Logo ={0} - Retour à l'accueil

Oratoire, Maudez (Lanmodez)

Dossier IA22013847 inclus dans Écart : Île Maudez (Lanmodez) réalisé en 2008

Fiche

Dénominationsoratoire
Aire d'étude et cantonCommunes littorales des Côtes-d'Armor - Lézardrieux
AdresseCommune : Lanmodez
Lieu-dit : l'Île Maudez
Cadastre : 1827 A548 ; 1958 490

L'ancien oratoire de Saint-Maudez est datable pour les fondations et les murs du 6ème siècle, alors que les arcs ogifs de la voûte seraient datables du 12ème siècle (selon La Borderie). Il faisait partie d'un ensemble monastique dont l'implantation date du 12ème siècle (Couffon). La cellule primitive du saint aurait été reconstruite au cours du 12ème siècle. Le nom de 'Forn Maudez' ('Four de saint Maudez') donné à cet édicule par Dom Lobineau dans 'La vie des saints de Bretagne', 1725, p. 18, et la description qu'il fait de la cellule du saint abbé, renvoient à l'autre appellation de 'chaire' ou de 'chaise' de saint Maudez, cité en 1717 et sur le cadastre de 1827. La croix du faîte porte la date de 1927 et les initiales de l'abbé Couasnon. Barbier cite en 1951 'la chapelle circulaire' pour évoquer la cellule ou l'oratoire de saint Maudez.

Période(s)Principale : 7e siècle , (?)
Principale : 12e siècle

L'ancien oratoire est implanté sur la partie la plus haute de l'île, en son milieu, avec une ouverture au Sud. Il a pu servir d'amer pour la navigation. L'édifice est construit en moellons de schiste et de granite (appareil irrégulier), avec un dôme cimenté. La structure de plan circulaire est surmontée d'une petite croix en granite taillé. L'intérieur du bâtiment présente une sorte de crypte au sol, qui n'est pas au niveau d'origine (par comblements successifs), de 1, 20 mètre de profondeur et une voûte en berceau d'ogive élémentaire, en appareil de granite (reposant sur de petits corbelets encastrés). La hauteur du mur entre le plancher de la chapelle et la base des ogives est 2, 05 mètre. Plusieurs poûtres disposées longitudinalement du Nord-Ouest au Sud-Est soutenaient le plancher de l'oratoire, au niveau de la porte d'entrée. Ce plancher a disparu aujourd'hui. Un autel rustique en moellons de granite avec un plateau en schiste, long de 1, 24 mètre et large de 0, 59 mètre, s'appuie contre le mur Est. Il semble être très ancien, antérieur au 12ème siècle. L'angle Nord de la table d'autel est brisé. L'ouverture unique présente des pierres de taille en encadrement. Dans l'angle compris entre la porte et l'autel, une colonnette de granite gris, d'une hauteur totale de 0, 80 mètre, se creuse en son sommet pour former un petit bénitier de 0, 20 mètre de côté (disparu aujourd'hui). Le diamètre intérieur est de 2, 80 mètres, les murs sont épais de 0, 78 mètre et le diamètre total hors d'oeuvre est de 4, 36 mètres. L'unique ouverture, de forme trapézoïdale, mesure 1, 77 mètre de hauteur avec une largeur à la base de 0, 62 mètre et de 0, 51 mètre au sommet. Elle s'étend sur un palier de 4, 35 mètres de longueur, précédé lui même d'un escalier de 12 marches (à l'état de ruine), long de 2, 85 mètres, en pierres sèches. Leur largeur commune est de 3 mètres. Cet ensemble extérieur, en partie enfoui, forme aujourd'hui une talus empierré, qui dessert la façade Sud sur quelques mètres. Gaultier du Mottay, dans son 'Répertoire Archéologique', publié en1883, p. 288, note 'une barbacane étroite, percée à 2 mètres de hauteur, éclaire cet édicule, ainsi qu'une baie de porte, plus moderne'. Cette ouverture a dû être obturée par la suite. Les murs sont en moellons de granite gris. La couverture en ciment a été refaite par l'abbé Cousenon, propriétaire de l'île en 1951. A 3 mètres à l'Est de l'oratoire, on peut remarquer un autre édifice circulaire, rasé au niveau du sol. Le diamètre au sol de cet édifice disparu est de 7, 40 mètres. Il restait à cette cellule à la fin du 19ème siècle, quelques pans de muraille hauts de 2 pieds (0, 66 mètres), repérés par La Borderie.

