Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Manoir de Kersénant (Trémel)
    Manoir de Kersénant (Trémel) Trémel - Kersénant - - isolé - Cadastre :
    Titre courant :
    Manoir de Kersénant (Trémel)
    Aires d'études :
    Schéma de cohérence territoriale du Trégor
    Texte libre :
    Boisbilly. Il a épousé en 1760 Marie-Hyacinthe de Kerguélen. René Marie Le Rouge dit écuyer, est mort à le millésime suivants : "FFP [Fait faire par] R. MARIE LE ROUGE Sr DE KERSENANT L'AN 1770". Le dénommé René Marie Le Rouge est né à Trémel en 1732 de Vincent Joseph Le Rouge et de dame Marie Anne du Le manoir de Kersénant à Trémel Si la tour d'escalier, l'escalier en vis, quatre encadrements intérieurs de portes, certaines pierres de taille (linteaux en accolade et appuis saillants) du manoir de Trémel en 1771. Dans la cour, le puits à margelle circulaire en pierre de taille de granite est typique basses percées dans le pignon oriental ; fenêtres de la partie est de la façade nord-est, etc. Situé sur le chemin du bourg de Trémel, le manoir de Kersénant a sans doute été pillé - voire brûlé, en 1590 pendant la Guerre de la Ligue ce qui expliquerait sa reconstruction en 1770. Le manoir de Kersénant - devenu ferme au 19e siècle - avait été photographiée en 1970 lors du pré-inventaire de la commune de
    Illustration :
    Extrait du cadastre ancien de la commune de Trémel, 1814 : manoir de Kersénant Extrait du cadastre ancien de la commune de Trémel, 1848 : manoir de K[er]sénant Trémel : manoir de Kersénant, vue générale depuis le sud, croquis par Henri Frotier de la Trémel, Kersénant : manoir puis ferme (collection particuière / envoi de Jean Cudennec - Le Vieux Trémel, Kersénant : manoir puis ferme (collection particuière / envoi de Jean Cudennec - Le Vieux Trémel, Kersénant : manoir puis ferme (collection particuière / envoi de Jean Cudennec - Le Vieux Trémel, Kersénant : manoir, vue générale depuis le sud, photographie de 1970 IVR53_19702205053Z Trémel, Kersénant : manoir, vue depuis le sud, photographie de 1970 IVR53_19702205054Z Trémel, Kersénant : ancien logis déclassé en dépendance, photographie de 1970 IVR53_19702205055Z Trémel, Kersénant : manoir, détail du pignon est, photographie de 1970 IVR53_19702205056Z
  • Église paroissiale Saint-Patern, rue Saint-Patern ; rue de la Fontaine ; place Sainte-Catherine (Vannes)
    Église paroissiale Saint-Patern, rue Saint-Patern ; rue de la Fontaine ; place Sainte-Catherine (Vannes) Vannes - rue Saint-Patern rue de la Fontaine place Sainte-Catherine - en ville - Cadastre : 1809 I1 343, 344 1844 K2 574 1980 BO 81, 80
    Copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    Historique :
    Situé au coeur même de la ville antique sur la colline de Boismoreau, l'édifice actuel succède à les reliques de saint-Patern, premier évêque connu de Vannes, sacré en 465 et le second reconstruit au Moyen Age une étape du Tro-Breiz (tour de la Bretagne), ou pèlerinage aux sept saints fondateurs de 1726 provoquant l'effondrement de la tour-clocher située à l'origine à la croisée du transept, comme il , effectués sur les plans de l´architecte vannetais Olivier Delourme, concerne la reconstruction d'une nef à trois travées et d'un transept à pans coupés dont la croisée est surmontée d´un clocheton en forme de rallongement de la nef de 2 travées supplémentaires et à l'édification de la tour-clocher actuelle prévue sur deux étages. La tour est achevée en 1825-1826 par l´architecte-voyer Louis Philippe Brunet-Debaines, de même qu'est réalisé le monumental escalier d'accès à l'édifice depuis la rue de la Fontaine. Les dates de début et d'achèvement de la tour sont d'ailleurs inscrites sur le portail de celle-ci, accompagné
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique ville de Vannes (secteur sauvegardé)
    Observation :
    L´intérêt de l´édifice repose non seulement sur son homogénéité stylistique retrouvée (1727-1767 ), période qui correspond pourtant à un ralenti de l'activité architecturale dans le secteur, mais également sur la présence de l'escalier monumental, dispositif conservé d'accès à l'édifice depuis la rue . L'influence des conceptions constructives des ingénieurs de l'époque est perceptible au niveau de la sévérité des ouvertures (en arc segmentaire) et l'absence de décor mis à part les volutes terminant le pignon . La tour-clocher affiche des parentés avec celle de l'église du Mené disparue, du même architecte.
