Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 6 sur 6 - triés par pertinence
  • Ferme de Kerguiniou (Ploubezre)
    Ferme de Kerguiniou (Ploubezre) Ploubezre - Kerguiniou - - isolé - Cadastre :
    illustration :
    depuis l'emplacement des portes piétonne et charretière IVR53_20142205340NUCA statue abrite une représentation de saint Médard avec sa crosse et une rouleau de parchemin
    contenu :
    Ensemble bâti ancien d'origine manorial, à la fois résidence et exploitation agricole composé de en pierres de taille de granite et les linteaux en arc segmentaire sont typiques de cette époque. Ce logis porte l'inscription et le millésime suivant : "F:F:/PAR JACqUES:LE M/ERER / E SA FAME : ANA / LODREN:L AN 1827". Une petite niche à statue abrite une représentation de saint Médard avec sa crosse et internet Généarmor) nous renseigne sur le maître d'ouvrage : Jacques Le Merrer, alors âgé de 29 ans (fils de Jacques Le Merrer et Marguerite Nicolas) a ainsi épousé Anne Laudren en 1821 à Ploulec'h. Le logis sud était doté de portes piétonne et charretière qui semblent dater du 16e ou du 17e siècle. Dans la cour fermée se dressent une remise, un fournil et une grande étable. Dans le bois environnant, un calvaire et un tronc - non repérés, ont été signalés. Dans les environs de cette ferme s'est formé en 1943 un réseau de résistance baptisé le maquis de Kerguiniou et qui rayonnait dans tout l'arrondissement
  • Manoir de Keranroux (Ploubezre)
    Manoir de Keranroux (Ploubezre) Ploubezre - Keranroux - - en ville - Cadastre :
    illustration :
    Ploubezre : puits et auge du manoir de Keranroux IVR53_20142205169NUCA Ploubezre : manoir de Keranroux, salle basse, entrée, porte de l'escalier en vis et porte de la Ploubezre : manoir de Keranroux, salle basse avec fenêtres et cheminée monumentale Ploubezre : manoir de Keranroux, cuisine, porte et passe-plat vers la salle basse, passe-plat de la
    contenu :
    Cet ensemble bâti ancien, à la fois résidence seigneuriale et exploitation agricole, est situé à mi -chemin entre Lannion au nord et le bourg de Ploubezre le long de la route départementale n° 11. Établi à apparaître deux tours, l'une au nord (en place), et l'autre au sud (disparue). Un chemin – aujourd'hui rue la tour d'escalier en façade postérieure), la mise en œuvre et l'analyse stylistique (décors en accolade et griffes en entourage des baies). La porte d'entrée – au décor gothique, tournée vers le nord caractéristiques du manoir comme la salle basse desservant la tour d'escalier et la cuisine. Deux grandes baies percées dans le mur nord éclairent la salle et la grande cheminée. De la cuisine, un passe-plat dessert la mort à Ploubezre à l'âge de 73 ans. Il était marié avec Elisabeth Varin ; - son fils, Louis du Trévou est dit seigneur de Keranroux en 1627 ; et aussi : - Guillaume de Kergrist (?), seigneur de Kertanguy (Cavan) et de Keranroux ; - Le Moign, seigneur de Kertanguy, de Keranroux ; il exerce la profession de
  • Manoir du Launay (Langoat)
    Manoir du Launay (Langoat) Langoat - Le Launay - - isolé - Cadastre :
    description :
    Ensemble présentant un plan en U comprenant - un ancien logis manorial, des dépendances et un et de schiste à l’exception de l'entourage des ouvertures en pierre de taille, le logis présente un originalité de posséder un décor peint sur les poutres et les solives connu par des photographies de 1966 de en vis et surmontée d'un colombier (tour fuie). L'étage conserverait une salle haute sous charpente
    illustration :
    Langoat, Le Launay : vue vers le sud-est et l'église paroissiale depuis le manoir
    historique :
    Ancienne résidence seigneuriale datable du 16e siècle et du 17e siècle. Au cours de son histoire "d'argent à trois tourteaux de gueules"), Le Gendre (1536), Trolong et Villéon de Boisfeuillet (17e siècle Launay et Renée de Hallegoët (Hallegouet). Le cadran solaire, finement gravé, porte leurs armes : "de Trolong : écartelé aux 1et 4 d'argent a 5 tourteaux de sable posés en sautoir ; aux 2 et 3 : d'azur au château d'argent. - du Halegouët : d'azur au lion d'or". Leur fils se nomme Maudet de Trolong. L'ancienne
  • Ferme de Keraël (Ploubezre)
    Ferme de Keraël (Ploubezre) Ploubezre - Keraël - - en écart - Cadastre :
    illustration :
    Ploubezre, Keraël : fontaine et lavoir, vue générale depuis le sud IVR53_20142205337NUCA d'une porte piétonne et probablement charretière... IVR53_20142205367NUCA . Fenêtre de l'avancée du logis est ; elle est datée par millésime de 1715 et porte l'inscription "_ LE:HOER
    contenu :
    ans. Il est le fils de François Le Huérou (1622-1682) et de Françoise Pasquiou (1629-1696). Charles Le Ensemble bâti ancien, à la fois résidence et exploitation agricole, encore composé en 1969 d'un et accessibles par un chemin passant au nord-ouest. Une fontaine (16e-17e siècle : ?) et un lavoir (2e moitié du 19e siècle) sont situés à proximité immédiate le long de ce chemin. Logis et dépendances étaient organisées autour de la cour comme le montre le cadastre de 1826. Des portes piétonne et – aujourd'hui dépourvu de couverture, reprend des formes stylistiques anciennes comme un linteau à accolade et une porte en arc plein cintre mouluré en cavet et des griffes. Il s'agit d'une "maison à avancée intérieur destiné à accueillir la table et les bancs. Le linteau de fenêtre de l'avancée porte le millésime et l'inscription suivants : "1715 / CH:RLE / LE HOER / PET:FERE:PAR". A gauche de la porte – flanquée par un petit jour de l'avancée, se trouve dans l'épaisseur du mur le saloir et sa pierre à saler
