Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 6510 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Voie ferrée sur la Côte de Granit Rose
    Voie ferrée sur la Côte de Granit Rose
    Historique :
    Louis-Auguste Harel de la Noë (détruit en 1976) . A Perros-Guirec, le train s' arrête à l' entrée de la La ligne du réseau de l' Ouest Paris-Brest atteint les Côtes-d' Armor en 1863. Un arrêt à Plouaret au lieu-dit Petit-Camp en Lannion. Au départ de Lannion, le train départemental franchit la rivière au bassin du Linkin, remblayé en partie pour l' occasion. Le bâtiment de la gare, construit sur le ' actuelle Esplanade de la Douane afin de permettre le passage du train est étudié en 1903 mais abandonné en 1905. Un projet de prolongement vers Trégastel est avorté en faveur de la construction d' une route. En 1933, la ligne n' est plus rentable face à la concurrence de l' automobile : la portion Petit-Camp -Perros est assurée par des autocars. Le 11 octobre 1948, l' exploitation de la ligne Lannion-Perros est permet aux voyageurs de se rendre à Lannion en 1881. En 1894, le Conseil Général des Côtes-d' Armor étudie des projets de lignes de chemins de fer d' intérêt local à voie étroite qui permettraient de
    Cadre de l'étude :
    recensement du patrimoine balnéaire patrimoine balnéaire sur la Côte de Granit Rose
    Auteur :
    [ingénieur] Harel de la Noë Louis-Auguste
    Précision localisation :
    oeuvre située en partie sur la commune Lannion; oeuvre située en partie sur la commune
    Titre courant :
    Voie ferrée sur la Côte de Granit Rose
    Annexe :
    Dossier papier de l'enquête de 1999 : Lien PDF
    Aires d'études :
    Côte de Granit Rose
    Illustration :
    Perros-Guirrec, un coin de la rade, la gare, carte postale, s.n., 1er quart 20e siècle , élévation transversale de la pile et coupe transversale de la pile du viaduc. IVR53_19842200031P Ligne Tréguier - Lannion : passerelle sur la côte de Plouguiel, coupe transversale au droit d'une Ligne Tréguier - Lannion : passerelle sur la côte de Plouguiel, coupe longitudinale d'une poutre Ligne Tréguier - Lannion : passerelle sur la côte de Plouguiel, coupe longitudinale d'une culée Station de Saint-Brieuc : plan général de la gare centrale. IVR53_19842200042P Station de Saint-Brieuc : plan de la gare centrale. IVR53_19842200066P Ligne Tréguier - Perros-Guirec : passerelle de la côte de Plouguiel : coupe et élévation Ligne Tréguier - Perros-Guirec : passerelle de la côte de Plouguiel, coupes longitudinale et Perros-Guirrec, la gare, carte postale, s.n., 1er quart 20e siècle. IVR53_19992200291X
  • Pont noir (Tréguier - Plouguiel)
    Pont noir (Tréguier - Plouguiel) Tréguier
    Auteur :
    [] Harel de La Noë Louis-Auguste-Marie
    Aires d'études :
    Schéma de cohérence territoriale du Trégor
    Texte libre :
    notamment - est celui construit en 1905 par Louis Auguste Harel de La Noë pour la ligne de chemin de fer communes de Tréguier et de Plouguiel. Le nom vient d’un rocher appelée "La Roche Noire" figurant sur le Tréguier – Perros-Guirec (23 km de longueur), ligne inaugurée le 11 août 1906. Passée le Pont noir, la arc surbaissé en maçonnerie et en béton armé) puis le pont de Kerdéozer. En raison de la concurrence Cinq ponts se sont succédés à cet endroit sous le nom de "Pont noir" depuis 1878 pour relier les cadastre de Plouguiel de 1834 (une ferme, une pointe et une anse portent d’ailleurs le nom de Roche Noire ). Du troisième pont, de type à poutres métalliques en treillis, aménagé en 1894, subsiste de part et d’autre du Guindy les culées en maçonnerie de granite. Le pont le plus connu – par les cartes postales ligne de chemin de fer se poursuivait en empruntant les passerelles ou "rampes" de Plouguiel (voûtes en automobile, la ligne ferroviaire a été fermée le 15 avril 1949. Le pont ferroviaire a été déconstruit en 1952
    Illustration :
    Tréguier : les Ponts noirs, pont routier et pont ferroviaire de la ligne Tréguier - Perros-Guirec Tréguier : les Ponts noirs, pont routier et pont ferroviaire de la ligne Tréguier - Perros-Guirec Tréguier : les Ponts noirs, pont routier et pont ferroviaire de la ligne Tréguier - Perros-Guirec Tréguier : les Ponts noirs, pont routier et pont ferroviaire de la ligne Tréguier - Perros-Guirec Tréguier : vue aérienne oblique de la ville depuis le sud-sud-ouest par Roger Henrard, vers 1954 Tréguier : vue de la cathédrale saint-Tugdual depuis Plouguiel, front nord avec la Tour Hasting. Au Tréguier : entrée nord-est de la ville via le Pont noir. La ville de Tréguier est labellisée Vue des vestiges de la culée du Pont noir (ancien pont routier) et de la passerelle ou rampe de la Détail des vestiges de la culée du Pont noir (ancien pont routier) et de la passerelle ou rampe de la ligne de chemin de fer Tréguier – Perros-Guirec côté Plouguiel. On distingue les deux rainures
