Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Tous les départements
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 50 - triés par pertinence
  • Église paroissiale Saint-Martin et Saint-Samson (Cuguen)
    Église paroissiale Saint-Martin et Saint-Samson (Cuguen) Cuguen - en village - Cadastre : 1826 C1 6-7 1999 AB 67-68
    titreCourant :
    Église paroissiale Saint-Martin et Saint-Samson (Cuguen)
    annexe :
    20013518183NUC : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale églises et chapelles d'Ille-et-Vilaine
    contenu :
    pour la guérison de ses fils. Par une coïncidence prémonitoire, le sanctuaire était déjà dédiée à l'apôtre des Gaules. Au début du 16e siècle, sous l'impulsion probable de Michel Thierry ou son fils François des seigneurs de la Roche et réputés patrons fondateurs, le sanctuaire est rebâti, sans doute intégralement. Le chœur à chevet plat et les croisillons du transept qui remontent à cette époque ont été tourmente révolutionnaire, l'accroissement démographique des fidèles et la volonté du clergé d'inscrire la diocésain, dresse les plans du clocher-porche et de la nouvelle nef édifiés entre 1843 et 1858 dans le style néogothique alors à la mode. Lors d'une seconde campagne qui débute en 1857, les baies du chevet et du le chœur, la première servant de sacristie et la seconde destinée sans doute aux réunions de la
    historique :
    . Elle fut rebâtie au 16e siècle. L'église actuelle dédiée à saint Martin et à saint Samson, a été construite avec réemploi d' une partie de la maçonnerie de l'ancien édifice entre 1843 et 1858. La première campagne débute en 1843 par la tour et la nef (architecte Langlois). La deuxième campagne qui démarre en 1857 concerne des reprises importantes dans les baies du transept et du chevet (architecte Langlois).
    referenceDocumentaire :
    notice n° ? Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France ; réd. ORAIN , Véronique, et alii. Eglises et chapelles d'Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne t. 1, p. 464 BANÉAT, Paul. Le Département d'Ille-et-Vilaine Histoire Archéologie Monuments. Rennes INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Ille -et-Vilaine. Eglises et Chapelles, par ORAIN Véronique, avec la collaboration de BARBEDOR Isabelle
    airesEtudes :
    Ille-et-Vilaine
  • Église paroissiale Saint-Pierre et Saint-Paul (Plouguerneau)
    Église paroissiale Saint-Pierre et Saint-Paul (Plouguerneau) Plouguerneau - Bourg - en village
    titreCourant :
    Église paroissiale Saint-Pierre et Saint-Paul (Plouguerneau)
    description :
    deux sacristies, l´une hors-oeuvre de plan rectangulaire au nord et l´autre dans-oeuvre au sud. Clocher à deux galeries et à deux étages de cloches amortis d´une flèche ajourée octogonale ornée de crossettes et encadrée à sa base par quatre pinacles. Gros oeuvre en moellon et moellon équarri de granite enduit de ciment à l´exception des encadrements des baies et des chaînages d´angle en pierre de taille de . Arcades plein-cintre reposant sur les chapiteaux des colonnes. Lambris peint (étoiles sur fond bleu) et voussures peintes en rouge, jaune et vert. Enduit crème décoré de motifs géométriques. Massif occidental
    observation :
    à un monument aux morts et à un calvaire. Bon état sanitaire.