    Référence documentaire :
    P. 34-39 Topographie historique de Vannes LE MENE, Joseph-Marie. Topographie historique de Vannes Procès-verbal, 1727 A. D. Morbihan B 497 : 30 avril 1727 : Descente et PV en l´église de Saint Patern à la requête des fabriques attendu la chute du clocher. François Hyacinthe Dondel écuyer seigneur de Kergonan premier président et sénéchal du siège présidial de Vannes en compagnie de Me François Marie Fabre avocat substitut du procureur du roi et Henry Nicolazo commis au greffe. Vue de la ville de Vannes, 1836 A. D. Morbihan 2 Fi. Vue de la ville de Vannes (prise du nord p. 63-65 Le vieux Vannes THOMAS-LACROIX, Pierre. Le vieux Vannes. Malestroit, presses de l'Oust, 2e p. 62-66 La ville de Vannes, ses murs, ses abords, ses fauxbourgs, voies, chemins et routes GUYOT -JOMARD, Alexandre. La ville de Vannes, ses murs, ses abords, ses fauxbourgs, voies, chemins et routes. In  : Bulletin de la Société polymathique du Morbihan, 1887 et 1888. Vannes, impr. Galles, 1889.
    Représentations :
    Les peintures du choeur qui n'ont pas été conservées lors de la restauration de l'édifice étaient
    Auteur :
    [architecte] Ulliac de Kerleau Gabriel-Marie [architecte] Caubert de Cléry Joseph
    Description :
    En forme de croix latine et à chevet plat, c´est une église en moellon enduit à vaisseau central toiture à deux pans augmentée à l´ouest par une tour-clocher en pierre de taille. A l'est, l'édifice est
    Localisation :
    Vannes - rue Saint-Patern rue de la Fontaine place Sainte-Catherine - en ville - Cadastre : 1809
    Titre courant :
    Église paroissiale Saint-Patern, rue Saint-Patern ; rue de la Fontaine ; place Sainte-Catherine
    Annexe :
    Repères chronologiques Les recherches archivistiques nous permettent de connaître l’église avant l’effondrement de la tour-clocher qui provoque sa ruine ainsi que les travaux qui suivent pour sa reconstruction : 15 novembre 1698 mémoire des matériaux fournis pour les réparations des couvertures de l’église (ardoises, clous, chaux, cheville) par Jan. 22 avril 1699 quittance de Gilles Plaudrain pour tous frais du caderans solaire fait contre le pignon de la croisée de l’église du costé de la grande rue (10 livres 13 sols). 1700 réparations de la charpente : mémoire du bois qu’il reste à acheter pour la charpente de Saint-Patern par Jean Glas qui obtient le marché. Ces travaux de réparations peuvent correspondre à la charpente de la nef qui est dite dans le procès-verbal de visite de 1727 de sont vieilles et caduques en dehors ». 30 juillet 1701 payé à Le Ray (l’architecte ?) la somme de 60 livres à valoir au marché de la massonne pour le rallongement de l’église de Saint-Patern. Ce
    Texte libre :
    La reconstruction de l´édifice a beaucoup souffert d´un manque de moyens financiers. La décision de reconstruire l´église par parties successives en est une conséquence. Le choix de commencer cette réédification par la nef à partir de la croisée permet aux paroissiens d´aménager rapidement un lieu de culte assez grand avant la fin des travaux. Des problèmes de structure et de poussée rencontrés très tôt sont en partie dus à des problèmes de liaison avec les parties anciennes de l´édifice ou à de mauvais choix faits dans les années antérieures. Enfin, un procès datant de 1784 entre le recteur Le Croisier et le Général de la paroisse à propos des quêtes effectuées pour la construction de la tour-clocher et l ralentissement des travaux, surtout ceux concernant l´achèvement de la tour-clocher. Avant la chute de la tour choeur et la réalisation d´une sacristie au nord de ce prolongement par l'architecte Le Ray. Le procès -verbal de 1727 indique le mauvais état de ces augmentations et préconisent leur destruction avant la
    Illustration :
    Description historique... du président de Robien : plan de Vannes, intra-muros, milieu du 18e siècle (V sur le plan). Bibliothèque de Rennes-Métropole. IVR53_20075605801NUCA Plan d'alignement et de voirie, 1841, section J. AM Vannes. IVR53_19975601218XA Plan d'alignement et de voirie, 1841, section J. AM Vannes. IVR53_19975601217X Plan de la ville... de Vannes, par Bassac, éd.1869 : partie nord. AM Vannes 9Fi Extrait du plan cadastral rue de la Fontaine et rue Saint-Nicolas, 1897. AD Morbihan 5M 230 Projet d'élévation : façade ouest de l'église Saint-Patern (?),18e siècle. AD Morbihan 1 Fi 126 Vue de la ville prise du grand séminaire : au second plan, clocher de l'église. Carte postale Vue de la façade ouest prise du sud ouest. Carte postale ancienne, coll. H. Laurent, Port-Louis Intérieur de l'église Saint-Patern : vue du choeur. Carte postale ancienne. Fonds privé
1