  • Passerelle de la Côtière (Erquy)
    Passerelle de la Côtière (Erquy) Erquy - la Côtière - en écart
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Auteur :
    [ingénieur des Ponts et Chaussées] Harel de La Noë Louis
    Description :
    Passerelle de 163 m de long et de 7 m de haut, composée de 27 piles appareillées en maçonnerie
    Localisation :
    Erquy - la Côtière - en écart
    Titre courant :
    Passerelle de la Côtière (Erquy)
  • Viaduc de Caroual ou de Cavé (Erquy)
    Viaduc de Caroual ou de Cavé (Erquy) Erquy - Caroual - en écart
    Historique :
    Ponts et Chaussées Louis Harel de La Noë. La mise en service de la ligne en 1922 est précédée de travaux de renforcement du tablier. A cette époque le successeur de Louis Harel de la Noë fait appel à une Viaduc construit de 1914 à août 1916 sous la direction de l'ingénieur en chef départemental des armé et d'un hourdis de 18 cm d'épaisseur recevant directement l'appui de la voie ferrée posée sur commission d'expert qui préconise alors un renforcement sous forme de deux longerons supplémentaires en béton
    Observation :
    Ouvrage d'art de l'ingénieur Louis Harel de La Noë. L'étude est souhaitable.
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Auteur :
    [ingénieur des Ponts et Chaussées] Harel de La Noë Louis
    Description :
    Viaduc à grand arc central construit en grès, poudingue et béton armé. D'une longueur de 109, 25 mètres et d'une hauteur de 17, 50 mètres, il est constitué de 7 travées d'arc comprenant : 4 arcs en maçonnerie de 5 mètres de portée chacun, deux arcs en béton armé de 12 mètres de portée et un arc central en béton armé de 45 mètres de portée. Le tablier, construit en béton armé, est couronné de garde-corps en croix de Saint-André.
    Titre courant :
    Viaduc de Caroual ou de Cavé (Erquy)
    Illustration :
    Vue générale de la partie supérieure du tablier IVR53_20042207535NUCA
  • Pont de chemin de fer du Marais (Plurien)
    Pont de chemin de fer du Marais (Plurien) Plurien - Cadastre : 2000 E1 non cadastré domaine public
    Historique :
    Pont de chemin de fer construit par Louis Harel de La Noë en 1915 et 1916. Édifice pouvant être
    Observation :
    Cet ouvrage d'art figure parmi les productions architecturales atypiques de l'ingénieur Louis Harel de La Noë.
    Précision dénomination :
    Pont de chemin de fer
    Auteur :
    [ingénieur des Ponts et Chaussées] Harel de La Noë Louis
    Description :
    Pont de chemin de fer totalement conçu en béton armé (piles, tablier et gardes-corps). Constitué de trois travées, il mesure 28 m de long et 4, 60 m de large.
    Titre courant :
    Pont de chemin de fer du Marais (Plurien)
  • Écart de Port-à-la- Duc (Pléboulle)
    Écart de Port-à-la- Duc (Pléboulle) Pléboulle - Port à la Duc - en écart - Cadastre : Domaine Public Maritime
    Historique :
    ce port d'arrivée du côté de Pléboulle : Port-à-la-Duc. C'est au fond de la baie de la Fresnaye, où débouche le ruisseau du Frémur, que s'est aménagé le Port-à-la-Duc, fréquenté par des barques de 20 à 30 premier quai fut construit en 1829. Le vocable de Port-à-la-Duc proviendrait de l'ancienne dénomination "Pors Ahadur" : "le port de l'eau". Il fut la possession des Templiers. Des maisons templières sont encore visibles à côté du pont sur la route de Crissouët : la maison dite "de la Tour" (17ème siècle), la Jusqu'au début du 20ème siècle et l'arrivée du chemin de fer sur les côtes (1926), les transports régionaux par mer revêtaient une importance certaine. Une trentaine de petits ports s'acquittaient de cette fonction. Déjà au Moyen Age, les pèlerins se rendaient à Saint-Jacques de Compostelle (au 14ème siècle) par tonneaux, qui embarquent les grains et les pommes à cidre des communes agricoles de Pléboulle, Plurien maison à la porte cintrée, dite "l'Hôpital" (14 et 15ème siècle). Ce fut aussi un port "refuge" pour les
    Référence documentaire :
    p. 5 DUMESNIL, Jean-Louis. Pléboulle et la mer. Association culturelle de Pléboulle, Pléboulle AD Côtes d'Armor. Série S ; sous-série S Suppl. 259. Port-à-la-Duc, plan mur de quai et cale, 1828. RICHELOT, René. D'après un mémoire manuscrit du chevalier Mazin, 1756. In Les Annales de la Société Numplan 2, section A, 1ère feuille Plans cadastraux parcellaires de 1826 AD Côtes-d'Armor : 4 num 1/5, plans cadastraux parcellaires de 1826. AD Côtes-d'Armor : 4 num 1/24. Cadastre de 1806. AD Côtes d'Armor. Série S ; sous-série S Suppl. 638. Port-à-la-Duc, plan du port, début 20ème AD Côtes d'Armor. Série S ; sous-série S Suppl. 259. Port-à-la-Duc, plan projet d'exhaussement du p. 189-191 AMIOT, Pierre. Histoire du Pays de Fréhel. Bannalec : Imprimerie Régionale, 1990. d'histoire et d'archéologie de l'arrondissement de Saint-Malo, Saint-Malo, 1967.
