Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 9 sur 9 - triés par pertinence
  • Grande pêche et cabotage
    Grande pêche et cabotage Pordic - en écart
    titreCourant :
    Grande pêche et cabotage
    annexe :
    décèdera le 16 avril 1926. Il aura eu trois enfants, Un fils, Louis Marie, qui sera marin et deux filles Marie Anne Louise et Désirée, cette dernière dont un fils sera marin. Leurs histoires sont données à la à 1902 Brick Goélette 'Canada'/P.Biraben et Fils/Bordeaux/Matelot/St-Pierre, en 1902 2éme Dépot/Etat , deux fils, marins et cinq filles épouses de marins, à l´exception de Rosalie qui préfèrera les Long cours vers les Indes et l´Amérique du Sud ; Il aura un fils, Jean-Louis Quehec, maître au cabotage petit fils, Jean-Louis Quéhec sera capitaine au long cours et naviguera dans la première moitié du 20ème Soeur Adelphe en religion à la 'Congrégation de la Miséricorde' qu´elle rejoindra en 1883, et trois fils -Neuve'/Guibert et Fils/St-Malo/Passager pour St-Servan, en 1897 Vapeur 'Britannai'/Cyprien Fabre , auront un fils Robert, Aumônier de la Marine à Brest et Rochefort dans les années 1950. 60 ans. Louis Marie Le Peurien aura trois enfants : Deux filles Louise et Janine, et un fils Louis
    illustration :
    Registre d'état civil des 'mariages' de la commune de Pordic entre 1850 et 1899, 1ère feuille Registre d'état civil des 'mariages' de la commune de Pordic entre 1850 et 1899, 2ème feuille : 272 Incidence du temps de la campagne de pêche sur les mariages des marins à Pordic entre 1840 et 1884 300 familles pordicaises ont compté des marins à Pordic pendant la période entre 1840 et 1884 Evolution en % du métier de marin à Pordic entre 1840 et 1899 (Jacques Hervé) IVR53_20082212036NUCB Evolution comparative en nombre du métier de marin relative à Pordic entre 1840 et 1899 (Jacques Importance du métier de marin relative à Pordic entre 1840 et 1899 (Jacques Hervé Extrait du registre des armements et des désarmements, pour Jean François Eveno, à bord du 3 mâts Bricks 'Union' et 'Espérance' de l'armement Besnier de Binic, campagne de 1876, SHM Brest, cote 4 Extrait du journal 'L'Union malouine et dinnanaise du 8 avril 1894 relatant le naufrage du caboteur
    historique :
    Les documents et les objets sélectionnés racontent l'histoire maritime de onze marins pordicais qui ont pratiqué plusieurs métiers de la grande pêche au cabotage au moyen et long cours (Cap Horn), de la petite pêche (plus rarement) au pilotage, et pour ces derniers témoins des pétroliers aux Ponts-et -Chaussées maritimes, entre le 2ème quart du 19ème siècle et la seconde moitié du 20ème siècle. - Jean Binic), charbonier à bord de caboteurs - Louis Marie Quéhé (1879-1926) : matelot au cabotage et patron ) et matelot au cabotage - Jean-François Eveno (1879-1956) : marin à la Grande Pêche, marin d'Etat et Grande pêche, marin d'Etat et charpentier au temps de la voile, dragage - François-Marie Quéhé (1889-1913 ) : mousse et avant de doris à la Grande Pêche et matelot soutier à bord des paquebots - Louis-Joseph Eugène Bocquel (1886-1961) : avant de doris et gravier, maître dragueur aux Ponts-et-Chaussées - Louis-Marie
  • Coffre de marin : cabotage au long cours, Cap Horn
    Coffre de marin : cabotage au long cours, Cap Horn Pordic
    description :
    de compartiment. Il dispose d'une serrure et de charnières neuves (rénovation). La partie intérieure sont les suivantes : longueur : 88 cm, largeur : 45 cm et hauteur 46 cm.
    annexe :
    jusqu'en 1821, date de son décès. M. Guibert, son fils, et J.M. Corbel, son petit-fils, s'associèrent pour , Allanou et Besnier. Le premier armateur, résidant à Pordic, fut Monsieur Guibert Prévert, qui en 1753 , armait pour l'Amérique méridionale, et en 1763 pour terre-neuve. Il eut pour sucesseur Monsieur Guibert continuer les mêmes armements qui n'étaient que de deux navires. Ils en ajoutèrent un supplémentaire, et progressivement la flottille. Ses héritiers continuèrent pendant plusieurs années d'armer pour Terre-Neuve et
    observation :
    et la qualité de son illustration.
    historique :
    ), entre 1904et 1907, lors de ses campagnes entre la Nouvelle Calédonie, l'Australie et la côte Ouest des le trois mâts barque 'Edmond Rostand', navire de la Cie Norbert et claude Guillon, alors qu'il était
  • Ex-voto de l'église paroissiale : maquette du 'Robert' ou 'Ville-du-Havre'
    Ex-voto de l'église paroissiale : maquette du 'Robert' ou 'Ville-du-Havre' Pordic
    description :
    et sabords peints de couleur blanche. Le gréement de 4 mâts barque et une partie de l'accastillage
    observation :
    Oeuvre classée, à signaler pour la qualité de la facture et l'histoire du navire.
