Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Tous les départements
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 28 - triés par pertinence
  • Moulin à marée Pont-neuf et moulin à vent Moulin-neuf (Baden)
    Moulin à marée Pont-neuf et moulin à vent Moulin-neuf (Baden) Baden - le Moulin Neuf - isolé - Cadastre : 1809 E1 91, 188 1852 E3 847, 863 1967 ZO 35
    titreCourant :
    Moulin à marée Pont-neuf et moulin à vent Moulin-neuf (Baden)
    illustration :
    Vue des deux moulins, de l'étang et de la chaussée prise de l'est (vers 1920 ?). IVR53_19935600021X Vue amont de la digue et de l'étang du moulin à marée, la maison sur la droite serait donc
    historique :
    du Pont Neuf, datant probablement du 18e siècle, dont il ne subsiste que la chaussée, l'étang et la cessé son activité entre 1930 et 1935 avec son dernier meunier, Pierre Hervé. Selon les témoignages
    referenceDocumentaire :
    Les moulins de la mer GUILLET Jacques, Les moulins de la mer. Le chasse-marée, n°5, p.42-57
  • Moulin à papier et à foulon de Guémain, puis moulin à farine, puis minoterie de Guémain, actuellement hôtel restaurant (Vieux-Vy-sur-Couesnon)
    Moulin à papier et à foulon de Guémain, puis moulin à farine, puis minoterie de Guémain, actuellement hôtel restaurant (Vieux-Vy-sur-Couesnon) Vieux-Vy-sur-Couesnon - Moulin de Guémain - en écart - Cadastre : 1983 B2
    titreCourant :
    Moulin à papier et à foulon de Guémain, puis moulin à farine, puis minoterie de Guémain
    description :
    chevauche le Couesnon et permet d'accéder à la cour de l'usine. De l'autre côté de la chaussée, se répartissent les logements et autres dépendances. La minoterie construite en granite, à l'origine composée de de fabrication, compte un étage carré et un étage de comble à surcroît couvert d'un toit à croupes en . Ce dernier a un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé et un étage de comble à surcroît . Sa façade latérale, qui longe le Couesnon, est flanquée du coursier et de la roue hydraulique à aubes place : le déversoir et le vannage de décharge situés en amont et les vannes motrices.
    annexe :
    19983504860NUC : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine
    cadresEtude :
    patrimoine industriel patrimoine industriel d'Ille-et-Vilaine enquête thématique régionale Les moulins à papier et papeteries industrielles de Bretagne
    illustration :
    Carte postale ancienne : coursier, roue hydraulique verticale et vannage de décharge Vannage de décharge et bief d'aval, vue générale nord-ouest IVR53_19983504858ZA La minoterie et le transformateur, façade antérieure sud IVR53_19983504855ZA Bâtiment d'eau et bassin de retenue IVR53_19983504856ZA Bief, vannage de décharge et déversoir situés en amont de la minoterie IVR53_19983504859ZA La minoterie et sa roue hydraulique verticale, façade latérale ouest IVR53_19993502758ZA
    contenu :
    foulon avec ses fils. Ses filles se marient avec des papetiers. A cette date, Michel Dupré et son épouse Aubrée, maître-papetier épouse en 1735, Jeanne Barbe et succède à Michel Dupré. Dès 1737, il prend par le fermier jusqu'à son départ aux Grands Moulins en 1745. La succession est assurée en 1747 et jusqu'à son décès en 1761, par Jean François Chatel et Renée Damy. Il a également, pendant cette période , acquis la pile de Jeanne Barbe et exploite comme fermier celles de Anne et Pierre Barbe ainsi que celle de Marguerite Morel, veuve de René Barbe. Six cents rames de papier grand raisin et bâtard fin y sont rapport de 1772 du subdélégué d'Antrain, donne 600 rames de production de papier pour emballage des fils de couleur et autres merceries vendus sur les marchés environnants. En 1776, le moulin a 5 piles, ou plutôt 4 piles à maillets ferrés et une pile à affiner. L'enquête indique un seul propriétaire, Julien . Celui-ci devient propriétaire de l'ensemble en 1845 et demande en 1857 l'autorisation d'installer un
    historique :
    , le moulin à papier de Guémain fabrique annuellement six cents rames de papier, du grand raisin et du bâtard fin. En 1840, l'usine se compose d'un moulin à papier appartenant à M. Baudry et d'un moulin à par une roue hydraulique et comprenant plusieurs piles. En 1860, le site comprend deux vannages de décharge et un déversoir. En 1875, le moulin, appartenant à M. Radigois, fabricant de papier à Vieux-Vy-sur -Couesnon et propriétaire de deux autres moulins à papier, se compose de deux bâtiments dont l'un est pourvu de deux paires de meules servant à la mouture des céréales et le second composé d'un broyeur à convertisseurs, un plansichter et quatre bluteries hexagonales. En 1948, installation d'une turbine hydraulique tours/mn. La roue hydraulique à aubes, toujours en place, mesure 5,20 m de diamètre sur 1 m de large et
    referenceDocumentaire :
    A. D. Ille-et-Vilaine. 2 per 2966. Annuaire officiel d'Ille-et-Vilaine : administratif, industriel et commercial (1939). A. D. Ille-et-Vilaine. Série S : Travaux publics et transports. Fonds préfecture. Service hydraulique, moulins et usines : réglementation, prises d'eau, travaux (1840-1888) : 7 S 57. A. D. Ille-et-Vilaine. Série C : Administrations provinciales. Fonds de la Commission intermédiaire A. D. Ille-et-Vilaine. Série M : Administration générale et économie du département. Subsistances et ravitaillement. Enquête sur la meunerie : capacité d'écrasement des moulins (mars-mai 1936) : 6 M p. 966 Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. OGÉE, Jean-Baptiste . Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes Moulin de Guémain, profil en long et en travers puis élévation du moulin et des ouvrages d'art, AD
