Logo ={0} - Retour à l'accueil

Port de l'Arcouëst (Ploubazlanec)

Dossier IA22010908 inclus dans Écart de l'Arcouëst dit Sorbonne Plage ou Fort la Science (Ploubazlanec) réalisé en 2008

Fiche

Parties constituantes non étudiéesquai, cale, terrasse en terre-plein
Dénominationsport
Aire d'étude et cantonBretagne - Paimpol
AdresseCommune : Ploubazlanec
Lieu-dit : l' Arcouëst
Cadastre : Domaine Public Maritime

Le débarcadère du port de l'Arcouest a été construit en 1845 en régie par les Ponts-et-Chaussée qui ont employé des tailleurs de pierre de l'Île-de-Bréhat : Auguste Daigre, René Heurtaut, Jean-Paul André et Pierre Richard. La cale haute et la cale basse ont été jusqu'en 1920 les seuls ouvrages utilisés selon les marées pour le transport des marchandises et des personnes entre l'Arcouest et le continent. En 1920, la cale de basse mer était en ruine. Elle fut restaurée en 1924. En 1924, Une nouvelle petite cale fut construite en prolongement de la grande cale afin d'améliorer l'accostage des vedettes et des bâtiments militaires. Les sloops, bateaux gréés avec des voiles à corne ont assuré ce service avant l'arrivée des première vedettes motorisées vers 1925-30. Les premiers armateurs, Colin, Corlouer, Mayot et Kerjolis se sont partagés ce commerce maritime. Ils ont fait construire sur le Domaine Public Maritime des cabanes en bois, à usage de billetterie, avant l'endiguement des terrains inondables. Des travaux furent réalisées dans la seconde moitié du 20ème siècle afin d'exhausser et d'élargir ces jetées et de prolonger la cale basse. Le port de l'Arcouest est aujourd'hui accessible à toute heure de marée, même si l'accostage peur s'avérer délicat par mer formée et par vent d'Est. Le port de l'Arcouest est aujourd'hui port départemental.

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 1ère moitié 20e siècle
Principale : 2e moitié 20e siècle
Dates1845, daté par travaux historiques

En 1920, le port de l'Arcouest comprenait deux cales : la cale haute, d'une longueur de 295 mètres (à la cote comprise entre 12 m et 3, 60 m), équipée d'un escalier en aval, et la cale de basse mer, d'une longueur 162 mètres (à la cote 1, 60 m et à la cote 1, 30 m sur 26 mètres, en aval). Un chemin d'accès menait à l'embarcadère. La grande cale a été établie sur un plateau rocheux peu accessible en aval (sur une distance de 40 mètres). L'accostage ne pouvait se faire qu'en amont du massif (cote - 3, 60 m). A marée basse, l'accostage était difficile sinon impossible. Les canots pouvaient accoster à la cale de basse mer que lorsque la mer dépassait la cote de 0, 60 m. Le transbordement était souvent nécessaire en canot.

États conservationsremanié, bon état
Statut de la propriétépropriété du département

Annexes

  • 20082207947NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, S Suppl. Art. 97.

    20082207946NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, S Suppl. Art. 97.

    20082207992NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, S Suppl. Art. 97.

    20082207945NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, S Suppl. Art. 97.

    20082207068NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 16 Fi 4121.

    20082207066NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 16 Fi 4123.

    20082207073NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 16 Fi 4104.

    20082207948NUCB : Collection particulière

    20082207069NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 16 Fi 4102.

    20082207070NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 16 Fi 4102.

    20082207993NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 16 Fi 4083.