Logo ={0} - Retour à l'accueil

Station balnéaire de Morgat (Crozon)

Dossier IA29004105 inclus dans Écart de Morgat (Crozon) réalisé en 2006
Parties constituantes non étudiéeshôtel de voyageurs, maison
Dénominationsstation balnéaire
Aire d'étude et cantonBretagne - Crozon
AdresseCommune : Crozon

Louis Richard, représentant de commerce, aurait au début des années 1880 découvert le site de Morgat. L´endroit est fréquenté depuis plusieurs années pour la visite de ses grottes, la possibilité de chasser les oiseaux de mer et de se baigner. Louis Richard décide de convaincre des investisseurs de l´aider à créer une station balnéaire. Il en parle à Armand Peugeot, dont il serait le cousin, et qui à l´époque est un industriel franc-comtois travaillant dans la métallurgie de transformation, notamment les ressorts pour corset (la construction de bicyclettes ne commencera que vers 1885). Armand Peugeot démarche des propriétaires locaux au cours de l´été 1883 qui, comprenant le bien fondé de l´entreprise, décident de lui vendre leurs parcelles sises dans la zone du futur lotissement. Une société de lotissement, la Société Richard et Compagnie, est fondée en décembre 1883, rassemblant plusieurs membres de la famille et de la belle-famille d´Armand Peugeot. A partir de janvier 1884, la société commence à acheter des parcelles le long de la plage de Morgat, au sud du hameau rural de Kerigou. Elle réorganise complètement l´espace agricole du lieu, transformant les anciennes parcelles longues et étroites (nommées, pour cette raison, sillons) en parcelles capables de recevoir les villas balnéaires projetées et leur parc. Elle intervient également dans le secteur du Fret, en y construisant un hôtel destiné à recevoir les touristes en transit entre Brest et Crozon par le bateau à vapeur. La Société Richard et Compagnie et son instigateur Armand Peugeot ont eu une réflexion originale et pionnière pour l´époque concernant l´organisation géographique de leur station balnéaire, qui est fondée non sur une centralité rayonnante de type de celle de Cabourg par exemple, non sur un quadrillage du type de La Baule par exemple, mais sur le fractionnement de l´espace sur la base des fonctions dévolues à ces espaces : zone d´accès et d´accueil, zone résidentielle de la famille fondatrice et de ses amis, zone de spéculation. Ainsi la société Richard et Compagnie fractionne son lotissement en trois parties : le quartier balnéaire des hôtels (zone d´accès et d´accueil) qui se trouve à l´entrée du lotissement, le quartier balnéaire de Morgat (zone résidentielle de la famille Peugeot et de ses amis) qui est situé à l´Ouest, en direction du village de Morgat, et le quartier balnéaire du Portzic (zone de spéculation) qui est situé à l´Est, au-dessus de la plage du même nom, à proximité du hameau rural de Lesquiffinec. Il s´agit bien pour cette société d´organiser l´espace et de contrôler la destinée de la station balnéaire qu´elle est en train de créer. Armand Peugeot choisit également les architectes de la station : ce seront les Brestois Abel et Gaston Chabal (père et fils), comme lui, de religion protestante. L´objectif des créateurs de la station est de lui donner une belle homogénéité, au niveau du style des constructions et de l´aménagement des rues, les réalisations devant se conformer à des règles plus ou moins explicitées. Quand, en 1893, la société Richard et Compagnie dont la durée courait sur dix ans arrive à son terme, les lotisseurs forment une nouvelle association qui relance le processus de vente. En effet, le lotissement balnéaire connaît des débuts difficiles et le fait de réserver les meilleures parcelles aux amis de la famille Peugeot complique les initiatives de la société. La société Richard et Compagnie a choisi de ne laisser à la spéculation que le quartier balnéaire du Portzic. Par ailleurs, le quartier balnéaire des hôtels, qui réclame également des efforts financiers importants, ne parvient plus à satisfaire l´affluence croissante des touristes. En 1904, une nouvelle société est constituée, la Société civile de la plage de Morgat, transformée en 1913 en Société anonyme de la Plage de Morgat (dissoute en 1992). Chaque nouvelle constitution, reprenant généralement les mêmes investisseurs, tâche de relancer les ventes. A la suite du décès d´Armand Peugeot en 1915, son gendre et sa fille prennent la direction de la société. Le quartier balnéaire de Morgat s´ouvre alors aux acheteurs brestois, qui y investissent assez massivement à partir des années 1930. Le quartier du Portzic commence également à s´urbaniser, bien que la majorité des villas de ce secteur n'ait été édifiée que dans les années 1960 et 1970. Aujourd´hui, il n´existe plus d´espace libre entre le bourg de Crozon et la station balnéaire, originellement distants de plus de deux kilomètres. La station balnéaire de Morgat a été fortement densifiée dans les années 1930 puis dans les années 1960. Pourtant, les villas construites au tournant des 19e-20e siècles continuent à donner l´atmosphère générale de la station et contrairement à la plupart des autres stations balnéaires du littoral français. En ce sens, telle qu´elle se présente aujourd´hui, la station balnéaire de Morgat, notamment le quartier balnéaire de Morgat, a une réelle valeur patrimoniale.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Auteur(s)Personnalité : Peugeot Armand commanditaire attribution par travaux historiques