    illustration :
    Vue du pont du navire et des voiles confectionnées en os de goéland IVR53_20082212000NUCA
    dimensions :
    l = 57 ; la = 12 ; h = 37. La vitrine mesure 80 cm de longueur, 41 cm de largeur et 57 cm de
    historique :
    pleurésie. Son fils Robert, devint aumônier de la marine à Brest et Rochefort-sur-Mer. Le 'Ville-du-Havre embarquement à bord du navire 'Rhône' entre le 11 juin 1917 et le 8 mars 1919. Le 'Rhône' fut le dernier donna à cette maquette le nom de son fils Robert, né pendant ce voyage, le 14 décembre 1917. La maquette ' est à l'origine un navire construit en acier par le chantier naval 'Les Forges et Chantiers de la Méditerranée' à Graville. Il fut lancé le 24 juillet 1899 pour la Cie des Voiliers français et vendu à la en Atlantique Nord le 7 mars 1916 entre Ipswich et Buenos-Aires. Ce navire mesurait 95, 09 mètres de
  • Moulin à farine, puis minoterie de Mainguy, puis ferme, actuellement maison (Pordic)
    Moulin à farine, puis minoterie de Mainguy, puis ferme, actuellement maison (Pordic) Pordic - Mainguy - isolé
    description :
    carrés comporte une travée de baie à arc surbaissé avec un encadrement alternant briques et granite
    historique :
    Lotz fils à Nantes (44). Le moulin a cessé de fonctionner après la Seconde Guerre mondiale. Il a ensuite été transformé en ferme et abrite actuellement un logement.
    referenceDocumentaire :
    Administration générale et économie (an VIII-1940). Statistiques : état des moulins à farine, à eau et à vent AD Côtes-d'Armor. Série M ; sous-série 6 M 926. Administration générale et économie (an VIII-1940). Statistiques : état des moulins à farine, à eau et à vent (s. d. vers 1810). Fiches de minoteries et moulins à farine (incomplet) (1840-1844).
  • Corderie, la Ville Guy (Pordic)
    Corderie, la Ville Guy (Pordic) Pordic - la Ville Guy - en écart
    annexe :
    Extrait du texte publié dans 'Pordic d'hier à aujourd'hui', 2007, p. 184 L'origine et la date du procuré et qui entretient l'aisance de plus de 50 ménages. Elle est due à M. Allenou ; qui le premier, en , des havenets, et raccommodé le sac d'une seine à caplans. Les armateurs tiraient auparavant ces objets Pordic. La multiplicité des demandes étendit l'industrie, et la rivalité a encore réduit les prix de plus d'un tiers. L'ouvrier gagne néanmoins un franc par jour, et, ce qu'il y a d'avantageux, les femmes et
    illustration :
    Pierre Colin et à droite Ferdinand Andouard (carte postale, collection particulière
    historique :
    A partir de 1823 et jusqu'au déclin de la Grande Pêche à la morue, Pordic s'était fait une cordes et de filets ont perduré à Pordic jusqu'en 1963. Il existait en 1894 une fabrique de filets de pêche 'Margarit', Yves Audouard Fils. La dernière fabrique fut celle de la famille Kerlaouëzo, connue sous le nom de la 'Corderie', qui a fermé en 1963 et dont subsistent encore quelques vestiges à la
  • Écart : hameau de la Ville Louais (Pordic)
    Écart : hameau de la Ville Louais (Pordic) Pordic - la Ville Louais - en écart - Cadastre : 1847 C
    description :
    marin. Les habitations sont de taille modeste, avec un étage sous combles, une cour intérieure et un et la rue Duguay Trouin. La maçonnerie est en pierres de schiste et de briques, plus rarement en
    annexe :
    Fils et la dernière 'corderie' de la famille Kerlaouëzo, fermé en 1963. Cette activité artisanale se fait que des rets, des havenets, et racommodé le sac d'une seine à capelans. Le marché des filets, en provenance de Saint-Malo, se tourna en faveur de Pordic et perdura jusqu'au 3ème quart du 20ème siècle et 33 à Plérin sur un total de 216 pêcheurs ou dénommés comme tels. Pour Plérin, artie des dénommés cy dessus sont des petits pescheurs avec bateaux classés, et partie sont non classés pescheurs de pied et tendeurs de basse-eau sont ausy pour la plupart occupés à la culture des terres. Pour Pordic "la plupart des pescheurs de cette paroisse ainsy que des précédentes et des suivantes s'adonnent au moins et plus au labourage et à la culture des terres qu'à la pesche qu'ils quittent pour la moisson et faire les semences, il y a aussy peu de pescheurs de pied parce que la côte se trouve escarpée et
    illustration :
    Petite maison de marin, typique du hameau de la Ville Louais avec la crèche et les appentis La place du hameau de la Ville Louais avec sa croix datée de 1874 et la grande maison de la place
    historique :
    , formait un habitat groupé, composé majoritairement de gens de mer, marins-pêcheurs, à la grande pêche et à la pêche côtière et marins au cabotage. Ce village a peu changé dans sa physionomie architecturale vieillessement et le renouvellement de la population.