    historique :
    1701construit par Christophe Kerandel, père et fils et par François Gourves, a été conservé. Edifice construit entre 1847 et 1848, d´après les plans de l´architecte diocésain Joseph Bigot, par
    referenceDocumentaire :
    p. 288 Diocèse de Quimper et de Léon. Nouveau répertoire des églises et chapelles COUFFON, René , LE BARS, Alfred. Diocèse de Quimper et de Léon. Nouveau répertoire des églises et chapelles p. 104 RANNOU, Nolwenn. L'exercice de l'architecture et de la restauration en France au XIXe
  • Église paroissiale Saint-Pierre et Saint-Paul (Nostang)
    Église paroissiale Saint-Pierre et Saint-Paul (Nostang) Nostang - le Bourg - en village - Cadastre : 1837 B, 473
    titreCourant :
    Église paroissiale Saint-Pierre et Saint-Paul (Nostang)
    description :
    Orientée, l'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul est un édifice à trois vaisseaux, construit en pierre saillante. Sur celle-ci repose la flèche pyramidale, très effilée et finement ajourée sur chacun de ses pans représentés sur la flèche (clé pour saint Pierre et épée pour saint Paul). La mise en oeuvre de l'édifice avec fonts qui est enduite. La nef, à l'ouest, est épaulée de deux contreforts d'angles à lanternons et est clé saillante encadrée de deux baies, toutes trois en plein cintre. Les bras du transept et la sacristie d'axe sont à trois pans. Le bras sud possède une porte et une baie semblables à celles de la nef depuis l'extérieur, par une volée de marches et une porte au sud, possède un étage carré. Un escalier de latéraux de la voûte. Seules deux scènes : l'Annonciation et le Visitation, séparées par trois cercles , l'un avec la représentation de la lune, l'autre avec celle du soleil et le dernier avec les clefs de , décédé en 1732". A l'origine cette pierre, de part sa forme et sa date d'exécution, devait certainement
    illustration :
    Vue du clocher refait en 1898 et avant sa destruction en le 17 janvier 1945. IVR53_20105607762NUCB Le clocher avant sa destruction et le retable avant les dégradations causées par le tremblement de Chevet et chapelle, élévation nord-ouest IVR53_20105607926NUCA Nef et chœur, vers l'est IVR53_20105601189NUCA Retable axial et latéraux IVR53_20105601173NUCA
    contenu :
    et supporte un ensemble sculpté : deux anges à demi étendus devant la Trinité : le Père, le Fils et . 18 et 19), oeuvre majeure de l'artiste alréen Guillaume Gravay. Au soubassement du retable, deux guirlandes de fleurs qui encadrent les statues de saint Pierre (nord) et de saint Paul (sud) (fig. 21 et 22 Jésus. L'ensemble est surmonté d'un entablement à denticule (fig. 23 et 24). Le panneau central est retables. Le plus ancien et certainement contemporain du retable axial, se situe au nord (fig. 31). Il se . La partie supérieure est constituée d'une niche flanquée de colonnes et de feuillages, accueillant la à la Vierge du Rosaire et le panneau central semble représenter la donation du rosaire à saint Dominique (fig. 33 et 34). Le retable sud (fig. 35 et 36) connaît la même organisation bien que celui-ci soit contemporain des trois autels. Il est dédié à la Croix, saint Jean-Baptiste (fig. 37) et au Sacré Cœur, comme en témoigne la statuaire. Le tableau illustre l'agonie de Jésus et sur l'autel du retable
    historique :
    L'église Saint-Pierre et Saint-Paul est sans doute construite sur l'emplacement même du précédent lieu de culte. Des réparations sont entreprises par le recteur et les fabriques pour réparer l'église primitive dès la fin du 16e siècle, sur ordre de l'évêque. Mais en 1680, l'édifice est en ruine et durant la , le long de la route qui menait du Vieux-Boug à Port-Louis. Entre 1713 et 1718, le maître-sculpteur 1717 signée Mésanstourm. Dès sa construction et jusqu'à la Révolution, les cœurs des seigneurs de , une série de travaux : le plancher et les boiseries du chœur sont refaits et le retable est repeint par un artisan de Pluvigner. En 1857, le maître-autel est retiré et remplacé par un autre réalisé par conseil de fabrique vote pour la construction d'une tour qui est érigée entre 1869 et 1872 mais dont le une des cibles des tirs allemands et le 17 janvier 1945, la flèche de l'église paroissiale est abattue par un obus (un morceau de l'obus est exposé à l'entrée de l'enclos de l'église). La flèche et la
