Logo ={0} - Retour à l'accueil

Monument dit la Vénus de Quinipily (Baud)

Dossier IA56008238 inclus dans Château de Quinipily (Baud) réalisé en 2002

Fiche

Appellationsdit la Vénus de Quinipily
Dénominationsmonument
Aire d'étude et cantonBaud - Baud
AdresseCommune : Baud
Lieu-dit : Quinipily
Cadastre : 1987 ZY 74 ; 1829 K3 1581,1583

Le monument date de la fin du 17e siècle, il est commandité par Pierre de Lannion, seigneur de Quinipily, pour son château. L'histoire de cette oeuvre remonte à l'Antiquité, elle commence dans la commune voisine de Bieuzy sur la butte de Castennec près du prieuré de la Couarde : une cuve associée à une statue antique repésentant une femme, probablement une Vénus, appelée "Notre-Dame de la Couarde", y était vénérée par le peuple depuis des temps immémoriaux. En 1661, sur la demande de missionnaires, le comte Claude de Lannion fait jeter la statue dans le Blavet. En 1664, elle est ressortie de la rivière puis de nouveau jetée sur la demande de l'évêque de Vannes. En 1698, Pierre de Lannion sort la statue du Blavet et la fait transporter avec la cuve au château de Quinipily. Lorsqu'il veut la faire retailler pour lui redonner "figure humaine", la pierre éclate en morceaux. Il fait alors sculpter la statue actuelle et la pose sur un piédestal neuf au bas duquel est placée la cuve. L'eau y est amenée au moyen de tuyaux, à partir des sources voisines, notemment celle de la fontaine Saint-Michel située au nord. Des insciptions latines sont gravées en relief sur le piédestal. Côté ouest : VENERI VICTRICI VOTA C.I.C. (Erigée à Vénus victorieuse par Caius Julius César). Côté sud : VENUS ARMORICUM ORACULUM. DUCE JULIO, C.C. CLAUDIO MARCELLO ET L. CORNELIO LENTULO COSS AB V.C. DCCV (Vénus, oracle des Armoricains, Jules César étant chef, Caius Claudius Marcellus et Lucius Cornelius lentulus consuls, l'an de Rome 705. Soit six ans avant Jésus-Christ). Côté est : CAESAR GALLIA TOTA SUBACTA DICTATORIS INDE NOMINE CAPTO AD BRITTANIAM TRANSGRESSUS NON SEIPSUM TANTUM SED PATRIAM VICTOR CORONAVIT (César, après avoir soumis toute la Gaule et pris le titre de dictateur, après avoir passé dans la Bretagne, non seulement se couronna lui-même par ses victoires, mais couronna sa patrie avec lui.). Côté nord : PETRUS COMES DE LANNION, PAGANORUM HOC NV MEN POPULIS HUC USQUE VENERABILE SUPERSTI TIONI ERIPUIT IDEM QUE IN HOC LOCO JUSSIT COL LOCARI, ANNO DOM MDCXCVI INI (Pierre, comte de Lannion, ayant arraché à la superstition cette divinité païenne, vénérée jusque-là par les peuples, ordonna qu'elle fut placée en ce lieu. L'an du seigneur 1696).

Période(s)Principale : Antiquité
Principale : 4e quart 17e siècle
Dates1696, porte la date

Monument composé d'un édicule rectangulaire en pierre de taille, abritant autrefois une fontaine, ouvert en plein cintre pour recevoir la cuve monolithe rectangulaire terminée en hémicycle. Celle-ci est utilisée en bassin pour recevoir les eaux de la fontaine. L'ensemble est surmonté de la statue de la déesse en granite monolithe posée sur un piédestal. La déesse est représentée nue, les mains sur la poitrine ; une sorte d'étole qui passe autour du cou lui descend jusque sur le ventre.

Mursgranite
pierre de taille
Techniquessculpture
Précision représentations

La statue de déesse surmonte un édicule orné de pilastres.

Mesuresh : 260.0

Dimensions de la cuve : 210 l ; 178 la ; 108 h. La date de 1696, gravée sur la quatrième face du piédestal est vraissemblablement fausse puisque la statue de la Couarde n'a été tirée des eaux du Blavet qu'en 1698, après son achat par le comte de Lannion. De plus, la fabrication du monument n'a eu lieu qu'après le gain du procés engagé au sujet de la statue entre le duc de Rohan et le comte de Lannion en 1701.

Statut de la propriétépropriété d'une personne privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Protectionsclassé MH, 1943/11/18

Références documentaires

Documents figurés
  • Archives départementales du Morbihan. Série 3 P, cadastre ancien.

Bibliographie
  • DUBUISSON-AUBENAY. Itinéraire de Bretagne.

  • FLOQUET, Charles.La Vénus de Quinipily.Keltia Graphic éditions, Spezet, 1998.

Liens web