Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Manoir de Kersénant (Trémel)
    Manoir de Kersénant (Trémel) Trémel - Kersénant - - isolé - Cadastre :
    Titre courant :
    Manoir de Kersénant (Trémel)
    Aires d'études :
    Schéma de cohérence territoriale du Trégor
    Texte libre :
    Boisbilly. Il a épousé en 1760 Marie-Hyacinthe de Kerguélen. René Marie Le Rouge dit écuyer, est mort à le millésime suivants : "FFP [Fait faire par] R. MARIE LE ROUGE Sr DE KERSENANT L'AN 1770". Le dénommé René Marie Le Rouge est né à Trémel en 1732 de Vincent Joseph Le Rouge et de dame Marie Anne du Le manoir de Kersénant à Trémel Si la tour d'escalier, l'escalier en vis, quatre encadrements intérieurs de portes, certaines pierres de taille (linteaux en accolade et appuis saillants) du manoir de Trémel en 1771. Dans la cour, le puits à margelle circulaire en pierre de taille de granite est typique basses percées dans le pignon oriental ; fenêtres de la partie est de la façade nord-est, etc. Situé sur le chemin du bourg de Trémel, le manoir de Kersénant a sans doute été pillé - voire brûlé, en 1590 pendant la Guerre de la Ligue ce qui expliquerait sa reconstruction en 1770. Le manoir de Kersénant - devenu ferme au 19e siècle - avait été photographiée en 1970 lors du pré-inventaire de la commune de
    Illustration :
    Extrait du cadastre ancien de la commune de Trémel, 1814 : manoir de Kersénant Extrait du cadastre ancien de la commune de Trémel, 1848 : manoir de K[er]sénant Trémel : manoir de Kersénant, vue générale depuis le sud, croquis par Henri Frotier de la Trémel, Kersénant : manoir puis ferme (collection particuière / envoi de Jean Cudennec - Le Vieux Trémel, Kersénant : manoir puis ferme (collection particuière / envoi de Jean Cudennec - Le Vieux Trémel, Kersénant : manoir puis ferme (collection particuière / envoi de Jean Cudennec - Le Vieux Trémel, Kersénant : manoir, vue générale depuis le sud, photographie de 1970 IVR53_19702205053Z Trémel, Kersénant : manoir, vue depuis le sud, photographie de 1970 IVR53_19702205054Z Trémel, Kersénant : ancien logis déclassé en dépendance, photographie de 1970 IVR53_19702205055Z Trémel, Kersénant : manoir, détail du pignon est, photographie de 1970 IVR53_19702205056Z
  • Port de Perros-Guirec
    Port de Perros-Guirec Perros-Guirec - la Rade - rue Ernest-Renan - en ville
    Historique :
    Les premières instructions nautiques de 1842 et le Pilote français, publié en 6 volumes en 1844 , illustrent les vues des côtes et en particulier la rade de Perros-Guirec et la côte trégorroise, que (entre Tréguier et Morlaix). Ces planches de "vues de côte" nous renseignent particulièrement sur les rochers en mer, les amers remarquables de la côte, telles que la Chapelle de la Clarté, les nombreux corps de garde, moulins à vent et colombier du littoral (moulins à vent de Kerprigent, de la Comtesse et le Colombier de la Rade). La rade de Perros-Guirec avec les feux de ses quatre maisons-phares, établis en 1860 , représentait un abri d'accès aisé et un refuge pour les navires de la Manche, en dépit du peu d'aménagement du port de Perros-Guirec. Ce sont ces premiers travaux hydrographiques modernes qui permettent de mieux comprendre le choix d'implantation des ports et l'intérêt de réaliser des aménagements portuaires adaptés aux types de navires qui les fréquentent, entre le cabotage et la pêche professionnelle hier et la plaisance
    Parties constituantes non étudiées :
    bassin de port
    Référence documentaire :
    AD Côtes d'Armor : S suppl. 144. Plan général de la rade du port de Perros-Guirec 1842. Plan des aménagements, 1842. Plan : nouvelle cale et éperon rocheux, 1888. Plan de la jetée du Linkin, détails du musoir , 1849, 1852. Plan détail, daté de 1864 : les nouveaux quais, la cale sud et son éperon. AD Côtes d'Armor : S suppl. 144. Plan du port en 1892. Plan détail de la rade et du nouveau port de Perros-Guirec par Beautemps-Beaupré, carte N° 974, édition 1865. Projet d'une digue entre le port de Perros et la jetée du Linquin, 1864. Projet définitif d'aménagement du port de Perros en 1869. AD Côtes d'Armor : S suppl. 145. Plan du port de Perros-Guirec en 1855. nouveau bassin à flot du port de pêche, 1920. AD Côtes d'Armor : S suppl. 262. Plan d'ensemble et détails de l'abri de sauvetage du C'hraou, 1866. Archives Nationales : CP F 14/10259 (10) . Perros-Guirec (Côtes-du-Nord). Plan du port de Perros
    Description :
    Le port de Perros-Guirec était délimité en 1848, au sud par la jetée ou éperon de la Douane, longue de 55 mètres avec une cale large de 7 mètres, avec un quai en retour de 125 mètres et un terre-plein pour les goémoniers et sabliers, et au nord par la digue-jetée du Linkin, longue de 149, 30 mètres et large de 5, 50 mètres. En 1880, une digue circulaire rentrante délimitait le fond ouest du port, avec un chemin de ceinture, non accessible aux bateaux, mais uniquement aux charrois, et protégeait un bassin de héritèrent les élus de la commune en 1930, pour développer 40 ans plus tard un autre projet de bassin à flot pour la plaisance, réalisé en 1967, sous le mandat de Yves Le Paranthoën.
