Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation du canton de Loudéac

Dossier IA22003667 réalisé en 2005

Fiche

  • Impression
  • Agrandir la carte
 

Sommaire

Le territoire du canton de Loudéac, situé au centre de la Bretagne, était, du point de vue féodal, divisé en deux domaines, dépendant de la vicomté de Rohan au 17e siècle ; la terre de Loudéac fut alors unifiée et devint un membre du duché de Rohan et siège d'une juridiction.

Ce canton a connu une période de grande prospérité au 18e siècle grâce à l'activité toilière ; Loudéac possédait un bureau de contrôle des toiles, comme Quintin, Uzel et Moncontour. Le patrimoine cantonal est fortement marqué par cette prospérité qui s'effondra cependant au début du 19e siècle dans la décennie 1820-1830 ; ceci se vérifie aussi bien dans l'architecture domestique que religieuse (voir les églises de Loudéac, La Motte, Saint-Caradec et Trévé).

Le territoire est traversé par la Rigole d'Hilvern, construite en même temps que le canal de Nantes à Brest, et qui servait à alimenter celui-ci en eau dans un de ses points bas. Cet ouvrage, long de plus de 60 kilomètres, est conservé mais n'est plus en eau et sa restauration, parfois envisagée, poserait de graves problèmes techniques à cause de l'état des berges.

La ville de Loudéac, dont le développement reprit à la fin du 19e siècle, connaît un renouveau architectural et urbanistique marqué par un esprit de modernité intéressant qui contribue à donner à cette ville, qui ne fut jamais fortifiée, une allure de petite capitale régionale. La construction du chemin de fer de Saint-Brieuc à Pontivy passant par Loudéac, est un élément qui favorisa ce renouveau.

Le corollaire à cet esprit de modernité, accéléré depuis le dernière guerre, est une évolution importante des paysages et du bâti traditionnel qui ne contribue pas à sa conservation.

Un seul édifice est inscrit au titre des Monuments Historiques : le manoir de la Ville aux Veneurs ; en outre sont protégés quatre croix de chemin et d'enclos et le calvaire du cimetière de Saint-Caradec.

Soixante-quatre objets religieux font l'objet d'une protection au titre des Monuments Historiques.

Les principaux centres d'intérêt du patrimoine de ce canton sont : la dominance du siècle de la toile à savoir le 18e siècle, l'utilisation du matériau pisé avec une mise en oeuvre typique dite adobe dans les constructions rurales mais aussi urbaines, la modernité qui se fait jour à Loudéac par exemple au travers des oeuvres de l'architecte Jean Fauny vers 1930.

189 notices d'architecture ont été ouvertes, non compris les dossiers collectifs et généralités. 247 notices objets ont été ouvertes.

La présente enquête s'est déroulée au cours des années 2003 et 2004. Les prises de vues datent des années 2004 et 2005.

Aires d'études Loudéac