Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Mine de plomb argentifère, la Ville Alhen (Plélo)

Dossier IA22003712 réalisé en 2005

Fiche

Précision dénomination mine de plomb argentifère
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, transformateur, canal, barrage
Dénominations mine
Aire d'étude et canton Arrondissement de Saint-Brieuc - Châtelaudren
Adresse Commune : Plélo
Lieu-dit : la Ville Alhen

Cette mine était dans le périmètre de la concession de la mine de plomb argentifère de Trémuson et exploitée par la même société à la fin du 19e siècle puis réactivée à partir des années 1928. Elle est actuellement désaffectée.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle

Elle s'étend sur une grande superficie et est composée de plusieurs éléments. Les ateliers proprement dits étaient situés près du puits du Bouthilier. Ils forment un long bâtiment rectangulaire en rez-de-chaussée bâti en brique et couvert par un toit à longs pans en tôle de bitume. Il est rythmé à intervalles réguliers par une succession de portes et de fenêtres à encadrement en bois. En face du bâtiment, au nord, se trouve un transformateur en ciment. Dans le village subsistent des maisons qui ont vraisemblablement été construites pour loger des ouvriers. Ce sont des maisons de plan rectangulaire, en rez-de-chaussée, en pierre, recouvertes partiellement d'un enduit de ciment, et couvertes par un toit à longs pans en tôle ondulée. Plus au nord, toujours sur le bord de la route, à proximité du puits Cornuan, subsistent deux petits bâtiments rectangulaires en briques, en rez-de-chaussée, couverts par un toit à longs pans en tôle ondulée. Au nord est, le long de la route, sur le ruisseau de l'étang pavé, subsiste un lavoir en ciment, dont les structures complexes laissent penser qu'elles ont du appartenir à une retnue d'eau utilisée lors de l'exploitation de la mine. Enfin, au sud, au lieu-dit Le Paradis, la société des Mines de Trémuson a établi vers 1928 une petite cité ouvrière, composée de 33 maisonettes, dont il ne reste actuellement que les fondations en ciment isolées au milieu de champs cultivés.

Murs brique
béton
enduit
parpaing de béton
Toit ardoise, tôle ondulée, matériau synthétique en couverture
États conservations établissement industriel désaffecté
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • CORBEL, Alexandre. Histoire des mines de plomb argentifère. Châtelaudren, Plélo, Trémuson. Université du Temps Libre, 2002.