le hall d'entrée de la salle du Guémadeuc. Oeuvre datant du 1er quart du 20ème siècle. La stèle, dressée à l'origine sur le quai Célestin Bouglé, fut taillée par le statuaire Henri Varenne d'après les plans de l'architecte Viellorsky. Le buste fut exécuté en 1905 (porte la date) par Henri Varenne (signature) et fondu par l'entreprise Durenne (signature). L'oeuvre fut inaugurée le 5 août 1906. Régulièrement recouverte de minium de plomb, elle fut
    Observation :
    Monument dressé en l'honneur du fondateur de la station balnéaire. Pléneuf-Val-André n'a pas échappé, au début du 20ème siècle, à la vague de statuomanie qui célébrait la mémoire des figures marquantes aux quatre coins de l'hexagone.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Buste en bronze à l'effigie de Charles Cotard. Ce buste couronnait à l'origine une stèle de granite posée sur un soubassement. La stèle portait une inscription commémorative (COTARD / INGENIEUR ). Signatures à la base du buste, sur les côtés (H. VARENNE ; E. Métallurgiques A. DURENNE. PARIS).
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Emplacement dans l'édifice :
    hall d'entrée de la salle du Guémadeuc
    Titre courant :
    Buste de Charles Cotard
    Annexe :
    société parisienne de travaux. Ingénieur en chef sous la direction de Ferdinand de Lesseps lors du creusement du Canal de Suez, il participa à la réalisation de nombreux projets, et notamment à l´étude du tracé d´une ligne de chemin de fer reliant l´Asie à l´Europe. Il était directeur de la Société du chemin Charles Cotard (1835-1902) Ingénieur né le 23 juin 1835 à Issoudun dans l´Indre. Admis à l´Ecole Polytechnique en 1854, il construisit, dès 1856, plusieurs ouvrages d´art sur la Saône pour le compte d´une de fer de Smyrne à Cassaba lorsqu´il mourut à Constantinople le 12 novembre 1902.
    Illustration :
    Vue générale du buste de Charles Cotard. IVR53_20032204834NUCA
  • Iconothèque 3 (Charles Pérez)
    Iconothèque 3 (Charles Pérez) Roscoff - place Lacaze Duthiers place Georges Teissier - en ville
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle station biologique de Roscoff
    Référence documentaire :
    TEISSIER, Georges. Charles Pérez (1873-1952). Dans Travaux de la Station Biologique de Roscoff
    Canton :
    Saint-Pol-de-Léon
    Description :
    Sur un total de neuf images comprises dans l´iconothèque Charles Pérez, quatre se rapportent à des objets mobiliers. Un objet, le bas-relief commémoratif de Charles Pérez, a été sélectionné pour étude et
    Titre courant :
    Iconothèque 3 (Charles Pérez)
    Dimension :
    h = 52. Dimensions du bas-relief commémoratif de Charles Pérez.
    Annexe :
    Océanologique de Roscoff-Station Biologique. (Fig. 1) PHOTOGRAPHIE (CHARLES PEREZ SE LIVRANT A UNE OBSERVATION A LA LOUPE BINOCULAIRE), tirage papier, noir et blanc, sans date. Archives historiques de l LISTE DES OBJETS MOBILIERS REPERES PHOTOGRAPHIE (CHARLES PEREZ ET GEORGES TEISSIER), tirage papier, noir et blanc, 2e quart 20e siècle (fin années 1930). Archives historiques de l´Observatoire ´Observatoire Océanologique de Roscoff-Station Biologique. (Fig. 2) LIVRE (ETUDES SUR LES COELENTERES ET historiques de l´Observatoire Océanologique de Roscoff-Station Biologique. (Fig. 3).
    Aires d'études :
    Saint-Pol-de-Léon
    Illustration :
    Charles Pérez se livrant à une observation à la loupe binolulaire. Photographie Charles Pérez et Georges Teissier. Photographie, fin années 1930 IVR53_20062905182NUCA Portune épurateur (Etude sur les crustacés. Parasitisme et symbiose). Aquarelle de Paul Cordonnier
  • Statue : Saint Charles Borromée (?)
    Statue : Saint Charles Borromée (?) Quistinic - en village
    Historique :
    Statue probablement contemporaine de la construction du retable.
