Logo ={0} - Retour à l'accueil

Quartier balnéaire de Morgat (Crozon)

Dossier IA29004107 inclus dans Station balnéaire de Morgat (Crozon) réalisé en 2006

Fiche

Œuvres contenues

Précision dénominationquartier balnéaire
Parties constituantes non étudiéesmaison
Dénominationsquartier
Aire d'étude et cantonBretagne - Crozon
AdresseCommune : Crozon

La Société Richard et Compagnie (fondée en 1883) et son instigateur Armand Peugeot ont eu une réflexion originale et pionnière pour l´époque concernant l´organisation géographique de leur station balnéaire, qui est fondée non sur une centralité rayonnante de type de celle de Cabourg par exemple, non sur un quadrillage du type de La Baule par exemple, mais sur le fractionnement de l´espace sur la base des fonctions dévolus à ces espaces : zone d´accès et d´accueil, zone résidentielle de la famille fondatrice et de ses amis, zone de spéculation. Ainsi la société Richard et Compagnie fractionne son lotissement en trois parties : le quartier balnéaire des hôtels (zone d´accès et d´accueil) qui se trouve à l´entrée du lotissement, le quartier balnéaire de Morgat (zone résidentielle de la famille Peugeot et de ses amis) qui est situé à l´Ouest, en direction du village de Morgat, et le quartier balnéaire du Portzic (zone de spéculation) qui est situé à l´Est, au-dessus de la plage du même nom, à proximité du hameau de Lesquiffinec. Le quartier balnéaire de Morgat, dont l´urbanisation n´est pas au début en continuité avec le village de pêcheurs de Morgat et le hameau rural, ayant également accueilli des pêcheurs, de Kerigou, se présente, au moment de la première période du lotissement, comme un vaste parc commun à la famille Peugeot et à ses amis. Les propriétaires proviennent principalement de Franche-Comté, de Paris ou de Suisse. Armand Peugeot choisit les architectes brestois Abel et Gaston Chabal, eux aussi protestants, afin de créer une homogénéité dans le lotissement. En plus de leur propre villa, les Peugeot et la Société Richard et Compagnie construisent plusieurs villas, essentiellement sur l´actuelle rue Armand Peugeot, point haut proche de la plage permettant d´orienter les villas sur la pointe de Rulianec. Armand Peugeot séjourne principalement dans la villa Bellevue. Cette population se mélange peu avec les Brestois, autre groupe d´estivants attirés par les charmes de Morgat. Le lotissement balnéaire connaît des débuts difficiles et le fait de réserver les meilleures parcelles aux amis de la famille Peugeot complique les initiatives de la société. A la suite du décès d´Armand Peugeot en 1915, son gendre Charles Breitling et sa fille prennent la direction de la société. Le quartier balnéaire de Morgat s´ouvre alors plus largement aux propriétaires brestois, qui investissent massivement cet espace, le mieux situé de la station balnéaire. Les villas sont louées ou vendues, les époux Breitling se souciant régulièrement du prix que pourraient atteindre leurs propriétés. La station balnéaire de Morgat a été fortement densifiée dans les années 1930 puis dans les années 1960. Pourtant, les villas construites au tournant des 19e-20e siècles continuent à donner l´atmosphère générale de la station et contrairement à pratiquement toutes les autres stations balnéaires du littoral français. En ce sens, la station balnéaire de Morgat (surtout le quartier balnéaire de Morgat) a une réelle valeur patrimoniale.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Auteur(s)Personnalité : Peugeot Armand commanditaire attribution par travaux historiques

Le quartier balnéaire de Morgat rassemble des bâtiments hétérogènes, avec de belles villas construits au tournant des 19e-20e siècles et des constructions plus modernes, notamment des années 1960. Néanmoins, il conserve son esprit de lotissement, sans grands ensembles. Les jardins permettent d´en faire un espace arboré, avec des constructions à taille humaine, malgré leurs hauts toits pour quelques-unes d´entre elles, héritage des modèles de maisons de Franche-Comté, d´où est originaire la famille Peugeot. Les toits des maisons sont généralement en ardoises. Une continuité dans la construction demeure dans certains espaces, essentiellement au début de la rue Armand Peugeot (villas Ker Gan Avel, Les Verrès, Ker Skrill, Ker Eulec´h) et autour de la villa Ker Maria, ce que l´on peut considérer comme le coeur de ce quartier. Ces villas se situent d´ailleurs sur le point haut le plus proche de la mer. Des villas édifiées plus tardivement, avec goût, comme les villas Roz-Avel ou Ar Glazen, témoignent des intégrations réussies.

Annexes

  • 20072908829NUC : , Collection particulière Porée.

    20082908350NUCB : Archives départementales du Finistère, 2 Fl 42/65.

    20072908626NUC : Archives municipales de Brest, 7S350.

Références documentaires

Bibliographie
  • CALVEZ, Louis. La Presqu´île de Crozon, histoire, art, nature. Paris : Nouvelle librairie de France, 1975.

    469 p
  • PEUGEOT, Blandine. Étude sur la famille Peugeot : des origines à la fin de la Première Guerre mondiale. Aspects sociologiques, religieux et économiques. Université de Paris IV : Thèse de 3e cycle, 1977.

  • KERSPERN, Michèle, LE COUËDIC, Daniel. « Le mode balnéaire : Gaston Chabal à Morgat » Modernité et régionalisme en Bretagne (1918-1945) . Liège/Bruxelles : Pierre Mardaga éditeur, 1986.

    p. 89-99
  • LE COUËDIC, Daniel. Les Architectes et l´idée bretonne, 1904-1945 ; Contribution à l´étude de l´influence des courants d´idée et des sujétions corporatives sur l´architecture et les arts appliqués. Université de Bretagne-Occidentale : Thèse de Doctorat Lettres et Sciences Humaines, 1992.

    1668 p