Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Station balnéaire de Saint-Cast-le-Guildo

Dossier IA22000410 réalisé en 1998

Fiche

Œuvres contenues

Contemporaine du lancement de la station de Saint-Lunaire, la découverte de la plage de Saint-Cast par Alfred Marinier, en 1880, suscitera un engouement immédiat, malgré son éloignement des réseaux de chemins de fer. Sa position en impasse dans le réseau routier, comme Saint-Jacut-de-la-Mer, en fait tout d'abord une destination de promenade accessible par bateau, depuis Dinard ou Saint-Malo, mais la beauté du site séduit les investisseurs et les villégiateurs qui veulent se tenir à l'écart des stations mondaines de Paramé et de Dinard. C'est sur les falaises de l'Isle et du Port-Jaquet, qu'ils trouveront les emplacements les mieux exposés mais également rue de Tourneuf, ancien chemin menant du bourg au village de l'Isle, qui offre un panorama exceptionnel sur la baie de Saint-Cast.

Malgré les offres alléchantes d'Alfred Marinier et la détermination de M. Charles qui construit un hôtel et des maisons de villégiature, sur la plage des Mielles, les touristes restent peu nombreux, peut-être découragés par son éloignement des centres d'approvisionnement dont les guides touristiques se font l'écho.

L'ouverture de la voie ferrée, qui améliore les conditions d'accès à la plage, et la courageuse tentative de M. Duponchel, qui ouvre un boulevard propre à la spéculation, favorisent le développement de la station dont témoignent les nombreuses villas des années dix. Cependant, les sites de hauteur sont toujours préférés aux Mielles (rue de la Colonne) et l'entreprise de M. Duponchel sera un fiasco financier. Comme à Saint-Lunaire, les photographies du début du siècle montrent une implantation « désordonnée » des villas qui sont encore peu nombreuses.

Les années vingt constituent la période de plus grande expansion de la station, grâce à l'amélioration des transports et à l'évolution des loisirs balnéaires, qui sont désormais tournés vers la plage. Durant cette période, la construction de nombreuses villas et la rénovation des établissements hôteliers s'accompagnent du lancement du pôle de Pen-Guen, comme c'est le cas à Dinard avec les projets contemporains de la Vicomté, ou encore à Saint-Lunaire, avec le projet non réalisé d'aménagement de la plage de Longchamp sur les plans de Patout. A Saint-Cast, le plan d'aménagement de 1932 devait apporter la touche finale à la rénovation de la station qui dispose alors d'un atout important, une plage exceptionnelle à l'échelle de la Côte d'Emeraude.

Comme à Dinard, le développement de la villégiature s'opère selon deux modes caractéristiques, la construction de villas isolées sur des sites de promontoire les mieux exposés, à l'Isle et au Port-Jacquet, et la construction des équipements fédérateurs : les hôtels construits sur la plage, disposant d'un établissement de bains, à la Garde et aux Mielles. Ici, cependant, le casino est une simple construction de bois, en activité entre 1907 et 1911, qui ne sera jamais remplacée.

Entre ces quartiers bien définis qui se construisent peu à peu, se dessinent des zones intermédiaires occupées par des villas relativement isolées mais particulièrement bien situées puisqu´elles disposent généralement d´un panorama et d´une vue sur mer : rue de Tourneuf et rue du Chêne Vert, rue des Fontenelles, chemin du Clos-Cotillon ou encore allée des Renardières.

Certains secteurs côtiers sont investis individuellement, avec une densité faible, notamment près du port de la Fresnaye et à la pointe de Corbière, près de la plage de la Mare. Le secteur de Pen-Guen est resté un pôle isolé de la station.

Enfin, le classement du littoral a eu pour conséquence l´implantation des campings et des villages de vacances dans les zones situées à proximité des plages de la Mare et de la Pissotte, à l'emplacement d'anciennes carrières, dans le 3e quart du 20e siècle, dont date également la station d´épuration construite à l'extrémité de la pointe de Saint-Cast.

