Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Pyrotechnie Saint-Nicolas (ensemble de trois grands magasins à poudre et bâtiments annexes) (Guipavas)

Dossier IA29004718 inclus dans Arsenal de Brest réalisé en 2007

L´ARSENAL DE BREST, UN PATRIMOINE INDUSTRIEL ET MILITAIRE EN MUTATION

La pyrotechnie Saint-Nicolas à Guipavas (1868)

"Depuis son acquisition par la Marine en 1787, l´anse de Kerhuon servait de parc au bois pour les constructions navales. Elle est fermée par une digue en 1829. « La pyrotechnie », comme on la nomme localement, a été créée à 9 km à l´est du château de Brest en 1868 sur la commune de Guipavas. Elle était reliée à la voie de chemin de fer Paris-Brest.

Un ensemble de quatre magasins à poudre nommés poudrières a été construit dans un vallon sur la rive ouest de la rivière Kerhuon. Ces édifices clos individuellement par un mur de sûreté sont quasiment identiques à ceux de la pyrotechnie du vallon du Nardouet à Cherbourg construits en 1877-1878. Ils sont les héritiers des magasins de l´île d´Arun (1693-1694) et de l´île des Morts (1808-1814) même s´ils sont dépourvus de contreforts.

Innovation architectonique, ces magasins sont dotés d´un sas d´entrée à chaque extrémité, de gaines de ventilation en sous-sol et de créneaux à lampe permettant de donner artificiellement de la lumière aux soutes via une chambre d´éclairage. Le plus petit magasin de la rive ouest, en mauvais état, a été récemment détruit mais au moins deux des grands magasins voûtés ont gardé leurs dispositions d´origine : planchers et escaliers en chêne, lambris en châtaignier. Ils disposent toujours de huit créneaux de lampe et de trois fenêtres dotées des huisseries originelles, desservis par une chambre d´éclairage à chaque pignon. Leur couverture en tuile à deux pans et croupes sur charpente semble d´origine. La surface totale additionnée du rez-de-chaussée et de l´étage de chaque grande poudrière avoisine 800 m². Selon l´Index de la fortification française, 1874-1914, chaque magasin a une capacité de 160 t de poudre.

Les falaises du vallon de Kerhuon ont également été percées de tunnels par l´organisation Todt lors de la Seconde Guerre mondiale, afin d´y aménager des magasins souterrains. Une voie ferrée reliait les soutes à munitions de la pyrotechnie à l´aérodrome de Guipavas. Des travaux de mise aux normes de certains de ces magasins ont été réalisés en 2008 et 2009. La disposition des lieux, l´éloignement relatif des dépôts entre eux et la canalisation de l´effet de souffle (par la création de merlons pare-éclats) doit permettre d´éviter toute détonation par influence ou sympathie. Pour des raisons évidentes de sécurité et de confidentialité, la partie du site qui concentre les activités de fabrication et d´assemblage des projectiles a été installée, dès l´origine, sur la pointe appelée Saint-Nicolas à l´est de la confluence de l´Elorn et de la rivière du Kerhuon. Les manutentions ont lieu principalement par voie maritime depuis des quais spécifiques. L´orthophotographie historique de 1919 laisse apparaître plus de 80 bâtiments dont un spectaculaire alignement d´une quinzaine d´ateliers. Aujourd'hui, le site de la pyrotechnie Saint-Nicolas avoisine les 140 ha et assure la maintenance, le stockage et la délivrance des munitions et deviendra à terme le seul lieu de stockage des munitions pour la Marine en France".

(Lécuillier Guillaume, 2011)

Lécuillier Guillaume (dir.), Jean-Yves Besselièvre, Alain Boulaire, Didier Cadiou, Christian Corvisier, Patrick Jadé, Les fortifications de la rade de Brest : défense d'une ville-arsenal. Rennes, éd. Presses Universitaires de Rennes, coll. Cahiers du patrimoine, 2011, n° 94, 388 p.

Appellations Pyrotechnie Saint-Nicolas
Destinations édifice logistique
Dénominations poudrière, édifice logistique
Aire d'étude et canton Bretagne Nord
Hydrographies L'Elorn; Anse de Kerhuon
Adresse Commune : Guipavas
Lieu-dit : Saint-Nicolas
Période(s) Principale : 2e moitié 19e siècle
Secondaire : 20e siècle
Dates 1868, daté par source
États conservations restauré, inégal suivant les parties, remanié

Il s'agit d'un site en terrain militaire : l'accès est interdit sans autorisation préalable. Communes dans lesquelles s'exercent les principales prescriptions de maîtrise de l'urbanisation autour des installations concernées : GUIPAVAS et LE RELECQ-KERHUON (polygone d'isolement institué par le décret du 20 octobre 1954 modifié par le décret du 19 janvier 1970).

Statut de la propriété propriété de l'Etat
Intérêt de l'œuvre vestiges de guerre, à signaler

Annexes

  • 20072906647NUCA : Archives Départementales, Finistère, 3P145_001.

    20072906648NUCA : Archives Départementales, Finistère, 3P145_011.

    20072906649NUCA : Etablissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense (E.C.P.A.D.), SPA 5 J 405.

    20072906650NUCA : Etablissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense (E.C.P.A.D.), SPA 5 J 407.

    20072906651NUCA : Etablissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense (E.C.P.A.D.), SPA 5 J 409.

    20072906652NUCA : Etablissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense (E.C.P.A.D.), SPA 5 J 458.

    20072906653NUCA : Etablissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense (E.C.P.A.D.), SPA 5 J 459.

    20072906654NUCA : Etablissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense (E.C.P.A.D.), SPA 7 J 616.

    20072906655NUCA : Etablissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense (E.C.P.A.D.), SPA 7 J 627.

Références documentaires

(c) Inventaire général (c) Inventaire général ; (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne - Lécuillier Guillaume