Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 4 sur 4 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Hôtel de Lannion, 5, 5 bis impasse de la Psalette (Vannes)
    Hôtel de Lannion, 5, 5 bis impasse de la Psalette (Vannes) Vannes - 5, 5bis impasse de Psalette - en ville - Cadastre : 1809 I3 940 1844 K8 1573 1980 BR 290
    Copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    Historique :
    Hôtel édifié au 17e siècle et composé de deux corps de logis reliés entre eux par un corps de passage. On distingue plusieurs campagnes de construction. Un premier corps à l'ouest est d'abord édifié dans la première moitié 17e siècle pour le seigneur de Treduday en Theix. Le corps de passage sur rue de temps après et en deux parties pour Claude de Lannion, gouverneur de Vannes : on distingue le raccord de ce nouveau corps contre l'arcade du logis-porte. Le corps ouest en retour devient par la suite un corps de dépendances. La vente de l'hôtel en 1765 à Pierre-François de Calloët, sieur de Trégomar provoque de nombreux remaniements. La création d'un couloir desservant les chambres du premier étage du sur cour montre des modifications d'ouvertures ; ce qui correspond à un changement de parti ; le rez -de-chaussée initialement destiné aux pièces de services, cuisines, écuries est aménagé en pièces communes privées (salon, salle à manger). Le puits mentionné dans la cour sur le plan cadastral de 1844 a
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique ville de Vannes (secteur sauvegardé)
    Observation :
    Les campagnes de construction multiples ainsi que les remaniements font de cet hôtel un édifice hétéroclite, en contradiction avec l'élégance du corps de passage sur rue qui a conservé son vantail l'arrière de la petite maison mitoyenne. La comparaison avec les hôtels Senant et Faouédic qui disposent aussi d'un corps de passage montre un développement de la façade sur rue plus important. L'absence maladroite de liens entre les deux corps est peut-être issue de remaniements.
    Référence documentaire :
    Prise de possession, 1765 A. D. Morbihan 6E 29 : 17 mai 1765 : Prise de possession de l´Hôtel de Lannion à la requête de messire Pierre-François de Calloët, chevalier seigneur comte de Trégomar. p. 39 Le vieux Vannes THOMAS-LACROIX, Pierre. Le vieux Vannes. Malestroit, presses de l'Oust, 2e
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit en maçonnerie
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Auteur :
    [propriétaire] Tréduday de [propriétaire] Lannion de Claude
    Description :
    L'hôtel est composé de deux corps de logis de plan allongé reliés entre eux par un corps de passage en moellon enduit placé en front de parcelle. Doté d'un étage carré et d'un étage de comble, Il est est couvert d'un plafond à poutres et solives et montre le support d'une cheminée au premier étage. De ce passage part une volée droite d'escalier qui dessert une porte en demi-étage. L'absence de visite des corps ouest et nord ne permet pas de connaître leur système de distribution, vraisemblablement surveillée par une tourelle de plan carré en demi hors-oeuvre montant de fond et sur console à partir du -circulaire. Le corps de logis ouest, de plan rectangulaire est en rez-de-chaussée surélevé sur caves accessibles par la cour, et comprend un étage carré surmonté d'un étage de comble percé à l'est d'une lucarne en pierre de taille à fronton triangulaire. il est accolé vers le sud à celui des anciennes écuries corps est, simple en profondeur, comprend un étage carré et un étage de comble. L'escalier en menuiserie
    Localisation :
    Vannes - 5, 5bis impasse de Psalette - en ville - Cadastre : 1809 I3 940 1844 K8 1573 1980 BR 290
    Titre courant :
    Hôtel de Lannion, 5, 5 bis impasse de la Psalette (Vannes)
    Annexe :
