Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ardoisière de Lannesval (Motreff)
    Ardoisière de Lannesval (Motreff) Motreff - Lanesval - en écart - Cadastre : B 116
    Copyrights :
    (c) Maison du patrimoine de Locarn
    Historique :
    En mai 1852, l’ardoisière de Lannezval est exploitée à ciel ouvert par Jean-Marie Legrall et deux reprise la même année par Corentin Parlier. A partir de juin 1860, il exploite l’ardoisière souterrainement. En 1895, l’exploitant de l’ardoisière de Lannezval est Yves Perrien, sur une parcelle appartenant à M. Boscals de Reals. M. Perrien réalise une prise d’eau sur le ruisseau Goaranvec pour faire fonctionner une roue hydraulique pour la pompe à épuisement de sa carrière. La prise d’eau est faite sur la parcelle n°713 de la section B, appartenant aussi à M. Boscals de Reals, de même que les terrains où passe la rigole. Cette rigole mesure 470 mètres de long environ. Après avoir actionné la roue, les eaux s’échappent par un aqueduc de 67 mètres de long puis à ciel ouvert jusqu’au ruisseau sur 45 mètres de long. La roue hydraulique a un diamètre de 1,85 mètre et elle reçoit l’eau par-dessus. En 1903, l’ardoisière de Lannezval appartient à Yves Perrien. Il utilise une machine à vapeur et possède un abri d’une ou
    Description :
    En 1903, la parcelle exploitée était le n°142 de la section B. La forge se trouvait au n° 186. En 1975, la parcelle était le numéro 116 de la section B. Aujourd'hui, l'ardoisière de Lannesval présente encore une excavation très lisible, avec un reste de maçonnerie servant à supportant le chevalement. De nombreux tas de déchets de taille sont présents sur le site, montrant une activité importante et sur
    Typologies :
    Exploitation de type souterraine
    Titre courant :
    Ardoisière de Lannesval (Motreff)
    Appellations :
    Ardoisière de Lannezval Ardoisière de Lanesval
    Illustration :
    Extrait du plan des lieux pour la prise d'eau en 1896 par M. Boscals de Réals IVR53_20142908088NUCA Plan des abords du barrage pour la prise d'eau de 1896 IVR53_20142908089NUCA Installation de la roue motrice pour la prise d'eau de 1896 IVR53_20142908090NUCA Excavation de l'ardoisière de Lannesval IVR53_20142908091NUCA Ardoisière de Lannesval IVR53_20142908092NUCA Tas de déchets de taille à l'ardoisière de Lannesval IVR53_20142908125NUCA
  • Ardoisière de Guernanic ; Carrière Conan (Gourin)
    Ardoisière de Guernanic ; Carrière Conan (Gourin) Gourin - Guernanic - en écart - Cadastre : A 90 A 91 A 92 A 93
    Copyrights :
    (c) Maison du patrimoine de Locarn
    Historique :
    , Corentin Conan abandonne l’ardoisière, alors qu’elle atteint 40 mètres de profondeur. Il avait d’ores et En 1906, l’ardoisière est exploitée par Corentin Conan. En 1909, il déclare une galerie souterraine (section A, n°287). En 1911, l’ardoisière de Guernanic se compose d’une ardoisière à ciel ouvert complétée par deux chambres souterraines foncées de part et d’autres de l’excavation. Cette année voit le déroulement d’un important accident : la catastrophe de Guernanic. L’éboulement immobilise l’ardoisière pour quelques mois avant la reprise des travaux en 1912 et ce malgré la dangerosité du site et le manque de mise mètres et 35 mètres de profondeur. En novembre ou décembre 1912, un nouvel éboulement se produit , laissant le fond à moitié couvert de débris. Une chambre reste en exploitation à l’ouest, elle mesure 12 mètres de long sur 9 de large et 12 mètres de haut. La chambre de l’est est ennoyée. Il semble exploiter déjà quitté le Syndicat des ardoisiers de Bretagne, qui lui recommandait lui-aussi de faire de nombreux
    Description :
