Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Moulin à farine du Mottay, actuellement maison, écluse du Mottay (Evran)

Dossier IA22001317 réalisé en 2002

Fiche

  • Vue générale sud-est.
    Vue générale sud-est.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • atelier de fabrication
    • bâtiment d'eau
    • bief de dérivation
Appellations moulin à farine du Mottay
Destinations maison
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, bâtiment d'eau, bief de dérivation
Dénominations moulin à farine
Aire d'étude et canton Arrondissement de Dinan - Evran
Hydrographies Ille-et-Rance dérivation du canal d'
Adresse Commune : Evran
Lieu-dit : Ecluse du Mottay
Cadastre : 1934 I1 533 ; 1983 I1 42

Le moulin à farine du Mottay a une origine antérieure à la canalisation de la Vilaine dont les travaux ont débuté en 1804. En 1825, Jean-Marie Le Coq, avocat à Dinan et propriétaire du moulin du Mottay, est autorisé à installer un second tournant à son usine. A cette date, le moulin, exploité par le fermier Julien Hamon, comprend une paire de meules d'un diamètre de 2, 14 m. La statistique industrielle de 1848 indique qu'au cours de cette année, le moulin du Mottay a produit 29 240 kg de farine de froment, 13 725 kg de farine d'orge, et 13 725 kg de farine de méteil, la totalité étant distribuée sur les communes d'Evran et de Calorguen (22). Le 9 avril 1874, Charles de Ferron devient propriétaire du moulin du Mottay. Celui-ci, placé au bord du bras de décharge du canal d'Ille-et-Rance qui l'alimente, présente alors un plan rectangulaire de 9, 20 m de longueur sur 7, 55 m de largeur et compte un rez-de-chaussée et un étage de combles. En 1874, C. de Ferron fait agrandir l'édifice et élargir le coursier. Le bâtiment du moulin est augmenté d'un étage et prolongé de 4 m au pignon ouest afin de pouvoir établir deux paires de meules supplémentaires, voire une troisième. Le coursier, quant à lui, est agrandi de façon à pouvoir y placer une roue d'un mètre de largeur. Pour cet élargissement, les travaux concernent le bajoyer qui sépare le coursier du canal de décharge et qui est reconstruit en moellons piqués et rejointoyés au ciment Portland. En 1892, C. de Ferron fait reconstruire le mur du bief de son moulin et y ajoute des contreforts pour le consolider. En 1898, le nouveau propriétaire, Ambroise Delalande, fait élargir de 1 m la roue du moulin. Le moulin du Mottay est réglementé entre 1905 et 1906. Les ouvrages régulateurs de l'usine consistent en un vannage de décharge avec passerelle supérieure, un vannage mobile doté de huit vannes mesurant 1, 20 m de largeur chacune, et en un déversoir. En 1909, les frères Delalande réalisent des travaux de réparation au coursier et au vannage de décharge. Au cours des premières années du 20e siècle, la façade nord du moulin est flanquée d'un petit corps de bâtiment en rez-de-chaussée, toujours visible aujourd'hui ; il s'agit vraisemblablement de l'ancienne salle destinée à abriter la machine à vapeur. Au printemps 1910, M. Delalande fait construire, en bordure des dépendances du canal d'Ille-et-Rance, un hangar sur poteau près de son moulin. En 1939, la capacité d'écrasement journalier du moulin est de 50 quintaux de farine. Il cesse de fonctionner en 1967. Actuellement le bâtiment du moulin abrite une maison. En 1898, le moulin du Mottay est actionné par une roue en dessous à pales, de type Sagebien. La prise d'eau se fait au moyen d'une vanne plongeante inclinée à 35° environ. En 1936, le moulin cumule énergies hydraulique et thermique, comme force de secours, avec une machine à vapeur de type Massivet qui développe 25 à 30 ch. A cette date, le moulin possède deux broyeurs, deux convertisseurs, trois bluteries rondes et deux hexagonales, ainsi qu'une paire de meules. La roue hydraulique verticale est toujours en place, ainsi que le déversoir et les différents vannages. En 1939, le moulin du Mottay emploie quatre salariés.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 4e quart 19e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Dates 1874, daté par source
1892, daté par travaux historiques
1910, daté par travaux historiques

Le moulin, édifié en moellons de schiste et de granite, compte deux étages carrés couverts d'un toit à longs pans en ardoises. Sa façade antérieure est rythmée par trois travées de baies rectangulaires encadrées de pierres de taille et d'un linteau en granite. Sa façade postérieure est flanquée d'un petit bâtiment en appentis bâti en parpaings de béton recouverts d'enduit.

