Logo ={0} - Retour à l'accueil

Sites archéologiques, Lédano ; Coatmen (Lézardrieux)

Dossier IA22014314 réalisé en 2009

Fiche

Dénominationssite archéologique
Aire d'étude et cantonCommunes littorales des Côtes-d'Armor - Lézardrieux
AdresseCommune : Lézardrieux
Lieu-dit : le Lédano Coatmen

Les sites archéologiques sur la commune de lézardrieux sont nombreux, mais peu connus : la motte féodale du bourg et l'enceinte de Coatmen, les pêcheries du Lédano et de l'Île à Bois. Au-dessus du Lédano, au lieu dit Beg an Ty Meur, on peut relever plusieurs parcelles, dont la toponymie témoigne de la présence de plusieurs sites archéologiques : la parcelle 613 'Lannec ar Gorrec' (la 'Lande de la pêcherie') et la parcelle n°614 'Coz Castel'. Cette dernière parcelle révèle dans la morphologie du terrain, l'ancienne présence d'un camp gaulois et d'un système défensif. Le champ contigu n°615, se nomme 'Men Braz', la 'Grande Pierre. La présence de morceaux de tegulae romaine révèle des vestiges gallos-romains sous la terre cultivable, évoquant le réaménagement romain d'un vieux site gaulois. Un four à sel gaulois pourrait bien avoir existé sur ce site, semblable à celui de la rive gauche du Lédano. La parcelle n° 621, qui descend du Prioly, s'appelle 'Loguel an Trez', 'Le champ du Passage', et alimenterait la thèse des 'moines passeurs' du Trieux. Les anciens marins pêcheurs appelaient cet endroit 'Porz Maorc'h', le 'Port du marsouin'.

Période(s)Principale : Gallo-romain
Principale : Haut Moyen Age
États conservationsdésaffecté
Statut de la propriétépropriété publique

Annexes

  • Le site de Coat-Min ou Coatmen Vieux Château en Lézardrieux

    Extrait des recherches de François Sallou, ARSSAT, 2006.

    Le site de Coêtmen est une fortification de terre, qui se rattache, par sa forme, davantage aux enceintes fortifiées qu'aux mottes féodales. Cette enceinte de terre est de forme légèrement ovoïde, cernée de talus peu élevés et d'une douve sèche peu profonde (parcelle 504). Elle est située en contrebas de 5 mètres environ par rapport à cette défense extérieure (parcelle 523). Alors que la motte de Botloy est taillée dans le roc, s'élève à 9 mètres de hauteur, ayant supporté un donjon de 7 à 8 mètres de côté avec des murailles d'1 mètre d'épaisseur.

    L'ancien site seigneurial de Coatmer (seigneur Geoffroy de Coëtmen) comprenait sous l'Ancien Régime deux moulins, à eau et à vent et défendait le mouillage forain de Coatmer, sur le Trieux. Cependant, au 16ème siècle, son rôle était secondaire. Le passage entre le Trégor et le Goëlo se faisait en la trêve de Lezhardré, au pied du château probablement daté du Haut Moyen Âge, comme l'indique le nom de Lézardrieux.

    Autour de cet endroit, appelé 'passage du Goëlo', la toponymie donne des renseignements concernant les activités que l'on y pratiquait. En effet, une maison appelée 'Dalch-an-Silliou' indique que l'on y pêchait des anguilles : un espace en hauteur, appelé 'Run-an-Rouëdon (AD 22 E 2118), indique que l'on y faisait sécher des filets de pêche. On trouvait aussi près du passage, la pêcherie de Kerraoul (AD 22 E 2180).

Références documentaires

Bibliographie
  • DERVILLY, Jacques ; BIZIEN-Jaglin, Catherine ; LANGOUÊT, Loïc. Chronique des anciens pesons de filet en Bretagne. In AMRAI n° 11, Renne, 1998.

  • LE BERRE, TERS. Toponymie nautique de la côte Nord de Bretagne entre le plateau de la Méloine et les Héaux de Bréhat, Annales Hydro, Brest, 1971.

    p.
  • TERS, M. F.. Toponymie de la côte du Goëlo. Paris : Imprimerie Nationale, 1955.

    p.
Périodiques
  • LE QUELLEC, Jean-Marie. Promenades archéologiques autour de Bec An Ty Meur. In Les Cahiers de la Presqu'île n° 5, Pleubian : Cercle d'Histoire et Archéologie de la Presqu'île, 2000.

    p. 22-25