Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 12 sur 12 - triés par pertinence
  • Tombe et mémorial des naufragés de la Tanche, place du Souvenir, Port-Maria (Larmor-Plage)
    Tombe et mémorial des naufragés de la Tanche, place du Souvenir, Port-Maria (Larmor-Plage) Larmor-Plage - Port-Maria - place du Souvenir - en ville - Cadastre : AN 455
    titreCourant :
    Tombe et mémorial des naufragés de la Tanche, place du Souvenir, Port-Maria (Larmor-Plage)
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_9 :
    Cette tombe et ce mémorial, situés dans et à proximité du cimetière, rappellent un épisode
    historique :
    Golfe de Gascogne et en Méditerranée occidentale pour le compte de l´Office National des Pêches Maritimes. Il est racheté ensuite par la maison dieppoise d´armement et de salaison Merienne Frères. L ´équipage, composé de 30 hommes, pêche le maquereau en Atlantique et en Manche. Dans la matinée du 18 juin réfugiés fuyant l´avancée allemande et les convoyer en Angleterre. Le lendemain, à 14h30, entre 150 et 200 passagers (des soldats mais aussi des familles) embarquent. Une heure et demie plus tard, le navire appareille et prend la mer. Il est 16h10 quand La Tanche dépasse la citadelle de Port-Louis et met le cap sur corps, certains à Groix et Etel. On compte moins de dix rescapés. Quatre corps ont été ramenés à la cale de Larmor-Plage le 29 juin 1940, deux soldats français et deux non-identifiés. Ils sont inhumés le profondément l´esprit de ses habitants. Depuis lors et chaque année, les associations d´anciens combattants
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_1 :
    Pratiques religieuses, mémorielles et expressions légendaires
    referenceDocumentaire :
    p. 6 DUPARCQ, Emmanuel. Des épaves et des hommes. 19 juin 1940, devant Port-Louis : la tragique Entretien avec Didier SEROUAR, fils d'un des survivants.
  • L'église paroissiale, les chapelles, croix monumentales, croix de chemin et monuments aux morts sur la commune de Trévou-Tréguignec
    L'église paroissiale, les chapelles, croix monumentales, croix de chemin et monuments aux morts sur la commune de Trévou-Tréguignec Trévou-Tréguignec
    titreCourant :
    L'église paroissiale, les chapelles, croix monumentales, croix de chemin et monuments aux morts sur
    profession :
    [sculpteur] Hernot Yves fils
    historique :
    -Kerham) et le 2ème quart du 20ème siècle (monument aux morts de la guerre 1914-1918). 9 oeuvres ont été relevées, attribuées par source et par travaux historiques sont les suivantes : 1645, 1803, 1822, 1869 , 1894, 1924, 1927, 1931. Les noms d'auteurs repérés d'après signature, analyse stylistique et par source sont : Hernot Yves (sculpteur), Hernot Yves fils (sculpteur), Lageat C.-J. (architecte), Le Meur Yves (sculpteur) et Marzin Yves (entrepreneur).
  • Les églises, chapelles, monuments aux morts et croix de chemin sur la commune de Binic (fusionnée en Binic-Etables-sur-Mer en 2016)
    Les églises, chapelles, monuments aux morts et croix de chemin sur la commune de Binic (fusionnée en Binic-Etables-sur-Mer en 2016) Binic
    titreCourant :
    Les églises, chapelles, monuments aux morts et croix de chemin sur la commune de Binic (fusionnée
    illustration :
    Binic, le Port. Monument aux morts pour la France par les sculpteurs F. Morvan et Biaggi (1920
    profession :
    [sculpteur] Poilleu fils
    historique :
    Louis (architecte), Morvan F. (sculpteur), Pignorel L. (sculpteur), Poilleu aîné et fils (sculpteur La datation des oeuvres repérées est comprise entre le 1er quart du 19ème siècle et la 1ère moitié , 1911, 1920 et 1929. Les noms d'auteurs attribués par source, par travaux historiques ou par signature ), Poilleu fils (sculpteur). Une oeuvre, le monument aux morts pour la France [fig. 3], a fait l'objet d'une
  • Monument aux morts (Langoat)
    Monument aux morts (Langoat) Langoat - le Bourg - Enclos de l'église paroissiale - en village - Cadastre :
    description :
    Jeanne d'Arc en métal peint. Elle porte une armure et à la main, au côté gauche, une épée. De la main pour la patrie" et les noms des morts pour la France pour chaque année.
    contenu :
    et nous tenons à remercier les dévoués organisateurs : messieurs LE GRAND fils, SAVIDAN, BRIE, LEROUX , qui, ayant donné à la Patrie son fils, continue vaillamment à servir, malgré son âge et sa douleur Monument aux morts de la Guerre 1914-1918 réalisé par Yves Hernot, fils (1861-1929) en 1920 pour la la municipalité, le clergé et la foule, un discours que tous eussent applaudi, n'eut été la présence française des anciens combattants (UFAC), le calvaire et le monument aux morts ont fait l'objet de travaux d'entretien (sablage et peinture des éléments métalliques).