    referenceDocumentaire :
    A. D. Ille-et-Vilaine. 9 Fi 1595. Nostang. L'église. Plaque de verre photographique. Extraits des registres paroissiaux et notes diverses sur Nostang A. D. Morbihan. 1J 448. Extraits des registres paroissiaux et notes diverses sur Nostang, 1622-1793. transmission et d'extension des propriétes, droits et privilèges seigneuriaux , Lorient, 1996. p.77-82 DANIGO, Joseph. Eglises et chapelles du doyenné de Port-Louis. S.l., 1984. p. 48 Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes. LE MENÉ , Joseph-Marie. Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes. Vannes p. 240 OGEE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de Bretagne OGEE, Jean -Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de Bretagne, nouvelle édition augmentée par Marteville et
  • Église paroissiale Saint-Eutrope et Saint-Isidore (Botmeur)
    Église paroissiale Saint-Eutrope et Saint-Isidore (Botmeur) Botmeur - Bourg - en village - Cadastre : 1836 K 1 1995 B 87, 100
    titreCourant :
    Église paroissiale Saint-Eutrope et Saint-Isidore (Botmeur)
    description :
    Eglise de style néo-roman édifiée sur un méplat à flanc de colline aménagée en terrasses et à laquelle on accède par deux escaliers de six et onze marches. La construction est en moellon de granite une nef centrale et des bas-côtés latéraux séparés par quatre travées en plein cintre. Un lambris de couvrement en berceau voute la nef et les bas-côtés. Le mur sud est à pignons multiples.Trois entrées sont ménagées à l'ouest, au sud et au nord. Le porche ouest est saillant, surmonté de la chambre des cloches, à toit en bâtière et pignons découverts. Le chevet est également saillant avec une sacristie accolée au principale, à l'est, est marquée par deux piliers carrés surmontés d'une croix. Deux passages de part et
    observation :
    de Pont-de-Buis-lès-Quimerch (1910-1914), également conçue par Charles Chaussepied. Entre 1900 et ici, au répertoire néoroman, et le recours aux formes régionalement enracinées comme le massif
    historique :
    . De plan rectangulaire, avec un large bras sud et pourvu d'un petit clocher coiffant le pignon qu'Abgrall qualifie, en 1904, de "style Renaissance". Il s'agissait d'un bâtiment construit aux 16e et 17e tour occidentale surmontée d'une chambre de cloches carrée et ajourée, coiffée d´une tour-lanterne ainsi qu'un presbytère jouxtant le choeur et lié par un couloir à une sacristie située au nord. Le incendie intervenu en 1934, l´édifice est restauré en 1935 par le fils de Charles Chaussepied, André Châteaulin. Ils concernent, pour l´essentiel, le clocher (reconstruction), la charpente et les huisseries
    referenceDocumentaire :
    Diocèse de Quimper et de Léon. Nouveau répertoire des églises et chapelles COUFFON, René, LE BARS , Alfred. Diocèse de Quimper et de Léon. Nouveau répertoire des églises et chapelles. Quimper p. 180 LE GUENNEC, Louis. Le Finistère monumental. Morlaix et sa région. Quimper, 1979. PEYRON, Paul, ABGRALL, Jean-Marie. Botmeur. Notices des paroisses du diocèse de Quimper et de Léon. Dans : Bulletin de la commission diocésaine d´architecture et d´archéologie, vol. I, 1904, p
  • Église paroissiale Saint-Pierre et Saint-Paul, place du Général Leclerc (Lannilis)
    Église paroissiale Saint-Pierre et Saint-Paul, place du Général Leclerc (Lannilis) Lannilis - place du Général Leclerc - en ville
    titreCourant :
    Église paroissiale Saint-Pierre et Saint-Paul, place du Général Leclerc (Lannilis)
    description :
    ´une sacristie hors-oeuvre de plan octogonal à comble à surcroît et pourvue d'une tourelle d'escalier . Clocher hors-oeuvre à deux galeries et à deux étages de cloches ajourés amortis d´une flèche ajourée octogonale ornée de crossettes et encadrée à sa base par quatre lanternons et quatre frontons ajourés. Gros couvrement peint en blanc et voussures marron sur colonnettes engagées de fond. Arcades plein-cintre reposant sur les chapiteaux composites et des piliers carrés. Choeur à déambulatoire avec trois chapelles
    historique :
    Le clocher porte la date de 1774. Edifice construit de 1872 à 1873 (choeur et transept) et de 1875 à 1876 (nef) d´après les plans de l´architecte diocésain Joseph Bigot en collaboration avec son fils
    referenceDocumentaire :
