Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation du patrimoine du pays de Fougères

Dossier IA35048533 réalisé en 2014

Fiche

La Région Bretagne s’est investie sur le territoire du Pays de Fougères entre 2009 et 2014 en réalisant un inventaire du patrimoine bâti antérieur à 1950 des communes qui le constituent. Ce travail d’identification et d’étude du patrimoine a créé une dynamique locale qui a donné lieu à la mise en place de nombreuses actions de valorisation (visites, randonnées, conférences, formations, publications, exposition...).

L’étude a mis en lumière l’extrême richesse d’un patrimoine unique. Ainsi, fait assez rare, ce patrimoine est composé de nombreux éléments anciens restés totalement authentiques (16e et 17e siècles) qui témoignent des activités, des modes de vies et des savoir-faire de ce territoire. Le granite, matériau incontournable (paysages, architectures, activités économiques, tradition orale...), façonne également l’identité du Pays et de ses habitants. Valoriser cette identité, faire connaître l’intérêt de cet héritage et se le réapproprier sont les enjeux actuels de la Région Bretagne, des associations locales et des habitants du Pays.

Environ 20 000 éléments patrimoniaux ont été recensés, géolocalisés, photographiés et décrits et 1650 ont été étudiés de façon plus approfondie.

Le patrimoine architectural et mobilier :

Le patrimoine du Pays de Fougères est essentiellement constitué de fermes, maisons et manoirs. Les bâtiments religieux sont encore nombreux : églises, croix de chemin, oratoires, presbytères, chapelles... On trouve également de nombreux vestiges du passé industriel : moulins, distilleries, carrières de granite, scieries, tanneries, usines…

1. Un patrimoine ancien

Il apparaît que de nombreux éléments du patrimoine sont antérieurs au 19e siècle.

La construction d’une part non négligeable d’éléments patrimoniaux remonte au 16e siècle. Les bâtiments qui datent de cette époque sont souvent d’anciens manoirs ou bien des châteaux. Toutefois, il existe également quelques maisons intermédiaires (entre le manoir et la ferme) qui présentent encore des vestiges de cette époque. La répartition des bâtiments construits au 16e siècle est relativement uniforme sur l’ensemble du territoire. Le caractère très ancien de ces bâtiments constitue une des spécificités du Pays de Fougères qu’il convient de préserver et de valoriser. Les bâtiments construits au cours du 17e siècle sont très nombreux dans le Pays de Fougères. Ils présentent fréquemment des caractéristiques communes : les portes des logis de cette époque sont généralement des portes en plein cintre à doubles rouleaux (deux rangs composés de claveaux de granite). Par ailleurs, les baies du 17e siècle possèdent des encadrements chanfreinés, les appuis des fenêtres sont quelquefois saillants. La forte pente de toiture ainsi que la présence d’un coyau sont également des caractéristiques propres à cette époque de construction. L’architecture traditionnelle du Pays est fortement marquée par la silhouette très particulière de ces bâtiments du 17e siècle (fortes pentes de toiture, pignons débordants, portes en plein cintre…). Ces bâtiments sont d’ailleurs perçus comme des éléments représentatifs de ce territoire.

Les éléments construits au cours du 18e siècle représentent une part non négligeable du patrimoine du Pays de Fougères. Toutefois, ils sont moins nombreux que les bâtiments du siècle précédent, le 18e siècle correspond en effet à une période marquée par des crises, peu propice au développement des constructions. Les dates portées sont relativement fréquentes sur les bâtiments édifiés à cette époque.

2. Un patrimoine du 19e siècle très fréquent

Il s’agit de l’époque de construction la plus représentée dans le Pays de Fougères. Toutefois, ce constat n’est pas propre à ce Pays car, cette remarque est également valable pour de nombreux autres territoires.

Les bâtiments construits au cours de la seconde moitié du 19e siècle présentent une certaine « standardisation » : toitures à longs pans à faible pente, encadrements de baies en pierre de taille de granite, dimensions importantes des fenêtres et des portes.

3. Le granite :

La nature du sous-sol a des incidences sur le matériau de construction utilisé. En effet, la pratique courante était d’utiliser le matériau disponible sur place car, le plus onéreux n’était pas le matériau en lui-même mais bien son transport. Ainsi, dans le Pays de Fougères, la quasi-totalité des constructions rend compte de l’usage du granite, matériau présent dans le sous-sol de la partie nord du territoire en particulier. Ce matériau est parfois utilisé sous la forme de moellon (tout venant) ; au contraire, parfois, certaines façades témoignent d’un appareillage composé de pierres taillées.

