Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 1154 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Glacière du port de Kéroman (Lorient)
    Glacière du port de Kéroman (Lorient) Lorient
    Historique :
    étrangers déjà existants depuis la fin du 19e siècle. Ce nouveau port de pêche situé à Keroman se devait évolutions technologiques du début du 20e siècle permettent de répondre à des enjeux économiques et géo -politiques qui motivent la construction de la glacière. Les problématiques de ravitaillement au cours du . Une réflexion est menée sur la pertinence d'une chaine de froid qui relierait la glacière de Saint -Pierre-et-Miquelon à celle de Lorient. Le développement du chalutage et la motorisation progressive des navires entraînent une augmentation du tonnage de poissons pêchés. Cette surpêche a pour conséquence une rentables. L'évolution des techniques de conservation par le froid (procédé Ottesen) et de fabrication lorientaise. La connexion de la glacière à la gare ferroviaire (compagnie de chemin de fer Paris-Orléans), via le port et la criée (1889) contribue à faire du port de Keroman un lieu économique essentiel à toute d'approvisionnement en charbon sont érigés. Et c'est l'ensemble du site portuaire qui est inauguré le 17 juillet 1927
    Observation :
    Site emblématique et historique de la création du port de Keroman ; lieu appelé à disparaitre.
    Référence documentaire :
    p.353-362 Revue générale du froid : organe officiel de l'Association française du froid et de l'Association nationale des ingénieurs et techniciens du froid Association française du froid. Revue générale du froid : organe officiel de l'Association française du froid et de l'Association nationale des ingénieurs et techniciens du froid : l'entrepôt frigorifique de la Perrière : publication mensuelle / directeur Pierre Guieu. Editeur Association des ingénieurs et techniciens du froid et des industries
    Auteur :
    [entrepreneur] Compagnie du Froid-Sec
    Description :
    sur la roche ; mur en maçonnerie ; l'intérieur du bâtiment est constitué d'une ossature en béton armé par du liège granulé ; conservation du poison ; production de pain de glace et de neige artificielle jusqu'aux halles et magasins des mareyeurs. La glacière fonctionnait 24/24 et 7/7. Les chambres froides
    Titre courant :
    Glacière du port de Kéroman (Lorient)
    Dimension :
    dimensions du bâtiment principal : 50.50*27.5
    Texte libre :
    ferroviaire inclus). Il a été exécuté par la Compagnie Française du Froid aidée du personnel de la Marine générale du froid (organe officiel de l'Association française du froid et de l'Association nationale des ingénieurs et techniciens du froid) nous éclaire sur le contexte économique et les relations internationales du froid, novembre 1920). L'architecture du bâtiment principal permet de regrouper tout les services marchande à l'occasion de la "Grande quinzaine du Poisson". L'article paru en novembre 1920 dans la Revue dans le domaine de la pêche en Atlantique du Nord dans le 1er quart du 20e siècle. Le frigorifique est le point de départ du développement du nouveau port né de la volonté de l’État : travaux de ses annexes (salle du transformateur, bacs sous condenseurs, salle des condenseurs)." (Revue générale , expédition, usine de réfrigération (salle de triage, lavage ; 8 chambres froides de 8.25*4.60*4 chacune d'une 2e étage : 4 chambres froides (17*9.70*3.30) d'une capacité chacune de 200 tonnes et anti-chambre
    Illustration :
    Vue du port de Keroman depuis le frigorifique, plate-forme de l'ascenseur. IVR53_20185600008NUCA système de fermeture des chambres froides IVR53_20185600035NUCA Système de fermeture des chambres froides (détail) IVR53_20185600036NUCA Système de fermeture des chambres froides (détail) IVR53_20185600037NUCA Système de fermeture des chambres froides IVR53_20185600040NUCA
  • Ardoisières de Malansac ; Compagnie des Ardoisières de Rochefort-en-Terre
    Ardoisières de Malansac ; Compagnie des Ardoisières de Rochefort-en-Terre Malansac - Guenfol La Croix-Neuve - en écart - Cadastre : ZB 100
    Copyrights :
    (c) Maison du patrimoine de Locarn
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale ardoisières du Centre Bretagne
    Titre courant :
    Ardoisières de Malansac ; Compagnie des Ardoisières de Rochefort-en-Terre
  • Voie ferrée de la Compagnie Morbihannaise, avenue Favrel et Lincy
    Voie ferrée de la Compagnie Morbihannaise, avenue Favrel et Lincy Vannes - Cadastre : 1980 non cadastré domaine public
    Historique :
    courants d'échange. En 1892, le Conseil Général du Morbihan prend la décision de construire un premier de construction du réseau s'achèvent vers 1902-1903. Dès 1898, on songe à entreprendre un second réseau d'intérêt local qui ne sera réalisé que quelques années seulement après la construction du premier
    Référence documentaire :
    Trains du Morbihan, un siècle d'histoire ferroviaire, 1850-1950 RICHARD, M., LE COZE, Valentine , FORGET, Yolaine. Trains du Morbihan, un siècle d'histoire ferroviaire, 1850-1950. Catalogue d'exposition , Archives départementales du Morbihan, 1978.
