Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Usine métallurgique dite forges de Brécilien, puis forges de Paimpont (Plélan-le-Grand)

Dossier IA35020233 réalisé en 1982

Fiche

  • Le site
    Le site
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • laminoir
    • haut fourneau
    • atelier de fabrication
    • bassin de retenue
    • digue
    • logement patronal
    • logement d'ouvriers
    • chapelle
    • cantine

Á rapprocher de

Parties constituantes non étudiées laminoir, haut fourneau, atelier de fabrication, bassin de retenue, digue, logement patronal, logement d'ouvriers, chapelle, cantine
Dénominations usine métallurgique
Aire d'étude et canton Ille-et-Vilaine - Plélan-le-Grand
Hydrographies Aff l');un affluent d
Adresse Commune : Plélan-le-Grand
Lieu-dit : les Forges
Cadastre : 1998 AT 20-34, 113-116 ; 1998 AV 120-203
L'établissement industriel est à cheval sur deux communes ; Paimpont réunit le plus grand nombre d'édifices, notamment le laminoir en ruine mais surtout le village constitué d'un ensemble de logements, cependant que Plélan-le-Grand conserve, outre la cantine et la maison dite de l'Évêché, les emblématiques hauts-fourneaux et la fonderie. Les forges de Paimpont sont créées en 1653 par Jacques de Farcy et François d'Andigné après avoir acquis une partie du fief de Brécilien. Aux 17e et 18e siècles, les forges ne connaissent pas de modification majeure dans leur structure. Vers 1800, on y fabrique en moyenne, avec la méthode wallonne, 500 t de fonte et 360 t de fer. Autour de 1820, afin de lutter contre la concurrence étrangère, les forges de Paimpont entament une phase d'agrandissement et de modernisation basée sur l'emploi de la houille et sur la technique de fabrication anglaise. Ce tournant technologique se matérialise, en 1831, par la construction d'un laminoir à quatre fourneaux à réverbère, trois paires de cylindres et un atelier de moulerie avec deux fours à réverbère. Alors que l'établissement connaît son apogée durant les années 1850-1860, où la production triple, le déclin se fait rapidement sentir. Les hauts fourneaux sont éteints en 1866. L'activité reprend de 1872 à 1884. En 1873, M. Lévêque, armateur nantais dont les descendants sont les actuels propriétaires, achète l'usine. Seul subsistera jusqu'en 1954 un atelier de construction mécanique. L'activité industrielle des forges de Paimpont se répartit sur quatre sites. Le principal, situé à proximité de l'étang des forges, témoigne encore, par l'importance et la diversité de son architecture, du rôle prépondérant qu'il a tenu. Il comprend divers bâtiments industriels notamment les hauts fourneaux datant de 1832 et 1842, les logis du maître des forges et du personnel, ainsi que les écuries. La fenderie, seconde unité située à 800 m en amont, est mentionnée dès 1692. Après avoir abrité un moulin à céréales, elle est réhabilitée en scierie, puis aujourd'hui en gîte rural. En plus de la fenderie, le site comprend un four de chaufferie, une halle et le logement du fendeur. Un troisième établissement composé d'une forge et d'un martinet, au lieu-dit les Forges Basses, est édifié en 1779 afin d'assurer les commandes liées à la guerre d'Indépendance des États-Unis. Au milieu du XIXe siècle, un atelier de machines agricoles y est construit. La dernière unité, située à la Secouette, à 1100 m en aval du site principal, se compose d'une forge, aujourd'hui utilisée comme remise d'une résidence secondaire. Dès 1836, une machine à vapeur, qui développe 90 ch, vient compléter le système hydraulique ; l'usine en possédera deux de 1856 à 1861 pour l'exhaure des minières et le fonctionnement d'un marteau-pilon. En 1815, les forges emploient 430 personnes dont 60 sédentaires. Marina Gasnier en 1998 à l'occasion du repérage du patrimoine industriel en Ille-et-Vilaine.
Période(s) Principale : 16e siècle
Principale : 3e quart 17e siècle
Principale : 4e quart 18e siècle
Principale : 2e quart 19e siècle
Dates 1653, daté par source, porte la date
1779, daté par travaux historiques, daté par source
1831, daté par source
1832, daté par source
1842, daté par source

Site très étendu alimenté par sept étangs. Dans un état de conservation médiocre, les quelques bâtiments subsistant à l'état de vestiges sont laissés à l'abandon et sont fortement menacés. Les hauts fourneaux, toujours en place, reposent sur une base très instable. Le laminoir est dans un état de ruine très avancé. L'ensemble du village, comprenant logements d'ouvriers, écurie, logis du garde général près de l'ancienne chapelle, château et nouvelle chapelle, a été très remanié : de nouveaux bâtiments ont été édifiés, d'anciens ont été détruits. La majeure partie des logements d'ouvriers, à un étage de comble, construits en schiste, sont couverts d'un toit à longs pans en ardoise. L'ancienne chapelle (du XVIe siècle), à un étage de comble, présente un toit en pavillon en ardoise surmonté d'un lanternon avec toit à l'impériale. La nouvelle chapelle, datée de 1877, offre un plan allongé avec abside ; elle est couverte d'un toit à longs pans à pignon découvert sur la façade antérieure et à croupe ronde du côté de l'abside. Le logis patronal possède cinq travées de deux niveaux et un appareillage mixte à assises régulières en schiste et en calcaire. Le site de l'ancienne fenderie, réhabilité en gîte, a conservé trois corps de bâtiment en schiste et un quatrième corps en retour : il s'agit du bâtiment des machines construit en assises alternant grès et schiste et ayant conservé une partie de la cheminée d'usine en brique. Énergie : hydraulique ; produite sur place ; énergie thermique ; produite sur place ; énergie électrique ; achetée.

