Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Université de Rennes I, faculté de Droit, avenue du Doyen-Roger-Houin ; rue Jules-Ferry (Rennes)

Dossier IA35023145 inclus dans Avenue Jules-Ferry (Rennes) réalisé en 1998

Fiche

La faculté de Droit de Rennes est l´un des premiers établissements universitaires construits en France au lendemain de la guerre. Le projet, déposé en 1956, précède les programmes de rénovation, inaugurés en 1957, puis de construction, qui débutent en 1961, dans le cadre du 4e plan, et favorisent tout d´abord les villes universitaires anciennes.

Inaugurée en 1963, la faculté est construite dans un site péri urbain, déjà fortement marqué par la présence d´un lycée, de la cité universitaire de Gallacier (1932), puis du restaurant universitaire de Maillols (1949), et de l´Institut de Géologie de Lemoine (1939) tout proche. Elle est facilité par l´emprise suffisante et disponible, ici une parcelle de 6000 m2 cédée à l´Etat en 1952, et par le coût moindre des facultés de lettres et de Droit qui permet d´écarter le choix des campus qui se développeront à la périphérie des villes.

C´est à la fois un édifice hors gabarit et cependant un édifice intégré, qui comme les établissements contemporains, se caractérise par sa dimension monumentale qui prolonge la tradition architecturale universitaire et par une modernité fortement revendiquée, sensible dans la dimension des espaces, dans la qualité des équipements et l´élégance sobre des décors. Son gabarit impose un retrait d´alignement intégré à la composition par une terrasse formant parvis, à l´ouest, et par des jardins d´agrément, dont l´un au sud, conçu comme un cloître est ceinturé par une galerie de circulation qui crée une autre forme de dialogue urbain avec la rue Jean-Macé.

Inspiré des unités autonomes de Le Corbusier, l´édifice est composé d´une barre de cinq étages carrés sur pilotis qui permet de ménager une galerie et un hall en « sol libre ». La structure épurée et soulignée par le jeu graphique des baies est ponctuée, à chaque extrémité, par de deux cages d´escalier au parement de granite qui équilibrent le volume auquel des modules, essentés en ardoise, abritant les amphithéâtres, sont juxtaposés perpendiculairement.

Le programme est ambitieux tant sur le plan des usages (l´édifice doit regrouper à l´origine la faculté de Droit, l´Ecole Régionale d´Administration, l´Institut d´histoire comparée et l´Institut des sciences économiques ainsi que les services d´administration) que sur celui des espaces nécessaires à l'enseignement, en particulier les quatre amphithéâtres, dont le plus prestigieux, d´une capacité de 700 places, qui était destiné aux séances solennelles, aux colloques et aux congrès, était équipé d´une cabine de projection et de systèmes de traduction simultanée.

La nécessité d´une construction économique et rapide explique le choix des éléments préfabriqués, en particulier le fenestrage continu, qui produit à chaque étage une répétition verticale et horizontale qui fait du mur une simple paroi. S´il ne s´agit pas de renoncer aux matériaux emblématiques de la Bretagne (le granite et l´ardoise), la puissance monumentale de l´édifice n´est plus liée à la qualité de la composition ou de la modénature des façades mais bien à celle des espaces qui induisent des circulations possibles et nécessaires. L´ensemble, absolument ouvert sur l´espace urbain, forme ainsi une combinaison presque symbolique de cheminements intérieurs ou extérieurs.

Dénominations université
Aire d'étude et canton Rennes ville - Rennes ville
Adresse Commune : Rennes
Adresse : avenue du Doyen-Roger-Houin , rue Jules-Ferry
Cadastre : 1980 BD 438, 439

Comme l'indiquent les documents conservés aux archives communales, la construction de la faculté de Droit est réalisée sur les plans des architectes Raymond Cornon et Louis Arretche. Les terrains (6000 m2) sont cédés à l'Etat en 1952. L'avant-projet est examiné en 1952 par le conseil général des Bâtiments de France qui exige quelques modifications. Un nouvel avant-projet est examiné en juin 1953, précisant les modifications apportées. Une demande de permis de construire, relative à des agrandissements confiés à l'architecte Alain Le Normand est déposée en 1956. L'édifice est inauguré en 1963.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle
Dates 1956, daté par source
Auteur(s) Auteur : Cornon Raymond, architecte, attribution par source
Auteur : Arretche Louis,
Louis Arretche (1905 - 1991)

Architecte en chef des Bâtiments civils et Palais nationaux.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Le Normand Alain, architecte, attribution par source

L´édifice hors gabarit, construit sur une parcelle d'angle, est cependant intégré au contexte urbain. Son gabarit impose un retrait d´alignement intégré à la composition par une terrasse formant parvis, à l´ouest, et par des jardins d´agrément, dont l´un au sud, conçu comme un cloître est ceinturé par une galerie de circulation. L´édifice est composé d´une barre de cinq étages carrés et entresol sur pilotis qui ménage une galerie et un hall en « sol libre ». La structure est ponctuée, à chaque extrémité, par de deux cages d´escalier au parement de granite, les amphithéâtres sont juxtaposés perpendiculairement, à l'est.