    airesEtudes :
    Ille-et-Vilaine
  • Moulins à farine et à tan, puis minoterie de la Ville, puis de la société Anonyme des minoteries Piéto, actuellement immeuble à logements, 13 rue du Docteur Lavergne (Lamballe fusionnée en Lamballe-Armor en 2019)
    Moulins à farine et à tan, puis minoterie de la Ville, puis de la société Anonyme des minoteries Piéto, actuellement immeuble à logements, 13 rue du Docteur Lavergne (Lamballe fusionnée en Lamballe-Armor en 2019) Lamballe-Armor - Lamballe - 13 rue du Docteur Lavergne - en ville - Cadastre : 1831 D 132 2004 AE 401
    titreCourant :
    Moulins à farine et à tan, puis minoterie de la Ville, puis de la société Anonyme des minoteries
    description :
    De plan en L, la minoterie est édifiée en moellons de schiste et de granite et est couvert d'une
    annexe :
    décharge situé légèrement au sud de la rivière et dont l'origine est placée à l'est de Lamballe, et rejoint aux deux côtés du moulin de la Ville et prolonge le nouveau canal commencé dans la prairie des canards
    appellations :
    moulins à farine et à tan, puis minoterie de la Ville, puis de la société Anonyme des minoteries
    illustration :
    Plan des moulins à tan et à farine de la Ville, détail (9 décembre 1857). IVR53_20032207500NUCB La minoterie et le canal de fuite, vue générale sud. IVR53_20032207507NUCA La minoterie et le bief amont, vue générale est. IVR53_20032207514NUCA
    historique :
    est de nouveau agrandie et passe aux mains de son fils Charles en 1911. Elle appartient ensuite paires de meules, 55440 kg de farine de froment et 21660 kg de farine de blé noir. Le moulin passe ensuite aux mains de J.-M. Goubin, qui fait bâtir une petite maison en aval du moulin en 1857, et fait blé doté de trois paires de meules et d'un moulin à tan destiné au broyage des écorces de chêne pour farine est démoli avant d'être reconstruit en 1877 et agrandi en 1879. En 1890, J. Chalois est autorisé à en 1906, puis le déversoir entièrement en béton et en ciment en 1908. Un an plus tard, la minoterie successivement à Pol et Solminiac de La Gatinais en 1917, à François Corouge en 1924, puis à Louis Beauvalet en inférieurs, présentant une surface de chauffe de 24, 18 m2 et timbrée à 6 kg. Le 19 juin 1905, Th. de une forme cylindrique horizontale à deux bouilleurs inférieurs, une surface de chauffe de 25 m2 et est entièrement électrifiée et n'a plus recours aux énergies thermique et hydraulique.
    referenceDocumentaire :
    AD Côtes d'Armor. Série M ; sous-série 6 M 928. Administration générale et économie (an VIII-1940 ). Statistiques : enquête sur les moulins à eau et à vent ; notice donnant la nature, la quantité et la valeur des matières premières employées, ainsi que le nombre des ouvriers et leur salaire. De Jugon à Paule, 1848. LUCAS, Joseph. Moulins et fourches patibulaires à Saint-Lazare. Les amis de Lamballe et du
  • Moulin à marée de Mériadec, actuellement maison, 3 route de Penmern (Baden)
    Moulin à marée de Mériadec, actuellement maison, 3 route de Penmern (Baden) Baden - - 3 route de Penmern - isolé - Cadastre : 1809 I1 400 1852 I2 324, 325, 322 1963 ZY
    description :
    rectiligne en moellons de granit, de 170m de long, et dont la largeur varie entre 3,5 et 6 m. La retenue se remplit avec la marée et collecte les eaux de 400 hectares de versants autour du moulin. Aujourd'hui, le effet elle se retrouve pour de nombreux moulins à marée et particulièrement dans le Morbihan. Elle est à hors d'eau, une configuration unique pour un moulins à marée. Cet enduit à la chaux et au sable a été réalisé vers 1947-48. Le moulin comptait deux roues intérieures et une roue extérieure. Une meule, plus planchettes pour obstruer le coursier. Cet assemblage coulissait dans des montants latéraux fixe en bois et . Cette fonction est révélée par les deux corbeaux de pierre qui se trouvent à mi-hauteur et qui sont Galludec n'a jamais vu cette porte utilisée de la sorte, et lorsque les bateaux venaient (assez rares, elle également une poterne en plein cintre et s'accompagne d'un petit escalier en pierre. La toiture à croupe est en ardoise et comporte un coyau. En 1975 trois lucarnes ont été ajoutées sur le pan aval et deux
    observation :
    et sa digue sont privée, la proximité d'un GR, duquel le moulin est visible, rend envisageable une
    illustration :
    Moulin, ancienne étable (sur la droite) et maison du meunier (au fond) IVR53_20175606188NUCA Le moulin et la porte mer IVR53_20175606181NUCA Pignon Nord Est et façade amont IVR53_20175606186NUCA Façade aval et pignon Nord Est IVR53_20175606182NUCA
    historique :