  • Château de Kergrist (Ploubezre)
    Château de Kergrist (Ploubezre) Ploubezre - Kergrist - - isolé - Cadastre : C 400
    description :
    Le château actuel est de plan symétrique en U, à façade sur cour (vers le nord) et sur jardin (à l'est et au sud), à étage carré et élévation à sept travées à l'est et au sud. Il présente une façade est et sud à faux avant-corps central rythmé par trois travées et surmonté par un fronton triangulaire . La façade sud est encadrée par deux tours au sud-est et au sud-ouest ; l'entrée est quasiment au même aigu ornée de crochets et d'animaux fantastiques donne l'axe en parfait alignement avec la grande allée , fleurons et armoiries (martelées), vient également couronner chacune des deux tours dont la pièce haute est desservie par un deuxième escalier en vis visible de l'extérieur. Communs et écuries – orientée vers le sud
    annexe :
    et à deux tours d'angle, a été construit vers 1540. Sa composition, en fausse symétrie, dont une cour a été étendu et ponctué du côté de l'entrée par deux fortes tours. Au 18e siècle, l'ensemble du
    illustration :
    Ploubezre : château de Kergrist, vue générale des façades nord et de la cour (collection Régis Huon Ploubezre : château de Kergrist, vue générale depuis le nord, tours nord-ouest et nord-est, cour inscription et le millésime 1792 IVR53_20142200493NUCA porte une inscription et le millésime 1792 IVR53_20142205265NUCA porte une inscription et le millésime 1792 IVR53_20142201000NUCA trois travées et surmonté par un fronton triangulaire IVR53_20142205267NUCA trois travées et surmonté par un fronton triangulaire IVR53_20142200492NUCA au 18e siècle a conservé des dispositions anciennes : portes et passe-plat IVR53_20142200441NUCA français" conserve des dispositions anciennes : portes, passe-plat et vaisselier mural qui indiquent qu'il français" conserve des dispositions anciennes : portes, passe-plat et vaisselier mural qui indiquent qu'il
    contenu :
    Cet ensemble bâti ancien, à la fois siège d'une résidence seigneuriale et d'une exploitation Christ" et en l'occurrence ici un lieu noble ancien. Du manoir de Kergrist dépendait une chapelle, un colombier, un moulin à eau reconstruit en 1759 et plusieurs fermes exploitées en métayage ou convenant nord-ouest de forme octogonale et la partie sud de l'aile ouest où l'on trouve une ouverture de tir est "porteur d’une brigandine et comparaît en archer" tout comme Guillaume de Kergrist qui lui fils nommé Alain de Kergrist, qui épouse Jeanne du Dresnay, aura notamment Marie de Kergrist. Par le mariage de Marie de Kergrist avec Jonathan de Kergariou en 1591 (1624-1698), la seigneurie de Kergrist et deux tours. La cour est fermée par une porte charretière et une porte piétonne. Jonathas de Kergariou , comte de Kervegant (né en 1719 et mort en 1794 à Ploubezre) a épousé en 1750 Anne Marguerite de Tréanna Barbier de Lescoët (1751-1834), seigneur de Lesquiffiou et gouverneur de Lesneven. Le couple habitait au
    referenceDocumentaire :
    RIOULT Jean-Jacques. Article "Château de Kergrist", p. 281, in Ministère de la Culture et de la
  • Manoir de Kerverrot (Cavan)
    Manoir de Kerverrot (Cavan) Cavan - Kerverrot - isolé
    description :
    Bâtiments organisés autour d'une cour fermée à laquelle on accédait originellement par le sud et à pignon découvert à l'est. Porte en arc brisée et fenêtres à traverse. Présence d'un fronton triangulaire et d'un oculus au sud. Façade postérieure nord flanquée d'une tourelle en demi-hors-œuvre ; partie haute restaurée. Porte et fenêtres à linteau en arc segmentaire ; lucarne à fronton triangulaire alignement comprenant notamment au centre une grange avec porte charretière (1637) et porte piétonne en arc plein cintre orientées vers l'ouest. Couverture en ardoise ; pignons aigus découverts à rampants et
    illustration :
    Cavan, Kerverrot : manoir, élévation antérieure orientée vers le sud-est et pignon sud du logis
    historique :
    Cet ensemble bâti ancien, à la fois résidence seigneuriale et exploitation agricole, est situé à 1900 mètres au sud du bourg de Cavan et à 108 mètres d´altitude. Il se trouve à proximité immédiate (au campagne ; on y accédait originellement par le sud et par le nord. Le toponyme "Kerverot" est mentionné la présence d'une chapelle au sud, près de la fontaine et du bassin, et d'un fournil au nord du propriétaire du manoir et de sa métairie noble dans la 2e moitié du 17e siècle) puis à Joseph Raison du 30 septembre 1795 par Charles Geoffroy, marchand à Lannion, et Jean Le Pennec, cultivateur à Cavan , pour 489 000 livres. Yves Le Pennec, fils hérite du manoir devenue ferme. L'édifice actuel comporte nord, porte en arc brisé au sud), 17e siècle (lucarne ornée ; rampants...), à la limite des 18e et 19e siècles (fenêtres à linteau en arc segmentaire et fronton de la façade sud percé d'un oculus) et de la 2e à plusieurs reprises : en 1657, 1804 et 1953 comme l'attestent plusieurs millésimes. Plusieurs
1