    Représentations :
    Saint Charles Borromée est représenté en évêque, coiffé de la mitre et tenant dans sa main gauche saint Charles Borromée crosse mitre
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Crosse rapportée. Statue non étudiée du fait de sa hauteur.
    Titre courant :
    Statue : Saint Charles Borromée (?)
  • Tombeau de Charles Le Goffic
    Tombeau de Charles Le Goffic Trégastel - en village
    Historique :
    Charles Le Goffic, homme de lettres, écrivain célèbre et académicien (1863-1932), officier de la la propriété de sa famille. Légion d'honneur, a vécu une grande partie de sa vie dans le Trégor, en particulier à Trégastel, où Il possèdait une maison au lieu dit Run Ruz. Il fut enterré dans l'enceinte de l'église paroissiale de Trégastel, au bourg, auprès de sa fille Hervine (1901-1909) et de sa compagne Julie Fleury (1870-1944). DE nombreux dessins et photographies représentant Charles Le Goffic dans sa vie quotidienne sont aujourd'hui
    Référence documentaire :
    LE GALL, Jean-André. La difficulté d'être breton. Rennes : Edition de la Plomée, 2001.
    Description :
    Le tombeau familial de Charles Le Goffic est constitué d'une dalle de granite, posée verticalement , avec les noms de défunts gravés dans la pierre. Un médaillon en marbre, représentant l'effigie de Charles Le Goffic et signé de Bourdelles, est apposé sur cette pierre levée. Ce médaillon mériterait
    Titre courant :
    Tombeau de Charles Le Goffic
    Dates :
    1932 porte la date
    Annexe :
    complètes seront publiées à son décès. Amoureux de sa Bretagne natale, Charles Le Goffic la célébra à tentatives infructueuses en 1923 au fauteuil Capus, c´était la quatrième candidature de Charles Le Goffic. Il vous ». Dans La Vieille Dame du quai Conti, le duc de Castries précise que Charles Le Goffic devait Texte de Charles Le Goffic, extrait « Les phares » (Revue des 2 Mondes, Tome 151, 1899) Entre Paimpol et Locquémau, dit un proverbe breton, est le lit de la mort Durs parages pour la navigation crépuscule descend sur la mer, ils s´allument tous en même temps. Au point extrême de l´horizon, dans le nord huit mètres sur l´abîme, au point le plus exposé de la côte, et qui semble le chef de choeur, l sont visibles à la fois : ils font autour de lui une couronne de lumières, pareille à ces couronnes d ‘étoiles dont les peintres religieux nimbent le visage de Marie. La nuit dissimule les tours qui les portent. On ne voit plus du phare que son émeraude, le merveilleux rubis, ou la goutte de clarté blanche
    Illustration :
    Charles Le Goffic en cie de jeunes femmes trégorroises pour la sortie de son ouvage Morganne, en Charles Le Goffic en cie d'écrivains célèbres bretons et de la conteuse trégorroise Marc'halip Photographie de Charles Le Goffic à la fin de sa vie (collection particulière Médaillon réalisé par le sculpteur Bourdelle à l'effigie de Charles Le Goffic, apposé sur la pierre Plaque gravée sur la pierre tombale de Charles Le Goffic IVR53_20072205795NUCA Autoportait de Charles Le Goffic dessiné par lui même (collection particulière Photographie : Charles Le Goffic en partance à la pêche à pied (collection particulière Charles Le Goffic en cie de trégorrois et de trégorroises en costumes bretons, début 20ème siècle Photographie de Charles Le Goffic en habit d'académicien vers 1931 (collection particulière Charles Le Goffic à sa table de travail de Run Ruz (collection particulière) IVR53_20072205791NUCB
  • Place Charles de Gaulle (Pleyben)
    Place Charles de Gaulle (Pleyben) Pleyben - Bourg - place Charles De Gaulle - en ville
    Historique :
    de la commune à travers le Finistère. La structure de la place n´a pas évolué depuis 1812, mais les bâtiments la cernant datent, pour l'essentiel, de la seconde moitié du 19e siècle. A l'origine, les maisons , souvent à boutiques, étaient en général de dimension restreinte et pour certaines, situées dans la partie nord de la place, relativement profondes. Les documents anciens montrent les mutations intervenues au cours du temps. Le monument aux morts s'élevait dans la partie sud de la place (aujourd´hui déplacé en face de la Chapelle-Neuve), une borne-fontaine dans la partie nord (disparue) et la croix, aujourd'hui à l'intérieur de l'enclos, se situait à l'ouest de l´arc monumental. Donnant également sur la place ´hui que le mur de l´enclos - et fait place actuellement à la nouvelle salle multifonction (ARVEST). En situation de carrefour routier important au croisement des axes Quimper/Morlaix et Carhaix /Châteaulin, cette vaste place, de forme approximativement triangulaire étirée au sud de l´enclos paroissial
    Observation :
    Ce vaste espace public illustre bien la dualité place/champ de foire où l'église ne forme pas le parties qui la composent (enclos paroissial, bâti en bordure sans profondeur) se répondent peu et se présentent hors échelle, autour d'un vide aujourd'hui à usage de parking.