    Titre courant :
    Voie ferrée de la Compagnie Morbihannaise, avenue Favrel et Lincy
    Annexe :
    Sources iconographiques 20015604313XA : Archives départementales du Morbihan, 1 Fi 381/3
  • Fossé sec
    Fossé sec Landéda - Ile Cézon - isolé - Cadastre : 1841 A dite des îles 10, 16, 17 1962 A1 20, 21
    Description :
    1808 : Génie, Sous-direction des côtes. Côtes du Nord de Brest, poste de Cézon. Mémoire sur le fort Cézon, signé à Brest par Riverieux, capitaine du génie. " Ce fort n´est à proprement parlé qu´une grande et deux pièces de 12 en épaule par les parapets du fort où l´on a construit depuis peu un fourneau à cuisine du commandant. Il y manque une citerne, on juge avec des probabilités qu´on pourrait y creuser un
    Titre courant :
    Fossé sec
    Annexe :
    1808 : Génie, Sous-direction des côtes. Côtes-du-Nord de Brest, poste de Cézon. Mémoire sur le fort Cézon, signé à Brest par Riverieux, capitaine du génie (Service historique de la défense, Vincennes , Archives du génie, places abandonnées) "Ce fort n´est à proprement parlé qu´une grande batterie fermée en ] et 2 pièces de 12 [livres de balles] en épaule par les parapets du fort où l´on a construit depuis cantonniers et la cuisine du commandant. Il y manque une citerne, on juge avec des probabilités qu´on pourrait
    Illustration :
    Vue générale du front de terre du fort Cézon entouré par un fossé sec IVR53_20032902663NUCA Plan du fort Cézon, Génie, Direction de Brest, 1857 IVR53_20082908890NUC Fossé (en jaune) du fort Cézon avec courbes de niveaux, 1857, Service Historique de la Marine Le fossé du côté du large IVR53_20032902669NUCA Vue du détail de l'entrée du fossé côté large. Pierres provenant du déroctage des fosses des Le fossé au Sud . C'est sans doute là qu'échouaient les chaloupes assurant l'avitaillement du fort
  • Immeuble de bureaux, siège de la Compagnie Générale des Eaux
    Immeuble de bureaux, siège de la Compagnie Générale des Eaux Rennes - 11 rue Kléber 10 rue Sergent-Guihard - en ville - Cadastre : 1980 BP 28, 31
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_37 :
    d'angle intéressant avec volumes différenciés rue Kléber et rue du Sergent Guihard.
    Titre courant :
    Immeuble de bureaux, siège de la Compagnie Générale des Eaux
  • Usine à gaz dite Société Anonyme du Gaz de Rennes, puis Compagnie du Bourbonnais, actuellement ensemble industriel EDF-GDF
    Usine à gaz dite Société Anonyme du Gaz de Rennes, puis Compagnie du Bourbonnais, actuellement ensemble industriel EDF-GDF Rennes - 62 à 68 boulevard Voltaire - en ville - Cadastre : 1980 DM 2, 3, 313 à 317
    Historique :
    distribution du gaz. Au 31 décembre 1924, la longueur du réseau exploité par la Compagnie du Bourbonnais En 1880, un traité est passé entre la ville de Rennes et la Société Anonyme du Gaz de Rennes , dirigée par J.-J. Kuentz, qui constitue la prorogation du premier traité de 1838 autorisant la abritant les fours de distillation, l'épuration et le comptage du gaz, une halle à charbon et les logements du directeur et du contremaître. En 1898, adjonction de la distribution du courant électrique à la communes suburbaines, 65 km aériens haute tension. Sur la demande des autorités du département et pour contribuer à l'oeuvre d'électrification des campagnes, la Compagnie décide de participer à l'électrification km environ de lignes haute tension. En 1925, la Compagnie engage des travaux d'agrandissement et de
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_37 :
    Etude en cours dans le cadre du recensement du patrimoine industriel d'Ille-et-Vilaine.
