Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Moulin de La Hunaudaye (Plurien)

Dossier IA22004837 réalisé en 2005

Fiche

Dénominations moulin
Aire d'étude et canton Communes littorales des Côtes-d'Armor - Pléneuf-Val-André
Adresse Commune : Plurien
Lieu-dit : la Hunaudaye
Cadastre : 1785 ; 1910 C ; 2004 E 440

Le moulin de La Hunaudaye, daté de 1593, fut la propriété sous l'Ancien Régime et au 18ème siècle de la baronnie de La Hunaudaye en Plédéliac. Ce moulin avait la particularité d'utiliser l'eau montante du flot pendant les grandes marées dans son canal d'amenée. Il servait alors à moudre le blé et à fouler l'étoffe. Tous les tournants, meulants et pierres dormantes (les parties qui s'usent), appartenaient au meunier. En 1812, le moulin est propriété Dagorne, entrepreneur-meunier, habitant à la Ville Harna. Les moutures sont évaluées pour ce moulin à la Grosse, ou à la Lyonnaise. Il est conduit par deux ouvriers. En 1848, il est conduit par Mathurin Dagorne, remplacé plus tard par Joseph Martin. Au début du 20ème siècle, le moulin de la Hunaudaye, mené par Hyacinthe Balan du Bas Créhen, recevait une machinerie à vapeur, la première du secteur. Elle actionnait les meules lorsqu'il y avait insuffisance d'eau. Le canal d'amené était coupé jusqu'au moulin de Montafilan. Le moulin passa à la famille Dobet vers 1918, puis par héritages, aux familles Trotin et Termet. Il a cessé son activité après la première guerre mondiale. Il est aujourd'hui abandonné. Le moulin de La Hunaudaye était placé en cascade sur l'Islet avec 3 autres moulins : Quélard, Montafilan et l'Epine. D'où parfois des conflits entre meuniers si l'un d'eux restreignait le débit de la rivière vers l'aval. Cependant, le Syndicat des Caps a entrepris avec l'accord du propriétaire des premières fouilles qui ont révélé un sol dallé et l'emplacement de la machinerie à vapeur.

Période(s) Principale : 4e quart 16e siècle

Le moulin de La Hunaudaye : bâtiment en ruines, plan rectangulaire avec étage de soubassement et un rez-de-chaussée surélevé. La construction est en moellons granite et de grès (pierre de taille pour les encadrements). Des briques ont été utilisées en entourage pour certaines ouvertures. L'ensemble mesure environ 14 m de longueur sur 6 m de largeur. Les pignons sont en partie effondrés. L'emplacement de la roue à godets et des meules est encore visible. On peut aussi remarquer l'emplacement de la machine à vapeur (située à l'extérieur du bâtiment) pour l'entraînement de la roue, avec les vestiges du socle et les traces de la charpente au-dessus. Le meunier disposait d'un jardin entouré de murs en pierres, au nord du bâtiment (vestiges). Le bief (retenue d'eau) situé dans le prolongement du bâtiment mesure environ 35 m de long sur 7 m de large et 2 m de profondeur. Il est actuellement envahi par la végétation. Il est équipé d'une porte à eau avec une vanne, qui peut être actionnée à la main. On peut remarquer l'emplacement de la chute d'eau, le canal d'amené et le canal de fuite (plan).

Murs grès
granite

Le moulin de La Hunaudaye mériterait un plan d'interprétation.

Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler

Annexes

  • Le fonctionnement du moulin de La Hunaudaye

    Le moulin de La Hunaudaye était actionné par 2 roues à godets. Il était placé en cascade sur l'Islet. L'eau, captée dans un barrage en amont du moulin, venait en pente douce vers celui-ci par le canal d'amenée. Par son poids, elle faisait tourner la roue à godets et rejoignait la rivière par le canal de fuite. Certains moulins disposaient de roues à "battoyer", actionnées par le courant d'eau qui agissait par effet dynamique sur les aubes. La roue entraînait l'arbre de couche ou "marbre" sur lequel était claveté le "rouet" qui, à l'aide des "aluchons", entraînait la "lanterne", laquelle faisait tourner la meule supérieure. Quelques moulins, comme celui de Montafilan étaient également équipés pour fouler le drap.

    Synthèse d'après Pierre Amiot : "Histoire de Plurien", 1983.

  • 20052204955NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 1 E494 (4).

    20062203069NUCB : Syndicat des Caps

    20052204956NUCB : Mairie d'Erquy

    20052205017NUCB : Syndicat des Caps

Références documentaires

Bibliographie
  • AMIOT, Pierre. Histoire du Pays de Fréhel. Fréhel : Pierre Amiot éditeur, 1981.

    p. 389-401
  • AMIOT, Pierre. Histoire de mon village : Plurien. Bannalec : Imprimerie Régionale, 1983.

    p. 398-399