Logo ={0} - Retour à l'accueil

Station de villégiature balnéaire de Dinard

Dossier IA35000407 réalisé en 1996
Dénominationsstation balnéaire, station de villégiature
Aire d'étude et cantonCôte d'Emeraude - Dinard
AdresseCommune : Dinard

Dinard est la plus importante station balnéaire de la côte d'Emeraude. Son particularisme et son attraction résident en ses deux façades maritime et fluviale. Sa côte Est sur l'estuaire de la Rance a été la première occupée car bien protégée du large, son climat y est privilégié et son paysage unique avec en toile de fond les villes historiques proches, Saint-Malo et Saint-Servan. La côte Nord plus sauvage donne sur la Manche et bénéficie d'un cadre marin exceptionnel avec l'île de Cézembre et le Grand Bé. Dès le début de la villégiature, la clientèle y est très cosmopolite avec une fréquentation anglaise importante, facilitée par les liaisons avec la gare maritime de Saint Malo reliée à Southampton par un service direct plusieurs fois par semaine ainsi qu'avec les autres îles anglo-normandes. C'est d'ailleurs parmi les découvreurs de Dinard, un britannique, Robert Monteith, vers 1850, qui fera partager les beautés de l'endroit aux familles anglaises installées sur le continent, dont la famille Faber connue pour ses premières photographies de Dinard. Ce témoignage exceptionnel du premier Dinard nous dévoile une côte abrupte et rurale sur la plage de l'écluse et nous fait découvrir entre autre, le hameau de pêcheurs sur la Rance, avec ses maisons en moellons de granite aux pignons découverts et aux toitures d'ardoise et de chaume. Ce Dinard paisible et vallonné ne ressemble en rien à la ville d'aujourd'hui surpeuplée à la saison estivale. Elle ne possède pas de plan géométrique défini comme à Paramé, les rues semblent tracées au hasard d'actions ponctuelles. Deux centres rayonnants néanmoins s'y dégagent : la Place de la République qui est aujourd'hui au coeur de l'activité commerçante et la place du Calvaire, proche de l'église de Saint-Enogat qui était le centre primitif de la commune avant la construction de la nouvelle église inaugurée en 1858 et située actuellement Place du Général de Gaulle. C'est à partir de cette date que Dinard, en tant que station balnéaire, prendra son envol. Les premières maisons de villégiature se sont construites au Nord Est sur le site du Bec de la Vallée et en 1859 est mise en service le premier bateau à vapeur . Très tôt, la station acquiert une certaine renommée et attire une clientèle aristocratique. En 1866, le duc Audiffret Pasquier fait construire son château de la Malouine sur les falaises de la plage de l'Ecluse et bientôt se prépare la venue de l'empereur Napoléon III. Bien que ce dernier ne soit jamais venu, les préparatifs liés à sa visite ont joué un rôle moteur pour la médiatisation de la station. Les années 1870 marquent le début de la spéculation immobilière, avec l'arrivée du comte Rochaid Dahdah qui sera le véritable promoteur de cette époque. On lui doit la percée de nombreuses rues du centre ville, la construction de la halle des Aulnaies (détruite) et l'initiative de projets audacieux tels que l'ouverture de la ligne de Chemin de fer Dinan-Dinard qui sera inaugurée en 1887 et la trouée de la porte d'Emeraude qui sera réalisée, plus tard par ses fils. A partir de 1874 1875, Albert Lacroix commence à construire à Saint-Enogat le lotissement des villas de la mer et de nouveaux équipements voient le jour. Les années 1880 1890 sont favorables à la construction d'un nouveau lotissement de luxe : la Malouine qui fait encore la célébrité de Dinard. Quant aux années 1900 1910 elles verront s'édifier également de grands travaux dont le grand casino, l'hôtel Royal et le percement du boulevard Edouard VII. Au lendemain de la première guerre mondiale, Dinard connaîtra à nouveau une période de prospérité, la station possède 4 casinos en 1928 et à cette date s'est construit un hôtel building de luxe : le Gallic Hôtel et des projets grandioses sont dessinés par les architectes Lesage et Miltgen à la Vicomté. C'est aussi le période d'un vaste programme social appuyé par le maire Paul Crolard qui présente un projet tout aussi grandiose de cité jardin s ur les terrains de la Corbinai s et de Saint-Alexandre qui sera très partiellement réalisé. La plupart des digues et promenades sont aménagées également dans les années 20 et 30 avec des piscines extérieures d'eau de mer. La seconde guerre mondiale mettra un terme à la croissance de Dinard et à l'ère des mondanités. Aujourd'hui Dinard s'affiche encore comme une station à connotation anglophile avec son festival du film britannique et s'affirme comme le garant de l'architecture des 19e et 20e siècles avec la mise en vigueur d'une zone de protection de son patrimoine.

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle

Annexes

  • Informations complémentaires :
  • 19933500319X : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 3 P 5323.

    19963500354X : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, Série O, Cimetière.

    19963500278X : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 1Fi Dinard 3.

    19983501048X : Archives communales de Dinard, 4M20.

    19953500810X : Musée de Dinard

    19953500809X : Musée de Dinard

    19963500343X : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 4J 93.

    19953500820X : Musée de Dinard

    19973501111X : Archives Privées du musée de Dinard : fonds Lyona Faber

    19973501109X : Archives Privées du musée de Dinard : fonds Lyona Faber

    19973501115X : Archives Privées du musée de Dinard : fonds Lyona Faber

    19973501108X : Archives Privées du musée de Dinard : fonds Lyona Faber

    19973501110X : Archives Privées du musée de Dinard : fonds Lyona Faber

    19953500825X : Archives du Musée de Dinard

    19973501114X : Archives Privées du musée de Dinard : fonds Lyona Faber

    19953500823X : Musée de Dinard

    19973501113X : Archives Privées du musée de Dinard : fonds Lyona Faber

    19973501112X : Archives Privées du musée de Dinard : fonds Lyona Faber

    19953500834X : Archives Privées du musée de Dinard

    19943500188X : Archives Privées Fournier

    19963500336X : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 4J 93.