Murs granite
schiste
béton
moellon
parpaing de béton
Toit ardoise
Plans plan rectangulaire régulier
Étages 2 étages carrés
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
appentis
Énergies énergie hydraulique
énergie thermique
produite sur place
produite sur place
roue hydraulique verticale
Typologies minoterie dite à l'américaine, de plan allongé, comptant au moins deux étages carrés et trois travées (type D1)
États conservations établissement industriel désaffecté, restauré
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 20022216314NUCB : Mairie d'Evran, Non coté.

    20022216310NUCB : Archives départementales des Côtes d'Armor, 10 S 5 (4) V.

    20022216311NUCB : Archives départementales des Côtes d'Armor, 10 S 5 (4) V.

    20022216312NUCB : Archives départementales des Côtes d'Armor, 10 S 5 (4) V.

    20022216313NUCB : Archives départementales des Côtes d'Armor, 10 S 5 (4) VI.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Côtes d'Armor. Série M ; sous-série 6 M 835. Administration générale et économie (an VIII-1940). Statistiques : enquête sur les moulins en vue de préparer leur contingentement, 1936.

  • AD Côtes d'Armor. Série M ; sous-série 6 M 838. Administration générale et économie (an VIII-1940). Statistiques : état des moulins et minoteries, 1939.

  • AD Côtes d'Armor. Série M ; sous-série 6 M 929. Administration générale et économie (an VIII-1940). Statistiques : enquête sur les moulins à eau et à vent ; notice donnant la nature, la quantité et la valeur des matières premières employées et des produits, ainsi que le nombre des ouvriers et leur salaire. De Pédernec à Plougonver, 1848.

  • AD Côtes d'Armor. Série S ; sous-série 10 S 5 (4) II. Service des ponts et chaussées : voies navigables, intérieures et maritimes. Canal d'Ille-et-Rance et Rance maritime. Evran, aliénations, 1832-1898.

  • AD Côtes d'Armor. Série S ; sous-série 10 S 5 (4) V. Service des ponts et chaussées : voies navigables, intérieures et maritimes. Canal d'Ille-et-Rance et Rance maritime. Evran, concessions et réglementations de prises d'eau, 1874-1909.

  • AD Côtes d'Armor. Série S ; sous-série 10 S 5 (4) VI. Service des ponts et chaussées : voies navigables, intérieures et maritimes. Canal d'Ille-et-Rance et Rance maritime. Evran, alignements, permissions de voirie, 1840-1912.

  • AD Côtes d'Armor. Série S ; sous-série 10 S : 10 S 5 (10). Ponts et chaussées : voies navigables, intérieures et maritimes. Canal d'Ille-et-Rance et Rance maritime. Biens (dossiers par commune), Saint-André-des-Eaux, 1824-1827.

  • AD Côtes d'Armor. Série S ; sous-série 10 S 5 (10) II. Service des ponts et chaussées : voies navigables, intérieures et maritimes. Canal d'Ille-et-Rance et Rance maritime. Saint-André-des-Eaux, concessions et réglementations de prises d'eau, 1823-1825.

Bibliographie
  • CHAIGNEAU-NORMAND, Maogan. La Rance industrielle au 19e siècle. Etude historique et archéologique. Rennes, 5 vol. Th. univ. : Histoire de l'art : Rennes 2 : 2001, 464 p.

  • Vieux Moulins du pays de Dinan. Cahiers de l'Université du Temps Libre, mai 1987, n° 2.

    p. 20 ; 37