Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 6 sur 6 - triés par pertinence
  • Fontaine de Quélern (Roscanvel)
    Fontaine de Quélern (Roscanvel) Roscanvel - Quélern - en écart - Cadastre : DPM
    titreCourant :
    Fontaine de Quélern (Roscanvel)
    description :
    Construite en pierres de taille posées directement sur la grève, la fontaine est d´une maçonnerie soignée. L'édicule a une forme cubique de 4 m d'arête environ. Une avancée à fronton triangulaire abrite l ´orifice par lequel l´eau s´écoulait. Un perré en avant de la fontaine, aujourd'hui disparu, la protégeait contre l'assaut des vagues. Les bassins de décantation, cachés dans la végétation ne sont plus visibles . Ils permettaient de concentrer le fer dans l'eau s'écoulant en bas de l'édifice. Des glissements de terrain ont aujourd´hui tari la fontaine, mais la source, toujours abondante, continue de couler près de la fontaine, au coin inférieur sud-ouest de l'édicule, sur la grève. On peut encore apercevoir des ´écrasement d´un arbre et l'érosion marine, la fontaine risque aujourd´hui de disparaître.
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_7 :
    intérêt paysager et pittoresque ; intérêt de mémoire
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_9 :
    La fontaine de Quélern, ouvrage original en presqu´île de Crozon, mériterait d´être restaurée comme le demandent les personnes interrogées dans le cadre de l´enquête de perception du patrimoine restauration des bassins permettrait peut-être à l´eau de s´écouler comme à l´origine. Un perré en avant de la fontaine pourrait être reconstruit pour la préserver de l´érosion marine. Une amélioration de l´accès avec portuaire et militaire de Quélern, porte d´entrée principale de la presqu´île éponyme, pourrait être valorisé de façon spécifique par l´aménagement d´un sentier de découverte. Ce sentier passerait par la plupart des héritages recensés dans cet espace (lignes de Quélern, étang de Pen-ar-Poul, digue-route de Quélern, caserne Sourdis, ancienne briqueterie et villa-pension La Pagode, vieille cale de la caserne , fontaine de Quélern).
    illustration :
    Vue générale de la fontaine de Quélern IVR53_20072908961NUCA Détail de la fontaine de Quélern IVR53_20072908962NUCA Vue latérale de la fontaine de Quélern IVR53_20082908411NUCA Fontaine de Quélern sur la grève IVR53_20072908963NUCA Fontaine de Quélern menacée par la chute d'un arbre IVR53_20082908412NUCA Vue intérieure de la fontaine de Quélern IVR53_20082908386NUCA Source actuelle et bassin de la fontaine de Quélern IVR53_20082908410NUCA
    profession :
    [personnage célèbre] Croze Austin de
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_3 :
    abandon ou état de ruines induisant un risque de disparition
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_4 :
    La fontaine risque d'être écrasée par la chute d'un arbre lors d'un prochain glissement de terrain (recul du trait de côte). L'édicule est également menacé par l'érosion marine (atteint lors des marées hautes de vives eaux).
    historique :
    ´« eau de Quélern » ou encore distribuée par Austin de Croze qui en vantait la qualité auprès de sa Sous la caserne Sourdis, à proximité de l´ancienne cale, se trouve une fontaine dont la construction (peut-être à l´initiative de C.T. Kermarrec, propriétaire de la briqueterie) remonte au milieu du 19e siècle. Les voyageurs qui transitaient par la cale toute proche ainsi que la garnison de la caserne pouvaient s´y approvisionner. On y recueillait une eau ferrugineuse (présence de mines de fer dans le bassin-versant) qui séjournait dans deux bassins de décantation avant de devenir propre à la clientèle de la villa-pension La Pagode toute proche. Cette exploitation commerciale prit fin avec la les étés de 1925 à 1930, évoque à plusieurs reprises la fontaine : « J´aimais le mystère de la source
    referenceDocumentaire :
    p. 156-157 BUREL, Marcel. Roscanvel dans la presqu´île de Crozon. Bannalec : Impr. Régionale, 1995. p. 15-17 BUREL, Marcel. Roscanvel. La cale de Quélern a cent ans. Crozon : Le Presqu´îlien, n° 92 . Thèse d'Histoire : Université de Bretagne Sud, Lorient, 2006, 6 vol.