    siècle, mais J-L. Boithias et A. de La Verhne proposent une datation du XVIIe siècle. On peut observer sa présence sur le cadastre napoléonien de 1809. Le moulin s'arrête en 1965 avec M. Le Galudec et son activité tiennent mais ils ne travaillent pas ensemble et au contraire, J-L. Boithias et A. de La Verhne relèvent la nuit, les gens venaient alors avec leurs grains et repartaient sitôt la farine moulue. Les vint réaliser d'importants travaux sur le moulin. Avant 1940 le troc était encore courant et le complétée par la culture de 3 à 5 hectares autour du moulin, et M. Le Galudec utilisait aussi la force du moulin pour broyer des pommes. La famille élevait aussi 12 à 15 porcs par an et quelques vaches laitières . La pêche était aussi pratiquée dans l'étang et partagée avec les propriétaires du moulin, les enfants je mettais le poisson, après j'ajoutais un peu d'eau, une petite goutte de vinaigre et puis des oignons et du persil par dessus et je tournais. Eh bien, je vous assure que tout le monde tapait dedans
    referenceDocumentaire :
    Les moulins à mer et les anciens meuniers du littoral : mouleurs, piqueurs et moulageurs BOITHIAS , J.-L., VERNHE, A. De la. Les moulins à mer et les anciens meuniers du littoral : mouleurs, piqueurs et moulageurs. Nonette : éditions Créer, 1989. Les moulins de la mer GUILLET Jacques, Les moulins de la mer. Le chasse-marée, n°5, p.42-57 Témoignage fille de M. et Mme. Galudec (2017) Témoignage fille de M. et Mme. Galudec (2017)
  • Moulin à farine du Bois Jouaire, actuellement maison, le Bois Jouaire (Merdrignac)
    Moulin à farine du Bois Jouaire, actuellement maison, le Bois Jouaire (Merdrignac) Merdrignac - le Bois Jouaire - isolé - Cadastre : 1845 D1 30, 31 1985 YP 58
    description :
    moellons de granite, il est flanqué d'une aile en retour d'équerre (ancien logement et écuries ) partiellement recouverte d'enduit et couverte d'un toit à longs pans. Le coursier qui recevait deux roues
    illustration :
    Vue générale sud (à gauche : le moulin ; à droite : logement et écuries). IVR53_20032201632NUCA Détail de l'ancien coursier et de la chute d'eau (emplacement de deux roues hydrauliques
    historique :
    Une chaudière à vapeur (Lotz fils, Nantes) de forme tubulaire est attestée en 1903.
  • Moulin de Kervilio, actuellement atelier d'ébénisterie (Le Bono)
    Moulin de Kervilio, actuellement atelier d'ébénisterie (Le Bono) Bono - Kervillio - en écart
    illustration :
    Cadastre de 1831 (Plougoumelen), Moulin de Kervilio et son étang, 3 P 213/1 - Tableau d'assemblage Cadastre de 1831 (Plougoumelen), Le moulin de Kervilio et son étang, 3 P 213/19 - Section I de et étage IVR53_20175606149A4 Digue et pignon Est IVR53_20175606140NUCA Façade aval et pignon ouest IVR53_20175606133NUCA Façade amont et pignon ouest depuis la chaussée modifiée IVR53_20175606130NUCA Moulin, étang et chausée depuis accès ouest IVR53_20175606132NUCA Digue et moulin depuis la porte mer IVR53_20175606129NUCA Coursier alimentant les roues et restes montant de la vanne en vois IVR53_20175606137NUCA
    historique :
    , édifié après un accord entre les Seigneurs de Pontsal et de Kervilio. Cette décision est rapportée dans l'accord du 4 août 1456 entre Yves de Pontsal, évêque de Vannes, et un certain Olivier de Bodoiec. Les terres de Pontsal, et « en aucune façon ils n'étaient autorisés à emprunter « sente voye ni chemin » des à coroy », utilisée pour construire la digue et le moulin était prélevée dans une carrière de Kervilio. En échange les Pontsal permettaient l'utilisation des « paluts, joncs, herbes et autres leves et profits » mais se réservaient la pêche de l'étang. Enfin cet accord précisait également que les Pontsal et leurs successeurs avaient priorité sur les Boyodec lorsqu'ils venaient pour moudre leur grains, et ceci de la Bourdonnaye en reste le propriétaire, ne cédant qu'un droit de passage aux Ponts et Chaussées meunerie, le moulin comprenait une cave à cidre et un logement à pressoir. Il comptait également dans ses alentours des cultures de chanvre. Le roseau, la vase et la marne étaient aussi extraits de l'étang pour
    referenceDocumentaire :
    Les moulins à mer et les anciens meuniers du littoral : mouleurs, piqueurs et moulageurs BOITHIAS , J.-L., VERNHE, A. De la. Les moulins à mer et les anciens meuniers du littoral : mouleurs, piqueurs et moulageurs. Nonette : éditions Créer, 1989. Les moulins de la mer GUILLET Jacques, Les moulins de la mer. Le chasse-marée, n°5, p.42-57
  • Moulin à marée de Pomper, puis maison, actuellement commerce (Baden)
    Moulin à marée de Pomper, puis maison, actuellement commerce (Baden) Baden - Pomper - isolé - Cadastre : 1809 D2 989 1852 D2 360 1967 ZO DP 12
    description :
    Le moulin est situé entre la retenue alimentée par le ruisseau de Kernormand et le ruisseau de Pont . Cette présence du chiffre 7 n'est pas un hasard, elle se retrouve pour de nombreux moulins à marée et particulièrement dans le Morbihan et est à associer à la règle du nombre d'or caractéristique des travaux propre au était encore visible dans les années 80 et comportait 24 pâles. La commande du vannage se trouvait dans et A. de La Verhne relèvent que la partie manuelle de vanne de la porte mer (vanne d'admission roues intérieures qui perçaient le bâtiment sur toute la hauteur du fruit et qui sont aujourd'hui desservies par des échelles. La façade amont comporte une porte et un fenestron ainsi qu'un fer à cheval qui deux pans à coyau et d'une couverture en ardoise.