    Référence documentaire :
    Site de la commune de Pleyben : http://www.mairiepleyben.fr.
    Localisation :
    Pleyben - Bourg - place Charles De Gaulle - en ville
    Titre courant :
    Place Charles de Gaulle (Pleyben)
    Dates :
    1709 porte la date
    Illustration :
    La place un jour de foire, carte postale début 20e siècle (fonds Villard) IVR53_20092910234NUCB Vue aérienne de la place depuis le sud, vers 1959 (collection particulière J.-Y. Kerhoas Vue aérienne du bourg depuis le sud suite à l'aménagement de la place, vers 1960 (collection Vue générale de la place depuis le nord (depuis le haut de la tour-porche de l'église Partie est de la place, vue générale depuis le nord (depuis le haut de la tour-porche Restaurant 'Bar des Voyageurs' daté 1801 (an 9), rehaussement de la fin du 19e siècle, élévation Maison du patrimoine (parcelle 232), intérieur, vue de la cheminée IVR53_20092910247NUCA Maison de type ternaire du début du 20e siècle, élévation nord-ouest vue depuis le haut de la tour Restaurant 'La Blanche Hermine' datée 1734, rez-de-chaussée remanié (parcelle 172 Vue générale de l'alignement bâti côté ouest de la place IVR53_20092910252NUCA
  • Maison de l'entrepreneur Charles Badault
    Maison de l'entrepreneur Charles Badault Rennes - 13 rue de la Paillette 1 rue Léon-Etienne - en ville - Cadastre : 1980 AE 128
    Historique :
    réalisé, devait prendre place au centre de la travée médiane de la façade sur rue, au-dessus de l´entrée plain-pied sur la rue conduisant vers un espace de dépôt de matériel au sous-sol et une entrée secondaire ouvrant sur un dégagement distribuant la salle de jeux et un petit vestiaire équipé de lavabos destiné aux nombreux enfants du commanditaire. L´entrée de service, à l´ouest, ouvrait sur la cuisine et une arrière-cuisine transformée un certain temps en chambre de domestique. En dehors de la Maison construite, en 1938, par l´entrepreneur Charles Badault, pour lui-même, sur des plans principale. L´édifice disposait de 3 autres accès : au nord, depuis le siège de l´entreprise, une descente de condamnation de quelques portes, le bâtiment n´a pas subi de transformation notable.
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_11 :
    jardin en fond de parcelle
    Référence documentaire :