Murs grès
schiste
calcaire
brique
moellon
Toit ardoise
États conservations désaffecté

Données complémentaires architecture IP35

HYPOI sans objet
HYPOE sans objet
MURS1 grès ; schiste ; moellon ; calcaire ; brique
SCLE1 16e siècle ; 3e quart 17e siècle ; 4e quart 18e siècle ; 2e quart 19e siècle
IAUT sans objet
ICHR typicum
IESP typicum
ICONTX intégré
SEL sélectionné
Statut de la propriété propriété privée
Protections inscrit MH, 2001/07/24
Précisions sur la protection

Les parties suivantes situées à Plélan-le-Grand et Paimpont, sections YL, AT, AV, parcelles 127, 128, 129, 22, 23, 24, 26, 27, 113, 114, 115, 116, 193, 194 : la moulerie, les 2 hauts fourneaux, le laminoir et la digue en totalité, les façades et toitures de l'ancienne cantine, de la maison dite de l'évêché, des bureaux, du logis du maître des forges, des logements ouvriers, des garages et remises, du chenil, de la maison du garde général, des écuries, de l'ancienne chapelle Saint-Eloi et de la nouvelle chapelle.

Annexes

  • 20003520157NUC : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

    20003520153NUC : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives Nationales. Série F 14 4360, procès-verbaux des forges : 1815, 1822, 1823, 1825 et 1830.

  • A.D. Ille-et-Vilaine. Série C 1974, 1478 (comptes de 1777, 1779, 1783), 4713.

  • A.D. Ille-et-Vilaine. Série I nc I. Rapport du Préfet d´Ille-et-Vilaine, 1853.

  • A.D. Ille-et-Vilaine. Série L 935. Rapport du 18 juin 1796.

  • A.D. Ille-et-Vilaine. Série 6 S 9. Lettre du 17 décembre 1834 de l'ingénieur en chef Blanchard au préfet d´Ille-et-Vilaine.

  • A.D. Ille-et-Vilaine. Série 10 S 14. Procès-verbal, expertise des forges en 1795 et 1801.

  • Archives Municipales Paimpont. Nombreuses liasses (sans cote) contenant des pièces des procès entre les paroissiens et les propriétaires des forges (163, 1653, 1691, 1692, 1729).

  • Archives Paroissiales Cornillé (Ille-et-Vilaine). Dénombrement du comté de Montfort appartenant à Charles de la Trémoille en 1692, copie du 19e siècle.

  • Lisement de la Forêt de Brécilien in Aurélien de Courson.

  • Le cartulaire de Redon, Paris. Imprimerie Impériale, 1873, p. CCC L X II à CCC X CI.

  • Manuscrit du Président de Robien édité par J.-Y. Veillard . Floch (Mayenne), 1978.

  • Plan de l'installation de la Secouette, 16 octobre 1886. A.D. Ille-et-Vilaine. Série 6 S 9 : demande de droit d´eau.

Documents figurés
  • Ille-et-Vilaine. Commune de Paimpont. Feuille cadastrale de la section I3 dite du Cannée, par Lebreton géomètre, [1823], échelle 1/2500e (A. D. d'Ille-et-Vilaine : 3 P 5438).

  • Coupe en long des forges et affineries, levé par de Ravenel vers 1820, vérifié par l'ingénieur Chéron en 1822, vu par l'ingénieur des Mines Blavier en 1831 (A.N. : série F14 4360).

  • Coupe en long du laminoir, levé par de Ravenel vers 1820, vérifié par l'ingénieur Chéron en 1822, vu par l'ingénieur des Mines Blavier en 1831 (A.N. : série F14 4360).

  • Coupe en travers des forges et affineries, levé par de Ravenel vers 1820, vérifié par l'ingénieur Chéron en 1822, vu par l'ingénieur des Mines Blavier en 1831 (A.N. : série F14 4360).

  • Coupe en travers du laminoir, levé par de Ravenel vers 1820, vérifié par l'ingénieur Chéron en 1822, vu par l'ingénieur des Mines Blavier en 1831 (A.N. : série F14 4360).

  • Plan des forges et affineries, levé par de Ravenel vers 1820, vérifié par l'ingénieur Chéron en 1822, vu par l'ingénieur des Mines Blavier en 1831 (A.N. : série F14 4360).

  • Plan du laminoir, levé par de Ravenel en 1820, vérifié par l'ingénieur Chéron en 1822, vu par l'ingénieur des Mines Blavier en 1831 (A.N. : série F14 4360).