    Titre courant :
    Port de Perros-Guirec
    Annexe :
    paimpolaise. La famille de Le Corre : Jean Blanc, marié à Monique Le Corre, Paulette Le Corre, Jean Le Corre de son jeune armateur, le "Saint-Paul", commandé par Hyacinthe Lissilour, armé au cabotage Descriptif de la rade de Perros (synthèse d'après le rapport du SMVM de la Côte de Granit Rose , "L'évolution du littoral", J.P. Pinot, 1993) : La rade de Perros est l'ensemble compris entre la Pointe de Trestrignel, en Perros-Guirec et la Butte du corps de garde en Trélévern. Son ouverture vers le nord a un peu moins de 3 km de large, alors que le long de la côte de Louannec, la rade a 4 km de large. Contre les houles atlantiques, la Pointe de Trestrignel constitue une protection très efficace. La présence au nord de la rade, de l'île Tomé, dont l'extrémité méridionale est à égale distance (2 km) des deux pointes , protège en outre la partie occidentale de la rade contre les houles de nord-est, nées dans la Manche . L'ancien lit du ruisseau de Kerduel et du ruisseau du Cruguil assure l'absence de rochers le long de l'axe
    Illustration :
    Extrait des plans cadastraux parcellaires de 1822 : 4 num 1/29, Numplan 4. (AD 22 Extrait du cadastre de 1819, section B : la rade du port de Perros, Pont Couennec et le Colombier Plan général de la rade du port de Perros-Guirec 1842 (AD 22) IVR53_20062207563NUCB Plan de détail des aménagements prévus du port au Perros-Guirec en 1842 (AD 22 Plan général de la rade de Perros-Guirec 1843 (AD 22) IVR53_20062207562NUCB Plan des aménagements projetés au port de Perros-Guirec en 1845 (AD 22) IVR53_20062207581NUCB Plan : projet d'un gril de carénage en 1868 (AD 22) IVR53_20062207607NUCB Plan du port de Perros-Guirec en 1855 (AD 22) IVR53_20062207582NUCB Plan du port de Perros-Guirec en 1892 : le bassin de chasse (AD 22) IVR53_20062207605NUCB Plan du port de Perros-Guirec en 1892 : le quai bas, la limite de curage du port, le chemin de
  • Calice 3
    Calice 3 Baguer-Morvan
    Inscriptions & marques :
    poinçon de maître (non identifié) poinçon d'association des orfèvres de Paris de Paris ; maître : losange vertical, 3 lettres en triangle pointe en haut D F F séparées par une trompette ; sur la coupe : grosse garantie et 1er titre 1819-1838, poinçon de maître : losange vertical, H P B séparées par une cloche au-dessus de 3 points et surmontée d'une hermine.
    Historique :
    l'orfèvre parisien Hyacinthe-Prosper Bourg entre 1824, date d'insculpation de son poinçon et 1838 comme Calice réalisé par l'orfèvre parisien Denis-François Frankson entre 1801, date d'insculpation de son poinçon et 1809, dernière année du poinçon de garantie et de titre ; la coupe a été refaite par l'indiquent les poinçons de garantie et de titre.
    Contributeur :
    Menant Marie-Dominique
    Canton :
    Dol-de-Bretagne
    Statut :
    propriété de la commune
    Auteur :
    [fabricant marchand, orfèvre] Bourg Hyacinthe-Prosper
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    dc_ca2066bc-4b52-4157-90bd-f81cfb66c11d_80 :
    unicum au niveau de l'aire d'étude ou du diocèse
    dc_ca2066bc-4b52-4157-90bd-f81cfb66c11d_81 :
    Aucune oeuvre de cet orfèvre repérée en Ille-et-Vilaine.
1