    Auteur :
    [ingénieur des Ponts et Chaussées] Harel de La Noë Louis
    Description :
    -Jean du Port-à-la-Duc, au fond de la baie de la Fresnaye. Le Port-à-la-Duc et son écart sont toujours "à cheval" entre les deux communes de Pléboulle et de Fréhel, dont le cours d'eau du Frémur marque la frontière. Le Port-à-la-Duc s'envase aujourd'hui et ne conserve de son passé maritime que les aménagements des quais et murs de quai en amont, sur la rive gauche du Frémur et les terre-plein qui l'environnent et remblais) pris sur la mer depuis le 18ème siècle, en particulier du côté de Fréhel, au débouché du lit de la rivière du Frémur, ont obligé la rivière à décrire une courbe. C'est sur cette courbe que accumulés le long de la rivière, le bâti littoral s'est concentré face au rivage, la route et le pont construit en 1844, le passage de l'ancienne ligne de chemin de fer réalisé en 1926 (dont il reste la gare qui, à son retour, n'a pas suffisamment de force pour renvoyer la marne vers le large. Pour s'en pont sur la rive gauche de la rivière. On y aperçoit de place en place des pierres rondes émergeant des
    Localisation :
    Pléboulle - Port à la Duc - en écart - Cadastre : Domaine Public Maritime
    Titre courant :
    Écart de Port-à-la- Duc (Pléboulle)
    Dates :
    1617 porte la date
    Annexe :
    Descriptif de la baie de la Fresnaye par Charles Mazin, ingénieur du Roy de la place de St-Malo En 1756, Charles Mazin décrit en détail les possibilités de mouillage dans la baie de la Fresnaye "A l'entrée de la baie de la Fresnaye [ ... ] la rade y est très bonne, elle est d'une conséquence infinie pour la sûreté des vaisseaux, tant de St-Malo que du dehors, lesquels sont obligés presque rendent pas toujours à bord lorsqu'ils sortent de la rade de Rance ... Peuvent entrer des bateaux de : 8 à 9 tonneaux au Port Pérou - 55 tonneaux à l'anse de la Mare - 7 ou 8 tonneaux à la Petite Pissotte , au Trou des Corbières, à l'autre Pissotte et à l'anse du Châtelet - 20 à 30 tonneaux à l'anse de la Fresnaye ...à l'entrée de cette baye, à une demie lieue au large, et sous la protection du château de la susdites. Peuvent aborder des bateaux de 4 à 5 tonneaux à l'anse de la Fosse et au Port St.-Jean. Puis au fond de la baie, la pointe appelée Elisoer (pour Crissouët) qui s'avance à la mer formant une presque
    Illustration :
    Plan de détail du mur de quai et de la cale en projet de Port-à-la-Duc en 1828 (AD 22 Plan du village de Port-à-la-Duc en 1827 : parcelle nommée les Mondains (Le Gal La Salle, Jean Extrait du cadastre de 1806 : le site de Port-à-la-Duc et de la Côtière (AD 22 Réclamation d'un négociant de Pléhérel pour le balisage de la baie de la Fresnaye, 1913 (AD 22 Vue générale du fond de la baie de la Fresnaye : aménagement de Port-à-la-Duc, levée de terre et Vue générale des anciennes maisons en alignement du hameau de Port-à-la-Duc IVR53_20062212077NUCA Vue générale des vestiges du quai de Port-à-la-Duc IVR53_20062212071NUCA Plan du Port-à-la-Duc, début du 20ème siècle (AD 22) IVR53_20062212073NUC mur de soutènement IVR53_20062212072NUCA Vue d'une ancre devant l'ancien port : vestige du passé portuaire et maritime de Pléboulle
  • Pont dit ponceau de la Côtière (Erquy)
    Pont dit ponceau de la Côtière (Erquy) Erquy - la Côtière - isolé
    Historique :
    Pont de chemin de fer datant du 1er quart du 20ème siècle.
