Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ouvrage fortifié : murs défensifs et chemins de ronde de l'Île aux Moines (Perros-Guirec)

Dossier IA22007182 inclus dans Ensemble fortifié des Sept-Îles, dit ensemble fortifié de l'Ile aux Moines (Perros-Guirec) réalisé en 2007

Fiche

Dénominations ouvrage fortifié, mur défensif
Aire d'étude et canton Communes littorales des Côtes-d'Armor - Perros-Guirec
Adresse Commune : Perros-Guirec
Lieu-dit : Île-aux-Moines

Les murs et murets défensifs de l'Île aux Moines été construits entre 1741 et 1744 selon les plans des ingénieurs Garangeau et Parrocel. Ils forment le chemin de ronde central (depuis le fort retranché jusque la batterie de Cosmoguer) et le chemin de ronde reliant en plus la caserne aux autres ouvrages défensifs, qui encerclent l'île et la traversent de façon longitudinale et transversale entre le fort et la citadelle, mais aussi en direction du phare. Les murets ont été restaurés par le Conservatoire du Littoral entre 2000 et 2006, particulièrement pendant l'année 2006, avec un travail remarquable de restauration, s'inspirant des techniques de construction édictées par Vauban en 1689 : reconstitution du liant en respectant les proportions du mélange chaux, sable argileux et poudre de brique.

Période(s) Principale : 2e quart 18e siècle
Auteur(s) Auteur : Jean-Siméon Garangeau, ingénieur, attribution par source
Auteur : Joseph-Marie Parrocel, ingénieur, attribution par source

Les murs défensifs du chemin de ronde sont construits partiellement en moellons et en pierres de taille (granit), sur une hauteur d'environ 0, 80 m, avec une largeur oscillant entre 0, 70 m et 2 m (sentier menant du fort à l'éolienne), selon que l'on réalise un mur-talus (s'appuyant sur le talus suivant la pente) ou un mur en pierres sèches ; ils forment un parapet continu avec pierres en couverture. La largeur du sentier de ronde est d'environ 2 mètres. Il est parfois aménagé avec une chicane, pour permettre un angle de tir qui protège le tireur. Ces chemins de ronde suivent la pente du terrain. Durant la tranche de travaux 2006, effectuée par l'équipe technique du Conservatoire du Littoral et de la mairie de Perros-Guirec, 25 m3 de pierres ont été récupérées en contrebas de la batterie du Veau, pour la restauration de 77 mètres linéaires de murets, qui représente 23, 50 m3 maçonnés pour un poids de 64 tonnes de cailloux posés. Le chantier aura duré 7 semaines pendant l'été 2006 : 472 tonnes de pierres auront été manipulées par 4, 5 personnes pour une moyenne de 120 heures de travail par semaine.

Murs granite
pierre de taille
moyen appareil
moellon
États conservations bon état, restauré
Techniques maçonnerie
Mesures h : 70.0

Vestiges de guerre, l'ancien fort et la caserne de l'Île aux Moines sont en cours de restauration par le Conservatoire du Littoral.

Statut de la propriété propriété de l'Etat
propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables caserne, mur de soutènement, enceinte, puits, latrine
Protections inscrit MH, 1975/09/30
Précisions sur la protection

Fort de l'Île aux Moines, y compris le mur d'enceinte (cad. D 2282) : inscription par arrêté du 30 septembre 1975.

Annexes

  • Formulation du mortier de rejointoiement appliqué aux ouvrages du bord de mer par Vauban en 1689 (texte fourni par Guillaume Lécuyer à la demande du Conservatoire du Littoral pour l'étanchéité du parapet du fort)

    "Le bon ciment se fait avec terrasse de hollande ou pozzolane au défaut desquelles on se sert de vieux tuileaux ou de tuile entière choisie entre les plus cuites bien pulvérisées, laquelle on fait passer au tamis, remarquant que le plus fin est toujours le meilleur ; cela préparé de la sorte, on fait de petits bassins bordés et pavés de planches bien jointes et unies dans lesquels on dose d'un tiers de chaux vive aux deux tiers de ciment (poudre de tuile ou brique), l'une et l'autre abreuvées d'eau claire et non trouble, douce et non salée, après quoi on les délaye avec des crochets de fer courbés et raplatis tant et si longuement que le ciment soit bien incorporé et si mêlé qu'on ne puisse plus distinguer les espèces de chaux et de tuile l'une de l'autre, remarquant qu'il est bon de le faire un peu plus liquide que le mortier ordinaire et de le laisser reposer quelques temps avant que de l'employer".

  • Voir aussi enquête thématique régionale (fortifications littorales) - 2003 - Guillaume Lecuillier : Chemin de ronde sud reliant les batteries (Sept-Iles (les), Ile aux Moines) : .

  • Voir aussi enquête thématique régionale (fortifications littorales) - 2003 - Guillaume Lecuillier : Chemin de ronde central (Sept-Iles (les), Ile aux Moines) : .

  • Voir aussi enquête thématique régionale (fortifications littorales) - 2003 - Guillaume Lecuillier : Chemin de ronde Nord reliant la grande batterie de Cosmoguer, la caserne et le fort (Sept-Iles (les), Ile aux Moines) : .

  • 20072205696NUCB : Collection particulière

    20072205695NUCB : Collection particulière

    20072205694NUCB : Collection particulière

    20072205693NUCB : Collection particulière

    20072205692NUCB : Collection particulière

    20072205691NUCB : Collection particulière