    historique :
    national pour 3 770 francs et passe ainsi des mains de l'émigré La Landelle à la citoyenne Jiquelle. Cette somme apparaît assez faible en vue des autres ventes de cette époque et indique que le moulin ne devait pas produire énormément de farine. A titre de comparaison, les moulins du Moustoir et de Coët-Courzo à Locqmariaquer sont vendu respectivement 5 300 francs en 1797 et 9 495 francs en 1795. Les moulins les plus importants du Morbihan, Le Lindin et Pen Castel à Sarzeau, sont quant à eux vendus 91 952 francs en 1800 et puisque bien souvent c'est la digue même du moulin qui est élargie et bitumée. Devenue une habitation
    referenceDocumentaire :
    Les moulins à mer et les anciens meuniers du littoral : mouleurs, piqueurs et moulageurs BOITHIAS , J.-L., VERNHE, A. De la. Les moulins à mer et les anciens meuniers du littoral : mouleurs, piqueurs et moulageurs. Nonette : éditions Créer, 1989. Les moulins de la mer GUILLET Jacques, Les moulins de la mer. Le chasse-marée, n°5, p.42-57
  • Moulin à papier, puis à farine du Pont Querra, actuellement maison (La Prénessaye)
    Moulin à papier, puis à farine du Pont Querra, actuellement maison (La Prénessaye) Prénessaye (La) - le Pont Querra - isolé - Cadastre : sd B1 308 1988 B1 247
    description :
    Edifié en moellons de granite et de schiste, le moulin compte deux étages carrés couverts d'un toit à croupes en tuiles mécaniques. Ses façades nord et sud sont rythmées par deux travées de baies à mêmes matériaux, avec un niveau en moins, et est couvert d'un toit à longs pans en ardoises. Le bief de
    typologies :
    minoterie de plan centré, comptant entre un et deux étages carrés surmontés d'un toit à croupes
    cadresEtude :
    enquête thématique régionale Les moulins à papier et papeteries industrielles de Bretagne
    illustration :
    Vue générale sud-ouest (logement et moulin). IVR53_20032207229NUCA
    historique :
    La 1ère date d'état civil retrouvée est celle de 1807 : naissance de Jean-Marie Sallio, fils de François et Anne Lemaistre. De 1810 à 1824, François est dit fabricant de papier, papetier et compagnon papetier. L'activité papetière a dû s'arrêter entre 1824 et 1829. Le moulin est attesté en 1829 en tant que
    referenceDocumentaire :
    AD Côtes d'Armor. Série M ; sous-série 6 M 930. Administration générale et économie (an VIII-1940 ). Statistiques : enquête sur les moulins à eau et à vent ; notice donnant la nature, la quantité et la valeur des matières premières employées et des produits, ainsi que le nombre des ouvriers et leur salaire. De Plouha à Moulins à papier et familles papetières de Bretagne du XVè siècle à nos jours CAROFF Jean. Moulins à papier et familles papetières de Bretagne du XVè siècle à nos jours. Les éditions du CGF et du
  • Moulin du Pont (Vieux-Vy-sur-Couesnon)
    Moulin du Pont (Vieux-Vy-sur-Couesnon) Vieux-Vy-sur-Couesnon - chemin d' Orange - en village - Cadastre : 1983 AC
    description :
    Cet ancien moulin présente une maçonnerie de moellon et une couverture à croupes en ardoise. Il est
    cadresEtude :
    enquête thématique régionale Les moulins à papier et papeteries industrielles de Bretagne
    copyrights :
    (c) Au fil du Queffleuth et de la Penzé
    contenu :
    cadastrales de Vieux-Vy nous indiquent que Noël Guingouin fils, est le propriétaire du moulin et l'exploite en d'une qualité particulière : il s'agit de papier de tresse à faire des écritoires et de grand papier à roues. Ce document indique également certains des précédents propriétaires, décrit le moulin et précise patrimoine par mariage ou héritage. Le papier fabriqué au moulin du pont est assez grossier et sert surtout à qualité de papetier et de meunier. Le moulin fonctionne vraisemblablement avec une roue pour le papier, la les plans cadastraux de Vieux-Vy, établis en 1828. Le moulin est vendu en 1845 et indiqué démoli. La parcelle C147 correspond au moulin et il est apparemment remis en état car il est, à nouveau, papeterie en 1862, tenu par Noël Guingouin fils, pour être signalé, une nouvelle fois, détruit en 1863. L'activité restauré et réaménagé en maison d'habitation à la fin des années 1980. Une roue à aubes (hors d'état) est : quelques éléments du système mécanique sont encore présents. Au fil du Queffleuth et de la Penzé – enquête
    historique :
    somme de 51 000 francs. En 1836, Guyonne Morel et son gendre Berhault y fabriquent un bon papier
    referenceDocumentaire :
    VIEUX-VY-SUR-COUESNON. LA VALLEE AU MOULIN DU PONT. Carte postale, [s. d. ] (A.D. Ille-et-Vilaine 6 p. 966 Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. OGÉE, Jean-Baptiste . Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes Moulins à papier de Bretagne du XVIe au XIXe siècle - les papetiers et leurs filigranes en pays de Fougères DUVAL, Jacques. Les moulins à papier de Bretagne du XVIe au XIXe siècle - les papetiers et leurs Moulins à papier et familles papetières de Bretagne du XVè siècle à nos jours CAROFF Jean. Moulins à papier et familles papetières de Bretagne du XVè siècle à nos jours. Les éditions du CGF et du
    airesEtudes :
    Ille-et-Vilaine
  • Moulin à marée, puis restaurant, puis dancing, actuellement lieu d'exposition de Pen Castel (Arzon)
    Moulin à marée, puis restaurant, puis dancing, actuellement lieu d'exposition de Pen Castel (Arzon) Arzon - Pen castel - isolé - Cadastre : 1827 D 1 1983 D1 1
    description :
