Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
  • Les maisons, logis, fermes et dépendances des communes de Tréguier et de Minihy-Tréguier
    Les maisons, logis, fermes et dépendances des communes de Tréguier et de Minihy-Tréguier Minihy-Tréguier
    titreCourant :
    Les maisons, logis, fermes et dépendances des communes de Tréguier et de Minihy-Tréguier
    annexe :
    également : Convenant Ben-as, Convenant Colven, Convenant Cozic et Convenant Kerhamon. Dans les états de " est locataire ou propriétaire des bâtiments et des sols exploités ("édifices et superfices") mais non "édifices et superfices" ainsi : "Ce sont les bâtiments construits sur les convenants, le produit de la coudre, le houx et le bouleau. Les bois de décoration, au contraire, appartiennent au seigneur foncier domanier, en lui remboursant la valeur des "édifices et superfices" (construits avec son autorisation) et des biens : arbres fruitiers, haies, fossés et talus, productions agricoles. L'usement de Tréguier et paysan-propriétaire et un paysan-locataire". "Le domaine congéable n'est pas uniquement système de domination foncière, il est aussi système de prélèvement et de contrôle agraire. Le noyau dur de ce de baillée] et la corvée [neuf journées obligatoires le plus souvent converties en redevances
    illustration :
    , détail de la travée centrale, linteau de porte en plate-bande et linteaux de fenêtre en arc segmentaire . De part et d'autre de l'entrée, décor constitué de deux "boules" de granite IVR53_20182201266NUCA Minihy-Tréguier, Kermartin : logis (1834) et grange-remise, élévation principale orientée vers le , détail du linteau de porte millésimé "1834" surmonté d’une plaque portant une inscription et d’une niche logements attenant et tour pigeonnier couverte en poivrière IVR53_20192200081NUCA de forgeron, marteaux et tenailles, fer à cheval IVR53_20182201644NUCA Minihy-Tréguier : chemin bordé de talus-murs et d'arbres menant de l'ancien manoir de Guernalio à Minihy-Tréguier : chemin bordé de talus-murs et d'arbres de la ferme de Feunteun Vin l'inscription et le millésime suivants : "AVLT.1642". Ce logis - signalé comme inhabité en 1973 - a aujourd'hui Minihy-Tréguier : dépendance de la ferme de Kerdano et étable IVR53_20192207618NUCA
    contenu :
    La dispersion de l'habitat A Minihy-Tréguier, comme dans le reste du Trégor (et plus largement en disposant chacune de dépendances et donnant sur des espaces ouverts ou des voies de passage : chemins ou naissance avec plusieurs moulins à eau et un point de franchissement du cours d'eau (23 ménages pour 90 pour 34 habitants) et Merdy (8 ménages pour 27 habitants). L’implantation des bâtiments Plusieurs facteurs ont conditionné l’implantation du bâti : - l'appartenance à une communauté villageoise et la dispersion de l’habitat rural, - la présence de terres arables et de matériaux de construction, - la protection contre les vents dominants d’ouest (pluvieux) et du nord (froids) grâce au relief. Souvent . - l’ensoleillement maximum avec une orientation générale des logis vers le sud, - le réseau des chemins et des routes , - le régime de propriété et le mode de jouissance du sol (métayage et domaine congéable). Les fertile et assez bien cultivé. Ses productions sont : les grains, le cidre, le lin, et le chanvre. Le
    referenceDocumentaire :
    (22). Pré-inventaire de la commune de Minihy-Trégier par Nicole Chouteau et Viviane Maillen assistées mars 1981, communication aux Journées préhistoriques et protohistoriques de Bretagne, Université de Tiez. Le paysan breton et sa maison. 1 : Le Léon SIMON, Jean-François. Tiez. Le paysan breton et sa L'architecture rurale française, corpus des genres, des types et des variantes : Bretagne LE genres, des types et des variantes : Bretagne. Éditeur: Berger-Levrault, 1985, 241 p. "Les maisons à avancée en Bretagne entre 1600 et 1900 : essai de chronologie pour un type emblématique" DOUARD, Christel. "Les maisons à avancée en Bretagne entre 1600 et 1900 : essai de chronologie pour un type emblématique". Éditeur : Ministère de la culture et de la communication, direction "Puits de Basse-Bretagne : considérations techniques et représentations mentales" SIMON, Jean -François. "Puits de Basse-Bretagne : considérations techniques et représentations mentales". In Fontaines
  • Palais épiscopal puis hôtel de ville actuellement mairie et bibliothèque, boulevard Anatole Le Braz (Tréguier)
    Palais épiscopal puis hôtel de ville actuellement mairie et bibliothèque, boulevard Anatole Le Braz (Tréguier) Tréguier - 1 boulevard Anatole le Braz - en ville
    titreCourant :
    Palais épiscopal puis hôtel de ville actuellement mairie et bibliothèque, boulevard Anatole Le Braz
    description :
    -Tugdual. Autrefois clos d’un mur, le domaine de l’évêque s’étendait de la cathédrale jusqu’au Guindy et comprenait bois et jardins. Le palais communique à la cathédrale et au cloître via la sacristie. Au sud du -cour entourée de dépendances et close de mur. L’avant-cour était agrémentée d’un puits. La basse-cour était fermée par un mur et un portail monumental en arc plein cintre surmonté d’un mascaron (portail haute et la cour basse dite basse-cour se faisait par une simple porte charretière située au rez-de pavillons nommés respectivement "pavillon est" et "pavillon ouest". Le palais est prolongé à l’est et à synodale" ou "galerie" située au premier étage via le vestibule et l’escalier d’honneur en pierre de taille de granite flanqué d’une rampe en fer forgé. Au même niveau se trouvait la "chambre de l’évêque" et direct au jardin via un perron et un petit escalier. Plusieurs pièces du palais ont conservé leurs desservie par un escalier en vis (et un escalier rampe sur rampe autrefois situé à l’extrémité sud). L’aile
