Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Presbytère, rue de l'abbé Léonard (Le Châtellier)

Dossier IA35048904 inclus dans Le village du Châtellier réalisé en 2010

Fiche

Dénominations presbytère
Aire d'étude et canton Pays de Fougères - Saint-Brice-en-Coglès
Adresse Commune : Châtellier (Le)
Adresse : le Bourg

Ce bâtiment a remplacé l'ancien presbytère situé, jusqu'à la fin du 18e siècle, à Montgreffier. En effet, en 1790, M. Bertin, le recteur de la paroisse possédait un presbytère situé à un tiers de lieue de l'église (c´est-à-dire 1, 5 kilomètres environ). Ce presbytère était composé d'un petit manoir, d'une chapelle, de jardins, de bois de futaie, de taillis et de 24 journaux de terre. Dans les années 1880, les recteurs du Châtellier habitaient dans une maison appelée la "prestimonie" située près de l'église. L'architecture de ce bâtiment témoigne de trois campagnes de construction distinctes. La partie la plus ancienne est sans aucun doute la partie centrale ; une date portée sur le linteau de la fenêtre, associée à l'inscription IHS, témoigne de ce fait. L'architecture de cette partie correspond à la date portée de 1723 : cheminée du rez-de-chaussée en granite, probablement destinée à être recouverte de boiseries au vu de l'absence de décor, poutraison de forte section, pavage du sol en dalles de granite, non alignement des linteaux des baies du rez-de-chaussée... Cette partie primitive aurait été construite par M. GENDRON sur un fonds donné dans ce but le 10 novembre 1722 par Pierre Becdelièvre, alors propriétaire des bois du Châtellier. Cette partie était vraisemblablement composée d'une pièce à feu au rez-de-chaussée et d'une seconde pièce à feu à l'étage. Sa construction en 1723 est apparemment antérieure au transfert du presbytère de Montgreffier au village actuel puisqu'en 1790, le presbytère était encore à Montgreffier. Cette partie du bâtiment n'avait donc probablement pas été construite pour abriter le presbytère à l'origine, il s'agissait plus vraisemblablement d'une habitation (maison du vicaire ?). Cette partie primitive a été remaniée, probablement au début du 19e siècle, lorsque la partie ouest a été ajoutée. En effet, des cloisonnements et des boiseries ont été ajoutés dans la partie centrale du bâtiment à cette époque. La partie ouest a été construite en 1833 ainsi qu'en témoigne une date portée sur le linteau de l'une des baies du pignon ouest et sur un linteau de la façade sud. Le linteau de la façade sud nous apprend également que le commanditaire de la construction de cette partie du bâtiment était le recteur OLLIVIER. Cette partie a peut-être été ajoutée au moment où le presbytère a été transféré de Montgreffier au village. Elle était composée d'une pièce au rez-de-chaussée, qui a conservé ses dispositions d'origine : boiseries aux murs et cheminée également recouverte de boiseries. L'étage de cette partie est actuellement divisé en deux pièces ; il a subi des remaniements, probablement au début du 20e siècle. Enfin, la dernière partie de l'édifice construite est la partie Est. Les caractéristiques architecturales de cette partie permettent d'en faire remonter la construction à la seconde moitié du 19e siècle (1854 ?) : usage de granite bleu, forme des baies... Cette partie abritait semble-t-il à l'origine un cellier, une écurie, une laiterie, une pompe à eau et une chambre avec deux cabinets à l'étage. A partir de germinal an 5, la municipalité du Châtellier dispose du presbytère pour tenir ses séances et y entreposer ses archives. Auparavant, le bâtiment abritait le logement de l'instituteur. En l'an 12, on mentionne l'aliénation de l'ancien presbytère situé à une demie lieu du Rocher et le fait qu'à cette époque, il existe encore deux corps de bâtiments séparés avec jardins qui servent, l'un à loger le curé, l'autre à loger le sacriste et où les recteurs du Châtellier trouvaient un pied à terre les dimanches au vu de l'éloignement du presbytère. Ce bâtiment, qui correspond partiellement à celui-ci, est décrit en l'an 12 comme étant composé d'une cuisine et d'une cave et, au-dessus, de deux appartements séparés par un cabinet à l'emport de l'escalier qui conduit aux deux chambres. Il existait également des jardins, une écurie et un refuge à porcs. Un autre bâtiment dans lequel était logé le greffier de la municipalité et où se trouvaient les registres est également décrit dans les documents d'archives. En l'an 12, le curé écrit au préfet d'Ille-et-Vilaine pour se plaindre de ne pas avoir d'endroit où loger et réclame de pouvoir s'installer dans ce bâtiment alors utilisé par la municipalité. Il propose que la municipalité s'installe dans un autre bâtiment proche de celui-ci construit en pierre avec un pignon nord en "terrasse" et des grilles aux fenêtres. Ce bâtiment semble avoir aujourd'hui disparu. En 1817, l'instituteur doit quitter le presbytère, toutefois, la mairie occupe toujours en grande partie le bâtiment. Le projet d'agrandissement de 1833 était estimé à 1760, 55 francs de l'époque. En 1838, le maire et le curé demandent une aide au préfet pour terminer les réparations (cloisons, planchers) du presbytère.