    p. 175 Diocèse de Quimper et de Léon. Nouveau répertoire des églises et chapelles COUFFON, René , LE BARS, Alfred. Diocèse de Quimper et de Léon. Nouveau répertoire des églises et chapelles p. 56 RANNOU, Nolwenn. L'exercice de l'architecture et de la restauration en France au XIXe siècle
  • Église paroissiale Saint Pierre et Saint Paul (Plouër-sur-Rance)
    Église paroissiale Saint Pierre et Saint Paul (Plouër-sur-Rance) Plouër-sur-Rance - - en village
    titreCourant :
    Église paroissiale Saint Pierre et Saint Paul (Plouër-sur-Rance)
    description :
    L'Eglise Saint Pierre et Paul de Plouër-sur-Rance est massive et trapue. En forme de croix latine et un chœur. Ce dernier est court et à pans coupés. La façade intègre la travée du clocher et les bas date du début du 18e siècle. Très architecturé, il est en bois et marbre. La partie centrale multiplie l'église reconstruite au 18e siècle. Afin d'être préservés des intempéries et de l'érosion, ils ont été nue et les cheveux sont bouclés, le pommeau de l'épée, longue et large, est percé à jour en forme de , une arbalète ou un élément d'ancre de marine, selon les interprétations. De part et d'autre de la tête nomme capitaine et garde de la forteresse de Guingamp. Le duc assiège celle-ci, et il est contraint de durant le 14e siècle et particulièrement le 15e siècle. La famille de Saint-Pol a, comme celle de Plouër Bretagne, mais cette prééminence finit par décliner. Le père de Jean de Saint-Pol s'élève socialement et obtient du duc Jean V diverses charges importantes. Son fils, historien de la Bretagne, prend place dans
    historique :
    et y construire son château. Désirant s'attirer la sympathie des paroissiens et considérant que l'église paroissiale est vétuste et petite, il décide de la détruire, après avoir obtenu l'autorisation de l'édifice actuel commença en 1703 et n’était pas achevé lorsque éclata la Révolution. La tour, commencée en 1791 et bien qu'ayant sa charpente n’était pas couverte en l'an XI (1802), et il fut dressé en cette édifice contient des retables, influences tardives du modèle lavallois, disposés dans le chœur et les deux chapelles latérales. Le retable du maître-autel occupe les trois pans du chevet, et des statues de saint Pierre et de saint Paul, patrons de la paroisse, sont disposées de part et d'autre de l'autel. Quatre (pierres tombales du 15e siècle) d'Alain de Plouër, de Perrine Edder et de l'Inconnue (16e siècle) qui proviennent de l'édifice primitif ; et le lutrin. Les trois retables datent du 18e siècle. La chaire de 1846 est remarquable, ainsi que les stalles et les boiseries de Le Merer (19e siècle). On y trouve
  • L'église paroissiale, les chapelles, croix monumentales, croix de chemin et monuments aux morts sur la commune de Trévou-Tréguignec
    L'église paroissiale, les chapelles, croix monumentales, croix de chemin et monuments aux morts sur la commune de Trévou-Tréguignec Trévou-Tréguignec
    titreCourant :
    L'église paroissiale, les chapelles, croix monumentales, croix de chemin et monuments aux morts sur
    profession :
    [sculpteur] Hernot Yves fils
    historique :
    -Kerham) et le 2ème quart du 20ème siècle (monument aux morts de la guerre 1914-1918). 9 oeuvres ont été relevées, attribuées par source et par travaux historiques sont les suivantes : 1645, 1803, 1822, 1869 , 1894, 1924, 1927, 1931. Les noms d'auteurs repérés d'après signature, analyse stylistique et par source sont : Hernot Yves (sculpteur), Hernot Yves fils (sculpteur), Lageat C.-J. (architecte), Le Meur Yves (sculpteur) et Marzin Yves (entrepreneur).
  • Les églises, chapelles, monuments aux morts et croix de chemin sur la commune de Binic (fusionnée en Binic-Etables-sur-Mer en 2016)
    Les églises, chapelles, monuments aux morts et croix de chemin sur la commune de Binic (fusionnée en Binic-Etables-sur-Mer en 2016) Binic
    titreCourant :
    Les églises, chapelles, monuments aux morts et croix de chemin sur la commune de Binic (fusionnée
    illustration :
    Binic, le Port. Monument aux morts pour la France par les sculpteurs F. Morvan et Biaggi (1920
    profession :
    [sculpteur] Poilleu fils
    historique :