Quelques autres matériaux de construction sont toutefois utilisés. En effet, certains bâtiments de la partie sud-est du territoire sont construits en moellon de schiste, ce qui témoigne de la nature du sous-sol. Certaines parties de bâtiments ou dépendances de fermes sont construites en terre, en utilisant la technique de la bauge (technique consistant à construire un mur en terre par levées successives de 50 à 80 centimètres, sans avoir recours à l’usage d’un coffrage).

Bien qu’une large majorité des bâtiments antérieurs au milieu du 20e siècle du Pays de Fougères soient couverts en ardoise, il n’en demeure pas moins que d’autres matériaux de couverture existaient vraisemblablement autrefois, en particulier le chaume et la tuile plate. Ainsi, l’usage de l’ardoise comme matériau de couverture ne s’est vraisemblablement imposé qu’au cours de la seconde moitié du 19e siècle pour résoudre le problème des destructions fréquentes dues aux incendies de bâtiments couverts en chaume.

Le granite est réellement un élément marquant de l’identité du territoire du Pays de Fougères. Il occupait en effet une place constante dans la vie des habitants (gros œuvre des bâtiments), dans le paysage (affleurements en forme de « boules »), comme acteur de l'activité économique (nombreuses carrières d’extraction) et jusqu'au foyer familial (cheminées, vaisseliers, éviers en granite).

4. Un patrimoine à préserver :

Une proportion non négligeable des bâtiments recensés est aujourd’hui inoccupée et, par conséquent, souvent dans un mauvais état sanitaire.

La réalisation de l’inventaire du patrimoine a, dans un premier temps, permis de révéler le potentiel important du Pays de Fougères en matière de patrimoine. Ainsi, dans le Pays, le patrimoine est ancien, de grande qualité, particulièrement bien conservé et demeure authentique dans de nombreux cas. Malheureusement, cet état de conservation remarquable des dispositions d’origine (plan, distribution, taille et emplacement des baies…) est souvent associé à des bâtiments abandonnés depuis de nombreuses années et donc, par conséquent, en assez mauvais état sanitaire.

Dans de nombreux cas, la préservation du paysage ou de l’environnement participe largement à la qualité du patrimoine bâti.

Au contraire, certains bâtiments du Pays de Fougères, toutefois assez peu nombreux, ont subi des transformations. Ces transformations sont intervenues, pour la majorité d’entre elles, au cours de la seconde moitié du 20e siècle. Elles affectent principalement la taille et la forme des baies d’origine et correspondent à une évolution liée à la façon d’occuper le bâtiment.

Aires d'études Pays de Fougères

Références documentaires

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • BARDEL, Philippe, MAILLARD Jean-Luc. Architecture de terre en Ille-et-Vilaine. Rennes : Apogée, Ecomusée du Pays de Rennes, 2002.

  • BRAND'HONNEUR, Michel. Les mottes médiévales d'Ille-et-Vilaine. Institut Culturel de Bretagne, SKOL-UHEL AR VRO, Centre Régional d'Archéologie d'Alet, 1990.

  • CHATENET Monique, MIGNOT, Claude (dir.). Le manoir en Bretagne. 1380-1600. Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites/Editions du patrimoine/Imprimerie nationale Editions, 1999.

  • FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine. Plouagat : GP Impressions-Kervaux, 1994.

  • GASNIER, Marina. Le patrimoine industriel en Ille et Vilaine (19e-20e siècles). De l'inventaire à l'histoire. Thèse : Hist. de l'art : Rennes 2, Université de Haute Bretagne : 2001.

  • GASNIER, Marina, INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE, Comission régionale Bretagne. Patrimoine industriel d'Ille-et-Vilaine. Editions du Patrimoine, 2002, (Indicateurs du patrimoine).

  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA France, BARRIE, Roger, RIOULT, Jean-Jacques. Région Bretagne. Les malouinières - Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1997, (Images du patrimoine, n°8).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises d'Ille-et-Vilaine. L'architecte Arthur Regnault. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1993, (Itinéraire du patrimoine, n°34).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises et Chapelles, Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1996, (Indicateurs du patrimoine).

  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

  • ORAIN, Adolphe. Petite géographie pittoresque du département d'Ille-et-Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire-éditeur, 1884.

  • PAUTREL, Emile Notions d'histoire et d'archéologie pour la région de Fougères, 1927.

  • PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie. Architecture, méthode et vocabulaire. Paris : Inventaire Général des monuments et des richesses artistiques de la France, Centre des monuments nationaux/Editions du patrimoine, 2000.

  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).