Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Tour d'artillerie du fort Cézon (Landéda)

Dossier IA29001678 inclus dans Fort Cézon (Landéda) réalisé en 2003

Fiche

Á rapprocher de

La tour d'artillerie de l'île Cézon domine l'Aber Wrac'h. Lors de sa construction - vraisemblablement datable des années 1694-1695 (c'est à dire pendant la Guerre de la Ligue d'Augsbourg : 1688-1697) - l'île n'est protégée que par un retranchement continu. Outre la tour d'artillerie, l'île Cézon abrite également 3 batteries de canon pour un armement théorique total de 12 pièces en 1701. Chaque pièce d'artillerie dispose d'une réserve de 50 coups comprenant boulets et poudre noire.

La tour, pleine et de plan ovoïde, est élevée sur et autour d'un massif granitique qui a été aménagé et dérocté pour l'occasion (traces de déroctage et de barres à mine visibles en plusieurs points). L'escarpe à léger fruit supporte un parapet originellement percé de 7 embrasures. Ces embrasures sont destinées à être armées par des canons de marine (affûts marins). L'accès à la tour est fermé par un pont-levis (ouvert, il repose sur une pile) et par une porte ; un escalier en vis - précédé d'un petit vestibule défensif – permet d’accéder à la plate-forme d'artillerie.

L'état des batteries et corps de garde de 1742 indique la présence sur la plate-forme de 2 canons de 12 livres de balle et de 3 canons de 8 livres de balle. Il est alors préconisé "d'évaser les embrasures".

En 1780, le parapet est adapté afin de recevoir 3 canons sur affût de côte (sur châssis pivotant) : les embrasures sont bouchées et le parapet relevé. Les canons tirent désormais à barbette, c'est à dire directement au-dessus du parapet, ce qui a l’avantage de mieux protéger les servants des pièces. Ces nouveaux châssis pivotants évitent d'avoir à repointer les canons après chaque tir. La cadence et la précision des pièces est également augmentée.

En 1804, l'élévation de la batterie située sur la tour est mesurée entre 11,3 (à marée haute) et 18 mètres (à marée basse).

Lors de la Seconde Guerre Mondiale, un abri léger en béton armé a été construit (durant l'automne 1943 ?) sur la tour d'artillerie alors en partie évidée. Ce blockhaus est parfaitement défilé, puisque sa dalle en béton armé se situe sous le niveau du parapet.

Le dallage de la plate-forme ayant disparu, les gargouilles n'assurent plus leur fonction d'évacuation des eaux pluviales. L'eau s'infiltre désormais directement dans le massif rocheux. Le cordon de pierre de taille - brisé et affaissé - témoigne des désordres importants de la tour. La démolition du blockhaus et la réfection du dallage seraient souhaitables afin de traiter le problème d'infiltration.

Parties constituantes non étudiées caserne, édifice logistique
Dénominations fort
Aire d'étude et canton Bretagne Nord
Hydrographies Aber Wrac'h
Adresse Commune : Landéda
Lieu-dit : Ile Cézon
Cadastre : 1841 A dite des îles 10, 16, 17 ; 1962 A1 20, 21
Période(s) Principale : 4e quart 17e siècle
Secondaire
Secondaire : 2e quart 20e siècle
Murs granite
terre
rocaille
pierre de taille
moyen appareil
petit appareil
moellon
Toit pierre en couverture
Étages rez-de-chaussée
Couvertures terrasse
États conservations mauvais état, menacé, envahi par la végétation

A signaler : escalier tournant en très mauvais état.

Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre vestiges de guerre, intérêt botanique, site archéologique, à signaler, à étudier

Annexes

  • 1898 : état des lieux du Fort Cézon à Landéda

    "Bâtiment construit en moellon précédé d'un pont dont le tablier est pourri et les serrures disjointes. Porte d'entrée bonne mais dont les gonds et les serrures rouillées refusent tout service".

  • Extrait de l'étude sur le fort Cézon réalisée au Centre des Hautes Etudes de Chaillot par Alice Lejeune (séminaire de Nicolas Faucherre, juin 1999)

    "Quelques parties du rempart sont endommagées (pierres de faîtage disparues, dé jointoiement dans la partie balayée par la marée) ;

    La tour d'artillerie, outre l'état de la plate-forme intérieure, et la disparition des gargouilles, est sujette à des mouvements d'affaissements, du fait de l'altération du rocher granitique sur lequel elle est bâtie.

    La tour pleine est construite directement sur le rocher. L'absence actuelle de système d'évacuation des eaux pluviales de la plate-forme favorise une rétention excessive des eaux au droit du socle rocheux, et tend à accélérer le processus d'érosion naturelle du granite".

Références documentaires

Bibliographie
  • Association Cézon (préface de Yann Le NESTOUR, propriétaire du fort). Fort Cézon, la sentinelle de l'Aber Wrac'h. Association Cézon (livret publié avec le concours de l'Institut culturel de Bretagne - Skol-Uhel ar Vro), 1996, 35 p.

  • LEJEUNE, Alice. Étude sur le fort Cézon. Centre des Hautes Études de Chaillot, séminaire de Nicolas Faucherre, juin 1999.

  • LÉCUILLIER, Guillaume. La route des fortifications en Bretagne et Normandie. Paris, éd. du Huitième Jour, coll. Les étoiles de Vauban (dir. N. Faucherre), 2006, 168 p.

(c) Inventaire général (c) Inventaire général ; (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne ; (c) Région Bretagne (c) Région Bretagne - Lécuillier Guillaume