    A. C. Rennes. Permis de construire ; 777 W 68. Rue de la Paillette (1920-1964) .
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Auteur :
    [entrepreneur] Badault Charles [commanditaire] Badault Charles
    Description :
    , buanderie et séchoir. La distribution, complexe, s´effectue à chaque niveau de manière circulaire et depuis , salon et salle à manger en suite, sur la salle de jeux, la cuisine et abrite l´escalier principal menant ´étage de comble. La construction est constituée par une ossature en béton armé, avec remplissage de et jointoyées, au-dessus d´un niveau de soubassement en pierre reconstituée plus foncée. La façade principale est marquée par une forte travée centrale recevant, au-dessus de la porte d´entrée et de l´allège la partie supérieure. De part et d´autre, de larges baies horizontales s´inscrivent dans le traitement différencié des angles arrondis, en particulier au nord où le volume ovale de la salle de jeux se doucine et reçoit une série de lucarnes. Outre la modernité des installations (éclairages plafonnants et chauffage central), la qualité des matériaux, de leur mise en oeuvre et la perfection du détail sont à d´un quadrillage de cuivre ; le départ de l´escalier, en palissandre et laiton, et la rampe en fer
    Localisation :
    Rennes - 13 rue de la Paillette 1 rue Léon-Etienne - en ville - Cadastre : 1980 AE 128
    Titre courant :
    Maison de l'entrepreneur Charles Badault
    Texte libre :
    arrondis et par un traitement graphique des façades qui anime l´enduit de parement. Les espaces de la une distribution intéressante et complexe ; la recherche de confort est sensible tant par l´ampleur encore, la démonstration de son talent architectural et de son sens de « l´objet urbain » ; la recherche d´une silhouette forte appuyée par un décor concis se retrouve dans la plupart de ses réalisations revendique ici le statut de notable que lui confère cet « hôtel particulier », construit sur le site de l compact de l´édifice dans le tissu serré de cet axe ancien, lui donnant un caractère fluide par des angles générale des volumes que par la modernité des installations mises en place. Pierre-Edmé Derrouch fait, ici rennaises et notamment dans la maison toute proche, construite sur le Mail en 1951 pour l´entrepreneur
  • Chapelle du cimetière Saint-Charles
    Chapelle du cimetière Saint-Charles Morlaix - rampe Saint-Nicolas - en ville
    Historique :
    La chapelle porte la date de 1828 sur le tympan.
    Observation :
    ´humidité est visible au sol. Edifice de style néo-classique. Edifice associé à un cimetière et à une croix de cimetière.
    Parties constituantes non étudiées :
    croix de cimetière
    Référence documentaire :
    p. 217 Diocèse de Quimper et de Léon. Nouveau répertoire des églises et chapelles COUFFON, René , LE BARS, Alfred. Diocèse de Quimper et de Léon. Nouveau répertoire des églises et chapelles
    Murs :
    pierre de taille
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Plan allongé à vaisseau unique. Pas de clocher. Chevet à pans coupés. Gros oeuvre en moellon de schiste enduit à l´exception des encadrements des baies et des chaînages d´angle en pierre de taille de granite. Lambris de couvrement peint. Sol couvert de dalles de granite.
    Titre courant :
    Chapelle du cimetière Saint-Charles
    Dates :
    1828 porte la date
    Vocables :
    saint Charles
    Couvrements :
    lambris de couvrement
    Illustration :
    Morlaix, chapelle du cimetière Saint-Charles : lambris de couvrement dans la nef, détail Morlaix, chapelle du cimetière Saint-Charles : vue de situation depuis l'ouest Morlaix, chapelle du cimetière Saint-Charles : élévation ouest IVR53_20082906611NUCA Morlaix, chapelle du cimetière Saint-Charles : élévation nord IVR53_20082906612NUCA Morlaix, chapelle du cimetière Saint-Charles : élévation sud IVR53_20082906613NUCA Morlaix, chapelle du cimetière Saint-Charles : vue axiale est IVR53_20082906614NUCA
  • Quai Charles de Gaulle (Châteaulin)
    Quai Charles de Gaulle (Châteaulin) Châteaulin
    Historique :
    Le quai Charles de Gaulle est un lieu de passage et d'échange du fait de sa situation en entrée de ville depuis Brest (tracé de la route royale de Quimper à Brest) et de fin-ou début- du canal de Nantes kersantite, micro-diorite quartzique ou granite. Un seul bâti présente un balcon (36 qui Charles de Gaulle). à Brest avant la partie fluvio-maritime. Ainsi, les administrations comme la gendarmerie, la mairie et la sous-préfecture y sont situées dès le 1er quart du 19e siècle, complétées par l'écluse et la , 14, 16, 30, 34 et 36 sont présents sur le cadastre de 1847. Les maisons et logements, réalisés vers Port-Launay sont plus récents, construits au cours des 3e et 4e quart du 19e siècle. La consultation des permis de construire nous renseigne sur le nom des premiers propriétaires ainsi que sur les dates de constructions : n°20, M. Renault, 1885 ; n° 22, M. Le Quéau, 1865 ; n°24, M.Grivard, notaire, 1862 ; n°26, M. Brunet, 1877. Ces maisons ou immeubles, à la fonction mixte (logements et commerces
    Référence documentaire :
