Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présidial, 15 rue Brémond d'Ars (Quimperlé)

Dossier IA29000494 réalisé en 2001

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

Dénominations présidial, halle, maison commune
Aire d'étude et canton Quimperlé - Quimperlé
Adresse Commune : Quimperlé
Adresse : 15 rue Brémond d'Ars
Cadastre : 1981 AR 271

Occupant une parcelle étroite et très profonde (une quarantaine de mètres), le bâtiment construit en 1683 abritait une halle au rez-de-chaussée alors que l´étage était réservé au tribunal (ou auditoire) et au siège de la municipalité. Le grand escalier extérieur, avec montées convergentes et rampes à balustres, seul vestige conservé, mène au palier destiné à la proclamation des arrêtés juridiques et municipaux. Désigné en 1724 comme "palais royal et hôtel de ville", l´édifice est délaissé depuis la Révolution avant d´être abaissé, en 1855, d´après les propositions de l´architecte Joseph Bigot. Il sert d´église paroissiale lors de la reconstruction de Sainte-Croix entre 1862 et 1868. Fortement diminué en surface, il abrite aujourd´hui une salle d´exposition.

Période(s) Principale : 4e quart 17e siècle
Secondaire : milieu 19e siècle
Dates 1683, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Bigot Joseph, architecte diocésain, attribution par travaux historiques

Escalier en pierre de taille de granite. Remploi de pierres en calcaire autour des baies du pignon. Escalier à volées doubles et montées convergentes. Lucarne à fronton semi-circulaire. La halle était éclairée par une vingtaine de baies.

Murs granite
calcaire
pierre de taille
Toit ardoise
Étages 1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures croupe brisée
Escaliers escalier symétrique
États conservations vestiges
Techniques sculpture
Représentations buste d'homme
Précision représentations

Sur les pilastres encadrant la baie du rez-de-chaussée.

Situé au coeur même d´une cité en plein essor à la fin du 17e siècle, le présidial de Quimperlé témoigne d'un type de bâtiment "multifonctionnel" peu courant en région. Le regroupement au sein d´un même édifice de plusieurs fonctions à caractère public était récurrent depuis l´époque médiévale, bien que structurellement et matériellement différente puisque les bâtiments (quasiment tous disparus) étaient conçus en charpenterie (Le Faou, Josselin). Ici, tant par son emplacement (au sein d´un alignement de maisons de notables), ses matériaux, son plan en profondeur et sa façade soulignée par l´escalier d'apparat qui symbolise aussi le pouvoir central, l´édifice compte parmi les rares réalisations de ce type en Bretagne.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections inscrit MH, 1932/07/07
Précisions sur la protection

Escalier.

Annexes

  • 20032901554NUCA : Archives départementales du Finistère, 3 P 292.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.D. Finistère, 1 J 825. Halle, auditoire, prison , 1802.

  • A.D. Finistère, 3 P 292. Cadastre de 1824, section F.

Bibliographie
  • BELLANCOURT, Yves. La Roche-Beaubois, hôtel de ville de Quimperlé. Dans : Chronique de la société d´histoire du pays de Kemperlé. 1991, N° 2.

    p. 2-4
  • Prestige d´une cité bretonne. Quimperlé. Les rues du Château et du Gorréquer. Ouvrage collectif : Société d´histoire du pays de Kemperlé, Bannalec, 1990.

    p. 81-86
  • Le Patrimoine des Communes, le Finistère. Charenton-le-Pont : Flohic Editions, 1998 (Collection Le Patrimoine des Communes de France).

    p. 1356
  • INVENTAIRE GENERAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Quimperlé et son canton. Finistère. Collection Images du Patrimoine n° 217, Rennes, 2002.

    p. 52

Liens web