    mètres et en affichant une douzaine au niveau du moulin, fait office de chaussée. Le positionnement du observations faites par J.-L. Boithias et A. de La Vernhe dans les années 1980, les pieds de digues se situent le plus souvent entre 1 et 1,5 mètres au-dessus de cette ligne de mi-marée, ce qui est une au même moment que d'autres moulins de la presqu'île (Ludré, Le Hézo, voire Le Lindin et Caden environ et délimitée par un muret sur toute sa longueur et de part et d'autre de la voie. Elle est aujourd'hui empruntée par la D 198 et le GR 34. Cette digue crée une retenue d'eau de 13 hectares se remplissant totalement par marée de coefficient de 60 et déjà aux trois quart par coefficient de 25. Le l'angle est peu marqué. L'entrée se situe sur le pignon sud-est et se présente sous la forme d'une porte l'époque. Les soubassements et les angles du bâtiment sont en pierres de tailles. Les façades en comportent jonction du haut de la façade et du toit, on note la présence d'un corbeau arrondi ou crossette. La façade
    observation :
    patrimoine méconnu. Par sa très longue histoire caractéristique des moulins de la presqu'île de Rhuys et ses remarquable de cette histoire locale et régionale. Les efforts consentis par le département puis par la
    illustration :
    Cadastre de 1827, moulin de Pen Castel et son étang, 3 P 45/1 - Tableau d'assemblage, échelle 1/10 Moulin, lucarne sud et souche ouest. IVR53_19935601053X Moulin, lucarne sud et souche ouest. IVR53_19935600979XA Vue aérienne, le moulin et son étang IVR53_20175606232NUCA Façade amont, le moulin et son annexe IVR53_20175606228NUCA
    representations :
    Support : souches des deux cheminées des pignons ; support : souches des cheminées et fronton de la
    historique :
    Castel, attesté en 1186, est très probablement antérieur et pourrait remonter au XIe siècle. Notons que , selon les travaux de Pierre Beunon et de l'association La Maison Forte et le Patrimoine de Rhuys, la pourraient être liés à une motte féodale, et remontant à une période comprise entre l'an Mil et le XIIIe liée à la présence sur ce territoire des siècles durant de seigneuries et d'une abbaye puissantes. On siècle, époque de l'arrivée des templiers en Bretagne et sur la presqu'île de Rhuys, il serait plutôt d'ériger un moulin à marée et sa digue. Il est possible, qu'à défaut de l'avoir créé, ils aient possédé puis aménagé ce moulin de Pen Castel à partir de cette seconde moitié du XIIe siècle et ce jusqu'en Moulin des Lices (parfois dit « de la Garenne »), qui jouxtait son château de l'Hermine à Vannes, et que Ludré (en 1474) et Le Hézo. Comme la plupart des moulins à marée du Morbihan, celui de Pen Castel fonctionnait environ 8 heures par jour. Si peu de documents font mention de la production et de la
    referenceDocumentaire :
    Les moulins à mer et les anciens meuniers du littoral : mouleurs, piqueurs et moulageurs BOITHIAS , J.-L., VERNHE, A. De la. Les moulins à mer et les anciens meuniers du littoral : mouleurs, piqueurs et moulageurs. Nonette : éditions Créer, 1989. La Maison Forte et le Patrimoine de Rhuys, Rhuys. Ses familles, ses terres sous le règne d'Anne de : Ed. Robert Laffont, Coll. Les hommes et l'histoire, 1980, 486p Les moulins de la mer GUILLET Jacques, Les moulins de la mer. Le chasse-marée, n°5, p.42-57 Moulins et meuniers du Morbihan sous l'ancien régime LE BOULICAUT Annick, Moulins et meuniers du
  • Les moulins à marée (Parc naturel régional du Golfe du Morbihan)
    Les moulins à marée (Parc naturel régional du Golfe du Morbihan) Arradon
    description :
    lieux et l’importance des marnages. En effet, le littoral breton est extrêmement découpé, offrant de nombreuses baies, rades, goulets et mers intérieures. Ces sites sont abrités des flots, des courants marins l’endiguement et donc à l’implantation d’un moulin à marée. En Bretagne, deux territoires présentent une grande densité de moulins à marée. Il s’agit de l’estuaire de la Rance et du Golfe du Morbihan. Le actionner un mécanisme et moudre du grain pour produire de la farine. Ils sont construits sur une digue fermant une anse et isolant alors un étang. Ainsi, à marée montante, l’étang se remplit grâce à un système l’intérieur du moulin dans le soubassement (moulin du Paluden, moulin de Pen Castel) et/ou à l’extérieur le “mixtes”, c’est-à-dire qu’ils possédaient à la fois des roues intérieures et extérieures (moulin de Coët -18807, la maison du meunier devint une entité à part entière et s’implanta à quelques mètres du moulin aux moulins à marée sont d’aspect et d’étendue très variables puisqu’ils présentent des dimensions et
    illustration :
    Les moulins à marée recensés - phase 1 et 2 de l'inventaire - Parc naturel régional du Golfe du Extrait du cadastre napoléonien de Séné, moulin à marée et maison du meunier de Cantizac
    contenu :
    Hézo et du moulin de Pen Castel à Arzon (site classé depuis 1933). Le moulin de Berno a la digue du moulin de Bilherbon à Séné (le moulin ayant disparu au début du XIXe siècle) et la digue du moulin Galusson, situé au lieu-dit Le Poulben entre Auray et Crac’h. Ce dernier est attesté au XVIIe : celui de Billion, situé à proximité du moulin à vent, entre les communes d’Ambon et de Surzur et celui de Caden, localisé dans l’étier de Caden, entre les communes du Tour-du-Parc et de Surzur. (Marianna
    historique :
    siècle. Cela est notamment dû à l’exploitation de nouvelles sources d’énergie et au développement des , du moulin de Berno à l’Île d’Arz et du moulin de Pen Castel à Arzon. Puis, pendant l’occupation fonctionnement sont peu nombreux. Les moulins de Kerlioret et du Hézo cessent leur activité entre 1950 et 1955
    referenceDocumentaire :
    Le Chasse-marée GUILLET Jacques, " Meuniers et moulins à marée du Morbihan ", Le Chasse-marée, n°5 Les moulins à mer et les anciens meuniers du littoral : mouleurs, piqueurs, porteurs, et moulageurs BOITHIAS Jean-Louis et de La VERNHE Antoine, Les moulins à mer et les anciens meuniers du littoral : mouleurs, piqueurs, porteurs, et moulageurs, Nonette, Éditions Créer, 1989, 276 p.