    49 J 1020-21 Fonds Silguy Archives départementales. Fonds de Silguy.
    Titre courant :
    Quai Charles de Gaulle (Châteaulin)
    Illustration :
    60, 58, 56, quai Charles de Gaulle, maisons de la fin du 19e au 2e quart du 20e siècle 4, 6, 8, 10, 12, Quai Charles de Gaulle IVR53_20132915074NUCA 6, 8, quai Charles de Gaulle, 2e quart 19e siècle IVR53_20132915203NUCA 6, quai Charles de Gaulle, détail, assise en doucine IVR53_20132915075NUCA 14, quai Charles de Gaulle, 2e quart 19e siècle IVR53_20132915204NUCA 14, Quai Charles de Gaulle, détail boutique IVR53_20132915077NUCA 18, quai Charles de Gaulle, ancien hôtel Grandemaison IVR53_20132915206NUCA 18, quai Charles de Gaulle, accès à l'ancien hôtel IVR53_20132915207NUCA 18, quai Charles de Gaulle, détail ferronnerie IVR53_20132915205NUCA 20, quai Charles de Gaulle, maison et ancienne Imprimerie IVR53_20132915078NUCA
  • Haut-relief : Charles Le Goffic
    Haut-relief : Charles Le Goffic Perros-Guirec - place de la Mairie - en ville
    Inscriptions & marques :
    Inscription donnant l'identité du modèle : Charles Le Goffic poète et écrivain breton de l'Académie
    Historique :
    Un bronze est apposé sur la Roche des Martyrs, en Perros-Guirec. Don de l'auteur au musée municipal de Perros-Guirec en 1936.
    Cadre de l'étude :
    patrimoine de la villégiature patrimoine de la villégiature sur la Côte de Granit Rose
    Représentations :
    Charles Le Goffic en habit d'Académicien.
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Perros-Guirec - place de la Mairie - en ville
    Titre courant :
    Haut-relief : Charles Le Goffic
    Dimension :
    h = 69 ; la = 79 ; pr = 11
    Aires d'études :
    Côte de Granit Rose
    Illustration :
    Haut-relief : Charles Le Goffic IVR53_20022200031X
  • Haut-relief : Charles Le Goffic
    Haut-relief : Charles Le Goffic Perros-Guirec - place de la Mairie - en ville
    Inscriptions & marques :
    Inscription donnant l'identité du modèle : Charles Le Goffic poète et écrivain breton de l'Académie
    Historique :
    Un bronze est apposé sur la Roche des Martyrs, en Perros-Guirec. Don de l'auteur au musée municipal de Perros-Guirec en 1936.
    Cadre de l'étude :
    recensement du patrimoine balnéaire patrimoine balnéaire sur la Côte de Granit Rose
    Représentations :
    Charles Le Goffic en habit d'Académicien.
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Perros-Guirec - place de la Mairie - en ville
    Titre courant :
    Haut-relief : Charles Le Goffic
    Dimension :
    h = 69 ; la = 79 ; pr = 11
    Annexe :
    Dossier papier de l'enquête de 2002 : Lien PDF
    Aires d'études :
    Côte de Granit Rose
    Illustration :
    Haut-relief : Charles Le Goffic. IVR53_20022200031X
  • Chapelle Saint-Charles, Trébiguet (Bohal)
    Chapelle Saint-Charles, Trébiguet (Bohal) Bohal - Trébiguet - en écart
    Historique :
    La chapelle Saint-Charles dépendait du manoir du Portal, incendié en 1892. (M. –D. Menant)
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Communauté de Communes du Val d'Oust et de Lanvaux
    Référence documentaire :
    Bohal. Cadastre napoléonien, section A2 de Trébiguet. Bohal. Cadastre napoléonien, section A2 de
    Murs :
    granite moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    Petite chapelle de plan rectangulaire à chevet arrondi, construite en moellons de schiste. La nef est éclairée par une baie en plein cintre proche de l´autel, sur le mur sud. Accès par deux portes en
    Titre courant :
    Chapelle Saint-Charles, Trébiguet (Bohal)
    Aires d'études :
    Communes riveraines du canal de Nantes à Brest
    Vocables :
    Saint-Charles
    Couvrements :
    lambris de couvrement
    Illustration :
    La chapelle Saint-Charles sur le cadastre de 1823 (A. D. du Morbihan, 3 P 60/3
  • Croix de chemin, rue Charles Le Goffic (Plouescat)
    Croix de chemin, rue Charles Le Goffic (Plouescat) Plouescat - rue Charles Le Goffic - en ville - Cadastre :
    Dénominations :
    croix de chemin
    Murs :
    granite pierre de taille
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Croix monolithe en pierre de taille de granite. Aucun décor.