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Auteur :
    [ingénieur des Ponts et Chaussées] Harel de La Noë Louis
    Description :
    Pont de chemin de fer d'une travée de 4 mètres construit en grès et béton armé.
    Localisation :
    Erquy - la Côtière - isolé
    Titre courant :
    Pont dit ponceau de la Côtière (Erquy)
  • Ancien pont de chemin de fer dit viaduc de Port-Nieux (Plévenon)
    Ancien pont de chemin de fer dit viaduc de Port-Nieux (Plévenon) Plévenon - Port-Nieux - en écart
    Historique :
    Ponts et Chaussées Louis Harel de La Noë.
    Précision dénomination :
    Pont de chemin de fer
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Auteur :
    [ingénieur des Ponts et Chaussées] Harel de La Noë Louis
    Description :
    Surplombant la baie de la Fresnaye entre Port-à-la-Duc et le Petit-Trécelin, le viaduc de Port -Nieux est un ouvrage d'art à grand arc central construit en moellons de grès et granite et en béton armé . Précédé d'une passerelle d'accès de neuf travées, il mesure 63 mètres de long et 29 mètres de haut et se compose de sept travées d'arc de 12 mètres de portée chacun et d'un grand arc central en béton armé de 38,50 mètres de portée. Le tablier, construit en béton armé, est couronné de garde-corps en croix de Saint-André. L'ouvrage d'art est en mauvais état et est envahi progressivement par la végétation.
    Titre courant :
    Ancien pont de chemin de fer dit viaduc de Port-Nieux (Plévenon)
    Appellations :
    dit viaduc de Port-Nieux
    Illustration :
    Le viaduc de Port-Nieux, s.d. (AD 22) IVR53_20052204481NUCB Le viaduc de Port-Nieux vers 1925 (AD 22) IVR53_20052204482NUCB
  • Les voies ferrées et les ponts routiers sur la commune de Matignon
    Les voies ferrées et les ponts routiers sur la commune de Matignon Matignon
    Historique :
    direction de l'ingénieur en chef départemental des Ponts et Chaussées Louis Harel de La Noë. La datation du Cinq oeuvres ont été repérées [fig. 1 à 5], dont les deux portions de voie ferrée aménagées sous la corpus est comprise entre la 2ème moitié du 19ème siècle et le 1er quart du 20ème siècle. Aucune oeuvre n'a fait l'objet d'une proposition de sélection.
    Auteur :
    [ingénieur des Ponts et Chaussées] Harel de La Noë Louis
    Titre courant :
    Les voies ferrées et les ponts routiers sur la commune de Matignon
    Illustration :
    local aménagé sous la direction de l'ingénieur Louis Harel de La Noë (1er quart du 20ème siècle Matignon, l'Abbaye-de-Saint-Gallery. Pont routier (2ème moitié du 19ème siècle Matignon, la Cave. Pont routier (2ème moitié du 19ème siècle) IVR53_20062212285NUCA
  • Ancienne ligne de chemin de fer dite voie ferrée d'intérêt local de Tréguier à Paimpol, deuxième réseau (Lézardrieux)
    Ancienne ligne de chemin de fer dite voie ferrée d'intérêt local de Tréguier à Paimpol, deuxième réseau (Lézardrieux) Lézardrieux
    Historique :
    Aménagée sous la direction de l'ingénieur en chef départemental des Ponts et Chaussées Louis Harel de La Noë, l'ancienne ligne de chemin de fer d'intérêt local de Tréguier à Paimpol fut inaugurée le 1er mai 1924. Fermée le 31 mars 1950, elle fut déclassée le 28 septembre de la même année.
