Logo ={0} - Retour à l'accueil

Prieuré (Saint-Sauveur-des-Landes)

Dossier IA00006912 inclus dans Le village de Saint-Sauveur-des-Landes réalisé en 1969

Fiche

Á rapprocher de

Le prieuré touchait l'église au nord. Aux 16e et 17e siècles le chœur servait de chapelle privée au prieur, et les paroissiens avaient installé un deuxième chœur au haut de la nef. Le prieuré possédait un droit de haute justice. Il fut uni au Grand Séminaire de Rennes en 1701.

Aujourd'hui l'ancien prieuré de Saint-Sauveur-des-Landes est une métairie située au nord et tout près de l'église paroissiale, mais n'offrant plus d'intérêt.

Sur le cadastre napoléonien, datant du premier quart du 19e siècle, on observe que le prieuré était directement relié à l'église par une construction qui est actuellement détruite. Une porte bouchée est d'ailleurs visible dans le chœur de l'église, c'est par cette porte que devaient passer les prieurs.

Inoccupé lors du précédent inventaire, le prieuré a été partiellement rénové.

Destinationsferme
Parties constituantes non étudiéespuits
Dénominationsprieuré
Aire d'étude et cantonPays de Fougères - Fougères Sud
AdresseCommune : Saint-Sauveur-des-Landes
Adresse : Au N.E. de l'église.
Cadastre : 1860 BOURG. 296, 301

Les fondations du prieuré remontent au 11e siècle. Le prieuré a ensuite été désaffecté au 14e siècle. Il a été reconstruit au cours du 18e siècle avec quelques remplois, notamment des pierres moulurées.

Des sources écrites nous renseignent sur l'histoire du prieuré. Ainsi, lors d'une visite, le 16 juillet 1636, les religieux de Marmoutiers constatent que le logis prioral est en ruine. En 1676, il est donné aux prêtres du Séminaire de Rennes, ce qui est confirmé en 1699 par un arrêt du Conseil d’État. L'acte d'union date du 17 mai 1701, mais ce n'est que le 2 août 1702 que les moines de Marmoutiers consentent à la réunion du prieuré au Séminaire de Rennes.

Lors de la Révolution, le prieuré devient un bien national après l'adjudication du prieur le 23 novembre 1790. Il est acheté 3850 livres le 23 juillet 1792, par Salomon le Nercier et Pierre Bégasse qui se partagent le prieuré le 19 novembre. La part Bégasse passera de Pierre à Jeanne, puis à Reine Tancerel et en 1870 à Veuve Daguet qui aura des difficultés à cause de la mitoyenneté avec l'église.

Période(s)Principale : 18e siècle

Le prieuré est une grande bâtisse située immédiatement au Nord-Est de l'église paroissiale. Il a été très remanié. L'édifice est maçonné en petit appareil irrégulier de granite. Quelques pierres moulurées, seuls éléments de l'ancien prieuré, ont été remployées. Ce bâtiment est de plan rectangulaire allongé du Nord au Sud avec une aile en équerre sur la façade postérieure, à l'Est. Le toit est à deux versants avec une charpente moderne et couvert d'ardoises. De nombreuses ouvertures ont été condamnées.

Lors de l'enquête de 1969, il existait une cheminée à l'intérieur de l'ancien prieuré, ainsi qu'un puits à l'Est du bâtiment.

Mursgranite
Toitardoise
Couverturestoit à longs pans
États conservationsdésaffecté
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)