Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 10 sur 10 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Usine de chaussures Besnard et Cie, 53 rue Jean-Marie Duhamel (Rennes)
    Usine de chaussures Besnard et Cie, 53 rue Jean-Marie Duhamel (Rennes) Rennes - 53 rue Jean-Marie Duhamel - en ville - Cadastre : 1980 BR 267
    Historique :
    L'usine de chaussures Besnard et Cie semble avoir été construite en 1923. Le 15 février 1950, M . Besnard est autorisé à construire un dépôt de marchandises pour entreposer les cuirs et les peaux  : l'architecte Perrin édifie un bâtiment en brique et en fer. Le 15 mai 1961, agrandissement de l'usine par un second bâtiment à usage de dépôt. En 1971, les établissements Besnard P. et Cie, au capital de 200 000 f , exercent une activité qui conjugue la fabrication de chaussures, de semelles de caoutchouc, la fabrication de tiges en série et le négoce en gros de chaussures et de tous les articles chaussants ; ils sont également spécialisés dans la confection de bottes de pompiers. Ils sont le distributeur exclusif des produits d'entretien Wohy pour huit départements, et de la marque Adidas pour treize départements. Les provenance de Belgique et de France, et du caoutchouc de France. La date de cessation d'activité est inconnue . Aujourd'hui, les bâtiments sont désaffectés. En 1971, le matériel de production se compose de deux machines à
    Parties constituantes non étudiées :
    atelier de fabrication
    Référence documentaire :
    Construction d'un dépôt de marchandises, plan du rez-de-chaussée, AM Rennes 749W 30. Autorisations de construire, arrêtés de construction, rue Duhamel (1950). AM Rennes 749W 30. Autorisations de construire, arrêtés de construction, rue Duhamel (1939-1961). Construction d'un dépôt de marchandises, coupe transversale, AM Rennes 749W 30. Autorisations de construire, arrêtés de construction, rue Duhamel (1950). Agrandissement d'un bâtiment à usage de dépôt, élévation, coupe transversale et plan du rez-de -chaussée, AM Rennes 749W 30. Autorisations de construire, arrêtés de construction, rue Duhamel (22 avril
    Dénominations :
    usine de chaussures
    Auteur :
    [architecte] Perrin Hyacinthe
    Description :
    L'usine, de plan rectangulaire, construite en schiste et en ciment enduits, a un étage carré couvert d'un toit à longs pans en ardoises. Le deuxième niveau de la façade antérieure est rythmé par deux paires de fenêtres géminées en plein cintre, tandis que le rez-de-chaussée est percé, au centre, d'une porte d'entrée à arc surbaissé, flanquée d'une part, d'une large porte cochère, et d'autre part de deux baies rectangulaires. En 1971, l'usine a une superficie couverte de 1 700 m2.
    Localisation :
    Rennes - 53 rue Jean-Marie Duhamel - en ville - Cadastre : 1980 BR 267
    Titre courant :
    Usine de chaussures Besnard et Cie, 53 rue Jean-Marie Duhamel (Rennes)
    Appellations :
    usine de chaussures Besnard et Cie
    Illustration :
    Atelier de fabrication, façade antérieure ouest. IVR53_19983505162ZA Atelier de fabrication, façade antérieure ouest après restauration en 2001. IVR53_20013501454XA
  • Usine de chaussures Besnard
    Usine de chaussures Besnard Rennes - 53 et 55 rue Jean-Marie-Duhamel - en ville - Cadastre : 1980 BR 267
    Historique :
    L'usine de chaussures Besnard et Cie semble avoir été construite en 1923. Le 15 février 1950, M . Besnard est autorisé à construire un dépôt de marchandises pour entreposer les cuirs et les peaux  : l'architecte Hyacinthe Perrin édifie un bâtiment en brique et en fer. En 1961, l'usine est agrandie d'un second bâtiment à usage de dépôt. En 1971, les établissements Besnard P. et Cie, au capital de 200 000 f, exercent une activité conjuguant la fabrication de chaussures, de semelles de caoutchouc, la fabrication de tiges en série et le négoce en gros de chaussures et de tous les articles chaussants ; ils sont également spécialisés dans la confection de bottes de pompiers. Ils sont le distributeur exclusif pour 8 départements des produits d'entretien Wohy et pour 13 départements de la marque Adidas. Les débouchés concernent à 80 % le marché régional et à 20 % le marché français. L'usine consomme du cuir provenant de Belgique et de France, et du caoutchouc de France. La date de cessation d'activité est inconnue
    Parties constituantes non étudiées :
    atelier de fabrication
    Référence documentaire :
    [1950]. Construction d'un dépôt de marchandises, plan du rez-de-chaussée, dessin, par Hyacinthe [1950]. Construction d'un dépôt de marchandises, coupe transversale, dessin, par Hyacinthe Perrin A. C. Rennes. Permis de construire ; 749W 30. Rue Jean-Marie- Duhamel (1939-1961) . [1961]. Agrandissement d'un bâtiment à usage de dépôt, élévation, coupe transversale et plan du rez -de-chaussée, dessin, 1961 (A. C. Rennes).