    Référence documentaire :
    ) : 64 S 3 (1). - Généralités. I.- Inauguration et ouverture à l'exploitation de la section Tréguier - Pleumeur-Gautier, 1924. II.- Inauguration et ouverture à l'exploitation de la section Pleumeur-Gautier - Lézardrieux, 1924. III.- Inauguration et ouverture à l'exploitation de la section Lézardrieux - Paimpol, 1925 d'horaires, correspondance avec l'ingénieur en chef et avec le directeur de la régie, 1925. II.- Voeux et ) : (...) 64 S 4 (7). - Pleumeur-Gautier et Lézardrieux. De la gare de Pleumeur-Gautier à l'arrêt de Toullan . 64 S 4 (9). - Lézardrieux. De l'arrêt de Toullan à la station de Lézardrieux. Division réservée. 64 et Plounez. De la station de Lézardrieux à celle de Plounez. I. - Lézardrieux et Plounez. Viaduc de , Paimpol, Lézardrieux, Pleumeur-Gautier, Trédarzec et arrêts divers (1901-1949) ; plan de la gare de Tréguier, embranchements de la station et du dépôt, notes diverses (1922-1946 et s.d.). AD Côtes-d'Armor : 64 S. - Ligne de Tréguier à Paimpol. 64 S 1. BIENS (dossiers par commune
    Auteur :
    [ingénieur des Ponts et Chaussées] Harel de La Noë Louis
    Description :
    Pleumeur-Gautier. Au départ de Paimpol, la voie ferrée franchissait le Trieux via le pont suspendu remanié et renforcé pour l'occasion, desservait la gare aménagée au sud-ouest du bourg (actuel lotissement de la gare), puis continuait sa course vers le nord-ouest en direction de Pleumeur-Gautier. Ancienne ligne de chemin de fer à voie métrique comprenant un embranchement jusqu'à Pleubian depuis
    Titre courant :
    Ancienne ligne de chemin de fer dite voie ferrée d'intérêt local de Tréguier à Paimpol, deuxième
    Appellations :
    Ligne de chemin de fer d'intérêt local de Tréguier à Paimpol, deuxième réseau
  • L'ensemble du génie civil, les ponts routiers et voies ferrées sur la commune de Perros-Guirec
    L'ensemble du génie civil, les ponts routiers et voies ferrées sur la commune de Perros-Guirec Perros-Guirec
    Historique :
    l'ingénieur en chef départemental des Ponts et Chaussées Louis-Auguste-Marie Harel de La Noë, concepteur du La datation des oeuvres repérées est comprise entre le 4ème quart du 19ème siècle et le 2ème quart du 20ème siècle. 4 oeuvres ont été répérées. Le pont routier franchissant la vallée des Traouiéros a fait l'objet d'une proposition de sélection [fig. 2]. Un nom d'auteur a été relevé : celui de
    Auteur :
    [ingénieur des Ponts et Chaussées] Harel de La Noë Louis
    Titre courant :
    L'ensemble du génie civil, les ponts routiers et voies ferrées sur la commune de Perros-Guirec
    Illustration :
    Perros-Guirec, quartier de la Rade. Gare de l'ancienne voie ferrée d'intérêt local Lannion-Perros
  • Ancienne voie ferrée d'intérêt local du Guildo à Saint-Briac, deuxième réseau (Saint-Jacut-de-la-Mer)
    Ancienne voie ferrée d'intérêt local du Guildo à Saint-Briac, deuxième réseau (Saint-Jacut-de-la-Mer) Saint-Jacut-de-la-Mer - la Ville-ès-Chouin la Queurie Biord la Ville-Neuve - chemin du Petit Tram boulevard du Vieux Château rue de la Gare Route départementale n° 26 - en écart - Cadastre : 2004 AI AK AL AN AO
    Historique :
    l'ingénieur en chef départemental des Ponts et Chaussées Louis Harel de la Noë, la ligne du Guildo à Saint Partie intégrante du deuxième réseau ferroviaire d´intérêt local construit sous la direction de -Briac (Bretagne, 35) a été déclarée d'utilité publique le 28 mars 1912. Aménagée pour établir la jonction avec le département d'Ille-et-Vilaine et le tramway de Saint-Briac à Dinard, cette ligne a été
    Cadre de l'étude :
    inventaire préliminaire Saint-Jacut-de-la-Mer
    Statut :
    propriété de la commune
    Auteur :
    [ingénieur des Ponts et Chaussées] Harel de La Noë Louis
    Description :
    Ancienne ligne de chemin de fer à voie étroite ou voie métrique dont il subsiste le tracé dans la
    Typologies :
    ligne de chemin de fer à voie métrique
    Localisation :
    Saint-Jacut-de-la-Mer - la Ville-ès-Chouin la Queurie Biord la Ville-Neuve - chemin du Petit Tram boulevard du Vieux Château rue de la Gare Route départementale n° 26 - en écart - Cadastre : 2004 AI AK