    Titre courant :
    Usine à gaz dite Société Anonyme du Gaz de Rennes, puis Compagnie du Bourbonnais, actuellement
  • Maison, dite château du Chêne-Sec (Montours)
    Maison, dite château du Chêne-Sec (Montours) Montours
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale châteaux du 19e siècle en Bretagne
    Titre courant :
    Maison, dite château du Chêne-Sec (Montours)
  • Fortification d'agglomération : fossé sec
    Fortification d'agglomération : fossé sec Brest - Place de la porte de la Brasserie - Sous le collège Sainte-Anne - en ville
    Référence documentaire :
    "Les travaux de fortification de Brest à la fin du XVIIIe siècle, 1776-1784" (1996) BESSELIEVRE (J .-Y.), "Les travaux de fortification de Brest à la fin du XVIIIe siècle, 1776-1784", mémoire de
    Titre courant :
    Fortification d'agglomération : fossé sec
    Illustration :
     : fossé sec des fortifications d'agglomération de l'Harteloire (enceinte neuve de 1848) depuis la route du Ouvrages extérieurs de Brest, 1777 : plan des retranchements sur les hauteurs du Bougen et du Menès Ouvrages extérieurs de Brest, 1777 : plan des retranchements sur les hauteurs du Bougen et du Menès Ouvrages extérieurs de Brest, 1777 : plan des retranchements sur les hauteurs du Bougen et du Menès les hauteurs du Bougen et du Menès IVR53_19702900912V Ouvrages extérieurs de Brest, 1784 : ouvrage couronné du Bouguen IVR53_19702900989V Ouvrages extérieurs de Brest, 1784 : détail de l'ouvrage couronné du Bouguen, la porte de la Vue générale des vestiges des fortifications d'agglomération de Brest : fossé sec au Moulin à Vue des vestiges des fortifications d'agglomération de Brest : fossé sec au Moulin à poudre, traces
  • Pont National (pont tournant Schneider et Compagnie Creusot) puis pont de Recouvrance (pont levant)
    Pont National (pont tournant Schneider et Compagnie Creusot) puis pont de Recouvrance (pont levant) Brest - la Penfeld - en ville
    Historique :
    . L'inauguration du nouveau pont mobile levant baptisé "pont de Recouvrance" a lieu en 1954. Les piles du pont
    Titre courant :
    Pont National (pont tournant Schneider et Compagnie Creusot) puis pont de Recouvrance (pont levant)
    Illustration :
    Vue de l'arsenal de Brest après 1861 (date de construction du pont) : le pont tournant ou Pont Vue de l'arsenal de Brest et du pont tournant dit le pont Impérial puis National (1856-1861) (le Vue de l'arsenal de Brest et du pont tournant (fermé). En arrière-plan : la Majorité Générale, la Vue de l'arsenal de Brest et du pont tournant (fermé), en arrière plan : le quartier de Recouvrance Vue de l'arsenal de Brest et du pont tournant (ouvert). En arrière plan (de gauche à droite) : les Vue de l'arsenal de Brest et du pont tournant (ouvert) : entrée d'un cuirassé dans la Penfeld et Vue de l'arsenal de Brest et du pont tournant (fermé). En arrière-plan : le château, et sur l'autre Vue de l'arsenal de Brest après 1861 (date d'achèvement du pont) : le pont tournant ou Pont National. Ici, la pile ouest du pont et le pont flottant IVR53_20082908799NUC Vue générale de l'arsenal de Brest après 1861 (date d'achèvement du pont) : le pont tournant ou
  • Usine à gaz dite Société Anonyme du Gaz de Rennes, puis Compagnie du Bourbonnais, actuellement EDF-GDF, 95 boulevard Voltaire (Rennes)
    Usine à gaz dite Société Anonyme du Gaz de Rennes, puis Compagnie du Bourbonnais, actuellement EDF-GDF, 95 boulevard Voltaire (Rennes) Rennes - 95 boulevard Voltaire - en ville - Cadastre : 1980 DM 2, 3, 313 à 317
    Historique :
