Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ville d'Antrain (Antrain fusionnée en Val-Couesnon en 2019)

Dossier IA35049516 réalisé en 2011

Fiche

Œuvres contenues

Dénominations ville
Aire d'étude et canton Pays de Fougères - Antrain
Adresse Commune : Val-Couesnon
Précisions commune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Antrain

La rue Le Hérissé était la plus importante et la plus commerçante de la commune, ainsi qu'en témoignent encore les nombreuses devantures de boutiques de cette rue. La rue du Couesnon était quant à elle plutôt occupée par des artisans. La seconde rue la plus importante après la rue Le Hérissé était la rue de Pontorson. Cette rue porta différents noms au fil du temps : rue de la Blatterie en référence aux négociants en grains qui y habitaient ou encore rue des Porches en référence aux maisons à porches qui s'y trouvaient des deux côtés. Afin de faciliter la circulation, l'avenue Kléber fut percée au milieu du 19e siècle. Une halle s'élevait sur l'actuelle place Foch ; elle couvrait toute la surface de la place et joignait la rue de la Filanderie et la rue de Pontorson. Elle avait été transplantée par la suite, en 1919, dans les jardins de l'hôpital. La présence de cette halle et de nombreuses maisons à porches dans ce secteur de la ville (rues de la Filanderie et de Pontorson) témoignent d'une activité commerçante intense. Au début du 20e siècle, il existait environ 30 cafés dans lesquels on consommait principalement du cidre produit localement. Les épiceries se comptaient au nombre d'une douzaine ; il existait également plusieurs négociants en tissus. Vers 1925, les commerces et les activités artisanales se comptaient au nombre de 80 environ à Antrain. Le nom de certaines rues témoigne des activités que l'on trouvait dans la commune d'Antrain, c'est la cas de la rue de la Filanderie par exemple. Par ailleurs, dans le quartier de Loysance, près du lavoir, il existait encore au début du 20e siècle, une maison à pans de bois du 16e siècle, la maisons "saint Christophe" qui était habitée par une fileuse prénommée Nanounette. Cette maison et sa propriétaire sont représentées sur de nombreuses cartes postales de cette époque ; elle a été détruite en 1905. Le marché avait lieu le Mardi, place Clémenceau ; les halles étaient occupées par divers commerces, particulièrement des artisans cordiers de Tremblay. Des foires plus importantes avaient également lieu à différents moments de l'année (deuxième Mardi de mai, d'octobre, de novembre, le jour de la saint Denis et de la saint René). Au centre de la Place Foch, après le transfert des halles qui l'occupait jusqu'en 1919, fut érigée une colonne commémorative surmontée d'un coq gaulois. Le coq en bronze a été réalisé par le sculpteur Timmonier et sa réalisation a couté la moitié du coût total du monument (3500 francs de l'époque). Il existait autrefois une gare à Antrain, près de l'ancienne distillerie, route de Pontorson. Antrain se trouvait sur la ligne Vitré-Pontorson, ce qui permettait à de nombreux fougerais de venir à Antrain les dimanches et jours de fête. Entre les deux guerres, les trains en provenance de Fougères et à destination du Mont Saint-Michel ou des plages de la Côte d'Emeraude transitaient par Antrain. Antrain comptait également une prison, le bâtiment des cellules s'est effondré dans les années 1930. La propriété appartenait à la famille Cadier et datait du 17e-18e siècle. (Voir cartes postales et photos anciennes).

Période(s) Principale : 16e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle
Murs granite
schiste
Toit ardoise
Étages 2 étages carrés
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
pignon découvert
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours sans jour
Statut de la propriété propriété privée