Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 6 sur 6 - triés par pertinence
  • Ferme avec logement de prêtre à Le Guirec (Ploubezre)
    Ferme avec logement de prêtre à Le Guirec (Ploubezre) Ploubezre - Le Guirec - - en écart - Cadastre :
    contenu :
    -d'Armor (consultées via le site internet Généarmor), un dénommé Pierre Raoul (fils de Alain Raoul et Ensemble bâti ancien, à la fois résidence et exploitation agricole, composé d'un logis de ferme et cette époque et une figure humaine. A l'intérieur, la cheminée du rez-de-chaussée n'a pas été modifiée
  • Ferme de Croaz Berr (Plufur)
    Ferme de Croaz Berr (Plufur) Plufur - Croaz Berr - - isolé - Cadastre :
    illustration :
    Plufur, Croaz Berr : ferme primitive ou Penn Ty, littéralement "la maison du bout", huisserie et Plufur, Croaz Berr : entrée piétonne et charretière de la ferme IVR53_20152206504NUCA Plufur, Croaz Berr : entrée piétonne et charretière de la ferme IVR53_20152206505NUCA Plufur, Croaz Berr : dépendance (soues à cochon) et puits de la ferme IVR53_20152206511NUCA Plufur, Croaz Berr : photographie provenant des archives familiales, Toussaint Marie GUILLOU et GUILLOU (1851-1944) et de Jean-Marie MEURIC (mort en 1888) (collection particulière) IVR53_20152206519NUCA
    contenu :
    La ferme de Craz Berr à Plufur Ensemble bâti ancien, à la fois résidence et exploitation agricole siècle) et lui a donné son nom à moins que ce ne soit la proximité avec le carrefour, intersection de trois chemins. Le cadastre nous renseigne sur la disposition et la distribution des bâtiments de ferme de deux logis et dépendances et un logis indépendant flanqué d'un four à pain sur son pignon ouest . On trouve également plusieurs dépendances agricoles : étables, granges (l'ancienne et la "neuve " datable des années 1890-1900), écuries, remise, cellier, portail d'entrée et puits. Le puits à guérite de linteaux en arc segmentaire et rares volets intérieurs) et au nord d'un logis reconstruit en 1868 ancien : des vestiges des 16e et 17e siècles ayant pu être observés en différents points de la propriété un mobilier ancien et des objets qui témoignent du mode de vie d'une famille de notables du Trégor ", vaisselier datée "1837" et lit-clos à double niveau (seconde moitié du 19e siècle) et des photographies
  • Maison dite "Hôtel de Coëtivy", 12-16 rue des Perdreries (Perderies) (Tréguier)
    Maison dite "Hôtel de Coëtivy", 12-16 rue des Perdreries (Perderies) (Tréguier) Tréguier - 12-16 rue des Perdreries (Perderies) - en ville
    description :
    Cette demeure est située au numéro 12, 14 et 16 rue des Perdreries (Perderies). Construite en moellon de granite et de schiste, elle comprend un étage carré et un étage de comble. Sa façade sur rue de ses deux extrémités – est et ouest- deux pavillons en appentis dont l’étage supérieur est réalisé
    illustration :
    ", extrémité ouest, élévation sud sur rue, détail d'une baie à traverse (disparue) à linteau en accolade et à
    historique :
    professeur Charles-Yves Le Polles demeurant à Nantes (son fils, résidant et enseignant à la faculté de comprend de nombreux remplois et des parties construites à des époques différentes selon l’analyse stylistique et la mise en œuvre : - fin 16e - 17e siècle (extrémité ouest comprenant côté rue, une porte surmontée d’une archivolte et d’un écu, et une fenêtre à linteau orné d’une accolade et doté d’un appui du Pontavice de Heussey né en 1814 à Tréguier ?). Cet ensemble bâti identifié comme "maison et cour " compte une porte cochère et 49 portes et fenêtres. L’"Hôtel de Coëtivy", l’"Hôtel de la Tour" et le médecine et de pharmacie de Nantes), est propriétaire de la demeure. L’"Hôtel de Coëtivy" dispose d'un droit de servitude et de passage sur l’Hôtel de la Tour - réhabilité en logements sociaux gérés par
    referenceDocumentaire :
    des villes et villages de France. Paris, 1993, 204 p.)