    La zone de Guernanic est située au centre de la vallée, entre la route de Spézet et la route de d’années). Le gisement de Guernanic est géologiquement le plus ancien. Il y avait deux puits, le premier étant le puits "Conan" dans lequel a eu lieu la catastrophe de 1911. L'excavation mesurait 20 mètres sur 30 mètres et 45-50 mètres de profondeur. Deux chambres étaient ouvertes à sa base. Une excavation mètres de diamètre et 105 mètres de profondeur. Il correspond à la dernière phase d'exploitation par la sur le site : il est bétonné dans sa partie supérieure et noyé à environ 15 mètres de la surface. De nombreux bâtiments sont toujours présents sur le site : - des cabanes de fendeurs alignées près du puits été utilisée bien après la fin de l'exploitation. Le chevalement et la salle de treuil n'ont pas été
    Typologies :
    Exploitation de type souterraine
    Titre courant :
    Ardoisière de Guernanic ; Carrière Conan (Gourin)
    Appellations :
    Ardoisière de Gourin Ardoisière de Guernanez
    Annexe :
    en tombant d’une échelle. 20 décembre 1910 : éboulement de la paroi nord après un tir de mine. Tue le coup de mine. 24 mars 1924 : mort de M. Véquer dans la chute d’un bloc de schiste. 18 novembre 1924 : mort de l’ouvrier Henri Racin. Le 9 février 1911 : la "catastrophe de Guernanic": Ce jour-là, huit ouvriers descendent dans la même carrière. Vers 2h, un ensemble de blocs d’un volume de 200 m3 se détache en chutes successives de la paroi nord de la carrière à ciel ouvert. L'ensemble s’abat sur les ouvriers occupés dans une foncée de 1.60m de large et 2.50m de profondeur. Il y avait : le contremaître Le Goff, Guillaume Le Naour, Joseph Corvellec, Jean-François Rica, François Cumunel, Yves-Marie appela de la surface. Il descendit et aida MM. Le Goff et Le Naour. Le Goff descendit avec son fils Joseph et entendit les plaintes de M. Corvellec, en partie enseveli. Ils le dégagèrent après une heure Nantes demandent la fermeture du chantier au vu de l’état. M. Corvellec décède le 13 au matin des
    Illustration :
    Plan et coupes de l'ardoisière en 1912 IVR53_20145606000NUCA Coupe de l'ardoisière en 1934 IVR53_20145606001NUCA Puits de l'ardoisière de Guernanic IVR53_20145606002NUCA Cabanes de fendeurs alignées près du puits IVR53_20145606004NUCA Mur délimitant les cabanes de fendeurs, réalisé en déchets d'exploitation IVR53_20145606007NUCA Bâtiment en ruine sur le site de l'ardoisière de Guernanic IVR53_20145606006NUCA Cabanes de fendeurs IVR53_20145606008NUCA Modélisation - Ardoisière de Guernanic IVR53_20152908396NUDA
  • Ardoisière du Pouldu (Caurel)
    Ardoisière du Pouldu (Caurel) Caurel - - isolé
    Copyrights :
    (c) Maison du patrimoine de Locarn
    Historique :
    carrières de la parcelle 274 sont exploitées par Corentin Auffret, Jean-Marie Lavenant, Toussaint Jouan et l'ardoisière souterraine à 40 mètres de profondeur. En 1900, Corentin Auffret exploite pour le compte de la des problèmes d'inondation. A partir de 1895, l'ardoisière du Pouldu est exploitée par la Société Anonyme des Ardoisières de Mûr et de Caurel, sur un terrain appartenant au fils de Mme Le Denmat : les parcelles 274 et 265 de la section C. Sur la première parcelle se trouvent une carrière souterraine et une Louis Audren. L'exploitation se fait donc dans la carrière à ciel ouvert et dans une ancienne chambre de Société Anonyme des Ardoisières de Mûr et de Caurel. En 1902, le puits atteint 50 mètres de profondeur
    Canton :
    Mûr-de-Bretagne
    Description :
    L'ardoisière du Pouldu se trouve aujourd'hui en partie sous le lac de Guerlédan, près du bief n°123 de Kergloff du Canal de Nantes à Brest. Sur le bord du lac, l'entrée d'un puits, très difficile d'accès, pourrait correspondre à la partie souterraine de la parcelle.
    Typologies :
    Ardoisière de type souterraine
    Illustration :
    Plan de situation de l'ardoisière du Pouldu par rapport au canal en 1902 IVR53_20142207057NUCA
1