Murs brique creuse
enduit
essentage d'ardoise
béton armé
Toit béton en couverture
Étages sous-sol, entresol, 5 étages carrés

Données complémentaire architecture Rennes

IAUT nsp
ICHR typicum
IESP unicum aire d'étude
ICONTX structurant
ITOPO site de périphérie
POS 3
SEL étudié
Statut de la propriété propriété publique

Annexes

  • Extrait du procès-verbal de la séance du 23 juin 1953 du Conseil Général des Bâtiments de France (A. C. Rennes ; 1 O 151)

    "Le nouvel avant-projet [...] comporte des différences avec le précédent :

    Rez-de-chaussée

    Les amphithéâtres sont refaits de façon différente.

    Les amphithéâtres de 60 sont groupés par deux.

    Les escaliers d'accès au premier étage ont été modifiés.

    4 ascenseurs sont prévus au lieu de deux.

    La partie précédemment affectée aux vestiaires est devenue un portique libre du fait du transfert des vestiaires au sous-sol.

    Le nombre des points d'appui principaux supportant le grand bâtiment affecté aux différentes disciplines a été réduit.

    L'accès aux salons situés à l'arrière de la chaire du grand amphithéâtre a été modifié. Un seul accès central est prévu au lieu de deux accès latéraux.

    Les sanitaires ont été reportés au sous-sol alors que précédemment ils se trouvaient dans la partie du bâtiment au sud du vestibule côté Jean-Macé.

    Tous les amphithéâtres à l'exception de l'amphi central comportent un éclairage zénithal prévu précédemment.

    Etages

    La largeur de la galerie a été ramenée de 6 m. à 5 m.

    L'entrée aux salles de travail a été modifiée du fait de la présence de deux ascenseurs supplémentaires.

    Il semble que les bibliothèques qui étaient précédemment prévues au niveau des salles de travail (8 m 85) au premier étage, soient maintenant disposées au niveau intermédiaire (11,65 m).

    Au dernier étage, la surface des logements a été ramenée de 110 m2 à 65 m2.

    Sous-sol

    Les principales modifications ont été apportées en sous-sol. Il est prévu :

    -en 2e sous-sol : un gymnase de 46,14 m X 18,20 m comportant des vestiaires-douches pour 80 personnes, WC, chaufferie.

    -en 1er sous-sol : un garage à voitures et un garage à bicyclettes, des WC-lavabos.

    Or, il est à noter que le gymnase de 839 m2 ne figurait pas au devis primitif et que la Direction Générale de la Jeunesse et des Sports, tout en donnant son accord au principe de cette construction, demande de prévoir de préférence deux salles de gymnastique d'environ 200 m2 chacune.

    La section rappelle qu'il avait été fait observer, lors des examens précédents, que le terrain réservé à la Faculté de Droit répondait d'une façon très stricte aux dispositions envisagées et elle signale que, par principe, la superposition des éléments de programme hétérogènes, comme un programme de sport et un programme de faculté de Droit, ne semble pas recommandable. Dans le cas présent, le terrain attribué ne semble pas permettre cette prévision.".

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. C. Rennes, Série O ; 1 O 147. Voirie urbaine. Canton nord-est. Rue Jean-Macé (1913-1922) .

  • A.C. Rennes, Permis de construire ; 766 W 18.

  • A. C. Rennes. Série O ; 1 O 151. Voirie urbaine. Canton nord-est. Avenue Jules-Ferry (1913-1952) .

Bibliographie
  • RAMBERT, Charles. Constructions scolaires et universitaires. Paris Vincent, Fréal, 1955.

    p. 14 ; 128-132
  • BARBEDOR, Isabelle. "Université de Droit". In Bretagne XXe, un siècle d'architectures, (sous la direction de P. Dieudonné), ed. Terre de Brume - AMAB, 2001.

    p. 162-163
Périodiques
  • La faculté de Droit de Rennes, in Hygiène et confort des collectivités : constructions scolaires et universitaires, n° spécial, 1963.

    p. 107-112