    Dénominations :
    usine de chaussures
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
    Auteur :
    [architecte] Perrin Hyacinthe
    Description :
    L'usine, de plan rectangulaire, construite en schiste et en ciment enduits, a un étage carré couvert d'un toit à longs pans en ardoise. Le deuxième niveau de la façade antérieure est rythmé par deux paires de fenêtres géminées en plein cintre, tandis que le rez-de-chaussée est percé, au centre, d'une porte d'entrée à arc surbaissé, flanquée d'une part, d'une large porte cochère, d'autre part de deux baies rectangulaires. En 1971, l'usine a une superficie couverte de 1 700 m2.
    Localisation :
    Rennes - 53 et 55 rue Jean-Marie-Duhamel - en ville - Cadastre : 1980 BR 267
    Titre courant :
    Usine de chaussures Besnard
  • Immeuble de rapport
    Immeuble de rapport Rennes - 26 boulevard de la Liberté - en ville - Cadastre : 1980 DI 239 à 241
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_23 :
    étage de comble
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_2 :
    Evolution du type au XXe siècle avec façade en briques et éléments de décor (oriel et lucarnes) en latérale permettant l'accès à des immeubles situés rue de Nemours. lan allongé
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de boulevard
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_10 :
    cour en coeur de parcelle
    Étages :
    étage de comble
    Auteur :
    [architecte] Perrin Hyacinthe-Marie
    Localisation :
    Rennes - 26 boulevard de la Liberté - en ville - Cadastre : 1980 DI 239 à 241
    Titre courant :
    Immeuble de rapport
  • Immeuble de rapport
    Immeuble de rapport Rennes - 17 rue de Saint-Malo - en ville - Cadastre : 1980 AB 405
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_23 :
    étage de comble
    Référence documentaire :
    (avril 1907) A. C. Rennes. Voirie ; 100 W 15. Alignements : autorisations de construire.
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de faubourg
    Étages :
    étage de comble
    Auteur :
    [architecte] Perrin Hyacinthe-Marie
    Localisation :
    Rennes - 17 rue de Saint-Malo - en ville - Cadastre : 1980 AB 405
    Titre courant :
    Immeuble de rapport
  • Lotissement de la Blanchardière
    Lotissement de la Blanchardière Rennes - le Grand-Beaumont - rue de Alma boulevard Jacques-Cartier rue Corentin-Carré rue Jean-Baptiste-Barré - en ville
    Historique :
    Lotissement réalisé par M. de la Blanchardière, sur les terrains de l'ancien manoir de Beaumont , avant 1915, date à laquelle celui-ci demande le classement de l'impasse (partie sud de l'actuelle rue Corentin Carré) dans la voirie urbaine. Le projet d'une voie reliant l'actuelle rue Jean-Baptiste Barré à nord. La rue Corentin Carré est classée dans la voirie urbaine, en 1921, et les travaux d'achèvement
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_37 :
    Exemple de lotissement de terres agricoles, contribuant à qualifier et à construire le tissu urbain en situation de périphérie.
    Référence documentaire :
    A. C. Rennes. Permis de construire ; 748 W 10. Rue Corentin Carré (1925-1957) . A. C. Rennes. Série O ; 1 O 229. Rue Corentin-Carré (1920-1930) . A. C. Rennes. Série O ; 1 O 207. Voirie urbaine. Canton sud-est. Rue de l'Alma (1807-1921) .