    Louis (architecte), Morvan F. (sculpteur), Pignorel L. (sculpteur), Poilleu aîné et fils (sculpteur La datation des oeuvres repérées est comprise entre le 1er quart du 19ème siècle et la 1ère moitié , 1911, 1920 et 1929. Les noms d'auteurs attribués par source, par travaux historiques ou par signature ), Poilleu fils (sculpteur). Une oeuvre, le monument aux morts pour la France [fig. 3], a fait l'objet d'une
  • L'église paroissiale, les chapelles, les croix de chemin, le cimetière et les fontaines de dévotion sur la commune de Saint-Quay-Portrieux
    L'église paroissiale, les chapelles, les croix de chemin, le cimetière et les fontaines de dévotion sur la commune de Saint-Quay-Portrieux Saint-Quay-Portrieux
    titreCourant :
    L'église paroissiale, les chapelles, les croix de chemin, le cimetière et les fontaines de dévotion
    profession :
    [sculpteur] Hernot Yves fils
    historique :
    11 oeuvres ont été repérées, parmi lesquelles 2 ont fait l'objet d'une sélection [fig. 1 et 2]. La datation du corpus est comprise entre le 18ème siècle et la fin du 2ème quart du 20ème siècle. Les noms (sculpteur), Greggia (entrepreneur), Guépin (architecte diocésain), Hernot Yves (sculpteur), Hernot Yves fils
  • L'architecture religieuse : les églises, les chapelles, les croix et les fontaines de dévotion (territoire du schéma de cohérence territoriale du Trégor) (en cours d'étude)
    L'architecture religieuse : les églises, les chapelles, les croix et les fontaines de dévotion (territoire du schéma de cohérence territoriale du Trégor) (en cours d'étude)
    titreCourant :
    L'architecture religieuse : les églises, les chapelles, les croix et les fontaines de dévotion
    annexe :
    , au moins la Vierge et saint Jean" (Jean-Marie Pérouse de Montclos). reconstructions et autres réparations quelconques, et généralement toutes les dépenses qui se font, soit pour le bâtiment, soit pour sa décoration, et pour les vases sacrés, livres et ornements qui servent au service immeubles, ou en revenus ordinaires ou casuels, affectés à l’entretien de l’église et à la célébration du ; l’évêque en avait l’intendance et la direction, et ordonnait ; l’évêque en avait l’intendance et la direction, et ordonnait comme il jugeait à propos de l’emploi du temporel, soit pour la fabrique, soit pour des économes, qui souvent étaient des prêtres et des diacres, auxquels ils confiaient l’administration
    illustration :
    Beg ar C'hra, Plounévez-Moëdec : chapelle Saint-Lavant et Saint-Laurent IVR53_20112205797NUCA Beg ar C'hra, Trégrom : chapelle du Christ et son calvaire IVR53_20102211103NUCA Beg ar C'hra, Le Vieux-Marché, la Trinité : chapelle de la Trinité et croix IVR53_20112205056NUCA
    contenu :
    mégalithes, un marqueur culturel et cultuel. Pour les hommes, c'est une manière de s’approprier socialement cultes païens, mais aussi des calvaires, des églises et chapelles, des croix de chemin ont été érigées le point d'eau est aménagé et préservé : il peut servir à alimenter une mare ou un abreuvoir pour le bétail ou pour un usage domestique : permettre de puiser l'eau potable et d'alimenter un lavoir situé à . Lieux de sociabilité, objets de rituels et de croyances, les fontaines de dévotion sont attachées à un datables des 17e, 18e et 19e siècle. Avec le raccordement des fermes au réseau d'adduction d'eau, les fontaines, désormais désaffectées, sont devenues des éléments du patrimoine religieux et culturel de monumentales participent de l'appropriation du territoire et de sa sacralisation : elles sont souvent à double face : Crucifixion d'un côté (le plus souvent vers l'est) et Vierge à l'enfant ou Pietà de l'autre . Elles servent également de bornes aux paroisses, marquent les hameaux, anciens chemins, croisements et
    referenceDocumentaire :
    Architecture et mobilier religieux : église paroissiale Saint-Audoën, Rosnoën, Finistère. DOUARD , Christel - LE BRIS DU REST, Erwan. Architecture et mobilier religieux : église paroissiale Saint-Audoën Les retables de chevet aux 17e et 18e siècles HALGOUET, Hervé. "Les retables de chevet aux 17e et 18e siècles". Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, 1947, p. 17-32. . Bulletins et mémoires ; Histoire et Archéologie, vol. 115, mai 1987, p. 15-35.
  • Prieuré de bénédictins, église paroissiale Saint-Pierre (Pléchâtel)
    Prieuré de bénédictins, église paroissiale Saint-Pierre (Pléchâtel) Pléchâtel - en village - Cadastre : 1960 AB 270
    annexe :
    19933500828X : AD, Ille-et-Vilaine, 6Fi.
