Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Usine de construction mécanique Rosengart, puis Chaffoteaux et Maury, actuellement magasins de commerce, quai Armez, port du Légué (Saint-Brieuc)

Dossier IA22005319 réalisé en 2006

Fiche

  • Vue générale
    Vue générale
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • atelier de fabrication
    • bureau
Appellations Rosengart, puis Chaffoteaux et Maury
Destinations magasin de commerce
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, bureau
Dénominations usine de construction mécanique
Aire d'étude et canton Arrondissement de Saint-Brieuc - Saint-Brieuc
Adresse Commune : Saint-Brieuc
Lieu-dit : port du Légué
Adresse : quai Armez

C'est en 1916 que la scierie et fonderie Sebert est reprise par les Etablissements Rosengart qui ont déjà une usine et des bureaux à Paris. C'est en fait pour s'éloigner du front que l'installation a lieu. Pour cela l'industriel acquiert 30 000 m² de terrains sur le port du Légué. Le décolletage est la première activité de l'usine, qui va d'abord usiner des fusées pour les obus de mortier. Après la guerre, on y fabrique toutes sortes de pièces en grandes séries (boulons, écrous, vis, etc.) et en particulier les "spécialités Rosengart" comme "l'Alternacycle", lampe pour l'éclairage des cycles et motocycles, la "dynapoche", lampe de poche électro-mécanique ou le "Redresseur de courant" pour la recharge des accumulateurs de T.S.F. et d'automobiles. Rapidement l'usine fournira en pièces tous les constructeurs automobiles. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la production de l'usine du Légué, comme celle de l'usine parisienne, sont délocalisées à Tarbes (65). Après le conflit, Rosengart se sépare de ses usines. Le site va être occupé par l'entreprise Chaffoteaux et Maury. L'usine a été récemment réhabilitée par la CCI des Côtes-d'Armor et abrite divers magasins et activités artisanales. Au début des années 1920, l'entreprise produit près de 360 tonnes de matériel par an, ce qui représente un chiffre d'affaires de 2 à 3 millions de francs. A cette époque, elle emploie de 175 à 200 ouvriers. Dans les années 1930, l'usine a employé jusqu'à 900 personnes, dont un grand nombre de femmes.

Période(s) Principale : 20e siècle

L'ensemble est constitué de 5 halles contigües couvertes par des toits à longs pans en ardoise, dont certains possèdent des lanterneaux. L'une des halles possède à chacune de ses extrémités une haute et large ouverture en plain cintre qui fait penser à un lieu de chargement et déchargement des produits. Les murs des pignons postérieurs sont en moellon de grès avec des ouvertures à encadrement de brique, alors que les pignons antérieurs, fortement remaniés semble t-il, ont pour trois d'entre eux leur partie supérieure en brique avec ossature de fer. On remarque à l'extrémité le long de la route, un pavillon en moellon de grès, à un étage carré et étage de comble, dont les ouvertures ont un encadrement de granite. Il pourrait s'agir des anciens bureaux de l'entreprise. La façade antérieure est rythmée par une série de fenêtres à arc surbaissé et encadrement de brique, qui ont été transformées en portes. Des ajouts contemporains, notamment trois tours carrées en verre, viennent briser l'unité du lieu.

Murs grès
fer
granite
brique
moellon
pan de fer
Toit ardoise
Étages en rez-de-chaussée
Couvertures toit à longs pans
lanterneau
États conservations établissement industriel désaffecté, restauré
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Côtes d'Armor. Série M ; sous-série 6 M 936. Administration générale et économie (an VIII-1940). Commerce et industrie : statistique industrielle : instructions et correspondance ; liste des fabricants et manufacturiers ; tableau des industries ; états trimestriels ou annuels de la situation industrielle du département, etc., 1806-1913.

    p. 60, 65
Bibliographie
  • AD Côtes d'Armor. Série 5 Bi 511. L'illustration économique et financière. Numéro spécial Les Côtes-du-Nord. Septembre 1926, n°8.

    p. 60 et 65.
  • Philippe ARGOUD, René FOLLEZOU et François THOMAS Lucien Rosengart à la première personne. CCI des Côtes-d'Armor, s.d.