  • Monument aux morts (Saint-Jacques-de-la-Lande)
    Monument aux morts (Saint-Jacques-de-la-Lande) Saint-Jacques-de-la-Lande - en village - Cadastre : AL
    description :
    tous les morts de la guerre. La forme du monument évoque celle d'un obélisque posé sur un socle et une
    annexe :
    20063505001NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine
    historique :
    -et-Vilaine. D'après un document d'archives, ce monument a été érigé dans le cimetière en 1920, pour la somme totale de 3700 francs, par l'architecte départemental Laloy, fils.
    referenceDocumentaire :
    A. D. Ille-et-Vilaine. Série O : Administration et comptabilité communales. Édifices publics . Monuments et établissements publics. Monument de la guerre 1914-1918, érection (1920-1921) : 2 O 283/20.
    airesEtudes :
    Ille-et-Vilaine
  • Monument aux morts (Ploubezre)
    Monument aux morts (Ploubezre) Ploubezre - - Place des Anciens Combattants - en ville - Cadastre : A 619
    description :
    nous le souvenir, à eux l'immortalité, qu'ils reposent en paix" et les noms des 162 morts pour la et de la Guerre d'Indochine.
    illustration :
    Ploubezre, le bourg : église paroissiale Saint-Pierre, calvaire et monument aux Morts, vue générale Ploubezre, le bourg : monument aux morts et église paroissiale Saint-Pierre, vue générale depuis le
    historique :
    pour la somme de 5 000 francs. Il a très probablement été réalisé par Yves Hernot, fils (1861-1929 ). Le monument aux morts était à l’origine situé dans l'alignement de la Grande-Rue, du calvaire et de
  • Monument aux morts de la guerre 1914-1918 dit "La Trécorroise", Place du Général Leclerc (Tréguier)
    Monument aux morts de la guerre 1914-1918 dit "La Trécorroise", Place du Général Leclerc (Tréguier) Tréguier - Place du Général Leclerc - en ville
    description :
    pleure les morts. Sa tête est inclinée vers l'avant et le bas de son visage est en partie caché par un située au sol, ornée d'une guirlande de laurier, d'une ancre de marine et d'un casque, on peut lire
    annexe :
    ; Montjarret ; Le Mevel ; Lohou J. ; Lagadec F. ; Chevalier ; Levier M. ; Guillet ; Benet. conseil municipal, le croquis du monument et l'indication de son emplacement, le devis estimatif de la , comparés au nombre d'habitants dans la commune" et "en raison inverse de la valeur du centime communal novembre 1920 Francis Renaud écrit : "tout le monument sera en granit de Kersanton et la stèle un peu plus monsieur de Kerguézec, et au sujet du devis, je lui montrais l'énumération de mes dépenses qui dépassent 15 000 francs, non compris le transport par chemin de fer et les petits imprévus qui surgissent en cours marbre mais un monument tout en Kersanton aura beaucoup plus de tenue et sera plus beau (c'est aussi la stèle et les noms sur les deux côtés. Il précise : "je puis garantir placer le monument en juillet 1921". Le paiement se fera par tiers, le premier en décembre 1920, le second en avril 1921 et le - transport par chemin de fer et charrois à Tréguier non compris - où écrit-il : "je n'exagère rien". "Pour la
    illustration :
    Devis et dessin du projet de monument aux morts de Tréguier par le sculpteur Francis Renaud, devis -Tugdual et la tour Hasting IVR53_20172200510NUCA Tréguier, Place du Général Leclerc : monument aux morts, vue de situation et signalétique et la sacristie IVR53_20172200498NUCA et la sacristie IVR53_20172200497NUCA et la sacristie IVR53_20172200499NUCA et la sacristie IVR53_20172200500NUCA guirlande de laurier, d'une ancre de marine et d'un casque. On peut lire : "Aux / enfants de Tréguier
    contenu :
    figure féminine comme sujet principal. Vêtue d'une cape de deuil et portant la « toukenn », coiffe tradition bretonne, sensibilité et modernité sans doute grâce à sa propre expérience de la guerre. Prévu monument est finalement disposé entre la cathédrale Saint-Tugdual et l’ancien palais épiscopal transformé
    historique :