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale églises et chapelles d'Ille-et-Vilaine
    illustration :
    Chapiteau de la nef, 10ème pile sud, le Christ et les enfants. IVR53_19703500085X
    copyrights :
    (c) Conseil général d'Ille-et-Vilaine
    representations :
    Le fils prodigue
    historique :
    bas-côtés, le choeur et les chapelles latérales étaient du 15e ou du 16e siècle. Il fut remanié à la fin du 18e siècle et détruit vers 1890. L'église actuelle a été construite plus au sud à partir de 1885 (pose de la première pierre) par Henri Mellet et terminée vers 1894. Les verrières datées 1890
    airesEtudes :
    Ille-et-Vilaine
  • Eglise paroissiale Sainte-Croix, Saint-Servan (Saint-Malo)
    Eglise paroissiale Sainte-Croix, Saint-Servan (Saint-Malo) Saint-Malo - Saint-Servan - en écart - Cadastre : 1982 BR 131
    annexe :
    19923500276X : AD, Ille-et-Vilaine, 6Fi. 19683500776V : AD, Ille-et-Vilaine, 7 Fa 313. 19683500775V  : AD, Ille-et-Vilaine, 7 Fa 313.
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale églises et chapelles d'Ille-et-Vilaine
    illustration :
    Elévation Ouest : vue de situation (Carte postale ancienne, collection Germain fils ainé, Saint
    copyrights :
    (c) Conseil général d'Ille-et-Vilaine
    historique :
    L'église paroissiale Sainte-Croix occupe l'emplacement d'une église des 16e et 17e siècles , commencée vers 1532, elle avait été rallongée en 1651 et terminée en 1687 (datés par travaux historiques ) . Elle occupait le bas de la nef et le parvis de l'église actuelle. La première pierre de la nouvelle surtout échelonnée entre 1732 et 1743 selon les plans dressés par les ingénieurs Amédée-François Frézier et Siméon Garangeau. La façade et une travée de la nef ont été édifiés en 1825 par l'architecte Julien Leclair, le clocher par les architectes Leclair et Hamon. La décoration murale date de la 2ème moitié du 19e siècle, elle est due à Léon Plateau, artiste de Saint-Servan, pour le décor des voûtes et à
    airesEtudes :
    Ille-et-Vilaine
  • Eglise paroissiale Notre-Dame (La Gouesnière)
    Eglise paroissiale Notre-Dame (La Gouesnière) Gouesnière (La) - ? - Cadastre : A2 351
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale églises et chapelles d'Ille-et-Vilaine
    historique :
    reconstruit au bas de la nef sur les plans des architectes Frangeul père et fils. Projet soumis au conseil , chanoine de Saint-Malo, consécration solennelle le 31 août 1664. Clocher, en haut de la nef, ruiné et local des bâtiments civils en 1868 : construction du massif occidental et de la tour. Cette dernière a
    airesEtudes :
    Ille-et-Vilaine
  • Église paroissiale Saint-Martin-de-Tours (Servon-sur-Vilaine)
    Église paroissiale Saint-Martin-de-Tours (Servon-sur-Vilaine) Servon-sur-Vilaine - en village - Cadastre : 1983 C1
    description :
    Cette église possède un plan en croix latine et un clocher porche en façade. L'intérieur est divisé
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale églises et chapelles d'Ille-et-Vilaine
    illustration :
    Stalles et boiseries, 1916, A. Regnault IVR53_19973500022X
    historique :
    vitraux les plus anciens sont signés Claudius Lavergne et Fils. actuelle a été édifiée entre 1880 et 1885 par l'entrepreneur Jean-Marie Huchet, sur les plans de l'architecte Aristide Folie. Le programme du mobilier a été conçu par Arthur Regnault entre 1880 et 1900. Les
    referenceDocumentaire :
    INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Ille -et-Vilaine. Eglises et Chapelles, par ORAIN Véronique, avec la collaboration de BARBEDOR Isabelle Servon-sur-Vilaine (Ille-et-Vilaine). Intérieur de l'Eglise. Carte postale, [s.d.] (A. D. d'Ille-et
    airesEtudes :
    Ille-et-Vilaine
  • Église paroissiale Saint-Briac, rue du Nord (Saint-Briac-sur-Mer)
    Église paroissiale Saint-Briac, rue du Nord (Saint-Briac-sur-Mer) Saint-Briac-sur-Mer - rue du Nord - en village - Cadastre : 1986 AS 56
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale églises et chapelles d'Ille-et-Vilaine
    historique :
    été construite sur les plans des architectes malouins Frangeul, père et fils, entre 1867 et 1868. avait été construite entre 1671 et 1688 (dates portées) par le comte de Pontbriand avec le concours des
    referenceDocumentaire :
    , [s.d.]. (A.D. Ille-et-Vilaine : 6 Fi). COTE D'EMERAUDE 3351 SAINT-BRIAC, Intérieur de l'Église. Carte postale, Saint-Malo : Germain Fils aîné, édit., [s.d.]. (A.D. Ille-et-Vilaine : 6 Fi). t. 3, p. 331-333 Le département d'Ille-et-Vilaine. Histoire, Archéologie, Monuments. BANÉAT, Paul . Le département d'Ille-et-Vilaine. Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1927. INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Ille -et-Vilaine. Eglises et Chapelles, par ORAIN Véronique, avec la collaboration de BARBEDOR Isabelle
    airesEtudes :
    Ille-et-Vilaine
  • Eglise paroissiale Saint-Martin (Vitré)
    Eglise paroissiale Saint-Martin (Vitré) Vitré - Cadastre : 1985 AC 119
    description :
    Plan en croix latine, choeur et transept recouverts d'une voûte d'ogives, coupole à la croisée du à pans coupés, style néo-roman : nef avec grandes arcades, triforium et double rangée de fenêtres
    annexe :
    19933500943X : AD, Ille-et-Vilaine, 6Fi. 19933500957X : AD, Ille-et-Vilaine, 6Fi.