    Titre courant :
    Ancienne voie ferrée d'intérêt local du Guildo à Saint-Briac, deuxième réseau (Saint-Jacut-de-la
    Appellations :
    ligne de chemin de fer d'intérêt local du Guildo à Saint-Briac, deuxième réseau
    Illustration :
    Vue générale du tracé de l'ancienne voie ferrée en direction de Saint-Jacut-de-la-Mer, actuel Vue générale du tracé de l'ancienne voie ferrée en direction de Saint-Jacut-de-la-Mer, actuel Vue générale du tracé de l'ancienne voie ferrée en direction de Trégon, actuelle rue dite de la Vue générale du tracé de l'ancienne voie ferrée en direction du Guildo, actuel chemin dit du Petit Tram à hauteur de l'intersection avec le boulevard du Vieux Château IVR53_20072208888NUCA
  • Pont ferroviaire dit du Launay, Chef du bois (Pommerit-Jaudy fusionnée en La Roche-Jaudy en 2019)
    Pont ferroviaire dit du Launay, Chef du bois (Pommerit-Jaudy fusionnée en La Roche-Jaudy en 2019) Roche-Jaudy (La) - Pommerit-Jaudy Chef du bois - isolé
    Historique :
    Le pont dit du Launay est l'oeuvre de Louis Harel de la Noë, ingénieur des Ponts et Chaussées dans les Côtes d'Armor de 1901 à 1918. Cet ouvrage d'art est lié à la première ligne de chemin de fer ferroviaire. Le bourg de Pommerit-Jaudy et La Roche-Derrien possédait une petite gare. En 1924, la mise en voie normale de la ligne Guingamp-Paimpol vient concurrencer la ligne à voie métrique Plouëc-Tréguier : le transport du lin se fait désormais par camion jusqu'à la gare de Plouëc. La ligne à voie métrique devient rapidement obsolète, sa fermeture est décidée dès 1939. Le viaduc est démoli en 1950, la gare de La Roche-Derrien est détruite et celle de Pommerit-Jaudy sont détruites dans les années 1960. -Jaudy, La Roche-Derrien et Minihy-Tréguier. Cette ligne à voie métrique qui franchissait le Jaudy entre La Roche-Derrien et Minihy-Tréguier passait sur un viaduc. Le transport des produits agricoles
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Communauté de communes du Haut Trégor
    Statut :
    propriété de la commune
    Auteur :
    [ingénieur] Harel de la Noë Louis-Auguste-Marie
    Description :
    La mise en oeuvre du pont associe plusieurs matériaux : le béton, moderne à l'époque de la construction de cet ouvrage d'art, et des matériaux plus traditionnels comme la pierre et la brique. Cette des poutrelles en béton dont le profil segmentaire est parfaitement adapté à la fonction. l'ensemble repose sur une poutre IPN en béton, placée entre les deux piles à arcade en moellon de schiste.
    Localisation :
    Roche-Jaudy (La) - Pommerit-Jaudy Chef du bois - isolé
    Précision localisation :
    commune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Pommerit-Jaudy
    Titre courant :
    Pont ferroviaire dit du Launay, Chef du bois (Pommerit-Jaudy fusionnée en La Roche-Jaudy en 2019)
    Aires d'études :
    Schéma de cohérence territoriale du Trégor
    Texte libre :
    , d'autre part de l'originalité du travail de l'ingénieur Louis Harel de La Noé, promoteur de l'usage du Le pont de chemin de fer de Chef du Bois est intéressant sur le plan historique et patrimonial car il témoigne, d'une part, de l'ancien chemin de fer disparu entre Plouëc-du-Trieux et Tréguier
  • Ancienne voie ferrée d'intérêt local Yffiniac-Matignon, deuxième réseau
    Ancienne voie ferrée d'intérêt local Yffiniac-Matignon, deuxième réseau Plurien - Cadastre : 2000 E1 non cadastré domaine public
    Historique :
    sous la direction de l'ingénieur en chef départemental des Ponts-et-Chaussées Louis Harel de La Noë fut publique par la loi du 28 mars 1912. Le tracé définitif de la section comprise entre Erquy et Pléhérel fut La portion du deuxième réseau ferré d'intérêt local d'Yffiniac à Matignon a été déclarée d'utilité fermée le 31 décembre 1948 et déclassée le 2 décembre 1949. La portion Saint-Alban-Pléneuf-Erquy fut
    Référence documentaire :
    p. 18-21 GLORO, Jean-Pierre, CORNU, Alain. RDV Côte de Penthièvre n° 20. Pléneuf-Val-André, 2005.