    Localisation :
    Plouescat - rue Charles Le Goffic - en ville - Cadastre :
    Titre courant :
    Croix de chemin, rue Charles Le Goffic (Plouescat)
    Illustration :
    Croix de chemin (état en 1974) IVR53_19742905227Z Croix de chemin (état en 1986) IVR53_19862901381X
  • Chapelle-Neuve, place Charles De Gaulle (Pleyben)
    Chapelle-Neuve, place Charles De Gaulle (Pleyben) Pleyben - place Charles De Gaulle - en ville
    Historique :
    1996. Deux dates sont visibles, l´une sur une pierre d´encadrement de la porte (1831), l´autre sur une pierre d´encadrement au bas de la fenêtre centrale (1889). d'après les plans du chanoine Jean-Marie Abgrall par l'entrepreneur Armand Gassis de Châteaulin, et
    Observation :
    la porte ouest. Edifice de style néo-roman mais le clocher est gothique. Etat sanitaire satisfaisant. La chapelle est associée à un monument aux morts, il s'élève devant
    Référence documentaire :
    p. 239 Diocèse de Quimper et de Léon. Nouveau répertoire des églises et chapelles COUFFON, René , LE BARS, Alfred. Diocèse de Quimper et de Léon. Nouveau répertoire des églises et chapelles
    Murs :
    pierre de taille
    Statut :
    propriété de la commune
    Auteur :
    [maître de l'oeuvre] Abgrall Jean-Marie
    Description :
    baie triplée à l'ouest. Chevet à pans coupés. Murs en moellon de granite et schiste. Pierres de taille de granite aux chaînages d´angle et aux encadrements de baies. Pignon occidental en pierre de taille et moellon équarri de granite et grès, coiffé d´un petit clocheton en granite de plan carré avec chambre ajourée surmontée d´un lanternon à crossettes. Lambris de couvrement peint en bleu et décoré de motifs végétaux. Sol couvert de dalles de granit. Enduit intérieur en ciment.
    Localisation :
    Pleyben - place Charles De Gaulle - en ville
    Titre courant :
    Chapelle-Neuve, place Charles De Gaulle (Pleyben)
    Dates :
    1831 porte la date
    Appellations :
    Chapelle de la Congrégation
    Couvrements :
    lambris de couvrement
  • Ciboire (orfèvre : Trioullier, Charles Eugène)
    Ciboire (orfèvre : Trioullier, Charles Eugène) Dinan
    Copyrights :
    (c) Ville de Dinan
    Inscriptions & marques :
    Poinçons (pied, coupe, fausse-coupe, couvercle) : 1) poinçon de fabricant de Charles-Eugène Trioullier : dans un losange vertical, les initiales C et T séparées par une burette ; 2) poinçon de titre et de garantie Paris et départements, argent 1er titre, en usage à partir de 1838.
    Matériaux :
    fonte de fer doré
    Référence documentaire :
    l’orfèvrerie religieuse au XIXème siècle. Dir. Simon Guinebaud.-Dinan : Ville de Dinan, 2016.-175p.
    Statut :
    propriété de la commune
    Auteur :
    [orfèvre] Trioullier Charles Eugène
    Description :
    Œuvre issue de la production du célèbre Charles-Eugène Trioullier, ce ciboire est tout à fait -coupe de trois médaillons représentant les vertus théologales : la Foi, l’Espérance et la Charité, et sur le pied bombé, de trois scènes de la vie du Christ : Nativité, Baptême et Lavement des pieds. La et stylistique caractérisent cette pièce d’orfèvrerie. Au décor habituel de blé, vigne et roseaux dans des cartouches à volutes et rocailles, sur le pied, le noeud, le couvercle et la fausse-coupe (où ils sont disposés singulièrement vers le bas), se mêle une iconographie mixte composée sur la fausse base du pied est ornée de têtes de chérubins alternant avec des médaillons unis sur fond amati assortis de volutes et feuilles d’acanthe, décor repris sur le couvercle surmonté d’une croix à redents.
    Titre courant :
    Ciboire (orfèvre : Trioullier, Charles Eugène)
    Illustration :
    Ciboire - détail de la coupe IVR53_20162201107NUCA