Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Moulin à farine de Goëlo (Boquého)

Dossier IA22003750 réalisé en 2005

Fiche

  • Vue générale
    Vue générale
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • atelier de fabrication
    • logement patronal
    • digue
    • bief de dérivation

Dossiers de synthèse

Appellations Moulin de Goëlo
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, logement patronal, digue, bief de dérivation
Dénominations moulin à farine
Aire d'étude et canton Arrondissement de Saint-Brieuc - Châtelaudren
Hydrographies Leff le
Adresse Commune : Boquého
Lieu-dit : Penprat

Il est possible que le moulin de Goëlo date de 1760 comme l'indique le chronogramme du linteau de la porte. En 1810, le moulin, qui compte deux roues hydrauliques, peut moudre 4 quintaux de farine par jour. D'après l'enquête de 1848, le moulin, qui est exploité par Guillaume Galhouet, utilise 83 125 kg de seigle, 27 740 kg d'avoine et 73 000 kg de blé noir. La valeur des grains travaillés est de 24 000 francs. Les farines sont vendues à Boquého, Cohiniac et Plouvara. Le moulin occupe 4 hommes, 2 femmes et 2 enfants, gagnant respectivement 1, 0,60 et 0,20 franc par jour. Le moulin est réglementé par un arrêté du 19 janvier 1875. Il appartient à Jacques Le Bitter. Il a "deux tournants à augets en dessus, mais recevant l'eau un peu au dessous du sommet". Il a été rehaussé en 1898, lors de l'ajout d'une deuxième meule. La maison du meunier construite à proximité porte la date de 1912 sur son linteau de porte. Il arrête définitivement sa production en 1987 quand le meunier, M. Hillion, part à la retraite. Actuellement, il est cours de rénovation. Le réseau hydraulique du moulin est toujours en place : biefs d'amont et d'aval, vanne motrice et coursier. L'une des deux roues hydrauliques verticales de dessus a été replacée et deux meules ont été remises à l'étage du moulin.

Période(s) Principale : 3e quart 18e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Dates 1760, porte la date
1898, daté par travaux historiques
1912, daté par travaux historiques

Edifié en moellons de granite, le Moulin de Goëlo comporte un rez-de-chaussée et un étage de comble couvert d'un toit à longs pans en ardoises. Il est possible que le logement du meunier se situait dans le bâtiment, mais aucune trace ne subsiste. Le logement patronal construit à proximité comporte un rez-de-chaussée et un étage comble couvert d'un toit à longs pans en ardoises.

Murs granite
moellon
Toit ardoise
Étages rez-de-chaussée, étage de comble
Couvertures toit à longs pans
Énergies énergie hydraulique
produite sur place
Typologies moulin de type artisanal, de plan allongé, abritant souvent le logement du meunier à son extrémité (type A1)
États conservations établissement industriel désaffecté, restauré
Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables machine énergétique, machine de production

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Côtes-d'Armor. Série M ; sous-série 6 M 926. Administration générale et économie (an VIII-1940). Statistiques : état des moulins à farine, à eau et à vent (s. d. vers 1810). Fiches de minoteries et moulins à farine (incomplet) (1840-1844).

    Archives départementales des Côtes-d'Armor : 6 M 926
  • AD Côtes-d'Armor. Série M ; sous-série 6 M 927. Administration générale et économie (an VIII-1940). Statistiques : enquête sur les moulins à eau et à vent ; notice donnant la nature, la quantité et la valeur des matières premières employées et des produits, ainsi que le nombre des ouvriers et leur salaire. De Allineuc à Illifaut, 1848.

  • AD Côtes-d'Armor. Série S ; sous-série 27 S 5 (1). Service hydraulique. Versant de la Manche. Ruisseau de Goëllo et affluents.