  • Briqueterie Kermarec devenue villa-pension La Pagode, 1, 3, 5, 7, 9, 11 route de Quélern (Roscanvel)
    Briqueterie Kermarec devenue villa-pension La Pagode, 1, 3, 5, 7, 9, 11 route de Quélern (Roscanvel) Roscanvel - Quélern - 1, 3, 5, 7, 9, 11 route de Quélern - en écart - Cadastre : AK 117, 118, 119
    illustration :
    Vue générale de la briqueterie Kermarec devenue villa-pension La Pagode IVR53_20072908916NUCA Vue de la villa-pension La Pagode avec ouverture murée sur le pignon nord qui servait aux artistes Vue arrière de la briqueterie Kermarec IVR53_20082908414NUCA Four à chaux sur le terrain de la briqueterie Kermarec IVR53_20082908416NUCA
    profession :
    [habitant célèbre] Croze Austin de
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_3 :
    projet de réaménagement global de l´espace altérant ou détruisant l´édifice ou le site ; abandon ou état de ruines induisant un risque de disparition
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_4 :
    militaires. Les deux fours à chaux, envahis par la végétation, sont menacés de disparition et pourraient être
    localisation :
    Roscanvel - Quélern - 1, 3, 5, 7, 9, 11 route de Quélern - en écart - Cadastre : AK 117, 118, 119
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_1 :
    Activités artisanales et industrielles liées à la mer ; Activité balnéaire de loisirs et de santé
    titreCourant :
    Briqueterie Kermarec devenue villa-pension La Pagode, 1, 3, 5, 7, 9, 11 route de Quélern (Roscanvel)
    description :
    Certains bâtiments de l´ancienne briqueterie, devenue villa-pension, sont encore visibles près de la caserne Sourdis. Il en subsiste une rangée de petites maisons bordée d´un côté par la route de Quélern et de l´autre par l´ancien chemin pavé, aujourd´hui intégré aux terrain privés. Les bâtiments mitoyens, aujourd´hui transformés en logements, sont constitués de murs à moellons apparents. L´entourage ouverture destinée à un atelier de peintres subsiste sur le pignon nord. Des fours à briques et les ruines de deux fours à chaux sont encore visibles aujourd´hui. Le toit du bâtiment qui abritait ces derniers des locaux d´habitation, le mur de l´hôtel et les vestiges de l´orangerie, absorbés par une extension de la caserne Sourdis, ont été intégrés dans le périmètre militaire et leur accès est aujourd´hui
    statut :
    propriété de l'Etat
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_7 :
    intérêt de mémoire ; intérêt paysager et pittoresque
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_8 :
    L´ancienne briqueterie témoigne du passé industriel de Quélern et la villa-pension a fait connaître ce quartier de Roscanvel. Elle est représentative d´un type de loisir du début du 20e siècle lié à des excursions pour la petite bourgeoisie de l´époque. Les deux fours à chaux sont originaux compte -tenu de leur éloignement (relatif) de la mer.
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_9 :
    remanié. Il mérite d´être préservé en l´état en raison de son originalité. Pour éviter une banalisation de fours à chaux et les bâtiments en ruine qui les abritaient sont potentiellement menacés de destruction actuellement difficilement accessibles. En raison de leur intérêt historique, une sauvegarde pourrait être privé. Plus généralement, l´espace portuaire et militaire de Quélern, porte d´entrée principale de la presqu´île éponyme, pourrait être valorisé de façon spécifique par l´aménagement d´un sentier de découverte. Ce sentier passerait par la plupart des héritages recensés dans cet espace (lignes de Quélern , étang de Pen-ar-Poul, digue-route de Quélern, caserne Sourdis, ancienne briqueterie et villa-pension La Pagode, vieille cale de la caserne, fontaine de Quélern), avec éventuellement une signalétique discrète et adaptée retraçant l´histoire de cet écart.