    annexe :
    district de Lannion le huit janvier mil huit cent quatre vingt onze, portant notre nomination et prestation maison épiscopale d’icelle où étant aurions demandé a parler a monsieur Le Mintier ci-devant évêque, et icelui en prevenu nous serait venu trouver et lui ayant déclaré le fait de notre commission nous a répondu n’avoir moyen empêchant a la chose, et à en conséquence ordonné à un nommé Clenau son domestique de nous conduire dans les appartements et autres dépendances de ladite maison épiscopale et sur son vanteau, à côté une grande fenêtre carrée de tailles, vitrages en petits bois et abat vent, au pignon du (mot manquant ?) une petite cheminée en maçonnerie et manteau de bois ; au double deux , au comble deux fermes et demies, entrais, poinçons escelliers, contrefort, deux cours de pannes, un vingt seize pieds, large à trois pignons aiguillonnés et deux largeur hauteur compensée vingt six pieds et demi. Pour la fréquentation des appartements au rez-de-chaussée dans le passage d’entre les deux
    illustration :
    Tréguier : plan de la maison épiscopale de Tréguier, avec ses cours, jardins, vergers et bois par Tréguier : tableau des biens du Clergé et des Maisons religieuses par Adolphe Guillou (Essai Tréguier : tableau des biens du Clergé et des Maisons religieuses par Adolphe Guillou (Essai Tréguier : tableau des biens du Clergé et des Maisons religieuses par Adolphe Guillou (Essai Tréguier : tableau des biens du Clergé et des Maisons religieuses par Adolphe Guillou (Essai Tréguier : plan de localisation des bâtiments de l'ancien évêché de Tréguier et du tracé de Tréguier : plan du rez-de-chaussée et coupe sur la cour d’honneur de l'ancien évêché de Tréguier Tréguier, boulevard Anatole Le Braz : palais épiscopal aujourd'hui mairie et bibliothèque, plan du Tréguier, boulevard Anatole Le Braz : palais épiscopal aujourd'hui mairie et bibliothèque, plan de Tréguier, boulevard Anatole Le Braz : palais épiscopal aujourd'hui mairie et bibliothèque, plan de
    contenu :
    ailes est et ouest du palais recèlent encore des éléments datables du 15e siècle comme les vestiges d’une cheminée, un décor peint et des maçonneries anciennes. Au cours des Guerres de la Ligue, le manoir . L’étude de la mise en œuvre et l’analyse stylistique du corps principal de logis, des pavillons (est et ouest), des cheminées et des boiseries permettent de dater ces bâtiments des années 1700-1715. Cela travaux du 18e siècle ont eu pour objectif de rationaliser les espaces et la distribution des pièces du Guindy s’étend des « bois et promenades » traversés par de grandes allées plantées. Un chemin court le long du mur de clôture ouest et aboutit à un belvédère dominant le Guindy. En 1921, l’ancien palais épiscopal, le jardin et le « bois de l’évêché » sont achetés par la ville de Tréguier sous classement au titre des Monuments historiques des façades et toitures des bâtiments de l’ancien évêché de Tréguier en 1954 et en 1956, c’est la « décoration de la salle des délibérations de l’hôtel de ville de
    historique :
    à partir de 1433, sous l’épiscopat de Pierre Piedru (1430-1435) par Jean Le Gac et Jean Jamet inestimabilem quantitatem terrae et ejusdem pavementum quod nunquam habuerat fieri et signanter inter ecclesiam polygonius et portem episcopalem. Item magnam cochleam cum habitationibus seu estagiis sibi inherentibus et magna stabula seu magnam grangiam et magnum puteum episcopales." "Il [Jean de Ploeuc] fit aussi beaucoup estimer de terre et son pavement qui n'avait jamais existé et clairement entre l'église polygonale et la étant attachés et de grandes étables ou une grande grange et un grand puits épiscopaux." Les ailes est et ouest du palais recèlent cependant encore des éléments datables du 15e siècle comme les vestiges d’une cheminée, un décor peint (?) et des maçonneries anciennes (étage de comble de l’aile est, tour des ville depuis une fontaine située à Plouguiel : une conduite d’eau de 2700 mètres et un pont aqueduc sont (Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, 1853). Diligenté en 1691 par l’évêque
    referenceDocumentaire :
    historique, topographique et naturelle de l'ancienne Armorique. Vers 1756. Document iconographique collecté par Gwenaël Fauchille dans le cadre du projet de publication "Villes de Bretagne. Patrimoine et Plan de la maison épiscopale de Tréguier, avec ses cours, jardins, vergers et bois, 8 mai 1794 cours, jardins, vergers et bois ; situé sur la côte maritime du département des Côtes du Nord. Levé le Plan de l’ancienne cathédrale de Tréguier et de l’ancien évêché d’après le plan de cadastre dressé Plan de localisation des bâtiments de l'ancien évêché de Tréguier et du tracé de nouvelle route localisation des bâtiments de l'ancien évêché de Tréguier et du tracé de nouvelle route départementale à partir Plan du rez-de-chaussée et coupe sur la cour d’honneur de l'ancien évêché de Tréguier, état avant travaux, dressé par l’architecte départemental, 10 juin 1917 Plan du rez-de-chaussée et coupe sur la cour ) ; démolition et reconstruction de l'ancienne prison [bâtiment situé rue Colvestre, voir 1M6] : correspondance
1