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale églises et chapelles d'Ille-et-Vilaine
    profession :
    [menuisier] Lecomte père et fils
    copyrights :
    (c) Conseil général d'Ille-et-Vilaine
    historique :
    Église Saint-Martin construite entre 1868 (bénédiction de la première pierre) et 1895 (date de la consécration) par Henri et Jules Mellet. L'édifice est complètement achevé qu'en 1913. Cette durée importante du chantier résulte de problèmes financiers rencontrés entre les années 1870 et 1890. Sculpture des chapiteaux effectuée entre 1892 et 1893 par Vergne et L. Cosson (date et attribution par travaux historiques ) . Verrières du 20e siècle. Peinture monumentale de Louis Garin datée de 1956 et 1957.
    airesEtudes :
    Ille-et-Vilaine
  • Prieuré Saint-Rémy (prieuré cure de chanoines réguliers), église paroissiale Saint-Augustin (Saint-Rémy-du-Plain)
    Prieuré Saint-Rémy (prieuré cure de chanoines réguliers), église paroissiale Saint-Augustin (Saint-Rémy-du-Plain) Saint-Rémy-du-Plain - en village - Cadastre : 1987 C 349
    description :
    , les contours de baies et la façade principale sont réalisés en pierre de taille de granite bleu. La toiture à longs pans et pignons découverts est couverte d’ardoise. L’église, dont le chœur est orienté à pignons nord et sud du transept portent une croix sur leur sommet. Le clocher-porche est surmonté d’une
    annexe :
    Archives départementales d'Ille-et-Vilaine 19973500031X : Archives départementales d'Ille-et -Vilaine 19953500051V : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine 19973500024X : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine 19953500151XA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine 19953500052VA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine 19953500053V : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine
    cadresEtude :
    enquête thématique régionale églises d'Ille-et-Vilaine
    historique :
    . Ce dernier se tenait à l’est de la petite église rectangulaire et communiquait avec une chapelle dite l’ancienne église était constituée d’une nef à chevet plat datée de 1693 et que la chapelle dite « des moines Albert Béziers-Lafosse pour la construction d’une nouvelle église. Celui-ci propose un plan et un devis parallèle de la route. Le Conseil de Fabrique, l’archevêque et l’architecte sont favorables à une convienne au bourg de Saint-Rémy et la seule qui réunisse l’opinion de la plus grande majorité des habitants persécution mesquine et du mauvais vouloir, bien connus déjà de cette administration contre le clergé ». La nouvelle église de Saint-Rémy-du-Plain a été construite entre 1878 et 1880 et a été livrée au culte en clocher et l’intérieur de l’église. Une délibération du Conseil municipal du 12 février 1882 précise qu ’« il incombe à la commune d’enduire et de plafonner l’intérieur car l’église ne peut rester dans l’état où elle se trouve. Les murs sont tristes, le plafond laisse voir la charpente et elle ressemble
    referenceDocumentaire :
    Béziers la Fosse Fils, architecte, 1873. Papier, encre, aquarelle, échelle 1 : 100e. (A.D. Ille-et-Vilaine). la Fosse Fils, architecte, 1873. Papier, encre, aquarelle, échelle 1 : 100e. (A.D. Ille-et-Vilaine). -DU-PLEIN PROJET DE RECONSTRUCTION DE L'EGLISE, Plan au sol. Dessin, par Albert Béziers la Fosse Fils , architecte, 1873. (A.D. Ille-et-Vilaine). Administration et comptabilité communales. Edifices publics. Monuments et établissements publics . Saint-Rémy-du-Plain. Eglise (1873-1904) A. D. Ille-et-Vilaine. Série O : Administration et comptabilité communales. Edifices publics. Monuments et établissements publics. Saint-Rémy-du-Plain. Eglise (1873-1904 p. 76 Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine
  • Prieuré de bénédictins, église paroissiale Saint-Martin Sacré-Coeur (Janzé)
    Prieuré de bénédictins, église paroissiale Saint-Martin Sacré-Coeur (Janzé) Janzé - en village - Cadastre : 1980 AC 114
    annexe :
    19933500570X : AD, Ille-et-Vilaine, 6Fi. 19933500571X : AD, Ille-et-Vilaine, 6Fi.