    historique :
    ´affaires Austin de Croze se rend propriétaire des bâtiments et ouvre en 1904, sous les conseils du poète la mode est à l´exotisme. Austin de Croze, vise une clientèle aisée de régiments coloniaux, de La date d´ouverture de la briqueterie de Quélern n´est pas connue avec précision mais remonterait à Postermen) une usine à briques pour répondre à la forte demande des ministères de la Marine et de la Guerre , notamment à Roscanvel). On doit la présence de cet établissement à l´exploitation de filons calcaires dans étaient directement exportées vers Brest. L´établissement de Quélern, en activité jusqu´en 1886, soit pendant un siècle environ, s´étendait sur plus de 4 hectares, non loin de la caserne Sourdis. On y fabriquait une gamme étendue de produits : briques creuses et pleines, tuyaux, carreaux et même de la poterie (faïences de Quimper à la fin du 19e siècle). Une citerne avait été construite sur la hauteur (près du . L'usine ferme en raison de la concurrence active de la briqueterie de Landerneau. En 1903, l´homme d
    referenceDocumentaire :
    232 p BUREL, Marcel. Roscanvel dans la presqu´île de Crozon. Bannalec : Impr. Régionale, 1995. p. 25-26 BUREL, Marcel. Dans le passé industriel de Roscanvel. Crozon : Avel Gornog, n° 9, 2001. de la rade de Brest . Crozon : Avel Gornog, n° 9, 2001.
  • Ferme dite la Chaumière de Divine, 15 garenne de Lanvernazal (Roscanvel)
    Ferme dite la Chaumière de Divine, 15 garenne de Lanvernazal (Roscanvel) Roscanvel - Lanvernazal - 15 garenne de Lanvernazal - en écart - Cadastre : AE 313
    titreCourant :
    Ferme dite la Chaumière de Divine, 15 garenne de Lanvernazal (Roscanvel)
    description :
    La fermette est en pierres apparentes. Entourée de part et d´autre par deux petites dépendances , elle est composée de deux étages dont l´un sous comble où l´on trouve deux petites lucarnes. Son toit est aujourd´hui en ardoises. Les ouvertures de la façade avant (deux fenêtres au premier étage, deux fenêtres au rez-de-chaussée et une porte surmontée d´une niche) sont petites et les entourages en granite . On peut toujours voir la date 1710 sur le linteau d´origine. L'inscription 'Chaumière de Divine" et la signature de Saint-Pol-Roux figurent toujours sur la porte, même s'ils ne sont pas d'origine
    annexe :
    Poème de Saint-Pol-Roux À Divine. Image d´un sou, couleur de biniou, village, minime village où les cloches ont l´air de dodiner au cou d´une immense chèvre de pierre, Roscanvel baigne ses pieds nus destin naïf à côté de ma fille mignonne et de mes fils mignons, emmi les chants de coq et le fenouil et fanant le ciel avec la fourche de leurs cornes ! On vit ici tel que dans un missel, avec au visage une gifle de sel quand le vent tourne les subtiles pages du village, on vit ici tel que dans un missel, à l ´abri des ogres et des médiocres de la Ville, entre la barbe de cuivre du blanc meunier de Ménézarvel et la barbe de givre du bleu batelier Manivel. À l´aurore, voici, par delà l´Île Longue aux carrières de , fantastique casier à homards de fer, crabes de fonte et langoustes d´acier, s´en vont faire la croix afin de vivre en tirant, pour accoucher l´onde toujours féconde, en tirant vers la chaloupe aux courbes de de soc, ils reviendront au havre un peu moins pauvres, ces gas de basane, et le pain noir deviendra
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_8 :
    Cette maison témoigne de la vie du poète Saint-Pol-Roux à Roscanvel qui a participé à la vie locale et dont la résidence dans cette commune lui inspira une vingtaine de poèmes.