    du gaz. Au 31 décembre 1924, la longueur du réseau exploité par la Compagnie du Bourbonnais, société En 1880, un traité est passé entre la ville de Rennes et la société anonyme du Gaz de Rennes , dirigée par J.-J. Kuentz, qui constitue la prorogation du premier traité de 1838 autorisant la abritant les fours de distillation, l'épuration et le comptage du gaz, une halle à charbon et les logis du directeur et du contremaître. En 1898, adjonction de la distribution du courant électrique à la distribution communes suburbaines, 65 km aériens haute tension. Sur la demande des autorités du département et pour contribuer à l'oeuvre d'électrification des campagnes, la Compagnie décide de participer à l'électrification construction de 750 km environ de lignes haute tension. En 1925, la Compagnie engage des travaux
    Référence documentaire :
    , rue de la Motte Piquet, pour le compte de la Compagnie du gaz, comme agrandissement de la station Compagnie du Gaz (août 1909). de la Cie du Gaz de Rennes, d'établir deux ouvertures dans le mur de ses magasins à charbon, face à AD Ille-et-Vilaine 2Q 212. Domaine de l'Etat 1800-1940. Autorisation accordée à la Cie du Gaz de Rennes de pratiquer une prise d'eau dans la Vilaine, bief du Comte (1911-1926). AD Ille-et-Vilaine 2Q 212. Domaine de l'Etat 1800-1940. Autorisation accordée à la Cie du Gaz de anonyme du gaz de Rennes d'établir des conduites de gaz sous le sol des voies publiques (1888-1889). AM Rennes O 130. Prix du gaz. Prix de l'électricité. Eclairage de voies privées (1920-1951). Hôtel de l'usine à gaz bd de la Tour d'auvergne, plan du 1er étage, AM Rennes 100W 3. Alignement Hôtel de l'usine à gaz bd de la Tour d'auvergne, plan du 1er étage, AM Rennes 100W 3. Alignement
    Titre courant :
    Usine à gaz dite Société Anonyme du Gaz de Rennes, puis Compagnie du Bourbonnais, actuellement EDF
    Appellations :
    usine à gaz dite Société Anonyme du Gaz de Rennes, puis Compagnie du Bourbonnais, actuellement EDF
  • Villa, le Chêne Sec (Montours)
    Villa, le Chêne Sec (Montours) Montours - le Chêne Sec - en écart - Cadastre : 1833 B1
    Historique :
    est mentionné sous l'appellation "Château du Chêne Sec". En 1833, lors de la réalisation du premier cadastre de la commune, seul un alignement de deux logis tradition orale nous a rapporté que ce bâtiment avait été construit au début du 20e siècle par un maçon rennais du nom de Janvier. L'architecture de ce bâtiment, qui évoque celle des villas balnéaires construites à la même époque, témoigne de cette période : usage du granite sous la forme de pierre de taille carte postale du début du 20e siècle, sur laquelle figure ce bâtiment, nous savons que ces baies étaient desservant les différents niveaux du bâtiment. Sur cette carte postale du début du 20e siècle, ce bâtiment
    Référence documentaire :
    terre en Ille-et-Vilaine. Rennes : Apogée, Ecomusée du Pays de Rennes, 2002. . 1380-1600. Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites/Editions du patrimoine . Editions du Patrimoine, 2002, (Indicateurs du patrimoine). -Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1997, (Images du patrimoine, n°8). . Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1993, (Itinéraire du patrimoine, n°34). l'Inventaire Bretagne, 1996, (Indicateurs du patrimoine). Petite géographie pittoresque du département d'Ille-et-Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département ORAIN, Adolphe. Petite géographie pittoresque du département d'Ille-et monuments nationaux/Editions du patrimoine, 2000.
    Description :
    carrée située au centre de la façade sud-est est percée d´une porte qui donne accès au sous-sol du
    Localisation :
    Montours - le Chêne Sec - en écart - Cadastre : 1833 B1
    Titre courant :
    Villa, le Chêne Sec (Montours)
    Illustration :
    Le bâtiment sur une carte postale du début du 20e siècle IVR53_19883500413XB Pignon du bâtiment situé au nord-est IVR53_20103510071NUCA
  • Écart, le Chêne Sec (Iffendic)
    Écart, le Chêne Sec (Iffendic) Iffendic - le Chêne Sec - en écart - Cadastre : 1982 YH
    Historique :
    début du 20e siècle. Village caractéristique de l'organisation des fermes de cette partie de la commune.