Parties constituantes non étudiées casino, golf, tennis, cinéma, centrale électrique
Dénominations station balnéaire
Aire d'étude et canton Communes littorales des Côtes-d'Armor - Matignon
Adresse Commune : Saint-Cast-le-Guildo

La villégiature balnéaire à Saint-Cast est mentionnée dans les guides à partir de 1886. Alfred Marinier, promoteur du lotissement de la Garde, y vante les qualités exceptionnelles du site. En 1888, le guide Conty le qualifie de pays des misanthropes et des familles cherchant la solitude la plus absolue, mais signale deux magnifiques plages de sable fin. Le guide de 1891 mentionne déjà 7 hôtels de voyageurs, des villas à louer et des terrains à vendre. Plusieurs activités sont proposées aux touristes, en particulier les excursions et la pêche. Le rapport joint au plan d'aménagement de 1932 dresse également un historique de la station. Ainsi, après le lancement de la plage, à la Garde, par Alfred Marinier, vers 1885, et aux Mielles, par l'hôtelier et entrepreneur A. Charles, en 1890, deux personnalités joueront un rôle déterminant pour la station, Eugène Pellion, maire et conseiller général, qui obtient la création d'une voie ferrée reliant Saint-Cast à Matignon, en 1905, et M. Duponchel, arrivé à Saint-Cast en 1907, à l'origine de la création du boulevard et des galeries qui portent son nom. Ainsi, à la veille de la Première Guerre mondiale, la station est équipée de tennis, d'un café casino construit sur la plage, et de nombreux hôtels. La guerre de 1914-1918 ralentira le développement de la station qui connaît une phase de renouvellement et d'expansion importantes entre 1920 et 1930, avec notamment le lancement de la plage des Callots, où se construit la Celtic-Hôtel et son golf. Le rapport confirme un développement très important de la station entre les deux guerres où l'on passe de 350 hôtels et maisons meublées à louer, en 1924, à 570, en 1930, dont 390 villas à louer. Il souligne l'importance des constructions nouvelles, de 25 à 30 constructions par an, entre 1925 et 1930, en particulier dans le quartier des Mielles, entre 1928 et 1930. A cette date, la fréquentation des baigneurs est estimée à 15000 par an. Ces touristes sont des fonctionnaires, des commerçants, des industriels des environs de Lille, du territoire de la Sarre, de l'Alsace et de la Lorraine, mais également de Paris. Les étrangers, peu nombreux à résider à Saint-Cast, sont regroupés à Lesrot, à l'Isle et aux Mielles. Sans donner de chiffre précis, le rapport fait mention de nombreux touristes anglais. Le plan d'aménagement et d'extension, réalisé en 1932 par l'urbaniste J. Descoutures pour la société parisienne Topoplan, devait contribuer au développement et à l'amélioration de la station. Il préconisait un certain nombre de règles d'urbanisme et proposait un aménagement ambitieux de la pointe de Saint-Cast mais également des Mielles, visant à structurer le développement du bâti, de part et d'autre d'un casino projeté au centre de la plage, associé à un boulevard, et à assurer la liaison avec le lotissement Marinier, à la Garde. L'amélioration des réseaux routiers devait également permettre un accès direct au pôle de Pen-Guen et à la Garde, depuis la route de Matignon. Le projet figure également plusieurs parcs publics, l'un proche de la plage des Callots, à l'emplacement de l'hôtel des Pins, l'autre, au sud de la plage de la Marre, enfin un escalier monumental relié à une terrasse surplombant les Mielles débouchant sur la place Eugène-Pellion, rare élément réalisé du grand projet urbain qui devait aussi doter la station d'un terrain d'aviation également destiné à servir de champ de courses, à l'ouest de la Garde. Après la fermeture de la voie ferrée, l'axe devient le boulevard de la Côte d'Émeraude.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 20e siècle
Dates 1932, daté par source
Auteur(s) Auteur : Descoutures J., architecte urbaniste, attribution par source
Auteur : Topoplan, agence d'architecture, attribution par source

Station balnéaire formée de plusieurs quartiers, quartiers anciens sur les sites de hauteur, quartiers neufs, en site dunaire aux abords de la plage. Pôle isolé de la plage des Callots, où sont situés des hôtels et un golf.

Statut de la propriété propriété publique
propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. C. Saint-Cast. Plan d'aménagement et d'extension, 1932.

  • A. D. Côtes d'Armor. Série 8M ; 8M 59. Hôtels de tourisme : Mouvement de Tourisme 1931-1940.

  • A. D. Côtes d'Armor. Série 8M ; 8M 60 Tourisme populaire : Liste d'hôtels et pensions de familles ayant offert au Sous-Secrétaire d'Etat de l'Organisation des loisirs et des projets, de recevoir les bénéficiaires de congé annuel. Congé 1937.

