Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Port de Perros-Guirec
    Port de Perros-Guirec Perros-Guirec - la Rade - rue Ernest-Renan - en ville
    Historique :
    Les premières instructions nautiques de 1842 et le Pilote français, publié en 6 volumes en 1844 , illustrent les vues des côtes et en particulier la rade de Perros-Guirec et la côte trégorroise, que (entre Tréguier et Morlaix). Ces planches de "vues de côte" nous renseignent particulièrement sur les rochers en mer, les amers remarquables de la côte, telles que la Chapelle de la Clarté, les nombreux corps de garde, moulins à vent et colombier du littoral (moulins à vent de Kerprigent, de la Comtesse et le Colombier de la Rade). La rade de Perros-Guirec avec les feux de ses quatre maisons-phares, établis en 1860 , représentait un abri d'accès aisé et un refuge pour les navires de la Manche, en dépit du peu d'aménagement du port de Perros-Guirec. Ce sont ces premiers travaux hydrographiques modernes qui permettent de mieux comprendre le choix d'implantation des ports et l'intérêt de réaliser des aménagements portuaires adaptés aux types de navires qui les fréquentent, entre le cabotage et la pêche professionnelle hier et la plaisance
    Parties constituantes non étudiées :
    bassin de port
    Référence documentaire :
    AD Côtes d'Armor : S suppl. 144. Plan général de la rade du port de Perros-Guirec 1842. Plan des aménagements, 1842. Plan : nouvelle cale et éperon rocheux, 1888. Plan de la jetée du Linkin, détails du musoir , 1849, 1852. Plan détail, daté de 1864 : les nouveaux quais, la cale sud et son éperon. AD Côtes d'Armor : S suppl. 144. Plan du port en 1892. Plan détail de la rade et du nouveau port de Perros-Guirec par Beautemps-Beaupré, carte N° 974, édition 1865. Projet d'une digue entre le port de Perros et la jetée du Linquin, 1864. Projet définitif d'aménagement du port de Perros en 1869. AD Côtes d'Armor : S suppl. 145. Plan du port de Perros-Guirec en 1855. nouveau bassin à flot du port de pêche, 1920. AD Côtes d'Armor : S suppl. 262. Plan d'ensemble et détails de l'abri de sauvetage du C'hraou, 1866. Archives Nationales : CP F 14/10259 (10) . Perros-Guirec (Côtes-du-Nord). Plan du port de Perros
    Description :
    Le port de Perros-Guirec était délimité en 1848, au sud par la jetée ou éperon de la Douane, longue de 55 mètres avec une cale large de 7 mètres, avec un quai en retour de 125 mètres et un terre-plein pour les goémoniers et sabliers, et au nord par la digue-jetée du Linkin, longue de 149, 30 mètres et large de 5, 50 mètres. En 1880, une digue circulaire rentrante délimitait le fond ouest du port, avec un chemin de ceinture, non accessible aux bateaux, mais uniquement aux charrois, et protégeait un bassin de héritèrent les élus de la commune en 1930, pour développer 40 ans plus tard un autre projet de bassin à flot pour la plaisance, réalisé en 1967, sous le mandat de Yves Le Paranthoën.
    Titre courant :
    Port de Perros-Guirec
    Annexe :
    paimpolaise. La famille de Le Corre : Jean Blanc, marié à Monique Le Corre, Paulette Le Corre, Jean Le Corre de son jeune armateur, le "Saint-Paul", commandé par Hyacinthe Lissilour, armé au cabotage Descriptif de la rade de Perros (synthèse d'après le rapport du SMVM de la Côte de Granit Rose , "L'évolution du littoral", J.P. Pinot, 1993) : La rade de Perros est l'ensemble compris entre la Pointe de Trestrignel, en Perros-Guirec et la Butte du corps de garde en Trélévern. Son ouverture vers le nord a un peu moins de 3 km de large, alors que le long de la côte de Louannec, la rade a 4 km de large. Contre les houles atlantiques, la Pointe de Trestrignel constitue une protection très efficace. La présence au nord de la rade, de l'île Tomé, dont l'extrémité méridionale est à égale distance (2 km) des deux pointes , protège en outre la partie occidentale de la rade contre les houles de nord-est, nées dans la Manche . L'ancien lit du ruisseau de Kerduel et du ruisseau du Cruguil assure l'absence de rochers le long de l'axe
    Illustration :
    Extrait des plans cadastraux parcellaires de 1822 : 4 num 1/29, Numplan 4. (AD 22 Extrait du cadastre de 1819, section B : la rade du port de Perros, Pont Couennec et le Colombier Plan général de la rade du port de Perros-Guirec 1842 (AD 22) IVR53_20062207563NUCB Plan de détail des aménagements prévus du port au Perros-Guirec en 1842 (AD 22 Plan général de la rade de Perros-Guirec 1843 (AD 22) IVR53_20062207562NUCB Plan des aménagements projetés au port de Perros-Guirec en 1845 (AD 22) IVR53_20062207581NUCB Plan : projet d'un gril de carénage en 1868 (AD 22) IVR53_20062207607NUCB Plan du port de Perros-Guirec en 1855 (AD 22) IVR53_20062207582NUCB Plan du port de Perros-Guirec en 1892 : le bassin de chasse (AD 22) IVR53_20062207605NUCB Plan du port de Perros-Guirec en 1892 : le quai bas, la limite de curage du port, le chemin de