    appellations :
    La Chaumière de Divine
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_9 :
    Cette habitation mérite d´être préservée en l´état, en raison de son histoire. Plus généralement , pour éviter une banalisation de ce type d´habitation, il serait aussi souhaitable qu´une véritable
    illustration :
    Vue générale de la Chaumière de Divine IVR53_20072908944NUCA Chaumière de Divine IVR53_20082908473NUCA Vue latérale de la Chaumière de Divine IVR53_20082908400NUCA Détail de la porte et du linteau IVR53_20072908945NUCA
    historique :
    ´homme d´affaire Austin Croze, etc.). Ainsi, à l´automne 1905, le poète achète-t-il à Camaret une vieille faute d´une location convenable, ils prennent la route de Roscanvel. Ainsi, le 14 juillet 1898, la famille d´installe dans le village de Lanvernazal où ils louent une fermette modeste à Monsieur et Madame parfaitement s´intégrer et s´enraciner dans la vie de Lanvernazal et dans celle de Roscanvel plus généralement . Saint-Pol-Roux acquiert un petit bateau, un cotre, sur lequel il découvre la navigation lors de sortie en direction de Brest ou Lauberlac´h. Après la naissance de sa fille le 28 septembre 1898, la demeure est baptisée Chaumière de Divine, nom que le poète grave sur le coin gauche de la porte d´entrée et qu ´il surmonte de son monogramme. Mais la maison se révèle trop petite pour accueillir les hôtes de . Toutefois, les relations resteront durables et fraternelles entre les habitants de Roscanvel et le poète jusqu´à sa mort en 1940. Aujourd´hui, une rue du bourg et La Chaumière perpétuent le souvenir de Saint
    localisation :
    Roscanvel - Lanvernazal - 15 garenne de Lanvernazal - en écart - Cadastre : AE 313
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_1 :
    Activité balnéaire de loisirs et de santé
    referenceDocumentaire :
    p. 216-224 BUREL, Marcel. Roscanvel dans la presqu´île de Crozon. Bannalec : Impr. Régionale, 1995.
  • Les briqueteries de la commune de Roscanvel
    Les briqueteries de la commune de Roscanvel Roscanvel
    titreCourant :
    Les briqueteries de la commune de Roscanvel
    annexe :
    culturel - Briqueterie du port de Roscanvel : . Voir aussi enquête thématique régionale sur le patrimoine maritime culturel - Briqueterie du port de Roscanvel : .
    cadresEtude :
    inventaire topographique Communauté de communes de Crozon
    illustration :
    Vue générale, briqueterie de Quélern IVR53_20112905094NUCA Briqueterie de Quélern IVR53_20112905609NUCA Briqueterie de Quélern IVR53_20112905608NUCA Briqueterie de Quélern IVR53_20112905607NUCA Briqueterie de Quélern IVR53_20112905606NUCA Briqueterie de Quélern IVR53_20112905605NUCA
    historique :
    Quélern deviennent une villa-pension « La pagode ». Le nouveau propriétaire, Austin de Croze, lyonnais, y L´histoire des briqueteries de Roscanvel est associée à celle des fours à chaux. C´est la même famille qui, à la fin du 18e siècle et au début du 19e, exploite les filons de calcaire et d´argile . Rideau de Sal exploitait le calcaire de l´île ronde et le transformait dans ses ateliers de Brest, à Kerinou. Suite à la fermeture de la carrière de l´île Ronde, en raison d´une surexploitation, il demande à Méry Vincent de construire fours à chaux et briqueteries sur la commune de Roscanvel, rendant ainsi possible exploitation et transformation au même endroit. L´activité de la briqueterie et du four à chaux de Quélern commence donc à la fin du 18e siècle et dès 1803 est florissante. « A sa création, cet le service de la Marine et des fortifications, une quantité de 700 barriques de chaux par mois, la briqueterie à peu près 400 milliers de briques par an et 20 millions de carreaux. Une grande partie de ces
    referenceDocumentaire :
    p. CHAURIS Louis, CADIOU Didier, KERDREUX Jean-Jacques. Argiles et briqueterie aux abords de la rade de Brestdans Avel gornog, n°9, 2001. p. 25 BUREL, Marcel. Dans le passé industriel de Roscanveldans Avel gornog, n°9, 2001.