    Auteur :
    [ingénieur des Ponts et Chaussées] Harel de La Noë Louis
    Description :
    Ligne de chemin de fer à voie métrique à l'état de vestiges, dont il subsiste les bâtiments de
    Appellations :
    Ligne de chemin de fer d'intérêt local Yffiniac-Matignon, deuxième réseau
    Annexe :
    le pont du Marais, réalisés par l'ingénieur Harel de la Noë, qui permettaient au "petit train" de Le chemin de fer du second réseau (Guy Prigent) La ligne de chemin de fer du second réseau, qui traversait pendant le 1er quart du début du 20ème siècle la station touristique de Sables-d'Or, a conservé certains vestiges matériels de ses heures de gloire : les deux ouvrages de la passerelle de la Côtière et traverser l'estuaire de l'Islet. Ces deux ouvrages méritent d'être étudiés avec l'ensemble de la voie ferrée . La ligne de chemin de fer Erquy-Pléhérel fut ouverte le 3 février 1924, Pléhérel-Plévenon le 3 de la baie de la Fresnaye, empruntait le viaduc de Port-Nieux et la station de Port-à-la-Duc pour continuer son itinéraire touristique vers Matignon. En 1923, le promoteur de la station balnéaire de Sable -d'Or-les-Pins, demandait au préfet des Côtes-du-Nord de rectifier le tracé de la voie ferrée, afin d'intégrer le passage du boulevard principal de la station et de réaliser une gare à proximité de la plage, à
    Illustration :
    Plan de Roland Brouard : emplacement de la gare de Plurien-Sables-d'Or, 1924 IVR53_20052204966NUCB La locomotive Corpet-Louvet n° 33 devant l'ancienne gare de Plurien-Sables-d'Or La locomotive Corpet-Louvet n° 31 devant l'ancienne gare de Plurien-Sables-d'Or et la réserve d'eau Plan non signé, non daté : le circuit du train littoral traversant les communes de Plurien et de Vue générale du viaduc de l'Islet au passage du train de second réseau au début du 20ème siècle Vue générale du tracé de l'ancienne ligne de chemin de fer en direction d'Erquy
  • Ancienne voie ferrée d'intérêt local Lannion-Perros-Guirec, premier réseau, rue Ernest Renan ; rue Anatole Le Braz (Perros-Guirec)
    Ancienne voie ferrée d'intérêt local Lannion-Perros-Guirec, premier réseau, rue Ernest Renan ; rue Anatole Le Braz (Perros-Guirec) Perros-Guirec - rue Ernest Renan rue Anatole Le Braz - en ville
    Historique :
    l'ingénieur en chef départemental des Ponts et Chaussées Louis Harel de La Noë, la construction de la ligne de Partie intégrante du premier réseau ferroviaire d´intérêt local aménagé sous la direction de approuvé par la préfecture des Côtes-du-Nord le 8 septembre 1902. Ouverte partiellement à l'exploitation le
    Référence documentaire :
    vue générale de la gare AD Côtes-d'Armor : 16 Fi 2879, carte postale, s. n., 1er quart du 20ème
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Auteur :
    [ingénieur des Ponts et Chaussées] Harel de La Noë Louis
    Description :
    Ancienne ligne de chemin de fer à voie métrique dont il subsiste le bâtiment de la gare édifié en
    Appellations :
    Ligne de chemin de fer d'intérêt local Lannion-Perros-Guirec, premier réseau
    Illustration :
    Vue générale de la gare au début du 20ème siècle (AD 22) IVR53_20072205717NUCB Vue générale de l'ancienne gare IVR53_20062206702NUCA
  • Ancienne voie ferrée d'intérêt local Yffiniac-Matignon, deuxième réseau (Erquy)
    Ancienne voie ferrée d'intérêt local Yffiniac-Matignon, deuxième réseau (Erquy) Erquy - Saint-Pabu le Dréneuf Caroual le Bourg la Mare-es-Loups la Côtière - en écart
    Historique :
    l'ingénieur en chef départemental des Ponts-et-Chaussées Louis Harel de La Noë. La portion Saint-Alban-Pléneuf , fermée le 31 décembre 1948 et déclassée le 2 décembre 1949. Elle fut aménagée sous la direction de La portion du deuxième réseau ferré d'intérêt local d'Yffiniac à Matignon a été déclarée d'utilité publique par la loi du 28 mars 1912, mise en service progressivement du 11 juillet 1922 au 27 juin 1926
    Auteur :
    [ingénieur des Ponts et Chaussées] Harel de La Noë Louis
    Description :
     : le viaduc de Carroual, le ponceau et la passerelle des coursières. Ligne de chemin de fer à voie métrique à l'état de vestiges, dont il subsiste trois ouvrages d'art
    Localisation :
    Erquy - Saint-Pabu le Dréneuf Caroual le Bourg la Mare-es-Loups la Côtière - en écart
    Appellations :
    Ligne de chemin de fer d'intérêt local Yffiniac-Matignon, deuxième réseau
    Illustration :
    Erquy, la Côtière. Vue générale de la passerelle de la Côtière située à la limite des communes de Erquy, la Côtière. Vue générale du tracé de l'ancienne voie ferrée en direction du bourg Erquy, la Ville-ès-Renais. Vue générale du tracé de l'ancienne voie ferrée en direction du bourg Erquy, Tertre de la Ville-Hamon. Vue générale du tracé de l'ancienne voie ferrée en direction du Erquy, la Ville Rogon. Vue générale du tracé de l'ancienne voie ferrée prise dans le prolongement de la rue du viaduc en direction de Pléneuf-Val-André IVR53_20042207536NUCA Erquy, Saint-Pabu. Vue générale du tracé de l'ancienne voie ferrée entre Saint-Pabu (Erquy) et la Erquy, Caroual. Vue générale du tracé de l'ancienne voie ferrée depuis le viaduc de Caroual Erquy, le Travers-d'en-Bas. Vue générale du tracé de l'ancienne voie ferrée en direction de Pléneuf