  • Moulin à farine, puis minoterie de Blanchardeau, actuellement immeuble de bureaux (Lanvollon)
    Moulin à farine, puis minoterie de Blanchardeau, actuellement immeuble de bureaux (Lanvollon) Lanvollon - Blanchardeau - isolé
    description :
    La minoterie de Blanchardeau, édifié en moellons de schiste et de granite, compte deux étages baies rectangulaires encadrées de pierres de taille et d'un linteau en granite. Le bâtiment est
    typologies :
    minoterie dite à l'américaine, de plan allongé, comptant au moins deux étages carrés et trois
    historique :
    d'Aumale (1822-1871), fils de Louis Philippe, héritier du duc de Condé, qui le tenait par héritage des 116 kg de farine d'une valeur de 35 492 francs. Il occupe 4 hommes et 4 femmes, gagnant respectivement 0,75 et 0,60 franc par jour, ainsi que 5 enfants. Le moulin est réglementé par un arrêté du 25 février l'Institut de France à la mort du duc d'Aumale au début des années 1880 et le transforme en minoterie. Son fils François le Friec l'exploite jusqu'à sa mort en 1973. Puis elle est reprise par M. Moisan qui communauté de communes de Lanvollon-Plouha, qui l'a aménagé pour en faire son siège et y loger ses différents
    referenceDocumentaire :
    AD Côtes-d'Armor. Série M ; sous-série 6 M 928. Administration générale et économie (an VIII-1940 ). Statistiques : enquête sur les moulins à eau et à vent ; notice donnant la nature, la quantité et la valeur des matières premières employées, ainsi que le nombre des ouvriers et leur salaire. De Jugon à Paule, 1848.
  • Moulin à eau de Traou an Dour, le bourg (Loguivy-Plougras)
    Moulin à eau de Traou an Dour, le bourg (Loguivy-Plougras) Loguivy-Plougras - Le bourg Traou an Dour - en village
    annexe :
    Fédération Française des Associations de sauvegarde des Moulins (FFAM) et la Fédération des Moulins de France fois une restauration de qualité et une animation remarquable organisée autour d’un moulin. Sur 14 . Deux paires de meules assuraient la mouture, une pour le froment et une pour les céréales secondaires du moulin et des visites."
    illustration :
    chapelle Saint-Ivy et son presbytère) IVR53_20102211396NUCA Toussait Ollivier (1914-1997), "charron et scieur de long" de métier (atelier des Cinq-Croix à Ploubezre intégrés à la maçonnerie (têtes sculptées dans du granite et du calcaire) IVR53_20192205292NUCA (arbre de la roue et rouet à alluchons) IVR53_20192205295NUCA -forme (trémie et archures restaurées à l'identique) IVR53_20192205299NUCA "Les Moulins de Kerouat. Le Moulin d'en bas - construit avant 1806 - restauré en 1976. Structure et
    contenu :
    janvier 1751 à Loguivy-Plougras) et son fils, Yves Le Guen (né en 1758). La famille Le Moal est identifiée de Traou an Dour jusqu’en 1968. Il était le fils de Lazare Flamanc et de Anne-Marie Rousseau qui a Ploubezre) et Dominique Ollivier, son fils. La roue à augets, reconstruite une première fois à l’identique de Loguivy-Plougras en contrebas de la chapelle Saint-Ivy. Son étang et la rigole du canal d’amenée taille de granite et oculus). Avant la Révolution, le moulin appartenait à Christophe Marie de Goesbriand apparait comme en très mauvais état "le pignon dudit moulin est ouvert et menace ruine" (sa réparation est dans la généalogies des familles papetières de Bretagne et de Normandie. Son propriétaire noble ayant appartient à François Marie Le Mat (né en 1839 à Plouzélambre) et Rosalie Philomène Le Cudennec (née en 1844 ) son épouse, Jeanne Yvonne Le Cudennec et François Jacob "demeurant séparément", propriétaires indivis roues : il est désignée comme "moulins supérieur et inférieur". Le moulin est reconstruit en 1871 comme
    historique :
    ), remanié en 1839, 1871 et réhabilité dans le dernier quart du 20e siècle et au début du 21e siècle.