  • Maison, 6 place des Lices (Vannes)
    Maison, 6 place des Lices (Vannes) Vannes - 6 place des Lices - en ville - Cadastre : 1809 I3 1085 1844 K8 1767 1980 BS 85
    etages :
    étage de comble
    description :
    Petite maison à plan double en profondeur édifiée en alignement de rue de 2 étages carrés et étage de comble à double travée. La porte d'entrée est latérale. Balcon filant au premier étage
    annexe :
    levant arrivé au dit Guého par contrat d´échange fait entre lui et nobles gens Anne Croze Sr de la . 20015600167XA : Archives départementales du Morbihan, 1 Fi 99. 19975601181X : Archives municipales de Vannes, 21 Fi. 20105606557NUCA : Archives départementales de Vannes, 3 P 297/22. 19975601199XB : Archives municipales de Vannes 20105600815NUCA : Archives municipales de Vannes, 21Fi. 19985600214XA : Archives municipales de Vannes 20125606245NUCA : Fonds privé 20125606228NUCA : Fonds privé 20045606399NUCB : Fonds dénombrement de Pierre Guého maître chirurgien d´une maison sur les Lisses du côté vers orient contenant de face sur le pavé 14 pieds et de profondeur au travers 38 pieds la dite maison joignant et ouvrant par au derrière joignant du côté du midy à la maison et hôtel du Plessix de Rosmadec et d´autre côté vers minuit à maison dépendant du jeu de paume appartenant au dit seigneur et dame de Sanguin ayant Plessix et en celle qui est entre la dite maison et celle du jeu de paume du côté vers le minuit, laquelle
    typologies :
    en alignement de rue
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes (secteur sauvegardé)
    murs :
    pan de bois enduit (?)
    illustration :
    Vannes en 1785, avec indication des alignements projetés. Copie du plan d'embellissement de Maury Plan des ruines de l'ancien château de l'Hermine, par Demier, copie de Pressat, 1797. AD Morbihan Plan d'alignement et de voirie, 1840, section B. AM Vannes. IVR53_19975601199XB Plan cadastral 1844, section K8 : place des Lices et rue de la Basse-Cour. AM Vannes 21Fi Rectification du plan d'alignement de la ville. Projet de modification : rue du rempart, place de Vue de situation vers l'ouest IVR53_20135617335NUCA Mur sud, pignon de l'hôtel de Rosmadec IVR53_20135617368NUCA Mur sud, pignon de l'hôtel de Rosmadec, crossette IVR53_20135617369NUCA
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    historique :
    Petite maison qui appartient dans les archives de la réformation de 1677 à Pierre Guého, chirurgien . La mise en oeuvre de la maison en moellon reste incertaine, l'enduit actuel recouvrant peut-être une façade en pan de bois. La maison conserve mur sud le mur pignon de l'ancien hôtel de Rosmadec qui était mitoyen de cette maison. Présence d'une extension postérieure couverte en appentis. Les ouvertures de la . De même, le rez-de-chaussée a été profondément remanié.
    referenceDocumentaire :
    dénombrement de Pierre Guého maître chirurgien d´une maison sur les Lisses du côté vers orient. p. 19 Les remparts de Vannes HERBAUT Claudie, DANET Gérard, LE PENNEC Christophe. Les remparts de Vannes. Edition ville de Vannes. 2001.
  • Maison, 5 rue des Halles (Vannes)
    Maison, 5 rue des Halles (Vannes) Vannes - 5 rue des Halles rue Noé - en ville - Cadastre : 1809 I3 1156 1844 K8 1923 1980 BS 43
    etages :
    étage de comble
    description :
    En retrait de rue sur une parcelle d'angle avec petite cour postérieure dont les murs conservent des armoires d'attache (d'une ancienne cuisine), la maison est en pan de bois et moellon de granite . Le raidissement est en brin de fougère. Mur latéral ouest en pierre de taille qui suit l'encorbellement des étages. Elle comprend 2 étages carrés, en faible encorbellement, un étage de comble, sur un située en façade est qui donne accès à un couloir au bout duquel se trouve l'escalier de distribution en
    annexe :
    Château Gaillard et d´autre bout par derrière le logis de monsieur Croze conseiller au présidial de Vannes joignant celle du Sr de Kermorvant Croze et une petite cave estant au-dessous de la dite chambre basse ou Prise de possession, 1776 A. D. Morbihan. 6E 3454 : 4 juillet 1776 : Prise de possession passée au profit de N.H. Jean-Jacques Brunet marchand apothicaire et Dlle Jeanne Vincente Tiret son épouse, sommes de compagnie entrés dans une salle du premier étage ayant ses ouvertures sur la rue St Jacques et sur de la précédente ayant ses ouvertures sur la rue St Jacques et sa cheminée dans la même position que celle de la salle, à l´entrée de laquelle chambre il a été pratiqué un petit salon, et au bout vers le midy un petit cabinet et une galerie ou autre cabinet de décharge conduisant aux latrines, les dits cabinets ouvrant sur la cour du dit Sr Brunet, de là sommes montés au second étage et entrés dans la cloison en bois placée du levant au couchant, de là sommes montés dans un grenier regnant sur tous les
    typologies :
    en retrait de rue pan de bois
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes (secteur sauvegardé)
    observation :
    d'un deuxième escalier donnant accès au grenier à partir de l'escalier principal.
