Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 1 sur 1 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Les charpentes armoricaines en Ille-et-Vilaine
    Les charpentes armoricaines en Ille-et-Vilaine
    Copyrights :
    (c) Corentin Olivier
    Historique :
    L’exemple de charpente armoricaine le plus ancien daté par dendrochronologie se trouve au manoir de ) (49) de [1376-1393[d, le manoir du Molant à Bréal-sous-Montfort (datation Dendrotech 2014) (35) de ) vers 1388-1390 et le manoir de La Grande Touche à Pacé (datation Vincent BERNARD 2008) (35) vers 1390 . Il est certain que des édifices soient équipés de charpente armoricaine au cours de la seconde moitié du XIVe siècle. Il est évident que le véritable démarrage de ce mode de couvrement est à situer dans les deux dernières décennies du XIVe siècle. Les raisons de ce succès architectural qui règnera IV en 1379 est à l’origine de la stabilisation et du développement du duché de Bretagne. Le roi de reprise économique où se concluent les premiers accords commerciaux et un effort de remise en ordre des seigneuries ducales dont on rédigera alors une série de rentiers : à Hennebont-Nostang, Nantes, Rennes. C’est de Bretagne » qui n’est autre que Guillaume Levesque, seigneur du Molant. La datation
    Contributeur :
    Contributeur Olivier Corentin
    Référence documentaire :
    , Cahiers de l´Inventaire, Imprimerie nationale Editions, Inventaire général, 1993, 348 p. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. GUILLOTIN DE CORSON, abbé. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884. OLIVIER Corentin, Les charpentes armoricaines : inventaire, caractéristiques et mise en œuvre d’un type de charpente méconnu, Mémoire de master 2, Université Rennes 2, sous la direction de LAFFONT Pierre-Yves et Vincent BERNARD Vincent, 2013-2014, 410 p. OLIVIER Corentin, Les charpentes armoricaines : inventaire, caractéristiques et mise en œuvre d’un type de charpente méconnu, Mémoire de master 2, Université Rennes 2, sous la direction de LAFFONT Pierre-Yves et BERNARD Vincent, 2013-2014, 410 p.
    Description :
    particulière. Toutefois, chaque charpente est unique et son appartenance au modèle armoricain repose sur de nombreux critères. Néanmoins, les fermes sont toujours équipées d’un entrait, de deux arbalétriers, d’un ou deux faux-entrait, d’un poinçon (long ou court) et de jambes de force. Lorsque les faux-entraits sont droits, ils sont toujours équipés d’aisseliers courbes. L’emploi de bois cintrés comme les faux-entraits , les aisseliers ou les jambes de force est une des caractéristiques indispensables aux charpentes en plein cintre ou en arc brisé. De manière générale, les bois sont larges dans le plan des fermes . Les entraits, les poinçons, les pannes et les faux-entraits droits sont toujours issus de bois de brin alors que les autres pièces sont équarries à la doloire avant d’être sciées de long. A l’instar des exemples médiévaux du nord ouest de la France, le chêne est le matériau exclusif utilisé par les charpentiers. Toujours de manière générale, on observe que les arbalétriers prennent départ entre les murs, au
    Texte libre :
    mémoire en tant qu'étudiant-chercheur en archéologie à l'Université de Rennes 2, dans le contexte d’un bénéficié de l’abondante documentation textuelle et iconographique recueillie depuis 50 ans par le service de l’Inventaire, de son fonds bibliographique spécialisé et de ses connaissances sur un territoire à large public, dans l’esprit de répondre à l’intérêt scientifique mais aussi de sensibiliser à un domaine spécifique détaillant l’histoire, la localisation et la description de la structure. Les propos sont
    Illustration :
    Vue générale de la charpente du manoir du Molant à Bréal-sous-Montfort IVR53_19913500481X Carte de répartition des charpentes armoricaines IVR53_20143505001NUDA Vocabulaire d'une ferme de charpente armoricaine IVR53_20143505002NUDA Ferme 2, nef, vue vers l'ouest, chapelle Saint-Jean-d'Epileur, Sainte-Marie (35 Vue générale de la charpente du manoir de La Havardière, Acigné (35) IVR53_20143505013NUCA Partie haute d'une ferme, manoir de La Héraudière, Melesse (35) IVR53_20143505015NUCA
1