  • Manoir du Pré Créhan (Pordic)
    Manoir du Pré Créhan (Pordic) Pordic - le Pré-Créhan - isolé - Cadastre : 1813 B2 628, 629, 631 1847 B1 236, 237, 238 2004 ZC 64
    description :
    Le manoir du Pré-Créhan est un édifice composite dont les bâtiments et le mur de clôture chaperonné sont construits en moellons de granite et schiste sur un plan d'ensemble en U. Il présente, de droite à importance séparées par un mur de refend montant de fond et portant souche de cheminée (plan binaire), avec , avec porte d'entrée axiale de style Renaissance et porte au droit de celle-ci, desservies chacune aile en retour d'équerre à droite et un bâtiment de plan rectangulaire double en profondeur à gauche divisé par un mur de refend axial montant de fond et portant souche de cheminée. Le gros-oeuvre est trois travées de baies régulières en façade antérieure, à deux pièces au rez-de-chaussée et à un étage carré, avec entrée centrale à imposte et tour d'escalier demi-hors-oeuvre sur l'élévation postérieure travées de baies antérieures régulières, l'accès antérieur central et la cage d'escalier centrale). Les
    illustration :
    Vue intérieure, cheminée et pièces en enfilade (cliché Roger Collin, pré-inventaire, 1967
    historique :
    Le manoir du Pré-Créhan est un édifice des 16ème, 17ème et 18ème siècles ayant appartenu, selon de Plélo (acquêt 1713) et Vignerot du Plessis-Richelieu d'Aiguillon (acquêt 1740).
    referenceDocumentaire :
    en Pordic ; de la baronnie de Pordic, avec ses dépendances, par haut et puissant messire Charles -François d'Andigné, chevalier, marquis de Vézins, à haut et puissant messire Jean-François-René Amaury de , par René Le Porc, baron de Vézins et de Pordic (1598) ; - Vente judiciaire de la terre du Précréhan et adjudicataire, mais Toussaint du Boisgelin, sieur de la Toise, fils d'Anne-Sainte Conen, soeur de Philippe , demande et obtient la promesse des héritages vendus. - Domaine : prisages de la métairie et du moulin de Précréhan. - Fief : contrat de vente et bail convenancier mentionnant une pièce de terre labourable nommée Le Col-de-Jar, dans la paroisse de Pordic, un clos à trois cornières et un pré appelés les Terres
  • Oratoire : croix des Brûlons, le Vau-Madec (Pordic)
    Oratoire : croix des Brûlons, le Vau-Madec (Pordic) Pordic - le Vau-Madec - isolé
    description :
    construite dans du tuffeau (roche calcaire) et a la forme d'une croix celtique. L'oratoire est construit avec
    historique :
    inconnue). Louis Massignon, fils du sculpteur Pierre Roche, orientaliste et islamologue, professeur au
  • Présentation de la commune de Pordic
    Présentation de la commune de Pordic Pordic
    contenu :
    au sud et de Trégomeur et Tréméloir à l'ouest. Paroisse du diocèse de Saint-Brieuc sous l'Ancien importante seigneurie dont le fief s'étendait sur Tréméloir et sur une partie de Plérin. Qualifiée de première juveigneurie de Goëlo, elle a eu pour premier seigneur Conan, fils d'Henri, seigneur du Penthièvre , et frère cadet du comte Alain. Pordic, qui a élu sa première municipalité au début de l'année 1790 , l'Echaussée, le Petit-Quartier et Courtel). 3- Pordic : le patrimoine architectural : (Patrick Pichouron ) La présente enquête a été réalisée au cours des mois de mars et d'avril 2008 dans le cadre de -d'Armor menée conjointement, depuis 2002, par le Conseil Général et le Conseil Régional de Bretagne de plus de 400 oeuvres, parmi lesquelles 365 relèvent de l'architecture domestique et agricole, 25 de l'architecture religieuse, commémorative et funéraire, 3 de l'architecture scolaire et 3 du génie civil (voie ferrée, routes, ponts). Au sein d'un corpus daté entre le 15ème siècle et la 2ème moitié du 20ème siècle
    referenceDocumentaire :
    p. 199-200 Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier COUFFON , René. Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier. Saint-Brieuc : Les p. 41-44 JOLLIVET, Benjamin. Les Côtes-du-Nord, histoire et géographie de toutes les villes et p. 579-581 Dictionnaire des communes du département des Côtes-d'Armor : éléments d'histoire et  : éléments d'histoire et d'archéologie. Saint-Brieuc : Conseil Général des Côtes-d´Armor, 1990. p. 376-377 OGEE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne p. 242-244 TANGUY, Bernard. Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses des Côtes -d'Armor : origine et signification. Douarnenez : Ar Men-Le Chasse Marée, 1992.
1