La station balnéaire de Morgat rassemble des villas et hôtels de diverses époques, avec de belles villas construites au tournant des 19e-20e siècles et des constructions plus modernes, notamment des années 1930 et des années 1960, inégalement distribuées entre les trois secteurs du lotissement. Son originalité réside dans le fait qu´il ne comporte aucun grand immeuble, à l´exception de l´ancien Grand Hôtel de la Mer à l´allure palatiale et du village-vacances Pierre et Vacances voisin. Les parcs et jardins des villas ont peu à peu transformé l´ensemble en un espace renfermant d´intéressantes essences arbustives, si bien que le paysage du front de mer est caractérisé par des villas disposées dans un ensemble de verdure, ce qui est rare dans les stations balnéaires françaises. Les toits des maisons sont généralement en ardoise. Le secteur ouest du lotissement, que l´on peut qualifier de quartier balnéaire de Morgat (voir document 1) puisque situé au-dessus de la plage de Morgat, est constitué de belles villas. La rue Armand Peugeot, essentiellement constituée de villas datant de l´époque de la création de la station, est restée homogène. Elle débouche sur le boulevard de la plage, au niveau de la villa Ker Maria, probablement la plus belle villa de la station. Le secteur est du lotissement, appelé le quartier balnéaire du Portzic, situé au-dessus de la plage du Portzic, est composé de villas plus modestes. Si certaines d´entre elles datent du tournant 19e-20e siècles, telles les villas Les Grottes (anciennement Le Clair-Logis) et La Roseraie, la majorité des autres constructions date de l´après-guerre et correspond à des pavillons sans lien avec l´esprit architectural de la station. Au coeur du lotissement, le quartier balnéaire des hôtels, aujourd´hui rattrapé de toutes parts par l´urbanisation de Crozon, a été davantage transformé et continue à l´être.

Annexes

Références documentaires

Bibliographie
  • CALVEZ, Louis. La Presqu´île de Crozon, histoire, art, nature. Paris : Nouvelle librairie de France, 1975.

    469 p
  • PEUGEOT, Blandine. Étude sur la famille Peugeot : des origines à la fin de la Première Guerre mondiale. Aspects sociologiques, religieux et économiques. Université de Paris IV : Thèse de 3e cycle, 1977.

  • KERSPERN, Michèle, LE COUËDIC, Daniel. « Le mode balnéaire : Gaston Chabal à Morgat » Modernité et régionalisme en Bretagne (1918-1945) . Liège/Bruxelles : Pierre Mardaga éditeur, 1986.

    p. 89-99
  • LE COUËDIC, Daniel. Les Architectes et l´idée bretonne, 1904-1945 ; Contribution à l´étude de l´influence des courants d´idée et des sujétions corporatives sur l´architecture et les arts appliqués. Université de Bretagne-Occidentale : Thèse de Doctorat Lettres et Sciences Humaines, 1992.

    1668 p
Périodiques
  • VINCENT, Johan. Morgat et la station balnéaire fut. Apparition et impact de l´activité balnéaire dans la presqu´île de Crozon (mi 19e siècle-1939) . Crozon : Avel Gornog, juillet 2006, n°14.

    p. 2-8