Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Retranchements puis enceinte (front bastionné)

Dossier IA29001684 inclus dans Fort Cézon (Landéda) réalisé en 2003

Fiche

Vaste retranchement en terre datable du début du 18e siècle (plan de 1704) : il est conçu pour servir de protection aux mousquetaires et pour défendre la tour d'artillerie, les batteries de canons et les casernes.

Coupant l'île en deux, le retranchement suit un tracé bastionné : petite courtine (percée d'un pont-levis) encadrée de deux demi-bastions (un flanc par demi-bastion).

Ce retranchement primitif (d'une hauteur d'à peine 2 mètres en certains points) est remplacé vers 1859-1860 par une enceinte en moellon et pierre de taille. Les parapets des fronts de terre sont profilés pour la protection de l'infanterie.

Dénominations fort
Aire d'étude et canton Bretagne Nord
Hydrographies Aber Wrac'h
Adresse Commune : Landéda
Lieu-dit : Ile Cézon
Cadastre : 1841 A dite des îles 10, 16, 17 ; 1962 A1 20, 21
Période(s) Principale : 4e quart 17e siècle, 18e siècle
Secondaire : 3e quart 19e siècle
Murs granite
terre
rocaille
pierre de taille
moyen appareil
petit appareil
moellon
Toit pierre en couverture
Étages rez-de-chaussée
Couvertures terrasse
Typologies fort à la mer avec front de terre
États conservations menacé, envahi par la végétation
Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre vestiges de guerre, intérêt botanique, site archéologique, à signaler, à étudier

Annexes

  • Extrait de l'étude sur le fort Cézon réalisée au Centre des Hautes Etudes de Chaillot par Alice Lejeune (séminaire de Nicolas Faucherre, juin 1999)

    "Constat de l'état sanitaire de l'enceinte et de la tour en 1999 : quelques parties du rempart sont endommagées (pierres de faîtage disparues, dé-jointoiement dans la partie balayée par la marée).

    La tour d'artillerie, outre l'état de la plate-forme intérieure, et la disparition des gargouilles, est sujette à des mouvements d'affaissements, du fait de l'altération du rocher granitique sur lequel elle est bâtie".

  • 1808 : Génie, Sous-direction des côtes. Côtes-du-Nord de Brest, poste de Cézon. Mémoire sur le fort Cézon, signé à Brest par Riverieux, capitaine du génie (Service historique de la défense, Vincennes, Archives du génie, places abandonnées)

    "Ce fort n´est à proprement parlé qu´une grande batterie fermée en maçonnerie de pierres sèches, d'un mince relief, contournant le bord de mer sur trois côtés qui se tient au quatrième par les faces de deux redans, et un front bastionné de 80 et quelques mètres avec portes et pont-levis ; cette dernière partie seule a un fossé d´environ 6 mètres de largeur et 9 de profondeur.

    La plus grande longueur intérieure est de 120 mètres, la largeur de 95 ; sa hauteur des terre-pleins au dessus de la pleine mer de vives eaux est de 44 décimètres.

    Il renferme un donjon de forme elliptique, d´environ 40 mètres carrés de développement intérieur sur la plate-forme duquel est une batterie de 2 pièces de 12 [livres de balles], le restant de l´artillerie consistant en 2 pièces de 18 [livres de balles] et 2 pièces de 12 [livres de balles] en épaule par les parapets du fort où l´on a construit depuis peu un fourneau à rougir les boulets à une seule rigole.

    Trois bâtiments distincts servent de magasins, de corps de garde, de logements, pour un trentaine d´hommes et plusieurs officiers.

    On voit de plus dans le fort trois appentis adossés contre des pignons qui sont employés par le garde d´artillerie, les cantonniers et la cuisine du commandant.

    Il y manque une citerne, on juge avec des probabilités qu´on pourrait y creuser un pour l´eau douce : la crainte de ne pas réunir en (illisible) rejeter l´entreprise".

    (Copie Yann Le Nestour - association Cézon, document n° 22 - transcription Guillaume Lécuillier, 2003)

(c) Inventaire général (c) Inventaire général ; (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne - Lécuillier Guillaume