    Localisation :
    Iffendic - le Chêne Sec - en écart - Cadastre : 1982 YH
    Titre courant :
    Écart, le Chêne Sec (Iffendic)
  • Usine de chaussures Feuvrier, actuellement Compagnie de Production des Chaussures de l'Ouest, 23 rue Pasteur ; 3 rue Madiot ; 8 rue des Résistants Fougerais (Fougères)
    Usine de chaussures Feuvrier, actuellement Compagnie de Production des Chaussures de l'Ouest, 23 rue Pasteur ; 3 rue Madiot ; 8 rue des Résistants Fougerais (Fougères) Fougères - 23 rue Pasteur 3 rue Madiot 8 rue des Résistants Fougerais - en ville - Cadastre : 1986 AS 292
    Historique :
    la Compagnie de Production des Chaussures de l'Ouest. En 1936, l'usine de chaussures Feuvrier occupe
    Référence documentaire :
    AM Fougères 5F 6-1. Grèves et conflits du travail. Conflits sociaux de la chaussure (1906-1932). Usine Feuvrier, plan du rez-de-chaussée, AM Fougères 5J 2-42. Hygiène et santé. Plans de maisons Usine Feuvrier, plan du premier étage, AM Fougères 5J 2-42. Hygiène et santé. Plans de maisons p. 75 MAUGER, M., GIBERT, S., OLLIVIER, G. Images du patrimoine industriel et commercial. En-têtes
    Description :
    identiques à celles du niveau de soubassement. Afin d'éviter un équilibre trop parfait, la travée monumentale
    Titre courant :
    Usine de chaussures Feuvrier, actuellement Compagnie de Production des Chaussures de l'Ouest, 23
    Appellations :
    usine de chaussures Feuvrier, actuellement Compagnie de Production des Chaussures de l'Ouest
    Illustration :
    Façade antérieure sud, détail de la travée principale et du décor en mosaïques surmontant chacun
  • Tour d'observation, fanal puis phare du Stiff, Établissement de signalisation maritime n°621/000 (Ouessant)
    Tour d'observation, fanal puis phare du Stiff, Établissement de signalisation maritime n°621/000 (Ouessant) Ouessant - le Stiff - isolé - Cadastre : H 598
    Historique :
    attaques des Anglais. Il faudra pourtant attendre la fin du 17e pour qu'un plan spécifique de protection du la protection de navires de la Marine abrités en baie du Stiff. En fait, le projet de Vauban d'un "tombeau de Béhault". En 1669, Seignelay, le fils de Colbert qui a repris la charge après le mort du , capitaine du port, et le sieur Delavoye pour voir l'endroit où des tours pourraient être le mieux placées et fonctionnait que les mois d'hiver : du 1er octobre à la fin mars. Le gardien, qui s'appelait Jean Lards, devait signaux vers le continent. Pour alimenter le foyer du phare, on utilise principalement du bois ou du restauré. En 1780, on envisage sa modification par l'installation d'un appareil à réflecteur du fabricant
    Hydrographies :
    Baie du Stiff
    Référence documentaire :
    Archives du Génie Archives du Génie, Article 8, section 1, Brest carton 1. 1VH2236n°5_1736.Plan fortifications en Bretagne et Normandie. Paris, éd. du Huitième Jour, coll. Les étoiles de Vauban (dir. N
    Précisions sur la protection :
    logements ainsi que les murs de clôture de la parcelle d' assise (cad. H 598) : inscription par arrêté du
    Dénominations :
    ensemble du génie civil
    Description :
    orientées Nord-Est-Sud-Ouest, celle du S-O ayant le plus grand diamètre et portant la lanterne avec murette -sphérique. Consoles assemblées par des plates-bandes à la terminaison du fût principal et du fût secondaire la plus petite tour. Feu rouge à 2 éclats 20 sec. Optique tournante à 2 éclats groupés focale 0,70 m
    Titre courant :
    Tour d'observation, fanal puis phare du Stiff, Établissement de signalisation maritime n°621/000
    Appellations :
    Tour fanal (fin 17e siècle), phare du Stiff
    Annexe :
    cette île en 1698. A Longwy en 1703. A Barraux en 1714. A Château-Queyras en 1716. Retiré du service le 1671. Le roi, venu visiter les travaux du port en 1674, le nomme capitaine au régiment de Navarre infanterie. Chargé des fortifications du port en 1675-1676 ; campagne de Flandre dans la région de l'Escaut l'un des guides de la descente du faubourg de Saint-Pierre d'Aréno)". . Ingénieur en chef à Saint-Malo en 1691 ; ayant le soin de Saint-Malo, du fort en dépendant et du château du Taureau. Directeur des fortifications de Haute-Bretagne au début du 18e siècle. Capitaine réformé au suivants : - Les forts de l'île d'Harbour, de la Latte en Plévenon, du Petit Bé, de la Conchée, de l'Ile aux Moines. - Les travaux au château du Taureau et à la tour de Solidor, - La canalisation du Couësnon
