Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Port des Hôpitaux (Erquy)

Dossier IA22004210 réalisé en 2005

Fiche

Parties constituantes non étudiées quai
Dénominations port
Aire d'étude et canton Communes littorales des Côtes-d'Armor - Pléneuf-Val-André
Adresse Commune : Erquy
Cadastre : Domaine public maritime ; plan terrier du Penthièvre, 1785

Le port des Hôpitaux ou port de la Noë (appelé encore port de la Bouche), est un ancien abri d'échouage pour les petites embarcations de pêche côtière, comme les doris, qu'il pouvait contenir en grand nombre malgré un espace limité. Il s'ouvre sur l'estuaire de l'Islet et la rivière de la Bouche, face à la pointe des Roseaux (flèche dunaire des Sables d'Or). Les traces de l'ancienne digue construite en pierres sèches par les pêcheurs, sont encore visibles. En 1890 fut projetée la réalisation d'une jetée en maçonnerie afin de désengorger le trafic du port d'Erquy, aux frais de la Société des Carrières de l'Ouest, dont le gérant était Barrier. Ce quai construit par la Société des Carrières de l'Ouest, aurait pu être utilisé par les pêcheurs. Cependant, le prolongement de la jetée du port d'Erquy de 100 mètres supplémentaires fut acquis en 1894 grâce à l'exploitation industrielle du cap. Le Rocher de Follet servit d'appui pour l'appontement en bois réalisé par les Carrières de l'ouest en 1895 pour son chantier de la Fosse Eyrand : première concession Barrier. Grâce à cette estacade, l'exportation des pierres et des denrées agricoles put reprendre de plus belle. Cependant, les bateaux n'appréciaient pas de venir charger à l'appontement de la Bouche : l'endroit était réputé dangereux et difficile à aborder, même si les caboteurs pouvaient embarquer les pavés à flot. En 1934, une nouvelle jetée avec un chemin d'accès fut construite pour les pêcheurs au havre de la Noë (ou point du champ du port), ancienne appellation de la Bouche d'Erquy, pour protéger les bateaux des vents de nord-nord-est. Le dérochement de la cale fut réalisé en 1936. En 1920, pétition des marins des Hôpitaux pour l'amélioration du havre de la Noë ; mais en 1931, la municipalité renonçait. En 1933, l'ingénieur Hélary étudiait un projet de jetée à la Bouche d'Erquy pour les marins pêcheurs. Le plan et le devis furent acceptés en 1934. Cependant, la jetée de Follet fut en partie démolie par une tempête en 1951. 50 barques fréquentaient ce petit port en 1931 pour un tonnage de 100 tonneaux et seulement 12 barques en 1939. La construction de la nouvelle jetée du port fut réalisée en 1979. Le port des Hôpitaux est aujourd'hui un petit port de plaisance sur coffres.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 1ère moitié 20e siècle

Une jetée de 90 mètres fut projetée en 1890 (cale abri Barrier). En 1934, la nouvelle jetée des pêcheurs mesurait 120, 30 mètres de longueur pour 1,20 m de largeur, équipée d'un musoir circulaire de 0, 90 m de diamètre, avec deux escaliers et boules d'amarrage. Le noyau était constitué de pierres sèches et de moellons.

Murs moellon
États conservations remanié
Statut de la propriété propriété publique

Annexes

  • Le port de la Noë (Guy Prigent)

    Comme l'ancien port d'Erquy n'était pas d'accès facile, à cause des sables de l'anse de Noirmont, pour les pondéreux dont Erquy fit commerce au 18ème siècle, un autre point d'embarquement et d'abri fut utilisé lorsque les vents étaient de la partie ouest, à la "Bouche", sous le rocher de "Follet", dit aussi "le port de la Noë". Il n'était protégé par aucun ouvrage, mais se trouvait sous la batterie de la Bouche, construite là pour en assurer la défense. L'accès à ce port se faisait par les Bas-Hôpitaux par le chemin dit "de la Roche au Nay", débouchant sur le "champ du Port" où l'on entreposait des pièces de bois de la Hunaudaye et de Coron, destinées à Saint-Malo. Sous l'Ancien Régime, le seigneur de Penthièvre percevait des droits de "coutume" et de "quelaige", droits levés par les fermiers du port d'Erquy, qui payaient le receveur de Lamballe à la foire de la Montbran. La "coutume" était un droit de douane payé sur toute denrée débarquée à Erquy et la "quelaige" un droit d'échouage. Le port de l'Anneau ou de la Noë est indiqué sur la carte des ingénieurs militaires géographes (1760-1770). La grève du Minieu était un lieu de débarquement de la contrebande au 18ème siècle. Un "patache", navire militaire était basé à Erquy en 1760.

  • 20042208761NUCB : SHAT Vincennes

    20042208243NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 1 E 494.

    20042208148NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 1 E 494.

    20042208406NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, S Sup. 184.

    20042208238NUCB : Mairie d'Erquy

    20042208241NUCB : Mairie d'Erquy

    20042208517NUCB : Collection particulière

    20042208401NUCB : Collection particulière

    20042208516NUCB : Collection particulière

    20042208519NUCB : Collection particulière

    20042208520NUCB : Collection particulière

    20042208405NUCB : Collection particulière

    20042208404NUCB : Collection particulière

    20042208759NUCB : Collection particulière

    20042208403NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, S Sup. 46.

    20042208402NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, S Sup. 46.

    20042208518NUCB : Collection particulière

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Côtes-d'Armor : Plan terrier du Penthièvre, 1785, 1 E 494.

  • AD Côtes-d'Armor. Série S ; sous-série , S Sup. 184 : plan de la concession Barrier et projet de jetée ou cale abri, 1890.

  • Service Historique de l'Armée de Terre. Le port des Hôpitaux entre 1771 et 1783 (carte des ingénieurs géographes militaires du Roi).

  • Mairie d'Erquy. Cadastre 1810 : port de la Noë.