    Rochefoucault duc de Liancourt et pour Dlle Pulchérie Eléonore de Lannion autorisée de dame Marie Charlotte Hyacinthe Cajetan comte de Lannion, pair et baron de Bretagne, chevalier des ordres du roi et lieutenant Prise de possession, 1765 A. D. Morbihan 6E 29 : 17 mai 1765 : Prise de possession de l´Hôtel de Lannion à la requête de messire Pierre-François de Calloët, chevalier seigneur comte de Trégomar , demeurant en cette ville de Vannes paroisse du Mené, nous nous sommes transportés jusqu´à la rue de la Psalette vis-à-vis de l´hôtel de Lannion, lequel nous a présenté une grosse en papier du contrat d´acquêt du dit hôtel de Lannion et de toutes ses issues, appartenances et dépendances pour la somme de 6000 £ vendu par dame Félicité Sophie de Lannion épouse de messire François Alexandre Frédéric de la Félicité de Clermont-Tonnere dame comtesse de Lannion sa curatrice honoraire et de Noble maître Joseph Roussel avocat au parlement son curateur onéraire, les dites dames héritières pures et simples de messire
    Illustration :
    Plan de la ville de Vannes et des environs par Bassac, éd.1869. Intra-muros. AM Vannes 9Fi Viile de Vannes. Rectifications du plan d'alignement par Charier, 1863. AM Vannes 17Fi Ville de Vannes. Rectifications au plan d'alignement. Rue Billault, et plan de l'ancienne Corps de passage sur rue, façade sur cour IVR53_20135617274NUCA Corps de passage sur rue, façade sur cour, arc segmentaire IVR53_20135617275NUCA Escalier, premier étage et étage de comble IVR53_20135617272NUCA Corps de passage sur rue, escalier, mur ouest IVR53_20135617276NUCA
  • Moulin à papier, Moulin-Blanc (Plourin-Lès-Morlaix)
    Moulin à papier, Moulin-Blanc (Plourin-Lès-Morlaix) Plourin-lès-Morlaix - Moulin-Blanc Penlan Izella - en écart - Cadastre : 1834 E1 de Bodister
    Copyrights :
    (c) Au fil du Queffleuth et de la Penzé
    Historique :
    , François-Marie Andrieux achète le Moulin Neuf de Penlan, en même temps que le Moulin Rouge. A partir de ces . Le nom de Moulin Blanc a été précédé suivant les époques par ceux de « Moulin Neuf de Penlan » et « Penlan Izella ». Il est fondé par la famille Le Bihan de Kerallo comme les autres moulins à papier de année, au Vieux Moulin de Penlan tout proche. La déclaration au 20ème de Jeanne indique qu’elle paie une rames de papier par an. Son fils, Jean Marie Huet lui succède de 1786 à 1808. Le 20 octobre 1807 En 1671, les actes paroissiaux de Pleyber-Christ nous indiquent l'existence du Moulin Neuf de Plourin. En effet, le 6 septembre, Richard Guesdon, venant de Brouains, évêché d'Avranches, compagnon papetier chez Grégoire Couillard, maître-papetier au Moulin Neuf de Plourin, épouse Etiennettte le Landays née à Perriers dans le même évêché, servante chez Maître Pierre Huet de Rosanvern en Pleyber-Christ Penlan. Grégoire Couillard et Catherine Cordier le tiennent à cens, certainement avant 1671, pour payer
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les moulins à papier et papeteries industrielles de Bretagne
    Référence documentaire :
    Contribution à l'histoire de la papeterie en France BOURDE DE LA ROGERIE, Henri. Contribution à l'histoire de la papeterie en France. [8], les Papeteries de la région de Morlaix depuis le XVIe siècle jusqu'au commencement du XIXe siècle. Editions de l'Industrie Papetière. Grenoble, 1941. 61p.; 23cm. Moulins à papier de Bretagne KEMENER, Yann-Ber. Moulins à papier de Bretagne. Skol Vreizh. Morlaix Moulins de Bretagne CHASSAIN, Maurice. Moulins de Bretagne. Keltia Graphics. Spézet, 1993. Moulins à papier et familles papetières de Bretagne du XVè siècle à nos jours CAROFF Jean. Moulins à papier et familles papetières de Bretagne du XVè siècle à nos jours. Les éditions du CGF et du
    Description :
    Il ne reste du moulin que quelques pans de mur.
    Localisation :
    Plourin-lès-Morlaix - Moulin-Blanc Penlan Izella - en écart - Cadastre : 1834 E1 de Bodister
    Illustration :
    Plan de l'usine du Moulin Blanc, annexe de la papeterie de Glaslan, du 20 mars 1892 (Cote : 4E 132
  • Ferme, le Bois (Saint-Juvat)
    Ferme, le Bois (Saint-Juvat) Saint-Juvat - le Bois - en écart
    Historique :
    . Inscription sur le linteau de la cheminée de la salle de droite : 1671 FET PR IAN BVREL LE DIXSIEME FEVERIE . Inscription gravée sur une pierre : M. (AITR) E F. BVREL. MA DV TEMPT. DE IAN BVREL. SON FRERE totale des quatre portes centrales et des deux fenêtres du rez-de-chaussée.