    Texte libre :
    fanaux du Cap Fréhel et du Stiff à Ouessant appartiennent à la famille des tours côtières de Tatihou, La mètres de hauteur, la tour fanal du Cap Fréhel est la plus petite de la série et la tour du Stiff : 23 mètres (12 toises), la plus haute. Située à cinq lieues de Saint-Malo, la tour du Cap Fréhel se trouve dans l'alignement exact du donjon du Fort La Latte et de la tour des Hébihens. Si l'on s'en tient au rez-de-chaussée et un corps de garde au premier étage, "le logement de celui qui aura le soin du fanal sur réchaud puis sous lanterne était obtenu avec du bois ou du "charbon de terre". A Ouessant, le fanal de la tour du Stiff allumé dès 1700 s´élève à 89 mètres au dessus du niveau de la mer. L'édifice port (août 1685) ainsi qu'un fort sur le rocher du Corce à l'entrée de la baie de Lampaul (Projet de du feu de temps en temps, mais il y a déjà très longtemps qu'on n'y en fait que très rarement, faute
    Illustration :
    Extrait du tableau d'assemblage du cadastre ancien de la commune d'Ouessant, 1842, Archives Départementales du Finistère IVR53_20062904277NUCA Extrait du cadastre ancien de la commune d'Ouessant, 1842, Archives Départementales du Finistère Vue générale du phare et sémaphore du Stiff IVR53_20062903292NUCA Vue générale du phare du Stiff et de ses parties constituantes IVR53_20062903294NUCA Vue générale du phare du Stiff IVR53_20062903295NUCA Vue générale du phare du Stiff IVR53_20062903296NUCA Vue générale du phare du Stiff (état en 2006) IVR53_20062903297NUCA Vue générale du phare du Stiff (état en 2014) IVR53_20142900392NUCA Vue du phare du Stiff, une tour tronconique à 4 niveaux et terrasse surmontée d'une calotte
  • Fromagerie industrielle Delisse, puis fromagerie Préval, actuellement laiterie industrielle dite Compagnie Laitière Normandie Bretagne et fromagerie Entremont, avenue de la Gare (Montauban-de-Bretagne)
    Fromagerie industrielle Delisse, puis fromagerie Préval, actuellement laiterie industrielle dite Compagnie Laitière Normandie Bretagne et fromagerie Entremont, avenue de la Gare (Montauban-de-Bretagne) Montauban-de-Bretagne - avenue de la Gare - en ville - Cadastre : 1980 AE 24 à 26, 110 à 116, 119, 120, 232 à 236, 277 à 282
    Historique :
    . Après des débuts relativement difficiles avec le ramassage du lait d'abord effectué par un âne et une production exclusive est restée celle du Saint-Paulin, fromage à pâte pressée, anciennement dénommé Port , toujours en activité, comprend deux usines : la fromagerie Entremont, achetée en 1991, et la Compagnie
    Titre courant :
    Compagnie Laitière Normandie Bretagne et fromagerie Entremont, avenue de la Gare (Montauban-de-Bretagne)
    Appellations :
    Compagnie Laitière Normandie Bretagne et fromagerie Entremont
    Illustration :
    Vue générale du logement patronal (les anciens ateliers de la fromagerie se situent juste derrière
  • Ferme, actuellement maison, le Chêne Sec (Paimpont)
    Ferme, actuellement maison, le Chêne Sec (Paimpont) Paimpont - le Chêne Sec - isolé - Cadastre : 2000 E1
    Historique :
    La ferme du 18e siècle remaniée au 20e siècle conserve son volume originel réunissant salle et
    Localisation :
    Paimpont - le Chêne Sec - isolé - Cadastre : 2000 E1
    Titre courant :
    Ferme, actuellement maison, le Chêne Sec (Paimpont)
  • La Société Linière du Finistère
    La Société Linière du Finistère Landerneau - Traon Elorn - - en écart - Cadastre :
    Historique :
    La manufacture du Léon qui fabriquait les Crées, ces toiles de lin qui étaient exportées par les Roux), souvent également armateurs de ces deux villes. Dans un premier temps (début du XXe siècle) ils Marine à vapeur entraînant la perte du marché de la Marine et la difficulté d'un approvisionnement homogène, vont, entre autres, conduire à la fermeture de la Société Linière du Finistère en 1891. Après la
    Description :