Période(s) Principale : 1er quart 18e siècle
Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1723, porte la date
1833, porte la date
1854, porte la date

Ce bâtiment possède trois parties distinctes. La partie centrale, la plus ancienne, est construite en moellon de granite et couverte d'un toit à longs pans en ardoise. Les baies possèdent des encadrements en pierre de taille de granite ; les linteaux des baies d'origine de la façade sud ne sont pas alignés (fenêtre plus haute que la porte). Les fenêtres du rez-de-chaussée de cette partie ont conservé leur grille. Sur le linteau de la fenêtre située à l'est au rez-de-chaussée, se trouve la date de construction du bâtiment : 1723, associée au monogramme du Christ : IHS. A l'intérieur, le rez-de-chaussée est divisé en deux espaces principaux ; la pièce principale se trouve à l'est, elle possède encore une cheminée en granite sur le mur est. Dans la partie ouest du rez-de-chaussée, se trouve au sud, une petite pièce possédant une cheminée et dont les murs sont couverts de boiseries. Dans l'angle nord-ouest du rez-de-chaussée, un escalier en bois dessert l'étage. La partie ouest du bâtiment possède également une maçonnerie de moellon de granite et un toit à longs pans en ardoise. Les encadrements de baies sont réalisés en granite ; deux linteaux portent la date de construction du bâtiment 1833 ainsi que le nom du commanditaire du bâtiment : le recteur Ollivier. A l'intérieur, le rez-de-chaussée est occupé par une grande pièce dont les murs sont couverts de boiseries ; la cheminée se trouve sur le pignon ouest. A l'étage, le volume est divisé en deux pièces possédant chacune une cheminée, la première sur le pignon ouest et la second sur le mur Est. Enfin, la dernière partie construite à l'est possède une maçonnerie de moellon associant le granite roux et le granite bleu. Les encadrements de baies et chaînages d'angles sont réalisés en granite bleu ; la majorité des baies du pignon est sont des baies en plein cintre. A l'intérieur, un escalier en bois très étroit se trouve dans l'angle sud-est et dessert l'étage où se trouve une grande pièce dont les murs sont également couverts de boiseries.

Murs granite
moellon
Toit ardoise
États conservations bon état
Statut de la propriété propriété publique

Annexes

  • 20103503941Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande45.

    20103503942Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande45.

    20103503943Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande45.

    20103503947Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande46.

    20103503948Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande46.

    20103503949Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande46.

    20103503950Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande47.

    20103503951Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande47.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. D. Ille-et-Vilaine. Série O : Administration et comptabilité communales. Edifices publics. Monuments et établissements publics. Le Châtellier. Presbytère (An IX-1838). 2O 72/10.

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • BARDEL, Philippe, MAILLARD Jean-Luc. Architecture de terre en Ille-et-Vilaine. Rennes : Apogée, Ecomusée du Pays de Rennes, 2002.

  • BRAND'HONNEUR, Michel. Les mottes médiévales d'Ille-et-Vilaine. Institut Culturel de Bretagne, SKOL-UHEL AR VRO, Centre Régional d'Archéologie d'Alet, 1990.

  • CHATENET Monique, MIGNOT, Claude (dir.). Le manoir en Bretagne. 1380-1600. Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites/Editions du patrimoine/Imprimerie nationale Editions, 1999.

  • FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine. Plouagat : GP Impressions-Kervaux, 1994.

  • GASNIER, Marina. Le patrimoine industriel en Ille et Vilaine (19e-20e siècles). De l'inventaire à l'histoire. Thèse : Hist. de l'art : Rennes 2, Université de Haute Bretagne : 2001.

  • GASNIER, Marina. INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE, Comission régionale Bretagne. Patrimoine industriel d'Ille-et-Vilaine. Editions du Patrimoine, 2002, (Indicateurs du patrimoine).

  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA France, BARRIE, Roger, RIOULT, Jean-Jacques. Région Bretagne. Les malouinières - Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1997, (Images du patrimoine, n°8).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises d'Ille-et-Vilaine. L'architecte Arthur Regnault. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1993, (Itinéraire du patrimoine, n°34).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises et Chapelles, Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1996, (Indicateurs du patrimoine).

  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

  • ORAIN, Adolphe. Petite géographie pittoresque du département d'Ille-et-Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire-éditeur, 1884.

  • PETITJEAN, Marc. DESORMEAUX, Ronan. CUCARULL, Jérôme Construire en Ille-et-Vilaine. Le Coglais et sa région. Rennes, Direction de l'aménagement et de l'environnement, Conseil Général d'Ille-et-Vilaine, 1993.

  • PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie. Architecture, méthode et vocabulaire. Paris : Inventaire Général des monuments et des richesses artistiques de la France, Centre des monuments nationaux/Editions du patrimoine, 2000.

  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).