    cours d'étude) et le devis du projet de monument auquel quelques modifications ont été apportées pour lequel reposerait une guirlande de laurier et un casque, en bronze. Une femme, dans une attitude recueillie et assise à droite. Ancre de marine et croix de guerre, sculptées dans la partie supérieure de la 000 francs, les frais de modèle, le travail de la maquette, le moulage et la sculpture. Le devis dégage de toutes les banalités conçues pour commémorer les morts de la guerre et surtout en rapport avec adressée en vain, au maire et aux conseillers municipaux de Tréguier, contre le choix d'une "partie des Conseil général et maire de Pontrieux. La cérémonie qui suit la "messe des Morts" est suivie d'un banquet -tuberculeux et le nouveau stade des sports de Tréguier. Personnalités et élus locaux assistent nombreux aux festivités ; les militaires et responsables administratifs – avec leur personnels - sont également indirectes, le receveur des postes, le conducteur des Ponts-et-Chaussées, l'agent divisionnaire des chemins
    referenceDocumentaire :
    "Les sculpteurs bretons (1900-1950) : La puissance et la grâce" (première partie) BONNET, Philippe . "Les sculpteurs bretons (1900-1950) : La puissance et la grâce" (première partie). Ar Men, n° 97, 1999. "Les sculpteurs bretons (1900-1950) : La puissance et la grâce" (deuxième partie) BONNET, Philippe . "Les sculpteurs bretons (1900-1950) : La puissance et la grâce" (deuxième partie). Ar Men, n° 99, 1999
  • Architecture religieuse, funéraire ou commémorative sur la commune de Saint-Jacques-de-la-Lande
    Architecture religieuse, funéraire ou commémorative sur la commune de Saint-Jacques-de-la-Lande Saint-Jacques-de-la-Lande
    illustration :
    L'église et le presbytère sur une carte postale ancienne IVR53_20063511310NUCA L'église et l'ancien presbytère IVR53_20063500742NUCA
    contenu :
    Religion de la fin du 16e siècle. En 1818, la nef est agrandie vers l'ouest, alors que la charpente et le l'architecte Mellet pour la somme de 2000 francs. L'église est finalement reconstruite entre 1850 et 1852 pour , le clocher aurait subi des réparations en 1903 pour 1400 francs ; l'entrepreneur était M. Gauthier et francs, par Laloy, fils, architecte départemental. Le cimetière : Dans les années 1880, le cimetière travaux est M. Beziers Lafosse et l'entrepreneur est M. Fournier. En 1927, un nouveau cimetière est construit et la place publique est agrandie. Le terrain proposé pour le cimetière correspond à une parcelle
    referenceDocumentaire :
    Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929. GRIMAULT, J. Ma paroisse de Saint-Jacques. Episcopale et suburbaine. Paris : Le Livre d'Histoire , 2005, (Monographies des villes et villages de France). GRIMAULT, J. Ma paroisse de Saint-Jacques. La Révolution et le XIXe siècle. Paris : Le Livre d'Histoire, 2005, (Monographies des villes et villages de France). INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Ille -et-Vilaine. Eglises et Chapelles, par ORAIN Véronique, avec la collaboration de BARBEDOR Isabelle Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. OGÉE, Jean-Baptiste . Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes
    airesEtudes :
    Ille-et-Vilaine
  • Monument aux morts de la guerre 1914-1918, Place Le Sciellour (Baud)
    Monument aux morts de la guerre 1914-1918, Place Le Sciellour (Baud) Baud - place Le Sciellour - en ville - Cadastre : 2000 AH non cadastré
    description :
    rectangulaire en granite orné sur chaque face d'un bas-relief en fonte patinée et d'une plaque de marbre noir
    observation :
    monument dans la réalité locale. Le cahier des charges impose "un paysan et une paysanne vêtus à la mode de
    representations :
    de leur fils, mort au combat, symbolisé par le casque de poilu situé à leur pied. Les bas-reliefs
    historique :
    Le monument aux morts de la guerre 1914-1918 est situé sur la place Le Sciellour et non sur la
    referenceDocumentaire :
    p. 96 Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France. Vallée du Blavet. Le
  • Architecture publique ou collective sur la commune de Vieux-Vy-sur-Couesnon
    Architecture publique ou collective sur la commune de Vieux-Vy-sur-Couesnon Vieux-Vy-sur-Couesnon
    contenu :