    La Société Linière du Finistère s'étendait sur environ 16 hectares à la sortie est de la ville. Le liquidation des biens de la Société, en date du 25 janvier 1892, nous en donne une description précise. Le transcription du document, conservé aux archives départementales du Finistère sous la cote 7 M 247. Trois un toit en éverite. Le long du rez-de-chaussée de la Peignerie se trouve, complètement accolé, le irlandais" ; la mention "scotcher" se retrouve aussi, cependant ce n'est qu'une déformation du mot d'origine sur le plan) et les magasins de lins et fils au rez-de-chaussée du second du bâtiment (n°21 sur le
    Titre courant :
    La Société Linière du Finistère
    Annexe :
    du timbre sec de la Compagnie. Elles seront revêtues de la signature du Directeur et de celle de deux Transcription du catalogue du matériel et des immeubles des usines de la Société Linière du Finistère 25 janvier 1892 A VENDRE EN TOTALITÉ CATALOGUE DU MATERIEL & DES IMMEUBLES DES USINES DE LA SOCIÉTÉ LINIÈRE DU FINISTÈRE Situées à Traon-Elorn, A UN KILOMÈTRE DE LA VILLE DE LANDERNEAU CONSISTANT EN : Téillage mécanique de lin Filature à sec de lin et étoupe Blanchisserie de fils et Tissaqe mécanique S'adresser, pour renseignements, à MM. Les Liquidateurs de la Société Linière du Finistère, à , garniture du tambour, n°19, construction Farbairn, Kennedy et Naylor. 54. 1 CARDE CIRCULAIRE BRISEUSE FINISSEUSE, tambour de 4X6, 7 paires de rouleaux, 2 doffers, avec étirage Rotary-Gills, garniture du tambour et de préparation d'étoupes. Carderie du jute N° 23 au plan 74. 1 DÉCHIREUSE de jute et d'étoupe divers. Métiers à filer le lin, étoupes et jute, au sec n° 16 et 23 au plan Salle n°1, 1er étage 86. 1
    Illustration :
    Détail de l'auvent du "scotcher" (N°34 au plan) IVR53_20152907014NUCA Les ruines du "séchoir à l'air libre", N°2A au plan IVR53_20152907017NUCA La vue du pignon ouest restant de la blanchisserie, N°2A au plan IVR53_20182905906NUCA
  • Photographie du quatre-mâts barque
    Photographie du quatre-mâts barque "Zazpiakbat" Saint-Cast-le-Guildo - Saint-Cast - en écart
    Historique :
    chambre froide pour y conserver du hareng congelé, qui servira de boëtte aux autres navires de la marins étaient originaires du pays de Saint-Cast (capitaine Bon, capitaine Ollivier) et de la vallée de -Neuve ou du Groenland, et fournit de l'électricité au bord. Le navire est équipé de la TSF et d'une compagnie, pêchant sur les bancs. Ses deux cales permettent de stocker la pêche. Ses performances médiocres à la voile l'obligent souvent à "appuyer" au moteur. Les campagnes du Zaza vont se succéder dans les
    Description :
    Photographie noir et blanc sur papier brillant du quatre-mâts goélette "Zazpiakbat".
    Titre courant :
    Photographie du quatre-mâts barque "Zazpiakbat"
    Illustration :
    Doris du Zaspatiack (Coll. Part.). IVR53_20022215269NUCB
  • Les phares du Cap Fréhel (Plévenon)
    Les phares du Cap Fréhel (Plévenon) Plévenon - le Cap Fréhel - isolé - Cadastre : 1983 B1 2004 A 0054
    Historique :
    La pointe du Cap Fréhel, entre la baie de Saint-Brieuc et la rade de Saint Malo, est occupée par composée de moellons des carrières des Sables d´Or. Le rez-de-chaussée du phare comporte les logements des l'importance du service des phares après la seconde guerre mondiale. Enfin, le phare possède un ascenseur commerce revenant des Antilles, d'Amérique du Sud ou des Indes, morutiers de retour de Terre-Neuve , corsaires ou pirates adeptes du trafic interlope, tous se retrouvaient sur les quais de la cité malouine ville de Saint-Malo ("Histoire de la petite Bretagne, Saint-Malo, 1834), le développement du commerce Ebihens en avant de la pointe du Chevet. Il s'avéra cependant plus judicieux de l'installer sur la pointe . Son remplacement s'avéra nécessaire. 1702 : la tour est reconstruite avec les moellons du premier édifice et le granite des îles de Chausey, sur les plans de l'ingénieur du roi, Garangeau (sous les ordres , remanié par Léonce Reynaud, directeur du Service des Phares, approuvé par décision ministérielle du 17
    Observation :
    reconstitution du réchaud à charbon et/ou de la lanterne fixe. L'ensemble du site avec le phare moderne pourrait être aménagé avec un plan d'interprétation des phares de Fréhel et du site stratégique qu'il a toujours représenté dans l'histoire (projet du Syndicat des Caps).