    referenceDocumentaire :
    -an-Dour en Loguivy-Plougras" in Bulletin de l'Association pour la Recherche et la Sauvegarde des
  • Moulin à papier du Stérou (Priziac)
    Moulin à papier du Stérou (Priziac) Priziac
    cadresEtude :
    enquête thématique régionale Les moulins à papier et papeteries industrielles de Bretagne
    copyrights :
    (c) Au fil du Queffleuth et de la Penzé
    historique :
    Guillaume Durand. Tout semble indiquer que Guillaume Durand et son fils Mathurin-Louis sont des maître famille Détard y travaille la terre. Les actes d'état-civil indiquent que le père et le fils sont cultivateurs. François-Louis, le fils de Louis, y est à nouveau papetier en 1817. Entre 1830 et 1842, la enfants, Suzanne et Nicolas y poursuivent la fabrication du papier avec leurs conjoints. Suzanne épouse en 1749. Entre 1739 et 1741, Prigent Le Gorgeu est papetier au Sterou avant de devenir, de 1742 à 1740 et 1771. Les fermes et moulins environnant le Sterou lui appartiennent. Nous remarquons que . En effet, le nom des moulins de Pontaret et de Plascaër ne figurent pas dans la liste de ceux déclarés lors des statistiques officielles de 1771 et 1776. En 1771, le moulin à papier du Stérou est tenu par Mathurin-Louis Durand, qui est alors associé à René et Pierre Faudet, et à Joseph Lemoine. Leur production est exportée par les ports de Morlaix et d’Hennebont vers la Hollande et le Portugal. En 1776, le
    referenceDocumentaire :
    Moulins à papier et familles papetières de Bretagne du XVè siècle à nos jours CAROFF Jean. Moulins à papier et familles papetières de Bretagne du XVè siècle à nos jours. Les éditions du CGF et du
  • Moulin à papier, Le Paou (Plouay)
    Moulin à papier, Le Paou (Plouay) Plouay - La Paou
    cadresEtude :
    enquête thématique régionale Les moulins à papier et papeteries industrielles de Bretagne
    copyrights :
    (c) Au fil du Queffleuth et de la Penzé
    historique :
    Foulon et Prigent Gorjeu y sont papetiers dans cette période. En 1720, Jacques Faudet, fils de Clet possédant qu’une roue, une cuve et quatre piles à maillets. .De 1760 à 1765, Jacques Briero, fils de Charles François Bazile puis, en 1776, par sa veuve et leur fils, Joseph René. Il y est alors fabriqué 1 000 rames et de Guilligomarc’h qui devient à la Révolution la ligne de séparation entre les nouveaux départements du Finistère et du Morbihan. Dans la première moitié du XVIIème siècle, Arthur Cosnard en est le maître-papetier, après avoir été au moulin à papier de Lignol : ses enfants y naissent entre 1640 et 1647 , Pierre Le Gras et son épouse tiennent le moulin à papier, Nicolas Sévéno les aide en 1668. C'est la et d'Histoire du Pays Lorientais, nous indiquent que le moulin à papier est en ruines en 1683 lors de fils, Pierre Louis, lui succède ; ses enfants y naissent à partir de 1700. Il y meurt en 1736. Germain commandes du moulin jusqu'à son décès en 1762. Puis ce sont ses enfants, Jacques et Joseph, ainsi que sa
    referenceDocumentaire :
    Moulins à papier et familles papetières de Bretagne du XVè siècle à nos jours CAROFF Jean. Moulins à papier et familles papetières de Bretagne du XVè siècle à nos jours. Les éditions du CGF et du
  • Moulin à papier, Penlan Huella (Plourin-Lès-Morlaix)
    Moulin à papier, Penlan Huella (Plourin-Lès-Morlaix) Plourin-lès-Morlaix - Penlan Huella Vieux Moulin de Penlan - Cadastre : 1834 E1 de Bodister
    cadresEtude :
    enquête thématique régionale Les moulins à papier et papeteries industrielles de Bretagne
    copyrights :
    (c) Au fil du Queffleuth et de la Penzé
    historique :
    fondateurs avant 1688. En 1680, y résident le fils de Jean Piton, Jean et son épouse Catherine Gorju, ceci jusqu’en 1711. Pierre Piton, fils de Jean et Catherine Gorju, et son épouse Françoise Le Loutre, prennent livres 8 sols et six deniers à l'abbé Jean-Louis Le Loutre, missionnaire en Acadie. Celui-ci, fils de le Bihan de Kerallo. Ce sont Jean Piton et son épouse Julienne (ou Anne) Baron, qui en sont les la succession en 1720. Pierre tient le moulin jusqu'en 1751. Il décède en 1766, chez son fils ainé Pierre Piton, sa sœur Marguerite et son époux Julien Bonel. Jean Louis Piton, en est le fermier et paie un fermage de quatre cents livres ainsi que des rentes. L'une de trente sept livres, sept sols et six papetiers, s'engage auprès de la France dans la cause des Acadiens et accompagne ceux qui se sont réfugiés , celui-ci a une roue, une cuve et 6 piles à maillets, produisant 3000 à 3300 rames de papier. De 1781 à 1783, Jean Louis Piton paie la capitation pour le moulin. De 1795 à 1804, Jean Charles Guédon et Marie
    referenceDocumentaire :
    Moulins à papier et familles papetières de Bretagne du XVè siècle à nos jours CAROFF Jean. Moulins à papier et familles papetières de Bretagne du XVè siècle à nos jours. Les éditions du CGF et du
  • Moulin à farine, puis minoterie de Mainguy, puis ferme, actuellement maison (Pordic)
    Moulin à farine, puis minoterie de Mainguy, puis ferme, actuellement maison (Pordic) Pordic - Mainguy - isolé
    description :
    carrés comporte une travée de baie à arc surbaissé avec un encadrement alternant briques et granite
    historique :
    Lotz fils à Nantes (44). Le moulin a cessé de fonctionner après la Seconde Guerre mondiale. Il a ensuite été transformé en ferme et abrite actuellement un logement.
    referenceDocumentaire :
    Administration générale et économie (an VIII-1940). Statistiques : état des moulins à farine, à eau et à vent AD Côtes-d'Armor. Série M ; sous-série 6 M 926. Administration générale et économie (an VIII-1940). Statistiques : état des moulins à farine, à eau et à vent (s. d. vers 1810). Fiches de minoteries et moulins à farine (incomplet) (1840-1844).