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale églises et chapelles d'Ille-et-Vilaine
    copyrights :
    (c) Conseil général d'Ille-et-Vilaine
    historique :
    par Raoul, fils d'Abelin de Janzé, se trouvait sur l'actuelle place de la mairie. Elle conservait une partie romane à la base de la tour, une nef à trois vaisseaux construite en 1625 et un choeur à pans Renaissance. L'église actuelle a été construite au nord de l'agglomération sur les plans de Jules et Henri Mellet, la première pierre fut bénite par Mgr Brossais-Saint-Marc le 18 octobre 1874 (date portée) et
    airesEtudes :
    Ille-et-Vilaine
  • Église paroissiale Saint-Louis, Vildé la Marine (Hirel)
    Église paroissiale Saint-Louis, Vildé la Marine (Hirel) Hirel - Vildé la Marine - en village - Cadastre : 1982 B 255
    annexe :
    Eglise construite au 15e siècle, de cette époque ne subsiste actuellement que le choeur et la chapelle au nord, qui est devenue sacristie. La nef et le transept ont été reconstruits en 1851 (inscription : MR. RUPIN MAIRE ET LES PAROISSIENS 1851). La tour est datée 1859, elle a été construite par
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale églises et chapelles d'Ille-et-Vilaine
    historique :
    actuel a été reconstruit par l'architecte Jean-Gabriel Frangeul en 1855 et en 1870 pour le clocher-porche (dates et attribution par source).
    referenceDocumentaire :
    reconstruction du clocher. Documents par Frangeul, père et fils, 1868. t. 2, p. 194 BANÉAT, Paul. Le Département d'Ille-et-Vilaine... Rennes : Librairie Moderne J INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Ille -et-Vilaine. Eglises et Chapelles, par ORAIN Véronique, avec la collaboration de BARBEDOR Isabelle
    airesEtudes :
    Ille-et-Vilaine
  • Église paroissiale Saint-Méen, place de la République ; place du Cher Frère Lucide (Cancale)
    Église paroissiale Saint-Méen, place de la République ; place du Cher Frère Lucide (Cancale) Cancale - place de la République place du Cher Frère Lucide - en ville - Cadastre : 1982 H 108
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale églises et chapelles d'Ille-et-Vilaine
    historique :
    L'église paroissiale Saint-Méen a été édifiée par Alfred-Louis Frangeul entre 1876 et 1886 sur le refait la toiture. La tour est édifiée en 1931-1932 par M. Brunet (fils). Le style néogothique du 13e
    referenceDocumentaire :
    t. 1, p. 261-262 BANÉAT, Paul. Le Département d'Ille-et-Vilaine... Rennes : Librairie Moderne J p. 122 HUCK, Thierry, MINDEAU, Guy. Regards sur Cancale : images d'hier et d'aujourd'hui. Cancale INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Ille -et-Vilaine. Eglises et Chapelles, par ORAIN Véronique, avec la collaboration de BARBEDOR Isabelle , 29 septembre 1878. (A. D. Ille-et-Vilaine). Cancale. Autel des morts. Plan, attribué à l'architecte A. Frangeul, 17 mai 1919. (A. D. Ille-et 1899. (A. D. Ille-et-Vilaine). -et-Vilaine). . Frangeul, 28 mars 1907. (A. D. Ille-et-Vilaine).
    airesEtudes :
    Ille-et-Vilaine
1 2 3 Suivant