    Référence documentaire :
    AD Côtes-d'Armor. 22. S Supplément 561. Plan aquarellé du phare de Fréhel, 1887 ; projet d'agrandissement du logement des gardiens, 1831 ; dessin aquarellé de Cadin, plan d'ensemble et plan général, 1887. AD Côtes-d'Armor. S Supplément 578. Plan général du phare de Fréhel, 1883 ; transformation de la AD Côtes-d'Armor. S Supplément 575-576-577.Phare de Fréhel : construction du nouveau phare de Document figuré AD Ille-et-Vilaine : C 1175 Marine . Arrest du Conseil d'Estat du Roy, 21 avril Document figuré AD Ille et Vilaine. C 1175 Marine.Thévenard, Antoine : réclamation du gardien du fanal du Cap Fréhel auprès du conseiller d'Etat De Brou, octobre 1727. Document figuré CADIN. Notice du conducteur des Ponts et Chaussées Cadin : histoire technique du FICHOU, Jean-Christophe, LE HENAFF, Noël, MEVEL, Xavier. Phares, histoire du balisage et de l HABASQUE. Notions historiques, géographiques, statistiques et agronomiques sur le littoral du
    Description :
    forme ronde exhaussé de 16 mètres au-dessus du sol. On y montet par un escalier à noyau pratiqué dans lequel le phare a été implanté se trouve à 55 mètres au-dessus du niveau des plus hautes mers. C'est un -dessus du niveau du sol : 32, 85 m hauteur au-dessus du niveau des plus hautes mers : 88, 55 m hauteur du foyer au-dessus du niveau du sol : 29, 60 m hauteur du foyer au-dessus du niveau des plus hautes mers de la tour en pierre de taille comprend 160 marches. Les murs de la salle d'honneur du phare sont une carte en relief des phares du département.
    Titre courant :
    Les phares du Cap Fréhel (Plévenon)
    Annexe :
    construction du vieux phare actuel appelé phare "Garangeau" ou phare "Vauban", fut décidée en 1695 sur les d'une parcelle de landes située à l'extrémité du Cap Fréhel. Des aveux conservés aux Archives du cap de Fréhelle", pour y construire un phare. Les travaux commencèrent sous la direction de l'architecte Garangeau, ingénieur du roi, et s'achevèrent en 1702. C'était un édifice de forme ronde exhaussé de 16 mètres au-dessus du sol. On y montait par un escalier à noyau pratiqué dans une tourelle époque, l'entretien du phare était exclusivement à la charge des Malouins. Aussi, on ne l'allumait que l'hiver, mais le 21 avril 1717, un arrêt du conseil d'Etat ordonna qu'à commencer du 1er mai 1717, il sera allumé un feu sur la tour du cap Fréhel, tous les jours de chaque mois, depuis l'entrée de la nuit jusqu'à l'aube du jour, et pour fournir à la dépense de la dite illumination et aux réparations nécessaires pour l'entretien du dit feu, il sera levé deux sols par tonneau sur chaque vaisseau, barques et
    Illustration :
    Dessin : profil du fanal proposé par Garangeau à la pointe de Fréhel (1700) IVR53_20042208831NUCB Arrêt du Conseil du Roi, 21 avril 1717 pour l'allumage permanent du phare de Fréhel (AD 35 Requête de Thévenard, gardien du phare de Fréhel en 1727, pour l'entretien du fanal (AD 35 Plan sur calque : élévation et coupe du nouveau phare de 1er ordre par Léonce Reynaud, 1844 (AD 22 Plan sur calque : plan du 1er étage du nouveau phare de 1er ordre, par Léonce Reynaud, 1844 (AD 22 Plan sur calque : plan du rez-de-chaussée du nouveau phare de 1er ordre, par Léonce Reynaud, 1844 Dessin au trait du phare de 1847 avec les pierres de parement (Fichou) IVR53_20042208787NUCB Dessin au trait du phare de 1847 (Fichou) IVR53_20042208786NUCB Le Cap Fréhel : l'amas du cap (Le Pilote Français, Givry, 1851) IVR53_20042208955NUCB Vue générale du cap Fréhel en 1865, par Cadin (AD22) IVR53_20052204773NUCB
  • Pont du Liziec (Vannes)
    Pont du Liziec (Vannes) Vannes - Cadastre : 1844 B2 304 1980 AY 19, 370 domaine public
    Historique :
    La construction de ce pont enjambant le ruisseau du Liziec est liée à la mise en place du chemin de fer d'intérêt local à la fin du 19e siècle, qui pénètrait la campagne morbihannaise. Le pont établi est parallèle à la voie de chemin de fer de la Compagnie d'Orléans et supportait la voie locale en
    Observation :
    Le petit bâtiment situé en contrebas du pont servait pour un captage d´eau superficielle à l´ouest du site qui exploite les eaux du ruisseau Gornay/Bilair en aval hydraulique par rapport au site. Ce ´incendie. L´arrêt des activités d´artillerie du site s´est accompagné de l´arrêt de l´exploitation de cette
    Titre courant :
    Pont du Liziec (Vannes)
    Annexe :
    Sources iconographiques 20015604313XA : Archives départementales du Morbihan, 1 Fi 381/3.
    Illustration :
    Installation de captage et de conduite d'eau en contrebas du pont (?). IVR53_20085605993NUCA
1 2 3 4 58 Suivant