  • ALIX, MARINIER. Baies et plages bretonnes. (Guide illustré des Chemins de fer de l'Ouest), s.l., Dentu, 1890.

    p. 14-27
  • Annuaire des Côtes du Nord par MM Habasque, Marée, et de Garaby (puis) publié par une Société d´écrivains du département, 1880.

  • ARNOUX dit BERTALL. Les plages de France. Paris : Marpon, Flammarion (réédition), 1880.

    p. 6
  • Bains de mer, excursions en Normandie, Bretagne, Ile de Jersey. (livret-guide officiel des Chemins de fer de l'Ouest), s.l., 1904.

    1904, 1907
  • La Bretagne. Guide du touriste au bord de la mer. (collection Thermes et Plages), Paris, 1912.

    p. 196-198
  • La Bretagne : les plages du Mont-Saint-Michel à Brest et Nantes. (collection Guides Thiolier), Paris, Thiolier, 1932.

    p. 21-26
  • Bretagne Ouest : la Côte de Granville à Brest. (Guide pratique Conty), Paris, Conty, 1904.

    p. 99-145
  • CHMIELENSKI, dit Constant de TOURS. Guide album du touriste : 20 jours en Bretagne de Saint-Malo à Brest. Paris : May et Motteroz, 1892.

    p. 25
  • COMITE DES FETES ET D'INITIATIVE DE DINARD. Guide de la Côte d'Emeraude. s.l., publié par l'agence Jules Boutin, 1911.

    p. 40-44
  • DERVENN. Les plus belles plages de France. (Guide officiel illustré des Chemins de fer de l'Etat), Paris, Mayeux, 1925.

  • Guide pratique du réseau de l'Ouest comprenant la Normandie et la Bretagne. Paris, 1891.

    p. 438
  • Guide pratique des familles aux Bains de Mer. Paris, 1896.

    p. 230-231
  • GUYON. Tablettes statistiques administratives et commerciales des Côtes du Nord. Saint-Brieuc.

    1880, 1881, 1900, 1914, 1922
  • HERPIN (Eugène). Excursion à Saint-Cast. La Côte d'Emeraude, 1906, n°28.

    p. 1
  • HERPIN, Eugène.BOIVIN, Louis. Guide du touriste à Dinard et ses environs, Rennes, Simon, s.d.

    p. 92
  • JOANNE, Paul. Itinéraire général de la France : Bretagne. Paris : Hachette, 1902.

    p. 68-87
  • MARINIER, Alfred. La baie de Saint-Malo, de Cancale au cap Fréhel. (Guides artistiques Simons), Paris, 1886.

    p. 191-201
  • MONMARCHE.La Bretagne Paris, Hachette, 1920.

    p. 173-185
  • POINTEAU. L.-A. Annuaire Almanach Général des cent milles adresses Des Côtes du Nord portant les noms et professions des habitants de Saint-Brieuc et de 388 autres villes et communes du département. Angers, 1886.

  • ROUY. La Bretagne : du Mont-Saint-Michel à l'embouchure de la Loire. Paris : Flammarion, s.l., s.d.

    p. 34
  • Sands across the sea. Brittany. Normandy. Picardy. Londres, 1935.

    p. 186, 212
  • SYNDICAT D'INITIATIVE. Saint-Cast : guide pratique du touriste. Rennes : Hamon-Trémeur, s.d.

  • SYNDICAT D'INITIATIVE. Saint-Cast : sa plage, ses bois, ses vallons. Rennes : Hamon-Trémeur, s.d.

  • UNION DES TROIS VILLES, BOIVIN, Louis. Le guide illustré de la Côte d'Emeraude. Saint-Malo : Le Lagadec, s.d.

    p.31-37 ; 92-106
  • UNION DEPARTEMENTALE DES GROUPEMENTS TOURISTIQUES DES COTES DU NORD. Les Côtes du nord, sites et monuments, villégiatures, plages. Saint-Brieuc, Aubert, Ti Breiz, s.d.

    p. 7-8
Documents figurés
  • Plage de Saint-Cast (Côtes du Nord) , dessin, par H. Vinel, 1902. In BIHR, Jean-Pierre. Regards d'Emeraude, Saint-Jacut-de-la-Mer, 1992.

    p. 312-313
  • Saint-Cast. Vue générale, carte postale, 1er quart 20e siècle (A. P.).