Mursschiste
ciment
moellon
Toitciment en couverture
Couvrementsvoûte d'ogives
Couverturesdôme
toit conique
États conservationsétat moyen, inégal suivant les parties, remanié, restauré
Techniquesmaçonnerie

L'oratoire de Saint-Maudez est à signaler pour son ancienneté, classé MH.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Protectionsclassé MH, 1911/05/01

Annexes

  • Extrait de l'article de Pierre Barbier 'Le prieuré de l'Ile Saint-Maudez : la chapelle circulaire et les ruines de l'église prieurale, publié dans les 'Mémoires de la Société d'Emulation des Côtes-du-Nord, tome LXXX, 1951.

    La Vita Prima de saint-Maudez nous apprend qu'en s'installant dans l'île Guelt Enes, le saint construisit aussitôt plusieurs cellules pour lui et ses disciples et qu'il mourut dans le présent lieu. Selon La Borderie, le monastère aurait été détruit lors des invasions normandes et relevé ensuite.

    Dans le courant du 12ème siècle, l'île saint-Maudez et son monastère furent donnés à l'abbaye de Bégard, de l'ordre de Citeaux, fondée en 1130 au diocèse de Tréguier. Elle en devint un petit prieuré et le resta jusqu'à la Révolution sous le nom de 'Prieuré de Saint-Maudet de l'Isle, Sanctus Maudetus de Insula'. En 1456, une bulle du pape Calixte III concède des indulgences à l'église du prieuré et l'hôpital y attenant (léproserie). L'île y est encore nommée 'Guelt Enès', 'l'Île Sauvage'. Deux titres de baux sont conservés auprès des Archives départementales des Côtes d'Armor, l'un daté de 1587 et l'autre de 1634, affermant le domaine de l'île à un fermier. Alors que l'île continuait d'attirer de nombreux pèlerins fidèles au culte de saint Maudez.

    Des travaux eurent lieu au cours du 13ème siècle et à la fin du 15ème siècle sur la partie orientale de l'église (aujourd'hui à l'état de vestiges).Une lettre datée du 21 novembre 1717, rédigée par le recteur de l'Île de Bréhat, mentionne les travaux réalisés sur l'église, la chapelle de Saint-Michel et la chaire de Saint-Maudez.

    On apprend que le pardon de saint Maudez se déroulait le 18 novembre de chaque année.

    L'île aurait été utilisé en 1636 pour y faire brûler du goémon à des fins de produire de la poudre à canon.

  • 20082213889A0B : Archives départementales des Côtes-d'Armor.

    Archives départementales des Côtes-d'Armor.

    Archives départementales des Côtes-d'Armor, 4 num 1/34, Numplan 2.

    20082213735ZB : SRI Bretagne

    20082213734ZB : SRI Bretagne

    19772200747X : Conseil régional de Bretagne

    19772200745X : Conseil régional de Bretagne

    19772200746X : Conseil régional de Bretagne

    20082213744NUC : Collection particulière

    20082213770ZB : SRI Bretagne

Références documentaires

Documents figurés
  • AD Côtes-d'Armor : 4 num 1/22. Plan par masse de culture de 1827.

Bibliographie
  • BARBIER, Pierre. Le Trégor historique et monumental. Saint-Brieuc : Presses bretonnes, 1960.

    p.
  • BARBIER, Pierre. Les vestiges monastiques des îles de l'embouchure du Trieux : l'île Saint-Maudez et l'île-Verte. Les Presses Bretonnes, Saint-Brieuc, 1952.

    p. 11-25
  • COUFFON. Essai sur l'architecture religieuse en Bretagne du 5ème au 10ème siècle.

    p. 27
  • COUFFON. Répertoire des églises et chapelles. Saint-Brieuc : Société d'Emulation du département des Côtes du Nord, Tome XCIX, 1971.

    p.
  • DOM LOBINEAU. La vie des saints de Bretagne. 1725.

    p. 18
  • GAULTIER DU MOTTAY J. Répertoire archéologique du département des Côtes-du-Nord. Saint-Brieuc : 1885, rééd. 1884.

    p. 288
  • LA BORDERIE (DE), Arthur. Histoire de Bretagne, Tome 1.

    p. 364