  • Manoir de Kerpuns (Minihy-Tréguier) [mission photographique programmée]
    Manoir de Kerpuns (Minihy-Tréguier) [mission photographique programmée] Minihy-Tréguier - Kerpuns - isolé
    description :
    Cet ensemble bâti ancien, à la fois résidence seigneuriale et exploitation agricole est situé à 2,9 vraisemblablement une métairie (organisée en équerre vers le sud) et deux dépendances. Les parcelles sont désignées comme "l’avenue, pâture et futaie [barré]" (n° 375), "ar jardin, jardin" (n° 376), ar Liors, labour (n ° 377), "Ker ar puns, l’aire et bâtiment » (n° 378 ; cour arrière), "Ker ar puns, maison, bâtiment et couverture en pavillon, son volume et son aspect massif. Construit en moellon de schiste à l’exception de l’entourage des ouvertures et des chainages d’angle en granite, le logis est orienté vers le nord-est. Son porte en arc plein cintre à laquelle on accède par un perron composé de quatre marches et trois fenêtres niveau du rez-de-chaussée et sous l’escalier, elle correspondent à l’emplacement d’un cellier), une fenêtre de gabarit moyen (murée, elle est située au niveau du premier étage et permettait d’éclairer l’escalier), et une porte (également murée) située au niveau de l’étage de comble. Les traces d’un appentis
    contenu :
    paysage par sa couverture en pavillon, son important volume et son aspect massif. C’est grâce aux Fanoys : un faon "passant" et à ses pieds une oie. Si le logis a conservé intact son escalier rampe sur rampe en bois et sa charpente, il a en revanche perdu sa pièce haute dont ne subsiste aujourd'hui que la
    historique :
    du chevreuil) "passant" et à ses pieds un oiseau identifié comme une oie (armoiries identifiées comme celles de la famille Fanois, Favois, Fanoys ou Fannoys), de l’autre chevron et macle ou losange (famille non identifiée). Ces armoiries associant un faon et une oie se retrouvent également à Tréguier, sur un linteau de fenêtre de la maison dit "Scolasticat" ou "maison prébendale Borie" et correspondent à devient chanoine de Tréguier en 1649 et le reste pendant 67 ans. Selon les recherches de Philippe Caron noce à François Le Guales, seigneur de Kerson. - Michel Fanoys (fils), seigneur de Ruzerec (mort vers . *Un dénommé Jean Féger, seigneur du Mence est maire de la ville et comté de Tréguier selon l’Armorial "François-Marie Dieuleveult veuve et enfants" demeurant à Tréguier. François-Marie Dieuleveult (1749-1821
    referenceDocumentaire :
    Chanoines de Bretagne. Carrières et cultures d'une élite cléricale au siècle des lumières. Charles Olivier. Chanoines de Bretagne. Carrières et cultures d'une élite cléricale au siècle des lumières
  • L'habitat rural sur la commune de Botsorhel
    L'habitat rural sur la commune de Botsorhel Botsorhel
    illustration :
    Carte géologique des communes du nord-est du Parc d'Armorique - Plougonven, Botsorhel et Botsorhel, Keranguen : maçonnerie mixte, schiste, granite et quartzite IVR53_20152908603NUCA Botsorhel, Kergréac'h, ferme, 1834 : moellons et pierre de taille de granite IVR53_20152908605NUCA Botsorhel, le Gollot, maison convertie en dépendance : moellons et pierre de taille de granite Botsorhel, Pen ar Veleugen, ferme : ouvertures et maçonnerie en granite, 16e siècle Botsorhel, Poulguinen Huella, dépendance : granite et couverture contemporaine en tôle nervurée Botsorhel, Quinquis Helary, ferme : maçonnerie mixte, granite, schiste et orthogneiss Botsorhel, Trohom, ferme : maçonnerie et pierre de taille de granite, 18e siècle Tromolouarn, ferme (état en 1969) : maison du 16e siècle transformée en dépendance et maison à Botsorhel, Trohom, ancienne ferme à Porz clos, 18e et 19e siècles IVR53_20152908630NUCA
    contenu :
    héritage au plus jeune des fils, étaient souvent exploitées en commun et ont participé à la mise en place Comme l’ont noté Christian Millet et Daniel Sanquier, «parler d’architecture rurale dans le Trégor lieu de vie, se sont transformées durant les siècles suivants". La deuxième moitié du 19e siècle et le ajouts, modifications, reconstructions et destructions des édifices préexistants. S’il existe quelques extérieures (ouvertures, toitures, reconstructions et réemplois de matériaux…) ou intérieures. La , puits…) qui, face à une perte d’usage et d’utilité, sont souvent en ruines ou détruites. 81 maisons ont été recensées, principalement construites entre le début du 19e siècle et le début du 20e siècle (1840 -1930). Matériaux de construction et mises en œuvre Matériaux de construction Les formes communal, et l’absence de voies navigables, moyen privilégié pour le transport sur de longues distances, a mauvais état général des routes et chemins et aux prix couteux des charrois, les matériaux employés dans
  • L'habitat rural sur la commune de Plougonven
    L'habitat rural sur la commune de Plougonven Plougonven
    illustration :
    Carte géologique des communes du nord-est du Parc d'Armorique - Plougonven, Botsorhel et été largement remaniées aux 19e et 20e siècles IVR53_20152909075NUCA Plougonven, ancien manoir de Goasvalé - Saloir et vaisselier, ancienne cuisine, rez-de-chaussée Plougonven, ancien manoir de Kerloaguen - vue du porche d'entrée à portes cochère et pietonne Plougonven, ancien manoir de Mézedern, 16e siècle - Logis-porche et sa tour habité, vue est Plougonven, Quinquis, maison à avancée et dépendances perpendiculaires (état 1970 Plougonven, Keradraon, 1810 et 1856, maison à avancée (état 1970) IVR53_19702905106Z Plougonven, Keradraon, façade postérieure et puits (état 1970) IVR53_19702905111Z plougonven, Mogueriou, inscription et date portée JEAN LE SAOUT/1633/IACVEZER (état 1970 Plougonven, Mogueriou, alignement et maison à avancée (état 1970) IVR53_19702905217Z
    contenu :
    Comme l’on noté Christian Millet et Daniel Sanquier, « parler d’architecture rurale dans le Trégor Plougonven, où la deuxième moitié du 19e siècle et le début du 20e siècle a constitué une période de renouveau de l’habitat rural, traduit par de multiples ajouts, modifications, reconstructions et extérieures (ouvertures, toitures, reconstructions et réemplois de matériaux…) ou intérieures. La perte d’usage et d’utilité, sont souvent en ruines ou détruites. 226 maisons ont été recensées . Matériaux de construction et mises en oeuvre Matériaux de construction Les formes architecturales sont largement influencées par le sous-sol géologique local. L’éloignement des côtes du territoire communal, et général des routes et chemins et aux prix couteux des charrois, les matériaux employés dans la immédiate du chantier. Abondants dans le sous-sol géologique de la commune, les granits et orthogneiss de -œuvre (moellons et pierres de taille) ou pour des éléments structurels et de décors (saloir, cheminées
1