    destiné à la mairie et à l'école est construit face à l'église, au sud de celle-ci. Les plans de ce François Lécuyer. En 1856, 30 garçons et 35 filles sont scolarisés dans la commune. Ces chiffres augmentent considérablement en 20 ans car, en 1874, 106 garçons et 110 filles sont scolarisés. A cette époque, les filles vont à l'école dans une maison particulière située à l'angle de la rue Yvonnick Laurent et de la rue des Marronniers. Une école communale de filles est construite vers 1874 par l'architecte de Lagarve et l'entrepreneur Guérin fils pour la somme de 26580, 92 francs. En 1877, la municipalité décide finalement d'installer l'école de garçons et la mairie dans ce nouveau bâtiment construit impasse A. Royer. L'école de le 1er décembre 1921 et son inauguration le 25 juin 1922. Il est composé d'une statue de Déchin : Le
    referenceDocumentaire :
    A. D. Ille-et-Vilaine. Série J : Archives privées entrées à titre de dons, dépôts ou achats. 106 J p. 312-316 Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929. p. 1402-1409 Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Le patrimoine des communes d'Ille-et p. 966 Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. OGÉE, Jean-Baptiste . Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie. Architecture, méthode et vocabulaire. Paris : Inventaire Général des monuments et des richesses artistiques de la France, Centre des monuments nationaux/Éditions du A. D. Ille-et-Vilaine. Série O : Administration et comptabilité communales. Édifices publics . Monuments et établissements publics. Mairie, mobilier, archives. Inventaire et situation financière
    airesEtudes :
    Ille-et-Vilaine
  • Monument aux morts, dit Monument aux morts pour la France ou Monument aux morts pour la Patrie de Plouézec, place du Bourg (Plouézec)
    Monument aux morts, dit Monument aux morts pour la France ou Monument aux morts pour la Patrie de Plouézec, place du Bourg (Plouézec) Plouézec - le Bourg - place du Bourg - en village - Cadastre : 1982 214 AB 32
    description :
    lequel repose un socle avec inscriptions commémoratives à l'avant et à l'arrière et plaques de marbres le socle est décoré de palmes, croix de guerre, couronne de lauriers et croix latine en bronze ainsi que des insignes gravés de l'armée et de la marine (épées, ancre de marine). Un coq gaulois en bronze
    historique :
    Gall Père et fils à Paimpol. oeuvre d'Elie Le Goff, sculpteur statuaire et mobilier d'églises à Saint-Brieuc. Le marché de gré à gré la mairie et pour moitié par le sculpteur. L'oeuvre devait être prête au plus tard pour la fin du du monument a été dressé le 22 mars 1921 et l'inauguration a eu lieu le 31 juillet 1921 en présence
  • L'architecture religieuse de la commune de Saint-Etienne-en-Coglès (fusionnée en Maen Roch en 2017)
    L'architecture religieuse de la commune de Saint-Etienne-en-Coglès (fusionnée en Maen Roch en 2017) Saint-Etienne-en-Coglès
    illustration :
    La croix et l'oratoire de Saint-Eustache IVR53_20103505989NUCA
    contenu :
    chapelle fut construite au 17e siècle et restaurée en 1955. Elle est dédiée à saint Eustache. Eustache, ou , puis s´arrête et se retourne. Eustache remarque que le cervidé porte une croix entre ses bois. La voix du Christ s´élève. L´officier romain, son épouse et ses deux enfants se font alors baptiser. L ´empereur Trajan exige qu´il renie sa foi chrétienne et adore à nouveau les dieux païens. Courroucé devant le refus d´Eustache, Trajan le fait jeter aux lions. Le même sort est réservé à sa femme et à ses ´autel composée d'une énorme dalle posée sur deux colonnes, et vraisemblablement à l'origine sur un de Normandie et du Maine, qui venaient s´y faire évangéliser. On y vénérait une très ancienne statue vendredi saint, des bagés (sorte de pain), ainsi que des coques, des sardines et des harengs. Restaurée en pierre et jetaient un regard circulaire sur la foule. Elles étaient assurées de croiser le regard du trésor est caché sous la pierre, et celui qui le découvrira mourra dans l'heure qui suit. Ce bloc de
    referenceDocumentaire :
    A. D. Ille-et-Vilaine. Série O : Administration et comptabilité communales. Edifices publics . Monuments et établissements publics. Saint-Etienne-en-Coglès. Eglise (1825-1896). 20 268/14. A. D. Ille-et-Vilaine. Série O : Administration et comptabilité communales. Edifices publics . Monuments et établissements publics. Saint-Etienne-en-Coglès. Cimetière (1867-1890). 20 268/17. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929. Eglises et Chapelles, Ille-et-Vilaine INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises et Chapelles, Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris
1