  • Fonderie : plan et coupe , levé par de Ravenel vers 1820, vérifié par l'ingénieur Chéron en 1822, vu par l'ingénieur des Mines Blavier en 1831 (A.N. : série F14 4360).

  • 7571- Forêt de Paimpont, les Forges, carte postale, collection A. Waron, La Bretagne pittoresque, Saint-Brieuc (A.D. Ille-et-Vilaine : 6 Fi).

  • Paimpont et ses environs (Il.-et-V.). Le Forges, vue générale, carte postale, Mignot C., photographe éditeur à Néant (A.D. Ille-et-Vilaine : 6 Fi).

  • Plan des forges de Paimpont, levé par de Ravenel vers 1820, vérifié par l'ingénieur Chéron en 1822, vu par l'ingénieur des Mines Blavier en 1831 (A.N. : série F14 4360).

  • Haut fourneau, plan, levé par de Ravenel vers 1820, vérifié par l'ingénieur Chéron en 1822, vu par l'ingénieur des Mines Blavier en 1831 (A.N. : série F14 4360).

  • Haut fourneau, coupe, levé par de Ravenel vers 1820, vérifié par l'ingénieur Chéron en 1822, vu par l'ingénieur des Mines Blavier en 1831 (A.N. : série F14 4360).

Bibliographie
  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Patrimoine industriel de l'Ille-et-Vilaine, par Marina GASNIER. Paris : Centre des monuments nationaux/Monum, Editions du patrimoine, 2002. (Collection Indicateurs du Patrimoine).

    p. 160-161
  • ROUX, Laurence. Les forges de Paimpont ; monographie d'un établissement métallurgique rural en Bretagne aux XVIIIe et XIXe siècles. Mém. Maîtrise d'histoire, Université de Haute-Bretagne, Rennes II, 1987.

  • MARCON, Gaby. [et al.] Les forges de Paimpont ; une activité industrielle du XVIIème au XIXème siècleMontfort-sur-Meu, Paimpont : Association des amis du moulin du Châtenay, [s.d.].

    p. 171
  • ORAIN, Adolphe. Petite géographie pittoresque de l'Ille-et-Vilaine... Rennes : P. Dubois Libraire-Editeur, 1884.

    p. 145, 179
  • SAMSON, Jeanine. L'Ille-et-Vilaine à tire d'aile. Saint-Jean-de-Braye : Imprimerie Nouvelle, 1996.

    p. 64
  • DAUMAS. Archéologie industrielle en France. Paris : Laffont, 1980.

    p. 167-168, 171-175, 196
  • TURQUETY, Anne-Cécile. La mise en valeur des forges de Paimpont et du patrimoine métallurgique en Brocéliande : proposition de projet à partir de la comparaison des démarches de mise en valeur d'autres anciennes forges françaises. Mémoire de maîtrise d'histoire de l'art sous la direction de Jean-Yves Andrieux, Université de Haute-Bretagne, Rennes II, 1999.

  • GASNIER, Marina. ANDRIEU, Jean-Yves (sous la direction de).Le patrimoine industriel en Ille-et-Vilaine (19e siècle-20e siècle). De l'inventaire à l'histoire. Rennes II, Université de Haute Bretagne : thèse de doctorat de 3e cycle, 2001, 4 volumes.

  • BELLEVUE, Marquis de. PAIMPONT. Honoré Champion, éd. Paris, Eugène Porst, impr., Rennes, 1911.

  • BOURGIN. L'industrie sidérurgique en France au début de la révolution.

  • GILLES, Bertrand. Les forges françaises en 1772. Sevpen, 1960.

  • DUVAL, M. Forêts seigneuriales en Bretagne au XVIIe siècle. Rennes, 1978.

  • MAGNE, Brigitte. Recherches de données historiques sur l´évolution économique du massif de Paimpont. Mém. Maîtrise, U.E.R., sciences de la vie et du comportement, Rennes I.

  • PARLIER, Lucien, GOUNEAU. Plélan et les forges de Paimpont. Rennes. Impr. Bretonne, 1961.

    p. 21
  • POTIER DE COURCY, Pol. Armorial de Bretagne, articles : Andigné, t. I. Farcy, Laval, Montfort, t. II. Saulnier, t. III.

  • PUTON, A. Coutume de Brécilien, titres, jugements et arrêts concernant les usagers de Paimpont et Saint-Péran. Nancy, 1879.

  • VEILLARD, Jean-Yves. Description de l´ancienne Armorique d´après le manuscrit du Président de Robien, vers 1735. Floch, Mayenne, 1974.

  • BANÉAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1928.

    t. 3, p. 37
  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

    t. 2, p. 257
Périodiques
  • DENIS, M. Grandeur et décadence d´une forêt, Paimpont du XVIe au XIXe siècle. In : Annales de Bretagne, 1957.

    t. 64, p. 257
  • POUESSEL, L. Modifications de la structure agraire dans la forêt de Paimpont, 1937. In : Annales de Bretagne, 1945.

    t. 52, p. 101-107.