  • Ancienne voie ferrée d'intérêt local du Guildo à Saint-Briac, deuxième réseau, square Jean Conan, rue Nationale (Lancieux)
    Ancienne voie ferrée d'intérêt local du Guildo à Saint-Briac, deuxième réseau, square Jean Conan, rue Nationale (Lancieux) Lancieux - square Jean Conan rue Nationale
    Historique :
    l'ingénieur en chef départemental des Ponts et Chaussées Louis Harel de la Noë, la ligne du Guildo à Saint Partie intégrante du deuxième réseau ferroviaire d´intérêt local construit sous la direction de -Briac (Bretagne, 35) a été déclarée d'utilité publique le 28 mars 1912. Aménagée pour établir la jonction avec le département d'Ille-et-Vilaine et le tramway de Saint-Briac à Dinard, cette ligne a été
    Auteur :
    [ingénieur des Ponts et Chaussées] Harel de La Noë Louis
    Typologies :
    ligne de chemin de fer à voie métrique
    Appellations :
    ligne de chemin de fer d'intérêt local du Guildo à Saint-Briac, deuxième réseau
    Illustration :
    Lancieux, la Mettrie. Le tracé de l'ancienne voie ferrée d'intérêt local. IVR53_20082205715NUCA Lancieux, le bourg. Le carrefour des Quatre Chemins, la voie ferrée au premier plan, 2ème quart du Lancieux, le bourg. Le square Jean Conan, l'emplacement de l'ancienne gare ferroviaire
  • Ancienne voie ferrée d'intérêt local du Guildo à Saint-Briac, deuxième réseau (Créhen)
    Ancienne voie ferrée d'intérêt local du Guildo à Saint-Briac, deuxième réseau (Créhen) Créhen
    Historique :
    l'ingénieur en chef départemental des Ponts et Chaussées Louis Harel de la Noë, la ligne du Guildo à Saint Partie intégrante du deuxième réseau ferroviaire d´intérêt local construit sous la direction de -Briac (Bretagne, 35) a été déclarée d'utilité publique le 28 mars 1912. Aménagée pour établir la jonction avec le département d'Ille-et-Vilaine et le tramway de Saint-Briac à Dinard, cette ligne a été
    Auteur :
    [ingénieur des Ponts et Chaussées] Harel de La Noë Louis
    Description :
    Ancienne ligne de chemin de fer à voie étroite ou voie métrique dont il ne subsiste aucune trace
    Typologies :
    ligne de chemin de fer à voie métrique
    Appellations :
    ligne de chemin de fer d'intérêt local du Guildo à Saint-Briac, deuxième réseau
  • Ancienne voie ferrée d'intérêt local du Guildo à Saint-Briac, deuxième réseau
    Ancienne voie ferrée d'intérêt local du Guildo à Saint-Briac, deuxième réseau Beaussais-sur-Mer - Trégon - Cadastre : 2004 A 218, 331, 386, 405, 475
    Historique :
    l'ingénieur en chef départemental des Ponts et Chaussées Louis Harel de la Noë, la ligne du Guildo à Saint Partie intégrante du deuxième réseau ferroviaire d´intérêt local construit sous la direction de -Briac (Bretagne, 35) a été déclarée d'utilité publique le 28 mars 1912. Aménagée pour établir la jonction avec le département d'Ille-et-Vilaine et le tramway de Saint-Briac à Dinard, cette ligne a été
    Auteur :
    [ingénieur des Ponts et Chaussées] Harel de La Noë Louis
    Typologies :
    ligne de chemin de fer à voie métrique
    Appellations :
    ligne de chemin de fer d'intérêt local du Guildo à Saint-Briac, deuxième réseau
  • Ancienne voie ferrée d'intérêt local Plancoët-Saint-Cast, premier réseau (Matignon)
    Ancienne voie ferrée d'intérêt local Plancoët-Saint-Cast, premier réseau (Matignon) Matignon
    Historique :
    l'ingénieur en chef départemental des Ponts et Chaussées Louis Harel de La Noë, la construction de la ligne Partie intégrante du premier réseau ferroviaire d´intérêt local aménagé sous la direction de approuvé par la préfecture des Côtes-du-Nord le 4 avril 1903. Aménagée à partir de l'année 1904, elle a été ouverte au trafic de voyageurs le 18 septembre 1906, puis au trafic de marchandises le 5 novembre 1906
    Auteur :
    [ingénieur des Ponts et Chaussées] Harel de La Noë Louis
    Appellations :
    Ligne de chemin de fer d'intérêt local Plancoët-Saint-Cast, premier réseau
    Illustration :
    La gare départementale (place Gouyon-Matignon) IVR53_20062212245NUCA La gare départementale (place Gouyon-Matignon) IVR53_20062212246NUCA Vue du tracé de l'ancienne voie ferrée en direction de Saint-Cast (actuelle piste cyclable Vue du tracé de l'ancienne voie ferrée en direction de Saint-Cast (actuelle piste cyclable Vue du tracé de l'ancienne voie ferrée en direction de Plancoët IVR53_20062212249NUCA Vue du tracé de l'ancienne voie ferrée en direction de Plancoët IVR53_20062212250NUCA