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Communauté de communes d'Evran
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    des parties en maçonnerie de calcaire coquillier. A l´image de nombreuses maisons anciennes du secteur , à l´inverse de ce qui est habituel de rencontrer, la pierre calcaire surmonte ici des murs en terre feu qui sont surmontées de deux étages de grenier. La pièce du rez-de-chaussée à l´est conserve une cheminée en granite tandis que celle de la pièce de l´ouest est en bois avec corniche de calcaire. Le décor ressauts fortement moulurés, frontons plein-cintre ornés de boules et souches de cheminées témoignent d´un
    Annexe :
    ´Evran. Marié, le 24 novembre 1772 à Saint-Judoce, avec Marguerite Fouéré (fille d´Hyacinthe Fouéré et de DIXIEME FEVRIER » gravée dans le bois du manteau de la cheminée. Marié avec Christine Trublet (fille de TEMPT DE IAN BUREL SON FRERE FAICT REBASTIR L AN 1671 ?. Marié, le 30 juillet 1676 à Saint-Juvat (la , recteur de Saint-André, et de Michel Picouays, recteur (de Saint-Juvat). -- 2.2 Marie BUREL, née le 2 Jean Bernard, et sa marraine Marie Caharel. A son décès, elle était âgée de 3 ans. -- 2.3 Guyonne Me Philippe Lecorvaisier, et sa marraine Marie Pougnant, assistés de m[aîtr]e Jan Bernard, s[ieu]r été inhumée le lendemain de son décès dans l´église de Saint-Juvat. Mariée, le 23 février 1705 à Saint puissante dame Marie Julienne Becdelievre, dame de la Vallée Plumaudan, on a donné à l´enfant le nom de Marie Biffart, Julienne Donne Mathurinne Baron et Eustachine Trublet. Elle était marraine en 1728 de son marraine Mathurine Guillot, assistés de Michelle Thomas, Marie Nogues, Angélique Legros et Olivier Fleury
    Aires d'études :
    Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
    Texte libre :
    frères Burel. Jean né le 07 juin 1647, vraisemblablement prêtre, n’a pas eu de descendance. Son frère François né le 1er novembre 1649 se marie le 30 juillet 1676 avec Jacquemine Lesaignoux. Leur premier enfant George François est né une année plus tard et avait pour parrain George de la Motte, chevalier et seigneur de la Vallée à Plumaudan. Ces quelques éléments généalogiques attestent des relations cordiales construire tout en conservant une distribution propre aux maisons rurales se parent de beaux décors sculptés , à charge symbolique forte : corniches, lucarnes, et souches de cheminées empruntées aux logis seigneuriaux.On retrace également au travers l’histoire de la généalogie de François Burel l’ascension sociale de est greffier de la juridiction et baronnie de Beaumanoir, notaire et procureur de plusieurs
    Illustration :
    Extrait du cadastre de 1833, le Bois, parcelles 640 et 641 IVR53_20102211542NUC Détail : souche de cheminée IVR53_20102203113NUCA Détail : souche de cheminée IVR53_20102203114NUCA Rez-de-chaussée, linteau de cheminée portant date et inscription : '1671 FET PAR IAN BUREL LE Pierre gravée avec inscription : M.E F BUREL MA DU TEMPS DE IAN BUREL SON FRERE FAICT REBASTIR LAN
  • Moulin à papier, Moulin neuf (Priziac)
    Moulin à papier, Moulin neuf (Priziac) Priziac - bâti lâche
    Copyrights :
    (c) Au fil du Queffleuth et de la Penzé
    Historique :
    1816 à 1819. En 1827, Jean Marie Moulin est le maître-papetier de Velin Neve avec quatre ouvriers. Il Le moulin à papier nommé moulin Neuf est situé sur la rive gauche de l’Ellé qui sépare Priziac du Faouët. Il est aussi nommé, selon les époques, moulin de Kerlain, Kerlen ou Querlin. Le nom de Steroulin : «Velin Neve». Sur le cadastre napoléonien, il figure sons le nom de « Erveline Neve ». Le premier maître -papetier identifié est Mathurin Boët, époux de Catherine Trottier. Il a au moins cinq enfants quand naît paroisse, lorsqu'il se marie, en 1687. En 1670, sa fille, Marie Henriette, épouse Jean-Jacques Ambroise. Le couple exploite le moulin à papier de 1670 à 1685 avec les parents. Dans cette fin du XVIIème siècle , Alain, sieur de Kermenguy, Jean et Mathurine, enfants de Mathurin y poursuivent la fabrication du papier . A cette époque, le propriétaire est le marquis Argouges de Rannes. Dans la première moitié du XVIIIème siècle, des Huet arrivent du pays de Morlaix et travaillent également au Faouët et à Lignol
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les moulins à papier et papeteries industrielles de Bretagne
    Référence documentaire :
    Moulins à papier et familles papetières de Bretagne du XVè siècle à nos jours CAROFF Jean. Moulins à papier et familles papetières de Bretagne du XVè siècle à nos jours. Les éditions du CGF et du Moulins à papier de Bretagne KEMENER, Yann-Ber. Moulins à papier de Bretagne. Skol Vreizh. Morlaix Moulins de Bretagne CHASSAIN, Maurice. Moulins de Bretagne. Keltia Graphics. Spézet, 1993. Contribution à l'histoire de la papeterie en France BOURDE DE LA ROGERIE, Henri. Contribution à l'histoire de la papeterie en France. [8], les Papeteries de la région de Morlaix depuis le XVIe siècle jusqu'au commencement du XIXe siècle. Editions de l'Industrie Papetière. Grenoble, 1941. 61p.; 23cm.
    Illustration :
    Extrait du cadastre napoléonien de Priziac (cote : FRAD056_3P228_013_182_0013 La vanne de décharge en amont du bief IVR53_20155605826NUCA
1