  • Pors Hir : Pors an heol (Plougrescant)
    Pors Hir : Pors an heol (Plougrescant) Plougrescant - Pors Hir - en écart - Cadastre : Domaine Public Maritime
    Historique :
    Hyacinthe Lanthoën, Yves Gauter, René Le Calvez et Louis Rannou. Françoise-Marie Le Gonidec et Maï Cloarec port des marins pêcheurs et des plaisanciers de Plougrescant. La toponymie maritime associée à ce port est très riche. Elle a été inventoriée dans les années 1960 par le chercheur universitaire de Brest , Alain Le Berre, associé à Abel Omnès. Les informateurs de cette enquête étaient les marins pêcheurs privilégié pour cette nouvelle enquête. 'Al Keg' est la petite grève située à l'Ouest de Pors Hir. La pointe Nord-Ouest, le long de la digue actuelle, est appelée 'Karreg an heol'. Elle constitue la rive Ouest du lorsqu'on arrive. Les rochers au Sud-Est de Pors Hir, vers la rivière de Tréguier sont : 'La Vieille' et 'Roc'h istr'. On peut aussi citer le 'rocher des nains'. Les ouvrages portuaires de Pors Hir : la cale façades et les couvertures de ces maisons ont été modifié à l'époque contemporaine. De récentes découvertes archéologiques ont révélé la présence d'un four à sel à l'ouest de la micro falaise (vestiges). De
    Référence documentaire :
    Toponymie nautique de la côte nord de Bretagne entre le plateau de la Méloine et les Héaux de Bréhat LEBERRE, Alain, OMNES, Abel. Toponymie nautique de la côte nord de Bretagne entre le plateau de la Méloine et les Héaux de Bréhat. Paris : Imprimerie nationale, 1973. Les usages de la mer dans le Trégor au 18e siècle LEVASSEUR, Olivier. Les usages de la mer dans le Trégor au 18e siècle. Rennes, thèse de 3ème cycle, (CRHISCO UPRES A-CNRS 6040), Centre de Recherches historiques sur les Sociétés et Cultures de l'Ouest, UHB, Rennes 2, juillet 2000. Témoignage oral Témoignage oral sur la toponymie nautique de la côte de Plougrescant LE COADOU , Yves. Témoignage oral sur la toponymie nautique de la côte de Plougrescant. Plougrescant : 29 juillet
    Statut :
    propriété de la commune le site inclut du bâti privé
    Description :
    éléments bâtis d'ouvrages maritimes (rampe d’accès, mur digue, cale) et un habitat domestique groupé de maisons traditionnelles enserrées entre ces rochers. La rampe d’accès de Pors Hir est construite en béton , avec un vaigrage en ciment. Elle mesure 130 mètres de longueur, avec une déclivité de 20% sur les derniers 30 mètres et 4 mètres de largeur. Les murs de parement sont construits en moellons de granite. Le mur digue, situé perpendiculairement à la cale, suit le linéaire côtier le long de la route communale sur une centaine de mètres en direction de la micro-falaise et de la petite cale en béton. La falaise limoneuse est très érodée. On remarque les vestiges d'un mur de défense et le recul de la falaise par rapport à ce mur à cause de l'érosion marine (+ de 20 mètres). Depuis la deuxième décade des années 2000 , la falaise a reculé de plusieurs dizaines de mètres le sentier douanier a été déplacé. Le site
    Annexe :
    Toponymie nautique de la côte de Plougrescant, 1969 Alain Le Berre, attaché de recherche CNRS Enquête de Abel Omnès, diplômé d'études celtiques, sur la côte située entre la pointe du Château et le sillon du Talber, 1969, avec comme informateur privilégié Louis Rannou, patron-pêcheur de Beg ar Velin . Informateurs complémentaires : François-Marie Le Gonidec, marin-pêcheur au Roudour en Plougrescant, Yves Gauter géographiques, linguistiques, scientifiques et historiques de cette enquête ont bénéficié des conseils du Chanoine François Falc'hun et de Yann An Du (Yves Le Dû), professeurs de Celtique (UER des Lettres et Sciences sociales, Brest), de André Guilcher, professeur de Géographie et d'Océanographie (UER des Lettres et Sciences sociales, Brest), de Albert Lucas, directeur de l'UER des Sciences et de la Matière de la Mer, Brest, des professeurs Michel Glémarec et de Jean-Yves Monnat (UER Brest), de Louis Chauris , géologue, chargé de recherche au CNRS, de Jean-Pierre Pinot, professeur de Géographie (UER, Brest). La
    Illustration :
    Vue de Pors Hir, début 20e siècle : deux petites cales enrochées permettaient le débarquement Les misainiers à l'abri devant les rochers de Pors Hir, 1er quart 20e siècle (carte postale Vue de la cale de Pors Hir, à mi marée, un jour de tempête (mars 2008) IVR53_20082209613NUCA Vue de la digue-mur et de la cale de Pors Hir IVR53_20082209616NUCA Vue de la cale de Pors Hir, à marée descendante IVR53_20082209614NUCA L'ancien vivier de Pors Hir IVR53_20082210015NUCA La cale de Pors Hir et la micro-falaise érodée en arrière plan IVR53_20082209609NUCA Vue de la micro-falaise et de la seconde cale en béton, un jour de tempête (mars 2008 Vue de la digue-mur qui prolonge la cale à angle droit : remarquer le revers du mur Vue de la forme générale de la cale de Pors Hir, avec son mur de parement en moellons de granite
1