  • Moulin à farine, puis minoterie Choisel, actuellement immeuble à logements, Moulin Choisel (Plémet fusionnée en Les Moulins en 2016)
    Moulin à farine, puis minoterie Choisel, actuellement immeuble à logements, Moulin Choisel (Plémet fusionnée en Les Moulins en 2016) Moulins (Les) - Plémet Moulin Choisel - isolé - Cadastre : 1829 F2 908 1985 YI 57
    description :
    Edifiés en moellons de granite et de schiste, les deux moulins accolés, comptent respectivement un étage carré et un étage en surcroît pour la minoterie, et un rez-de-chaussée pour l'ancien moulin. Ils
    observation :
    L'ancien moulin a conservé l'ensemble de son mécanisme et les deux paires de meules.
    illustration :
    Emplacement des deux anciennes chutes d'eau (à droite celle de la roue hydraulique, et à gauche L'ancien coursier de la roue hydraulique et sa chute d'eau. IVR53_20032207243NUCA
    historique :
    provient du constructeur Lotz fils, à Nantes (44). La turbine hydraulique, mise en place en 1940 et partir de 1920 et mis en service en 1923. Il fonctionne avec quatre broyeurs à cylindres destinés à la mouture de la farine de froment et deux paires de meules pour les céréales secondaires et la farine de blé autrefois conjuguée à une roue verticale et à un moteur à gazoil, est toujours en place.
  • Moulin à farine du Bas Drény (Plémy)
    Moulin à farine du Bas Drény (Plémy) Plémy - Moulin du Bas Drény - isolé - Cadastre : 1849 H3 1036, 1101, 1102, 1105 1985 YM 81, 82, 124
    description :
    A un étage de soubassement, le moulin, contreforté, est édifié en moellons de granite et est couvert d'un toit à longs pans en ardoises. Il est flanqué de l'actuel logis patronal, restauré et agrandi
    illustration :
    Vue générale sud : le moulin à gauche et les anciennes écuries transformées en logement à droite Roues hydrauliques verticales à augets et canal de fuite. IVR53_20032206653NUCA Canal d'amenée et vannes motrices. IVR53_20032206631NUCA Bief amont et vanne de décharge. IVR53_20032206632NUCA Arbre et roue destinés à lever les meules afin de les rhabiller. IVR53_20032206652NUCA
    historique :
    , il est exploité par Pierre Thébault et produit en 1848 : 15 000 kg de farine de seigle, 13 600 kg de farine d'avoine et presqu'autant de farine de blé noir. Il passe ensuite aux mains de Jean-Marie Mercier céder à son fils Albert en 1948. Le moulin fonctionne alors avec deux paires de meules respectivement destinées à la mouture de farine de blé noir et de froment, puis à la fabrication de posson à base d'orge et
    referenceDocumentaire :
    Statistiques : enquête sur les moulins à eau et à vent AD Côtes d'Armor. Série M ; sous-série 6 M 929. Administration générale et économie (an VIII-1940). Statistiques : enquête sur les moulins à eau et à vent ; notice donnant la nature, la quantité et la valeur des matières premières employées et des produits, ainsi que le nombre des ouvriers et leur salaire. De Pédernec à Plougonver, 1848.
  • Moulin à papier, Pen-Mur (Muzillac)
    Moulin à papier, Pen-Mur (Muzillac) Muzillac
    description :
    est loué à Carlos et Nelly Robert, qui le restaurent pour produire du papier selon les méthodes en vigueur entre le XIIIème et le XVIIIème siècle. Depuis 1987, le moulin de Pen Mur fabrique du papier chiffon et ouvre ses portes à la visite. Il est équipé d'une roue à aubes (fabriquée et installée en 1988 ) qui a tourné et fourni l'énergie nécessaire à la production de papier jusqu'en 2010. En effet, à cette date, des travaux de mises aux normes ont été effectués sur la digue de l'étang et la vanne meunière l'accueil, la boutique, la salle de fabrication du papier, la salle de stockage des chiffons et l'accès à la maillets mesure 6 mètres de longueur. - Une pile hollandaise (Ménard fils) qui a été fabriquée au XIXe siècle dans le Vaucluse et vient d'une ancienne papeterie des Vosges. Elle est actionnée par un moteur des arbres entiers. En 2016, le moulin à papier de Pen Mur fabrique encore du papier et ouvre ses
    cadresEtude :
    enquête thématique régionale Les moulins à papier et papeteries industrielles de Bretagne
    illustration :
    Le moulin à papier et l'étang IVR53_20155605824NUCA Détail de la pile à maillets : maillet et cuve en bois IVR53_20155605846NUCA
    copyrights :
    (c) Au fil du Queffleuth et de la Penzé
    historique :
    la rivière de St Eloi et alimenté par plusieurs ruisseaux dont le plus important est celui de St . Le moulin date du XVème siècle. Il est alors la propriété de François II, père de la Duchesse Anne et Guerimand et les Forges de Voiron, où Georges Thibault a effectué un stage. Un sablier et un épurateur sont réalisés sur place tandis qu'un spécialiste monte des formes (raisin, ½ raisin et jésus). Les feutres certitude, entre 1946 et 1970, date à laquelle la commune le rachète au baron Fabre. En 1986, c'est une ruine que Carlos Robert, sérigraphe de profession et son épouse Nelly louent à la collectivité locale en vigueur entre le XIIIème siècle et le XVIIIème siècle. En avril 1987, le moulin à papier artisanal de Pen Mur ouvre ses portes au public. La fabrication s'effectue avec des chiffons de coton et de lin été utilisées au cours de l'histoire : la pile à maillets et la hollandaise.
    referenceDocumentaire :
    Moulins à papier et familles papetières de Bretagne du XVè siècle à nos jours CAROFF Jean. Moulins à papier et familles papetières de Bretagne du XVè siècle à nos jours. Les éditions du CGF et du