Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Dalle funéraire de Mgr Jean-François Dondel
    Dalle funéraire de Mgr Jean-François Dondel Dol-de-Bretagne - place de la Cathédrale
    Inscriptions & marques :
    Plaque de marbre gravée, portant l'épitaphe de Mgr Thoreau et la date de son décès, relevée par Dom
    Contributeur :
    Menant Marie-Dominique
    Cadre de l'étude :
    inventaire préliminaire Dol-de-Bretagne
    Référence documentaire :
    t. 1, p. 521-522 GUILLOTIN DE CORSON, Abbé. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes
    Canton :
    Dol-de-Bretagne
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Dol-de-Bretagne - place de la Cathédrale
    Titre courant :
    Dalle funéraire de Mgr Jean-François Dondel
    Appellations :
    de Mgr Jean-François Dondel
    Texte libre :
    74e de son âge ». « Reconnaissant et désolé, Jean-Hyacinthe Colin de la Biochaye, abbé de Notre-Dame COLLIN DE LA BIOCHAYE ABBA B : MARIAE DE TRONCHETTO ECCLESIAE DOLENSIS PRAECENTOR ET CANONICUS VIC : GEN ancienne famille de Vannes. Dans son pays, trésorier de l´église cathédrale, archidiacre et vicaire général , il fut un modèle en tout dans l´accomplissement de ses charges. Appelé, à l´applaudissement général , à la dignité d´évêque de Dol, par son humilité chrétienne, par la douceur de ses moeurs, par l ´intégrité de sa doctrine, par sa piété envers Dieu, par son respect pour l´Eglise, par son assiduité à chérir de Dieu et des hommes. Il restaura les toits de cette basilique, et la dota d´ornements précieux , il releva l´hôpital qui tombait de vétusté. Il bâtit et donna une maison pour l´instruction des jeunes filles et pour le soulagement des indigents. Enfin il changea une vie pleine d´oeuvres et de vertus pour une vie meilleure le trois des ides de février 1767, la 19e année de son pontificat, et la
  • Château, La Bécanière (Javené)
    Château, La Bécanière (Javené) Javené - la Bécanière - isolé - Cadastre : 1965 ZT 35
    Historique :
    Provost épouse Hyacinthe Le Chartier. En 1952, à la mort de Georges Le Chartier, le domaine de la Historique rédigé à partir des travaux de recherches menés par Marcel Hodebert. La Bécanière était la terre seigneuriale de la paroisse de Javené, bien que son étendue était bien inférieure à celle de montre un aveu de René du Bois-Lebon, rendu au baron de Vitré en 1776. Le seigneur de la Bécanière disposait d'un droit de moyenne justice dans le bourg de Javené. Les domaine était constitué de quelques fiefs. Le château actuel est construit à l'emplacement de l'ancien manoir. Ce lieu est connu à partir de 1443, à l'époque, les propriétaires en sont les de la Vieux-ville (Le Châtellier), ils le restent jusqu'en 1659. Différents propriétaires s'y succèdent. Ainsi, en 1443, la Bécanière appartient à Jacques de la Vieux-Ville et à Perrine de Gayne. En 1628, César de la Vieux-Ville, alors propriétaire du lieu , prétend être le fondateur et patron de l'église, du cimetière et du presbytère de Javené. En 1659, la
    Contributeur :
    Contributeur Goyet Marie
    Référence documentaire :
    Petite géographie pittoresque du département d'Ille-et-Vilaine pour servir de guide aux voyageurs -Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire  : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).
    Murs :
    granite pierre de taille
    Description :
    La Bécanière s'élève sur une légère hauteur, au sud-ouest du bourg de Javené. Au nord du château , subsistent quelques vestiges du parc. Le logis est construit en moellon de schiste et de granite, les linteaux des baies de l'étage sont en brique. L'ensemble était originellement recouvert d'un enduit. La de refend transversaux délimitent un corps central en retrait par rapport à la façade antérieure. Le logis s'élève sur trois niveaux : rez-de-chaussée, premier étage et comble à surcroit. Les façades sur deux niveaux, surmonté d'un fronton en bois. Les parties latérales sont composées de deux travées de claveaux multiples et de piédroits non harpés en granite au rez-de-chaussée et en brique à l'étage . Les niveaux sont séparés par deux bandeaux de granite en saillie. Sur le fronton central, une plaque de zinc porte la date de 1769, associée aux lettres P. et Z. La façade postérieure sud-ouest est perron central (degré adouci). Les encadrements de baies sont de même nature que ceux de la façade
    Aires d'études :
    Pays de Fougères
    Illustration :
    La Bécanière sur le cadastre napoléonien de 1820. IVR53_20143507257NUCA
1