    murs :
    pierre de taille pan de bois
    illustration :
    Plan d'alignement et de voirie, 1840, section B. AM Vannes. IVR53_19975601199XB Plan d'alignement et de voirie, 1840, section B, partie ouest : rue des Douves et du Port. AM Façade postérieure, mur ouest, jours de l'escalier IVR53_20125607087NUCA Tour de l'escalier IVR53_20125607089NUCA Angle sud-ouest de la maison, partie supérieure IVR53_20125607090NUCA Façade postérieure, rez-de-chaussée, mur ouest, ouvertures sur cour IVR53_20125607095NUCA Façade postérieure, rez-de-chaussée, mur ouest et retour, ouvertures IVR53_20125607097NUCA Courette postérieure, mur sud du n°7 de la rue, rez-de-chaussée, dalle plate sous arcade, témoin d'une activité de cuisine IVR53_20125607098NUCA activité de cuisine IVR53_20125607099NUCA
    profession :
    [propriétaire] Pocard de Kerviler
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    historique :
    dans le rentier de 1455. Faute de n'avoir pu la visiter entièrement, on ne sait si cette maison dont l'essentiel de la construction remonte au 16e siècle, conserve des éléments de la maison signalée dans le rentier. Les archives de la réformation du domaine en 1677 mentionne cette maison comme appartenant à Jacquette Poury veuve de Jacques Pournin sieur de la Forest et maître-apothicaire qui l'a acquise auprès du 1698, une partie de la maison est louée en boutique à un maître-pâtissier et traiteur. En 1723, le quart de la maison est vendu, puis la totalité en 1728 aux mêmes acquéreurs. La maison est revendue par la suite à Marie Le Mezec et Patern Le Roux. Les contrats de location mentionnent 2 caves, une à côté (présence de vestiges), 2 chambres hautes au second étage, grenier et pavillon. Un cabinet à du château Gaillard et celui de cette maison (Jean-Jacques Brunet, apothicaire) à propos des fosses des latrines dont les matières débordent. En 1864, les propriétaires de la maison (les soeurs Tanguy
    referenceDocumentaire :
    Mauvais. Ce travail de transcription a fait l'objet de son master 1 sous la direction de Marie Casset (Lorient : Université de Bretagne sud. 2012). Dans un travail complémentaire en master 2 "La topographie de Vannes au 15e siècle, à partir des données du livre rentier de 1455-1458", Marion Mauvais a appliqué les données du rentier aux surfaces cadastrales de la ville émanant du premier cadastre de 1807-1809. Elle dénombrement de Dlle Jacquette Poury veuve de défunt Jacques Pournin vivant Sr de la Forest Me apothicaire et tutrice des enfants de leur mariage d´une maison. Bail, 1698 A. D. Morbihan. 6E 766 : 26 avril 1698 : Bail de 5 ans passé entre Dlles Yvonne Pournin demeurant au bas de la rue des Chanoines et Eléonore et Claire Pournin demeurantes au haut de la rue Saint Bail, 1703 A. D. Morbihan. 6E 767 : 11 juillet 1703 : Bail de 5 ans passé entre Dlles Yvonne Pournin demeurant au bas de la rue des Chanoines et Eléonore et Claire Pournin demeurantes au haut de la
1