Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation du patrimoine industriel de l'arrondissement de Dinan

Dossier IA22001260 réalisé en 2002

Fiche

  • Impression
  • Agrandir la carte

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Aires d'études Arrondissement de Dinan

Les conditions de l'enquête

Débuté en janvier 2002, le repérage du patrimoine industriel du département des Côtes d'Armor s'inscrit dans le cadre des recherches menées au plan national, depuis 1986, par la ministère de la Culture et de la Communication et mises en oeuvre en région au sein des différents services de l'Inventaire Général. L'année 2002 a été consacrée à l'étude du patrimoine industriel de l'arrondissement de Dinan ; cette édition numérique ne constitue donc qu'un premier état des recherches menées sur les Côtes d'Armor.

Quelques chiffres...

Pour l'arrondissement de Dinan, 119 notices architecture (Mérimée) associées à une documentation annexe ont été mises en forme, dont un dossier collectif, ce dossier généralités, et cinq notices Palissy relatives à des machines de production. Parmi les 117 établissements repérés, 54 ont été sélectionnés et étudiés dont 13 s'inscrivent dans un dossier collectif plus conséquent consacré aux moulins hydrauliques ; au plan architectural, ces treize édifices sont représentatifs des 63 moulins repérés par ailleurs (typologie composée de cinq familles principales - cf. dossier collectif).

Le paysage industriel de l'arrondissement de Dinan

En raison de son caractère frontalier et de ses ressources naturelles similaires, cet arrondissement de Dinan offre les mêmes conditions d'implantation industrielle qu'en Ille-et-Vilaine. L'importance du réseau hydraulique a en effet entraîné l'installation de nombreux moulins, mais aussi de quelques tanneries (soixante dix-neuf usines hydrauliques ont été repérées) ; les rives de la Rance appartenant aux Côtes d'Armor sont également jalonnées de moulins à marée, à Plouër, à la Vicomté-sur-Rance, à Saint-Hélen ou encore à Pleudihen. A côté des bassins de Lanhélin et de Louvigné-du-Désert en Ille-et-Vilaine, le bassin granitique du Hinglé a aussi généré l'implantation de nombreuses carrières qui ont eu, en raison de leur importance économique, une incidence non négligeable sur la démographie et l'urbanisation de la commune ; d'autres carrières existent également dans les environs de Languédias, mais aussi dans la région d'Erquy où subsistent des traces d'anciennes carrières littorales de grès rose, dont une est toujours en activité près du Cap Fréhel. Malgré l'hégémonie de l'industrie agro-alimentaire essentiellement représentée par la meunerie sur l'ensemble de l'aire étudiée, on constate, autour de le ville de Dinan, une diversité des activités dans des secteurs tels que le bois, la tannerie, le textile ou encore la chaufournerie dont il subsiste quelques très beaux témoignages, notamment à la Ville-aux-Olliviers, sur la commune de Lanvallay ; l'implantation de ces fours à chaux semble liée à la mise en service du canal d'Ille-et-Rance, lequel facilite les conditions d'acheminement des matières premières et d'exportation des produits finis.

L'étude du patrimoine industriel de l'arrondissement de Saint-Brieuc, débutée en juin 2003, est en cours.