    Auteur :
    [entrepreneur] Guérin Yves-Marie [promoteur] La Blanchardière de [commanditaire] Ville de Rennes
    Description :
    Plan masse : lotissement qui compte aujourd'hui 82, desservi par deux voies existantes (la rue de l'Alma et le boulevard Jacques Cartier) et par une voie nouvelle (rue Corentin Carré). Implantation du bâti : en rangée rectiligne continue, en rangée alternée. Position des jardins : en fond de parcelle
    Localisation :
    Rennes - le Grand-Beaumont - rue de Alma boulevard Jacques-Cartier rue Corentin-Carré rue Jean
    Titre courant :
    Lotissement de la Blanchardière
    Illustration :
    Maisons, 65 et 67 rue de l'Alma et 147 boulevard Jacques Cartier IVR53_20013520490NUCA Maisons, 69 et 69 bis rue de l'Alma IVR53_20013520496NUCA Maisons, 75 à 69 bis rue de l'Alma IVR53_20013520497NUCA Maisons, 55 à 61 rue de l'alma IVR53_20013520674NUCA Maisons, 153 et 155 boulevard Jacques Cartier (à l'arrière plan) et 34 rue Corentin Carré Vue de l'Allée Raymond Rouault, depuis le boulevard Jacques Cartier, maisons de la rive ouest Maisons, 9 rue Jean Baptiste Barré et 46 bis et 46 rue Corentin Carré IVR53_20013520500NUCA Maisons, 38bis à 46 rue Corentin Carré IVR53_20013520501NUCA Maisons, 45 à 37 rue Corentin Carré IVR53_20013520502NUCA
  • Ancien hôtel Dalibot
    Ancien hôtel Dalibot Rennes - 63 rue de la Palestine - en ville - Cadastre : 1980 BI 451
    Historique :
    demeure est construite en 1912, sur les plans de l´architecte rennais Hyacinthe Perrin (signature), pour M Selon les travaux réalisés sous la direction de F. Loyer, puis publiés par J.-F. Troussel, la
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_37 :
    dans le contexte de la production de l'architecte, qui apparaît comme l´un des émules de F. Jobbé-Duval.
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_11 :
    jardin en fond de parcelle
    Parties constituantes non étudiées :
    clôture de jardin
    Référence documentaire :
    p. 121-123, 145 TROUSSEL, Jean-Francois. L'art domestique à Rennes autour de 1910. Histoire de résidentiel à la limite du centre ancien : Sévigné, étude réalisée avec le concours du ministère de la Culture et la Ville de Rennes. Paris : L'Art en province, 1987. résidentiel à la limite du centre ancien : Sévigné, étude réalisée avec le concours du ministère de la Culture et la Ville de Rennes. Paris : L'Art en province, 1987.
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de lotissement
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Auteur :
    [architecte] Perrin Hyacinthe-Marie
    Description :
    La demeure est implantée en retrait de la voie, en mitoyenneté partielle. Elle dispose d´un jardin en fond de parcelle. Un portail latéral (postérieur) donne accès au garage construit en fond de parcelle. Construite en moellons de schiste et de grès et couverte d´ardoises, elle compte un étage carré et un étage de comble sur rez-de-chaussée surélevé et sous-sol. Elle présente un plan massé avec une
    Localisation :
    Rennes - 63 rue de la Palestine - en ville - Cadastre : 1980 BI 451
  • Maison
    Maison Rennes - 8 rue Jean-Marie-Duhamel - en ville - Cadastre : 1980 BR 300
    Étages :
    étage de comble
    Auteur :
    [architecte] Perrin Hyacinthe
    Localisation :
    Rennes - 8 rue Jean-Marie-Duhamel - en ville - Cadastre : 1980 BR 300
  • Maison, dite villa Verheylewegen
    Maison, dite villa Verheylewegen Rennes - 8 rue Pointeau-du-Ronceray - en ville - Cadastre : 1980 BI 403, 513
    Référence documentaire :
    p. 94-95 TROUSSEL, Jean-Francois. L'art domestique à Rennes autour de 1910. Histoire de l'art, n°9 résidentiel à la limite du centre ancien : Sévigné, étude réalisée avec le concours du ministère de la Culture et la Ville de Rennes. Paris : L'Art en province, 1987.
