Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Station de télécommunications spatiales dite le Radôme, actuellement musée des télécommunications, Cosmopolis (Pleumeur-Bodou)

Dossier IA22005698 réalisé en 2005
Appellations Le Radôme
Destinations musée
Dénominations station de télécommunications
Aire d'étude et canton Communes littorales des Côtes-d'Armor - Perros-Guirec
Adresse Commune : Pleumeur-Bodou
Lieu-dit : site de Cosmopolis
Cadastre : 2004 BH 388

Station de télécommunications spatiales datant de la 2ème moitié du 20ème siècle. Construite à partir du début des années Soixante à la suite d'une convention signée entre la France et la NASA dans le cadre du projet international de télécommunications par satellites Relay, elle a permis, dans la nuit du 10 au 11 juillet 1962, via le satellite à défilement Telstar, la première retransmission en direct d'images télévisées en provenance des Etats-Unis. Elle comprend une première antenne, le "Radôme", conçue en 1961 et 1962 pour le Centre National de Télécommunications Spatiales par la société Bird Air (Milton Plunnett, architecte), en partenariat avec les compagnies ATT et Bell system. Inaugurée le 19 octobre 1962 par le général de Gaulle, elle a été déclassée en 1985 suite à la mise en service d'antennes paraboliques couplées à un satellite géostationnaire. Unique témoin au monde du premier épisode de l'histoire des télécommunications spatiales, la station a accueilli en 1991 un musée des télécommunications et a été classée au titre de la législation sur les monuments historiques le 26 septembre 2000.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle
Principale : 4e quart 20e siècle
Dates 1962, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Plunnett Milton, architecte, attribution par travaux historiques
Personnalité : Centre National de Télécommunications Spatiales,
Centre National de Télécommunications Spatiales
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire, attribution par source

Station de télécommunications spatiales construite au milieu des landes à moins de deux kilomètres au nord-nord-ouest du bourg de Pleumeur-Bodou. Elle comprend un premier dispositif de grande taille conçu pour la poursuite et l'acquisition d'un satellite à défilement. Dénommé le "Radôme" (contraction des termes radar et dôme), ce dispositif de 64 mètres de diamètre et de 50 mètres de hauteur est composé d'une antenne à cornet et réflecteur d'un poids de 340 tonnes pouvant pivoter tant à l'horizontale qu'à la verticale à l'aide d'un dispositif encore partiellement en place. L'antenne est recouverte d'une enveloppe protectrice en forme de dôme constituée de deux couches croisées de fil de dracon enrobées de caoutchouc synthétique blanc (l'Hypalon) et maintenue en élévation par la mise en pression de l'air contenu à l'intérieur. Un second dispositif, constitué d'antennes paraboliques à l'air libre, permet d'assurer les services de transmission via un satellite géostationnaire. A proximité du Radôme, un corps de bâtiment en forme d'aile delta, abrite les collections du musée des télécommunications.

Toit matériau synthétique en couverture
Couvertures dôme circulaire
toit à longs pans
États conservations établissement industriel désaffecté

Oeuvre protégée, Le Radôme est l'unique témoin au monde encore en élévation du premier épisode de l'histoire des télécommunications spatiales.

Statut de la propriété propriété d'un établissement public de l'Etat
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections classé MH, 2000/09/06
Précisions sur la protection

Le radôme, à savoir l'antenne et son enveloppe protectrice, sur le site de Cosmopolis (cad. BH 388) : classement par arrêté du 26 septembre 2000.

Annexes

  • 20052205874NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 26 Fi, commune de Pleumeur-Bodou.

Références documentaires

Bibliographie
  • DENIS, Laure. Le Radôme. In Bretagne XXe siècle : un siècle d'architectures, sous la direction de Patrick Dieudonné, Terre de Brume - AMAB, 2001.

    p. 160-161

Liens web