Logo ={0} - Retour à l'accueil

Moulin des Gorrets, 4-6 rue Audran (Quimperlé)

Dossier IA29000502 réalisé en 2001

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéescour, logement, séchoir à peaux, jardin
Dénominationsminoterie, demeure
Aire d'étude et cantonQuimperlé - Quimperlé
HydrographiesL' Ellé
AdresseCommune : Quimperlé
Adresse : 4-6 rue
Audran
Cadastre : 1825 F ; 1996 AL 138

Les Gorrets, « petites pêcheries » en breton, mentionnées dès le 11e siècle, appartiennent jusqu´à la fin de l´Ancien Régime à l´abbaye bénédictine de Sainte-Croix. Elles sont décrites par Dubuisson-Aubenay en 1636. L´installation, composée d´une chaussée et d´une dizaine de piles en pierre, figure encore sur le cadastre de 1825. Un petit moulin à tan est décrit comme désaffecté en 1826. On construit sur le site un ensemble de bâtiments qui serviront entre 1825 et 1875 successivement ou simultanément de moulin à tan, à papier et à farine. Les photographies anciennes attestent la fonction d´un moulin à tan, avec plusieurs séchoirs à peaux, notamment aménagés dans le corps de bâtiment est qui figure encore, bien que désaffecté, sur un dessin de 1949. Figurant sur des photographies de la fin du 19e siècle, le petit édicule situé dans la cour pourrait bien correspondre à un four à sécher les écorces de chêne qui, ensuite broyées par les mécanismes du moulin, étaient transformées en tan nécessaire au traitement des peaux. Propriété de la famille Coadou depuis 1888, l'établissement, progressivement agrandi et transformé en minoterie industrielle ; le moulin est rehaussé de deux niveaux vers 1906. La demeure date de 1901. L'établissement, en activité jusqu´en 1970, évolue sans cesse suivant les progrès techniques et atteint, dans les années 1930, sa productivité maximale ; en témoignent encore les machines à broyer toujours en place.

Période(s)Principale : 2e moitié 19e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Auteur(s)Auteur : Teisset-Rose-Brault ingénieur, fabricant signature
Personnalité : Coadou Joseph commanditaire attribution par source

Logis à 2 étages carrés et toit à longs pans brisés, minoterie à 3 étages carrés. Les cartes postales anciennes (vers 1890) et la vignette figurant sur l'en-tête en 1913 montrent la succession des transformations.

Mursschiste
granite
moellon
Toitardoise
Étages2 étages carrés, 3 étages carrés
Couverturestoit à longs pans
toit à longs pans brisés
Énergiesénergie hydraulique
énergie électrique
turbine hydraulique

Depuis le captage de poissons jusqu'à l'industrie de la mouture des grains, ce lieu garde la mémoire de mille ans d'exploitation de la rivière ; s'y sont succédés plusieurs moulins à tan ou à farine dont on peut suivre, en partie, l'évolution architecturale et technique. La préservation du site, de la minoterie et des machines qu'elle abrite, unique dans le secteur, est souhaitable.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler, à étudier

Annexes

  • 20032901272NUCA : Archives départementales du Finistère, 3 P 292.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.D. Finistère, 3 P 292. Cadastre de 1824, section F.

  • A.C. Quimperlé. Plan d´aménagement et d´embellissement de la ville de Quimperlé, 1924-1925 par M. Troalen, ingénieur des travaux publics de l´Etat.

Bibliographie
  • DUBUISSON-AUBENAY. Itinéraire de Bretagne en 1636. Archives de Bretagne. Recueil d´actes, de chroniques et de documents inédits, t. IX. D´après le manuscrit original, avec notes et éclaircissements, par L. Maître et P. de Berthou, Nantes, 1898.

    p. 104
  • KERVRAN, Marcel. D´Anaurot à Quimperlé. 1500 ans d´histoire. 3e édition, Bannalec, 1995.

    p. 361-367
  • INVENTAIRE GENERAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Quimperlé et son canton. Finistère. Collection Images du Patrimoine n° 217, Rennes, 2002.

    p. 82