    Auteur :
    [architecte] Perrin Hyacinthe-Marie
  • Pensionnat Sainte-Geneviève, actuellement collège et lycée
    Pensionnat Sainte-Geneviève, actuellement collège et lycée Rennes - 21 rue du Puits-Jacob 14 rue Ginguené - en ville - Cadastre : 1980 CZ 50
    Historique :
    École fondée en 1890, par la congrégation des soeurs Adoratrices de la Justice de Dieu, dites soeurs de Rillé et installée dans un hôtel particulier du lotissement des Batignolles, acquis par Geneviève Ramée. Premiers bâtiments du pensionnat construits en 1897 par l'entrepreneur Huchet. De nombreux Huchet, sur les plans de l'architecte Arthur Régnault. Extension au sud de l'hôtel particulier, en 1929 , par l'entrepreneur Brunet, sur les plans de l'architecte Perrin. Construction du bâtiment nord, en 1937, par l'entrepreneur Brunet, sur les plans de l'architecte Pommereuil. Construction de nouvelles salles de classe, en bordure de la rue Lobineau, en 1955, sur les plans de l'architecte Derrouch.
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_37 :
    Édifice de l'enseignement parmi les plus anciens et les plus importants, établis au sud de la voie ferrée. Il témoigne de la vitalité de l'enseignement privé à la fin du 19e siècle, qui accompagne le développement des quartiers périphériques. La mention de travaux d'agrandissement réalisés par Arthur Régnault , dès 1913, permet de supposer qu'il pourrait être l'auteur des premiers bâtiments construits.
    Référence documentaire :
    quart 20e siècle, in Rennes et pays de Rennes en 1900, Cesson : Jean-Luc et Jean-Marie Boure éditeurs quart 20e siècle, in Rennes et pays de Rennes en 1900, Cesson : Jean-Luc et Jean-Marie Boure éditeurs p. 147 HUET, G. La paroisse de Toussaints de Rennes. Rennes : imprimerie Les Nouvelles, 1960. A. C. Rennes. Permis de construire ; 799 W 46. Rue du Puits-Jacob (1908-1970) . A. C. Rennes. Permis de construire ; 769 W 25. Rue Lobineau (1908-1955) . p. 51 Rennes. Pensionnat Sainte-Geneviève, faubourg de Nantes. Vue des jardins, carte postale, 1er , Mémoire photographique de notre siècle, 1992. p. 51 Rennes. Pensionnat Sainte-Geneviève, faubourg de Nantes. Vue générale, carte postale, 1er , Mémoire photographique de notre siècle, 1992. (septembre) A. C. Rennes. Voirie ; 100 W 2. Alignements : autorisations de construire.
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de périphérie
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
    Auteur :
    [architecte] Perrin Hyacinthe
    Description :
    Extension au sud du bâtiment d'origine composée de pièces de service en sous-sol, d'un réfectoire au rez-de-chaussée, d'une chapelle au premier étage et d'un dortoir au deuxième étage. Bâtiment formé d'un préau en rez-de-chaussée, de deux classes au premier étage et d'un dortoir au deuxième étage, au
    Illustration :
    Pensionnat Sainte-Geneviève, vue générale, document extrait de Rennes et pays de Rennes en 1900 Pensionnat Sainte-Geneviève, vue des jardins, document extrait de Rennes et pays de Rennes en 1900
  • Les églises, les chapelles et les oratoires à Rennes
    Les églises, les chapelles et les oratoires à Rennes Rennes
    Référence documentaire :
    [EXPOSITION]. L'art sacré du XXe siècle en France. Musée municipal de Boulogne-Billancourt/Centre culturel de Boulogne-Billancourt, 1993.
    Texte libre :
    Selon Guillotin de Corson, la tradition fondé par A. du Paz situe l'introduction du christitanisme , à Rennes, au début du 1er siècle. La chapelle Notre-Dame de la Cité aurait été aménagée dans un ancien temple dédié à Thétis, au début du 1er siècle, par Maximus, évêque présumé et disciple de saint Philippe et de saint Luc. L'édifice, qui aurait servi de cathédrale jusqu'au 4e siècle, conservait en effet une statue de saint Maximin, qui confirmerait, tout au moins, l'ancienneté du sanctuaire. Un oratoire nécropoles gallo-romaines, pourraient faire partie de ce corpus originel, bien qu'on en trouve des mentions plus tardives. Le premier évêque, est attesté avec certitude par sa participation au concile de Fréjus . Les dates de fondation des chapelles et des églises sont le plus souvent inconnues avant le 11e siècle , durant lequel se situent la fondation de l'abbaye Saint-Georges, en 1032, et la reconstruction de -Hélier, en 1080, Saint-Jean, en 1081. Au 12e siècle, on trouve mention de l'église Toussaints, en 1164
    Illustration :
    Eglise paroissiale Saint-Aubin, dite Notre-Dame de Bonne-Nouvelle - Vue générale
1