  • Saint-Cast. La plage le jour des régates, carte postale, 1er quart 20e siècle (A. P.).

  • Saint-Cast. La plage et les villas, carte postale, 1er quart 20e siècle (A. P.).

  • Saint-Cast - La plage, photographie, 2e quart 20e siècle (A. P.).

  • Projet d'aménagement de la digue, dessin, 1932 (A. C. Saint-Cast).

  • Ville de Saint-Cast. Plan d'aménagement et d'extension, dessin, par la société Topoplan, 1932 (A. C. Saint-Cast).

  • Ville de Saint-Cast. Réseau d'égouts. Etat futur, dessin, par la société Topoplan, 1932 (A. C. Saint-Cast).

  • Aménagement de la pointe de Saint-Cast, dessin, par la société Topoplan, 1933 (A. C. Saint-Cast).

  • Aménagement du secteur de la Garde et de Pen-Guen, dessin, par la société Topoplan, 1932 (A. C. Saint-Cast).

Bibliographie
  • BARBEDOR, Isabelle. L'espace de la villégiature, le temps du dépaysement In La Côte d'Emeraude. La villégiature balnéaire autour de Dinard et Saint-Malo. Dir. Bernard Toulier, Francis Muel ; réd. Isabelle Barbedor, Gaëlle Delignon, Véronique Orain, Jean-Jacques Rioult ; photogr. Guy Artur, Norbert Lambart. Paris : Centre des monuments nationaux/Monum, Cahiers du Patrimoine, 2001.

    p. 27, 28, 30, 31, 35, 36, 37
  • BARBEDOR, Isabelle. Saint-Cast, plage ou station ? In La Côte d'Emeraude. La villégiature balnéaire autour de Dinard et Saint-Malo. Dir. Bernard Toulier, Francis Muel ; réd. Isabelle Barbedor, Gaëlle Delignon, Véronique Orain, Jean-Jacques Rioult ; photogr. Guy Artur, Norbert Lambart. Paris : Centre des monuments nationaux/Monum, Cahiers du Patrimoine, 2001.

    p. 62-65
  • BIHR, Jean-Pierre. Regards d'Emeraude. Saint-Jacut-de-la-Mer : J.-P. Bihr, 1992.

    p. 294-326
  • DELIGNON, Gaëlle. De la plage à la ville de bains In La Côte d'Emeraude. La villégiature balnéaire autour de Dinard et Saint-Malo. Dir. Bernard Toulier, Francis Muel ; réd. Isabelle Barbedor, Gaëlle Delignon, Véronique Orain, Jean-Jacques Rioult ; photogr. Guy Artur, Norbert Lambart. Paris : Centre des monuments nationaux/Monum, Cahiers du Patrimoine, 2001.

    p. 80
  • CATINAULT, Julie. Les sources documentaires de l'architecture balnéaire de la Côte d'Emeraude 1840-1940. mémoire de maîtrise Université Rennes 2, 1997.

    p. 188
  • FAUVEL, Christian. Saint-cast, Le Guildo et Matignon, coll. Mémoires en images, Joué-les-Tours : Allan Sutton éditeur, 1999.

  • ORAIN, Véronique. L'établissement de bains-casino In La Côte d'Emeraude. La villégiature balnéaire autour de Dinard et Saint-Malo. Dir. Bernard Toulier, Francis Muel ; réd. Isabelle Barbedor, Gaëlle Delignon, Véronique Orain, Jean-Jacques Rioult ; photogr. Guy Artur, Norbert Lambart. Paris : Centre des monuments nationaux/Monum, Cahiers du Patrimoine, 2001.

    p. 91, 95
  • ORAIN, Véronique. DELIGNON, Gaëlle. FERMIN, Henri. Les équipements sportifs de l'anglomanie In La Côte d'Emeraude. La villégiature balnéaire autour de Dinard et Saint-Malo. Dir. Bernard Toulier, Francis Muel ; réd. Isabelle Barbedor, Gaëlle Delignon, Véronique Orain, Jean-Jacques Rioult ; photogr. Guy Artur, Norbert Lambart. Paris : Centre des monuments nationaux/Monum, Cahiers du Patrimoine, 2001.

    p. 105, 108